Humanités numéri…quoi ?

Je m’appelle Mariane Ros-Guézet et je suis en Master d’humanités classiques et d’humanités numériques. Quand je présente l’intitulé de mes études à ceux qui me le demandent, leur première réaction est l’incompréhension : « Comment ça ? Qu’est-ce que c’est, des « humanités classiques et numériques » ? ». Au début, je disais que c’était plus qu’un traditionnel master de lettres classiques parce qu’il y avait des « humanités numériques ». Sauf que je ne savais pas moi-même ce que c’était, alors je disais que je faisais de l’informatique. Là, l’incompréhension devenait de l’étonnement : « Mais les lettres classiques et l’informatique, ça ne va pas du tout ensemble ! ».

Et bien, en fait, si ! Il faut se détacher de l’idée qu’un chercheur en lettres classiques est forcément un vieux grigou qui s’enferme 24h sur 24h dans une bibliothèque et qui utilise encore les pigeons voyageurs pour communiquer. Bien avant d’assister à mon premier séminaire d’humanités numériques, j’étais déjà enthousiaste à l’idée de casser cette image et de devenir une antiquisante 2.0. Maintenant que je comprends enfin ce que c’est, je le suis d’autant plus et je peux enfin l’expliquer autour de moi, voire convaincre des sceptiques. Je ne peux plus dire que je fais de « l’informatique », ce qui a une connotation très spécialisée de science dure, mais que j’adapte ma formation d’antiquisante au numérique. Un chercheur en lettres classiques aujourd’hui n’a pas seulement les textes originaux et leurs éditions à portée de main mais il a aussi Internet et les livres dématéralisés, c’est-à-dire numériques. Nos moyens de recherche sont infinis lorsque nous savons apprivoiser les outils numériques et c’est exactement ce que nous proposent les « humanités numériques ».

Au lieu de s’enfermer dans le passé en pensant que c’est le sort de tout antiquisant, il faut s’ouvrir au présent et façonner le futur. Alors, quand quelqu’un m’interrogera sur mon intitulé de master, je lui répondrai :

« ensemble, nous créons aujourd’hui l’Antiquité de demain ».

passage-de-tablettes


5 réflexions sur « Humanités numéri…quoi ? »

  1. Comme l’ont dit Elsa et Marie, il semblerait que tu sois pour l’instant la plus à l’aise avec l’outil numérique, même s’il reste encore du chemin à parcourir jeune padawan…
    Pour ma part, avant de commencer les cours, je n’avais même pas essayé d’expliquer la partie numérique à ceux qui me posaient la question ! Alors je salue tes tentatives pour présenter tant bien que mal cette facette du master. A nous de jouer maintenant pour appréhender l’intégralité du master et ce qu’il implique, pour pouvoir, je l’espère sous peu, expliquer sans crainte ni hésitation ce dans quoi nous nous sommes embarqués.

  2. Bonjour Marianne !
    Il est certain que « antiquité » et le « numérique » sont les deux opposés. Cette formation est très intéressante car, comme tu le dis, elle adapte la formation d’antiquisants au numérique.
    Les antiquisants 2.0 sont en marche, rejoignez le côté numérique de la Force !!!

  3. Antiquisante 2.0, voilà une formule qui en met plein la vue! Et tu en es en effet une excellente ambassadrice. Du moins une ambassadrice en puissance, car nous ne faisons qu’entamer ce master, mais il semble être plein de promesses te concernant!
    Et je compte sur ton enthousiasme pour nous faire traverser les dures heures de l’hiver 😉
    En attendant, je suis tout à fait d’accord, il est grand temps de montrer que les études de lettres classiques ne se limitent plus aux rayons des vieux grimoires que consultent des chercheurs coupés de leur monde. Le monde est vaste, et la recherche aussi!

  4. J’aime beaucoup ta formule de fin, je trouve qu’elle ferait un excellent slogan pour notre master. Que dire de plus, sinon que pour moi tu es une antiquisante 2.0, pour reprendre tes mots, de par tes connaissances en culture classique et ta maitrise des outils numériques. Le master semble fait pour toi !
    Je n’ai donc qu’une question à te poser : tel Moise devant la mer rouge seras- tu le guide qui nous ouvrira la voie vers la compréhension et la maitrise des humanités numériques ?

    1. Je suis très touchée par ton commentaire mais sache que je n’aspire pas à être calife à la place du calife. J’ai encore plein de choses à apprendre, tout comme toi, et la seule chose que je sais, c’est que je ne sais rien, comme le dit notre bon Socrate. Mais si tu as besoin d’aide, petite brebis égarée, je t’aiderai avec plaisir ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.