La solitude n’existe pas chez le sage stoïcien.

Contexte : Sénèque, après avoir reçu une lettre de son ami et disciple Lucilius sur ses intentions et ses inquiétudes en ces temps troublés de pandémie mondiale, répond par une lettre comme il en a l’habitude… Il veut dissiper les doutes de son ami et lui rappeler que le sage ne se sent jamais seul et ne défaille jamais dans l’adversité.

Mon cher Lucilius,

Tu fais chose excellente et salutaire pour toi si, comme tu me l’écris, tu entreprends de tourner ton âme vers l’étude de toi lors de ce confinement. Toutefois ce faisant tu m’as écrit te sentir seul et ennuyé par ta réclusion. Mais d’une part s’il est absurde pour le sage de vivre ainsi la solitude, il l’est encore plus d’autre part de ressentir l’ennui dans pareille période. De fait, lorsque ton esprit est tourné vers la sagesse, il n’a que faire de sortir dans ce monde éphémère comme ceux qui toujours se dirigent en courant vers la palestre pour s’entraîner, ou ceux qui toujours sortent leurs animaux dans l’espoir de rencontrer d’autres personnes avec qui parler, alors même que cela est interdit. Tu demandes pourquoi ? Il ne sert à rien de t’évertuer à braver les interdictions de sortie pour rencontrer autrui, ou encore de saluer par la fenêtre toute personne que tu apercevrais à l’extérieur dans l’espoir d’une réponse, parce que tu possèdes bien plus que cela. Tu demandes ce que c’est ? La philosophie, et dans la philosophie les philosophes. Par l’étude des plus grands, assurément, tu ne seras jamais seul. Loin de toi les discussions stériles avec tes clients, loin de toi l’illégalité d’une promenade en forêt, tu as dans ta bibliothèque assez d’interlocuteurs brillants : plusieurs mulets ne valent pas un seul étalon. La solitude du corps amène bien souvent le salut de l’esprit, donc ne viens pas le détruire avec la banalité d’échanges quotidiens : préfère le bon au mauvais. Ton corps, objet rongé par le temps, doit supporter sa solitude sans toi, ton esprit quant à lui doit entamer sa relation la plus intime avec toi, de sorte que tu ne seras jamais seul puisqu’il fréquentera les sages.

La vraie solitude est celle de l’esprit, ne la laisse pas te gagner par les discours vains des promeneurs dehors ou de ta famille. Fuis l’extérieur, non seulement pour éviter de contracter le virus, mais aussi pour éviter de contracter la sottise. Envoie tes esclaves faire tes courses, ferme les fenêtres qui donnent sur la rue, ne te promène que dans ton jardin, même si tu peux le faire à vingt kilomètres autour de chez toi. Jette toutes tes attestations : en effet, si tu n’en as pas, tu ne pourras pas sortir. Pourquoi cette retraite en plein confinement me demandes-tu ? Ce n’est pas une retraite en plein confinement que je t’offre, c’est un confinement en pleine retraite. Je te donne de fait un moyen de sortir de la douloureuse perte de motivation, de la douloureuse perte de productivité, du douloureux confinement national. Tu n’es plus confiné malgré toi et tu ne t’ennuies plus si tu es à l’origine de ta situation. Goûte le bonheur pour toi de tes fréquentations nouvelles, sens l’amitié qui se noue entre ton esprit et celui des plus grands, ainsi tu ne te sentiras plus restreint dans tes déplacements, mais plus ouvert au monde que tu ne l’as jamais été. Il y en a pour dire que ceux qui agissent ainsi, sans sortir de chez eux, restant sagement dans leur maison, sont des esclaves alors qu’au contraire ce sont des hommes. Ils vivent, ils vivent vraiment, leur esprit guide le corps et le corps ne guide pas l’esprit : ils sont vivants et non vécus, c’est vers cela que l’on doit tendre dans l’intérieur de nos âmes.

Tu dis que les jours passent et que tes amis te manquent ? Pour qu’ils ne te semblent pas lointains, ne pense qu’à ton bonheur de les retrouver sans laisser place aux souvenirs douloureux de ton bonheur passé. En effet je veux te montrer que tu ne dois penser qu’à eux dans une optique future, abandonne les pour le présent de tes amis les sages et ignore les grands appels du temps vers le passé. Par ta main tu peux leur écrire des lettres, mais sans jamais mentionner le passé : votre âme serait attristée, car il ne faut pas te tirer vers un bonheur révolu pour te sentir mal mais au contraire tendre à un bonheur futur pour chercher à atteindre l’avenir. Je sais que cela n’est pas chose facile : en effet tu peux voir passer dans la rue, depuis ta fenêtre, l’esclave de l’ami qui te manque, tomber, dans ta lecture, sur de vieilles lettres échangées, marcher dans ton jardin à des endroits où vous aviez l’habitude de vous retrouver… Mais ton esprit est grand, il ne doit pas occasionner la tristesse, il faut dompter tes passions : contrôle-les sans qu’elles ne te contrôlent, mon cher Lucilius, tu en es capable, tu dois le faire. Ces souvenirs, extérieurs à qui tu es maintenant, autres que toi, n’exciteront pas en toi le malheur, cela ne doit pas se produire : si les vieilles peines ne rendent pas heureux, les vieilles joies ne rendent pas misérable. Ne pas t’apitoyer sur ton sort est ta principale vertu en ces temps difficiles.

