Le traité du ΛΩΛ

Après les nombreuses controverses qui ont fait grand bruit dans le monde du calage des tables bancales et qui ont opposé des spécialistes de tous les pays, il a été établi que ce fragment ne pouvait avoir été composé par Aristote lui-même, ni d’ailleurs par le pseudo Aristote ; ils l’attribuèrent donc, après de longues délibérations au pseudo pseudo Aristote. Le manuscrit dont on dispose est lacunaire, bien qu’assez bien conservé d’un côté on ressent la marque du poids des années et surtout celle du pied de bureau. Mais s’arrêter si tôt dans la présentation de ce traité, serait mal traiter ce dernier et traiter de rien, le ΠΕΡΙ ΓΩΓ1 a été rebaptisé : LOL, (ΛΩΛ) tout court à cause d’un fâcheux désaccord entre la ligne éditoriale et le traducteur.

Préface 

Ici est le lieu tout indiqué pour expliquer la brièveté de ce traité. En effet trop occupé à débrouiller le problème qui nous occupe, j’ai envoyé Proscratinatos Podos cet (…..)2 d’esclave, chercher des manuscrits à Graphorama seulement voilà, il est arrivé trop tard, tout le stock avait été pris par ces soit disant philosophes du jardin. Voilà en acte ce qui me rend furieux, mais à propos de la colère, en quel sens elle se constitue, ou elle ne se constitue pas, ce qu’elle est, nous l’avons assez exposé dans d’autres traités. Quand je lui ai rappelé que Kingpenn le celte faisait nocturne, il m’a répondu que depuis que son fils avait fait un vol <plané>3 sur l’étalage parce qu’en lui faisant faire le tourniquet il l’avait malencontreusement lâché, que l’échoppier, qui n’était pas d’humeur à plaisanter, l’avait poursuivi jusqu’en Béotie, il n’y retournait plus. A cela par nécessité il a rappelé à ma bonne mémoire un fait que la sienne n’avait pas oublié ; vu que je n’avais pas de ses nouvelles ce jour là, j’avais prévenus les gardes suisses4 et l’accueil que lui avait réservé sa femme lui avait permis de voir de nombreuses parties anhoméomères ; que cet esclave trouve toujours une excuse cela est plus clair maintenant. Mais pour l’instant, il nous faut revenir sur nos pas, et parler de cette matière qui par accident et en acte me fait un tel défaut.

Si j’en suis réduit à une coudée de papyrus, c’est aussi parce que les fils de Procrastinos Podos ont fabriqué des masques avec les rouleaux de ma réserve, qu’ils sont venus me voir avec cet attirail qui leur cachait le nez et la bouche pensant que je ne les reconnaîtrais pas et que cela m’amuserait, mais sur ce sujet tenons en nous là, surtout que mes masques sont biens mieux que les leurs. De quelle nature est cette idée saugrenue de déguisement Procrastinos Podos n’a pu en répondre, mais l’affirmation au sujet de laquelle il a voulu insister, qu’il était nécessaire de faire breveter ces masques, sembla avoir été réfutée ; Sur ce sujet, pour s’en tenir à l’essentiel, voilà à peu près tout. Bien qu’il nous faille considérer que s’il n’avait pas perdu son temps à me dire que je le regretterai, que je ne savais pas reconnaître les signes d’éléments novateurs en terme de développement sanitaire et de protection adéquat, que le seul moteur qui avait mu ses enfants à créer cette protection en entéléchie était faite à partir d’une protection en puissance, à savoir un papyrus qui composé d’un écrit devient substance, il serait arrivé avant la rupture de stock. Telle est donc la prémisse et le moyen terme avancés, par cet animal bipède pour se dédouaner, que conclut un paralogisme ; quel argument j’ai interposé il nous faut donc le découvrir.

De quelle nature et de quelle forme est cette réponse la suite la rendra plus clair : tout bavard arrive en retard, Procratinatos Podos est un bavard donc Procrastinatos Podos arrive en retard et qu’il devait mettre le sien de moteur en mouvement au plus vite s’il ne voulait pas écrire la partie du traité manquante sur les murs de la maison. Il ne voulut pas partir à Graphorama sans ces remarques additionnelles d’opposition ; qu’il avait fait une étude de marché, que le produit était d’une bonne qualité, qu’il avait reçu un accueil favorable, que se posait juste la question du coloris, sur ces entre-faits en voilà assez. De quelle manière nous avons évincé ces dernières résistances, c’est maintenant qu’il faut le dire. Nous lui avons fait faire un solécisme, car il est possible d’en faire et de paraître en faire sans en faire et de ne pas sembler en faire quand on en fait. Nous lui avons habilement dit que ce n’était pas au propre un τόπος préférable déductif ni par genre ni par accident, ce à quoi rompu à toutes argumentations supplémentaires il s’en alla en vociférant « Que faire sur cette terre ? Devenir une taupe », par ces paroles nous réalisons qu’il a lu notre ouvrage Topique c’est évident et pour s’en tenir à l’essentiel de cette déclaration modale, voilà à peu près tout. En ce qui concerne les écritures sur les murs du lycée les explications données sont, je pense suffisantes, néanmoins, tout ce qu’il faut dire à propos du rire, exposons le maintenant.

