La colère du divin Zizou

‘Ραψωδία A

La peste et la querelle

Chante, déesse, la colère de Zidane; détestable colère, qui aux Français valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’illusions de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel — pour l’achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d’abord divisa Materazzi, protecteur de son peuple, et le divin Zidane.

Qui des dieux les mit donc aux prises en telle querelle et bataille ? C’était Materazzi, aux mille tours.

 

La tête de Zizou

Mais qui a préparé une tête aussi forte? Un dieu sans aucun doute !

Héphaïstos, il commence par couper ses cheveux de sa grosse et forte tête. Le dieu met une bordure scintillante autour d’elle – une triple frontière avec une lueur lumineuse. Il y attache un harnais en argent. Le crâne a cinq couches. Hephaestos y crée un décor multiple, fruit de ses savantes pensées.

Il représente la terre, le ciel et la mer, le soleil infatigable et la pleine lune, ainsi que toutes les étoiles dont le ciel est couronné, les Pléiades, les Hyades, la Force d’Orion, l’Ours.

Il y met enfin la force puissante du fleuve Océan, à l’extrême bord du crâne solide. Sur sa tête, des navires français étaient tirés, des mots d’encouragement et la gloire de son peuple

Une fois fabriqué la tête large et fort, il fabrique encore à Zizou une maillot blanche plus éclatante que la clarté du feu; il fabrique des protège-tibia de souple étain.

Avec son crâne rasé comme un moine zen et le corps d’un gladiateur, Zinedine Zidane a prouvé que tous les jeux se font avec la tête.

 

Le duel des héros

Si, par contre, tu n’es qu’un mortel vivant du fruit de la terre, alors viens plus près, et tu arriveras plus vite au terme fixé pour ta perte. »

Le glorieux Zizou répond : « Magnanime fils de ton père, pourquoi me demander quelle est ma naissance? Français? Algérien? Comme naissent les feuilles, ainsi font les joueurs de football. Les feuilles, tour à tour, c’est le vent qui les épand sur le sol, et la forêt verdoyante qui les fait naître, quand se lèvent les jours du printemps. Ainsi mème dans le foot : une génération naît et joue, et à l’instant même où une autre s’efface. Qui se souvient de Platini maintenant? Aujourd’hui tout le monde pense qu’Eric Cantona est un acteur de cinéma.

Les gens crient en faveur, soit de l’un, soit de l’autre, et, pour les soutenir, forment deux partis.

C’est ainsi que, dans le stade, apeurés comme des faons, ils étanchent à l’air leur sueur et boivent pour calmer leur soif, appuyés aux beaux parapets, les spectateurs pendant ce temps approchent des murailles.

Seul Zidane, aux pieds légers, reste là, lié par un destin funeste, dedans le stade de Berlin.

Pourquoi me poursuivre ainsi de tes pieds rapides? Tu n’es qu’un homme; je suis, moi, le meilleur joueur de la coupe du monde, c’est-à-dire, un dieu immortel.

Tu n’as donc pas encore reconnu le dieu en moi, que tu t’obstines en ta fureur? N’avez-vous pas vu mes prouesses contre les féroces Brésiliens?

À cet instant, l’audacieux Materazzi a déclaré:

Je ne veux plus te fuir : c’est fini. Si j’ai fait trois fois en courant le stade, au lieu d’oser attendre ton attaque, cette fois en revanche mon coeur me pousse à t’affronter. Que le destin s’accomplisse. Frappez-moi avec votre tête!

Allons ! prenons ici les arbitres pour garants : ils seront les meilleurs témoins et gardiens de nos accords.

Zizou, celui avec la tête dure dit:

« Materazzi, ne viens pas, maudit, me parler d’accords. Il n’est pas de pacte loyal entre les hommes et les lions, pas plus que loups ni agneaux n’ont des coeurs faits pour s’accorder. Il ne nous est pas permis davantage de nous aimer, toi et moi. Il n’est plus pour toi de refuge; c’est à l’instant même que Pallas Athéné te va dompter sous mon tête; et tu vas payer d’un seul coup tous les chagrins que j’ai sentis pour ceux des miens qu’a frappé ta ruse furieuse. »

Le divin Zizou pousse sa tête contre Materazzi en pleine ardeur et battre la poitrine délicate. L’Italien tombe au milieu de la douleur : il peut ainsi répondre et dire quelques mots. Et cependant qu’il s’écroule dans la poussière dit:

Qu’est-ce que tu as fait? C’est un délit terrible et c’est une expulsion directe. Bête!

En effet, l’arbitre voit tout et expulse le divin Zidane. Carton rouge. Tout est fini.

Un atroce chagrin serre le coeur de le entraîneur Raymond Domenech, à voir son meilleur joueur expulsé. Les murs italiens ne seront pas blessés.

Parfois, le football est une tragédie grecque (ou une comédie grecque… ou italienne).

Mamma mia!

 

Procédure

J’ai choisi l’Iliade d’Homère comme corpus. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que l’épopée d’aujourd’hui se reflète dans le sport et que le jeu le plus populaire est le football.

On croit souvent aux forces profondes qui régissent les matchs de football. Borges, qui n’aimait pas ce sport, écrivait à propos des pièces d’échecs: “Ils ne connaissent pas la primauté de la main qui gouverne leur destin, ils ignorent qu’une rigueur sans frein commande leur journée, leur liberté.” Les joueurs de football sont ces pièces d’échecs, animés par des impulsions et des énergies imprévisibles.

Quel Dieu derrière Zidane a écrit l’intrigue finale de la Coupe du monde dans laquelle, dans ses adieux, il s’était lui-même expulsé après avoir renversé Materazzi avec sa tête ? Dans les gestes qui apparaissent invariablement dans l’histoire du football, c’était un geste qui ne se prêtait pas à une simple interprétation. Zinedine Zidane, sur le point d’être consacré définitivement, se sent indigné que Materazzi insulte sa sœur tout au long du match et décide, à quelques minutes de la fin, de rendre justice légitime, quoi qu’il arrive.

La plupart des joueurs essaient d’imiter les dieux de l’Olympe. Lors de la finale à Berlin en 2006, Zidane a dit au revoir au football; ses actes avaient déjà une valeur testamentaire. Son dernier mouvement n’était pas une quête de gloire: il le renvoyait dans la boue commune des hommes. Tous les grands ont essayé d’être Achille. Très peu ont voulu être Hector. Zizou a accepté la sentence d’être un homme.

Lors de ma première recherche dans Voyant Tools j’ai cherché les cinq premiers mots les plus répétés. Bien sûr, c’était inutile car seules des conjonctions apparaissaient.

J’ai agrandi la liste pour trouver des noms, et voilà: ἔπος, κῦδος, νηός (νηῦς), τεῖχος et φρένας.

Des mots faciles à appliquer au sport. Et plus encore avec la description intéressante et belle du bouclier d’Achille, ou de la tête de Zidane.

Exemples de phrases contenant les mots les plus utilisés par l’auteur (ou les auteurs) de l’Iliade:

L’un des principaux avantages de cet outil est qu’il est dynamique et interactif.

VoyantTools est un très bon outil pour visualiser les informations. Cependant, il ne faut jamais perdre la notion générale de l’œuvre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search