Porte-toi bien.

ANALYSE

J’ai donc choisi de pasticher Sénèque dans ses Lettres à Lucilius afin d’imiter quelque peu notre situation actuelle : ne pouvant plus dialoguer que par messages, le parallèle me semblait évident, et un peu de stoïcisme ne fait jamais de mal !

J’ai donc récupéré une cinquantaine de lettres de Sénèque sur Scaife-Viewer, ce qui fait plus de 14 000 mots tout de même (c’est beaucoup, et il fut long de trier et de récupérer tout cela…). Une fois ceci fait, il m’a suffit de coller les différents liens constituant mon corpus dans VoyantTools pour voir apparaître ce Cirrus.

Sans utiliser les stopwords (une option permettant de supprimer les mots « inutiles ») de VoyantTools on voit que ce ne sont quasiment que des connecteurs logiques qui sont utilisés, ce qui ne surprend pas du tout, d’autant plus quand la source est antique.

Une fois celui-ci enclenché, et après avoir ôté avec en plus de cela les annotations du xml en anglais qui apparaissent étrangement dans les mots retenus, on découvre alors que les mots les plus récurrents sont le nom de Lucilius, animus/anima sous toutes ses formes, l’adjectif magnus, philosophia, bonus, malus, vis, tempus, homines, vita… En bref un lexique très philosophique qui tourne autour de la morale et de l’esprit. Rien de bien surprenant pour un stoïcien. Rien de bien surprenant non plus, on est dans une lettre, on voit apparaître vale ainsi que des verbes conjugués à la première personne « volo » et à la deuxième « quaeris » qui montrent que ces lettres sont adressées, et surtout que Sénèque a tendance à passer par la question rhétorique en se mettant à la place de son interlocuteur. Il a tendance à recourir au verbe « scribo » et au nom « manus » pour bien signifier qu’il s’agit d’une lettre écrite. Outre cela on peut dénoter des verbes qui expriment bien souvent l’agitation, le mouvement, notamment des passions comme « cito ». Bref, on l’aura compris, Sénèque en bon stoïcien va opposer régulièrement le corps « corpus » et l’esprit/l’âme « animus ».

Il apparaissait donc évident le vocabulaire à utiliser. Mais comment mettre les différents lexiques ensemble d’après le thème choisi qui se veut traiter philosophiquement d’une retraite, de la vie, de la solitude ? C’est là qu’intervient l’outil « Thèmes », qui permet notamment de voir avec quels mots apparaissent le plus souvent « philosophia », « vitae », « homines »… Tout est mis par groupe de 10 mots les plus usités. Il m’a suffit de piocher dedans pour construire mon pastiche.

Ainsi on voit qu’esprit, vie et philosophie sont forcément liés, de même que les idées de corps, d’esprit, de bien, de mal… Ces thématiques éclairent donc sur les mots qui vont souvent de pair.

Pour voir cela plus précisément ensuite, de façon moins thématique mais bien plus syntaxique, plus proche du texte, il suffit d’utiliser l’outil « lien », qui permet alors de montrer la fréquence et l’usage des mots ensemble. On peut ainsi constater que le verbe « accidit » est souvent utilisé de pair avec « animi » et « concutit ».

Ensuite, pour s’intéresser à la structure des phrases et à la façon de rédiger j’ai utiliser principalement deux outils : l’arbre de mots, qui a donc permis de bien voir les constructions les plus utilisées par Sénèque quand il mentionne l’âme notamment…

…et surtout, pour rendre le texte vivant, l’utilisation des syntagmes.

L’ennui avec mon corpus c’est que ceux qui sont le plus usités sont en deux mots alors qu’il fallait s’appuyer surtout sur des formules contenant 3 mots minimum. Ni une, ni deux, je décide de quand même intégrer des formulations à deux mots comme « non est » notamment, et de sélectionner des syntagmes moins usités mais que je pouvais intégrer dans mon pastiche d’après mon thème, à savoir notamment « etiam si non », « servi sunt immo », « et eos qui semper » et « servulus familiaris amisso ».

A cela j’ai ajouté par la suite un nombre important de connecteurs logiques retenus dans le Cirrus sans les stopwords et le tour était joué.

Je pense que cet outil qu’est VoyantTools est extrêmement utile à la recherche aujourd’hui. Il réduit considérablement la durée de l’exercice du pastiche notamment : nul besoin de lire tout le corpus, nul besoin de relever soi-même les occurrences et d’être sujet sans aucun doute à l’erreur humaine… Tout est calculé par l’ordinateur qui analyse le texte plus efficacement qu’aucun être humain. Reste ensuite à son utilisateur d’utiliser correctement ses outils et de savoir interpréter la chose…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.