Définitions préliminaires :

Rires, éclats de rire, fou rires

Sont dits rires, les réactions dont le5

1 ΠΕΡΙ ΓΕΛΩΝΤΩΝ ΤΩΝΔΕ ΜΕΓΙΣΤΩΝ  KE : sed in K _ελωντων τ_νδε με_ in ras : Corr. Mero Feruens|| 2 (….) Propter improbam linguam haec uerba non conuersa sunt. ||3 πλὰνην K om. || 4 τους τοξὰτας Σκυθας KE (Nous avons accordé cette liberté d’interprétation au traducteur, ce grand amateur du jardin de Versailles et de Louis XIV, il fallait bien trouver un compromis pour notre retard de règlement des honoraires). || 5 Suite du traité sur les murs du Lycée.

En régie

J’ai choisi de faire un pastiche parodique d’Aristote pour trois raisons ; l’importance de son corpus (d’après Diogène Laërce, il a écrit plus de quatre cents livres), pour l’aridité de son style et la particularité de ses tours.

Une approche « Voyantooltliste » 

Pour préparer ce pastiche nous avons tenté de réunir tous les textes d’Aristote, après quelques recherches nous n’avons pu regrouper que les trois quarts (20 textes sur 28), soit 181 liens à soumettre à Voyant Tools. Une fois les stopwords activés. La liste du nuage de mots donnée par Voyant Tools est vraiment caractéristique des termes employés par le philosophe.

Nuage de termes

On retrouve les fréquents verbes impersonnels (δεῖ, φαίνεται, συμβαίνει, διαφέρει) combinés aux non moins fréquents verbes à l’infinitif, comme nous pouvons le voir sur le nuage de liens et dans le tableau des contextes.  On retrouve aussi tout le vocabulaire technique surtout que les textes analysés par le Voyant Tools se trouvent pour la plupart dans les sections Organon (5 textes sur 6), et Physique (11/12) du classement des traités aristotéliciens qui proposent une approche très technique et dont les mots (ἀνάγκη, ἀναγκαῖον, τρόπον, γένος, ἀδύνατον, φύσιν, ζᾠων) sont récurrents.

Nuage de liens
Les termes récurents

Le style didactique se retrouve dans tous le corpus δεῖ est omniprésent, δοκεῖ est très fortement représenté aussi et les syntagmes avec ces deux modes impersonnels sont légions.  

Occurrences de δεῖ et δοκεῖ

Une fois toutes ces données à portée de mains, il nous a fallu trancher, devait-on s’inspirer uniquement de la partie de l’Organon en excluant les autres ou bien prendre les deux sections du corpus les plus représentées ? Peut-être que cela aurait été pertinent si nous avions du suivre impérativement les résultats donnés et non pas les utiliser comme outils. A cela nous ajoutons que le style de l’auteur rebute beaucoup de lecteurs et peu de livres des sections Organon et Physique sont lus, ce qui n’est pas le cas de la section pratique ou poétique. A partir de ces analyses nous avons décidés d’adopter un style directif et concis et d’utiliser le vocabulaire qui ressort de l’ensemble du corpus.

Une approche personnelle

Le pastiche s’est aussi construit par rapport au style très personnel d’Aristote pour introduire un concept et pour le clore, les formules qu’il utilise sont redondantes, c’est d’ailleurs la première chose que nous avons souhaité mettre en avant car elle nous semble être la marque de fabrique du style de l’auteur. En deuxième lieu nous avons parcouru les traités afin de recueillir les termes qui définissent ces concepts, puis ceux dont il se sert pour donner des exemples, et nous avons remarqué que ces derniers étaient très souvent repris.

Nous nous sommes ensuite reportés aux traductions pour voir l’esprit du style afin de mieux le retranscrire. Nous avons ainsi appuyé sur les formules d’introduction et de conclusion, nous avons mis l’accent sur les différents concepts du corpus en essayant de faire référence aux différents traités.

La collaboration entre les consultations personnelles et Voyant Tools ont confirmé cette approche, il ne restait plus qu’à trouver l’idée du sujet. Elle vient d’une fusion de pleins de sources qui vont d’Aristote lui-même jusqu’aux cours suivis ce semestre, en passant par la scolastique cinématographique, les conditions sanitaires actuelles, la vie athénienne bref pas mal de choses. J’ai voulu faire quelque chose de décalé, un peu absurde prenant le revers du sérieux général qui entoure ce style d’écrit. L’idée du papyrus est venue du fait des innombrables sources liées au corpus aristotélicien qui furent maintes et maintes fois copiées et recopiées, dans le lot il peut y avoir des erreurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.