Une brève en latin

Préparation du texte

Nous allons tenter de réaliser un “pastiche savant” en nous basant sur le De divinatione de Cicéron. On essaiera de raconter un fait divers en latin dans le style de ce discours.

Tout d’abord, si j’ai choisi Cicéron, c’est pour la simplicité et la clarté de sa syntaxe, qui devrait donc, comme je le pensais, être facile à reproduire. Cependant, si ce texte en particulier fut choisi, c’est de façon arbitraire, en ayant déjà traduit un extrait par le passé et sachant donc à peu près à quoi m’attendre.

On analysera les informations apportées par les fonctions de Voyant Tools qui semblent être les plus pertinentes et faciles d’usage afin d’en tirer des éléments utiles à la rédaction de notre texte.

On constate d’abord, au moyen de l’outil Cirrus, que les mots les plus fréquents ne sont pas liés à un vocabulaire particulier mais sont des mots grammaticaux : in, est, non, quae, ut qui marquent respectivement l’appartenance à quelque chose, l’existence de quelque chose, la non-existence de quelque chose, un relatif, et le but (ou la comparaison).

Les phrases du texte sont assez longues, elles contiennent en moyenne 20 mots par phrase, ce que l’on essaiera de reproduire.
Parmi les syntagmes les plus usités (qu’on peut voir grâce à l’outil Syntagmes), on peut citer les suivants : et in, eodem tempore, est in, ab eo, atque etiam, de quibus, non enim

Ces éléments suffisent à la rédaction du pastiche.

Parlons maintenant du fait divers que l’on abordera dans ce billet.
Il s’agit d’un événement encore frais, couvert par le journal 20 minutes (disponible à cette adresse). Cela concerne un vol de téléphones dans un magasin. Le voleur s’était caché dans les toilettes du magasin et a attendu la fermeture pour sortir de sa cachette. Il s’est fait surprendre par un vigile et a été condamné à six mois de prison avec sursis.
Si je choisis cela, c’est car, n’ayant pas d’idée précise de ce dont parler, un fait divers, même quelconque, me semble être la source la plus sûre de comique – lorsque ledit fait n’est pas tragique – dans l’actualité. Et comme il s’agit d’amuser les lecteurs…
En revanche, l’article est assez court (dix lignes) donc il s’agira de gloser à partir des éléments relevés grâce à Voyant Tools.
Bien sûr, étant donné que l’on essaiera de transposer et d’adapter un événement contemporain à une réalité linguistique antique, notre entreprise nécessitera peut-être des adaptations de vocabulaire, des créations de noms ou de verbes. Etant donné que le texte final sera en latin, on fera en sorte que ces créations soient aussi reconnaissables que possible, mais qu’en même temps, ils aient bien l’air latins.

On essaiera d’utiliser au moins une fois chacun des mots les plus employés et de puiser dans cette liste de sorte que chaque phrase comprenne 20 mots modulo 3 mots.
C’était du moins l’objectif que je m’étais fixé mais force est de constater que, étant donné que le latin est beaucoup plus concis que le français, pour produire d’aussi longues phrases, il faudrait avoir de quoi gloser, or ce n’est pas le cas ici. On ira donc directement à l’essentiel, quitte à produire des phrases plus courtes que ce qu’aurait fait Cicéron.

Texte

Saturni die latro a custodi Leclerci urbi Cogolini, quae est in meridie Franciae, captus est. Sole occaso se in toilettis Leclerci inclusit, de quibus non enim in lingua latina verbum est, atque etiam noctem expectavit, ut Francia Caerulea Provincia narrat. Clientibus curatoribusque exitis latro in falsum tectum, quid erat super eum, ivit. Ab eo autem latro in rayonem altae technologiae ivit ; voluit enim telephonos qui portari possunt rapere. Sed cum id faciat, eodem tempore custos Leclerci eum invenit et custodes urbi vocavit. Igitur latro prehensus est et multis mensibus in carcere multatus est.

Conclusion

On le voit : faire un pastiche en langue latine, c’est faire du thème latin, et le thème latin académique n’est d’ailleurs pas autre chose qu’un pastiche d’auteurs classiques.
Pour ce qui est de Voyant Tools, il me semble qu’il s’agit d’un outil qui apporte plus de confusion que de clarté lorsqu’il s’agit d’autre chose que de données statistiques. Selon moi, la fonction la plus pertinente parmi celles proposées est celle de l’outil Syntagmes puisqu’il permet d’avoir directement accès à des données utilisables facilement et qui renvoient à quelque chose de concret, qui nous apprend quelque chose sur le style de l’auteur, sans interprétation ou déchiffrage supplémentaire requis. Dans le cas d’un pastiche, savoir quelles sont les expressions employées le plus souvent par un auteur est effectivement important. Cependant, cet exercice me paraît somme toute assez superficiel et il me semble que le meilleur moyen de faire un pastiche crédible serait de se confronter soi-même au texte sans outil intermédiaire et de saisir les caractéristiques du style d’un auteur en s’en imprégnant par une ou plusieurs lectures attentives.


Une réflexion sur « Une brève en latin »

  1. Bien que l’exercice ait été de rédiger un texte en français, votre tentative de pastiche latin vaudra au moins au carnet de contenir cette déclaration intéressante : « le thème latin académique n’est d’ailleurs pas autre chose qu’un pastiche d’auteurs classiques » !

    Je pense que l’opposition que vous faites dans votre conclusion entre données statistiques et saisie du style par l’imprégnation est à la fois stimulante et tout à fait artificielle. D’une part, les consignes de l’exercice ne vous demandaient en rien de vous limiter à des observations statistiques ; d’autre part, la simple observation des fréquences lexicales d’un texte source peut ouvrir des pistes sémantiques et susciter un va-et-vient entre lecture linéaire et analyse de corpus semi-automatique. Plus généralement, il me semble problématique de prétendre qu’une quelconque analyse se fasse « sans interprétation ».

    Le mot manquant de votre texte n’est-il pas l’évident latrina ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search