La bataille de Minneapolis

Démarche

J’ai travaillé pour réaliser les enquêtes par Voyant Tools sur un corpus non-lemmatisé de l’Histoire Romaine, importé depuis la bibliothèque The Latin Library . L’objectif était de réunir suffisamment d’élément sur l’écriture de Tite Live, tant sur son contenu que sur sa forme, afin de réaliser un pastiche de son texte pour évoquer le combat du mouvement Black Lives Matters.  

1- Le vocabulaire

  • Les termes fréquents

Premièrement, une analyse des termes les plus fréquemment employés, sans prendre en compte les StopWords relèvent du champ militaire ou politique.

2- Les termes en contexte 

J’ai voulu raffiner ce résultat en regardant de plus près les cooccurrents de ces termes, en regardant le contexte, classé selon le contexte droit du pivot. J’ai choisi les termes les plus fréquents : bellum, hostium, milia, castra. On peut observer l’importance de l’emploi du syntagme bellum gerere, ou l’emploi du groupe bellum + in (préposition ou préfixe de verbe), ou encore bellum cum/adversus. Cela sous-entend que la guerre n’est pas un concept chez Tite Live, mais a une réalité bien contextualisée. On constate le même emploi fréquent de in avant ou après hostium. Milia a pour cooccurrents principaux soit des nombres, soit des personnes (socium, hostium, peditum, militum). Cela renvoie à l’ampleur des armées, et donne également peut-être une dimension épique au récit. Enfin castra  est soit associé à un camp ( romana, hostium) soit à une opération militaire (locare, movere, verbe préfixés par in).

3- Les thématiques 

J’ai ensuite cherché à analyser d’un peu plus près les contextes d’emploi des termes principaux, afin de comprendre la place qu’ils occupaient dans le travail de Tite Live. J’ai d’abord eu recours pour cela à deux outils, la visualisation par nuages de points, qui permettent de voir les groupements thématiques des termes, et l’outil Liens  qui montre la force des collocutions entre les termes.

On voit assez nettement dans le nuage de point l’opposition entre le temps de guerre et le temps de paix, et se distinguent d’une part les éléments institutionnels de Rome (en bleu et violet), d’autre part les acteurs militaires (en rose et en vert). Dans le premier contexte, Tite Live fait essentiellement référence aux acteurs de la vie politique, tandis que dans le deuxième, il est question des soldats, des armées en marche, des lieux et des repères temporels.

 

Les liens montrent des réseaux intéressants, notamment d’opposition entre hostium et romana, bellum et pacem, peditum et equites. Cela suggère peut-être une tendance à la description binaire chez Tite-Live, et à la représentation des conflits en œuvre.

Enfin, j’ai utilisé l’outil Thèmes pour confirmer les rapprochements opérés entre les termes.

  Thèmes 
1 imperium animum fama virum sacra belli deorum agrum spes parte
2 regis rex nomen rege belli exercitus latinis hostium imperio romanis
3 bellum regnum tarquinius romulus arma armis ratus sabinis magna vim
4 populi animo deos auctores publica pater ius populo artibus domi
5 bello loco corpus appellati domo primores reges brutus manibus castra
6 romam regni animos imperii patrum latinorum populus locis romulo numae
7 urbis patres populum acies consilio latinum exercitum aeneae regiam iuppiter
8 albani hostes homines iure patris iussit patria finitimis statuit classis
9 romana primo patrem centum tarquini deum templi publico agere quadraginta
10 tullus tarquinium romanum regia filius pace miraculo castris aetatem legibus
11 regem maxime romae regi caput populi foedus tempus viribus duo
12 opes iubet tullo filium dies longe utrimque albano viri consilium
13 romani urbem annos civitatem pacem fortuna prima iuvenum tribus romano

On remarque deux types de rapprochements : certains sont épisodiques (10, 7, 3, 6 et s’organisent autour d’oppositions entre personnages), d’autres sont plutôt thématique. A ce titre, il est intéressant de voir le rapprochement entre imperium, belli, virum et deorum (1), entre populi, deos, ius (4) ou entre romani, pacem, iuvenum et tribus (13). Ces résultats mettent en avant des effets d’unité thématique forts dans le texte. Il faudra essayer de respecter ces effets de proximité thématique dans le pastiche.

b) Le style 

Deuxièmement, j’ai voulu analyser des éléments du style narratif de Tite Live. En effet, dès lors que l’Histoire appelle la rhétorique, il semble pertinent dans le cadre d’un pastiche de reprendre ces tournures rhétoriques liviennes.

J’ai pour cela eu recours à l’outil Syntagmes, ce qui m’a permis d’extraire quelques formules fréquemment utilisées par l’historien.

En ce qui concerne les expressions complexes à plus de trois syntagmes, nous voyons un soin particulier accordé aux liens logiques (non modo sed etiam, haud secus quam, solum sed etiam) et aux indications temporelles (primo quoque tempore, intra paucos dies, per aliquot dies, ad eam diem, per eos dies). Cependant il faut souligner que ces données temporelles sont le plus souvent relatives, on trouve d’ailleurs peu de dates. L’importance du syntagme ex senatus consulto rappelle l’importance de la législation dans les événements de l’histoire romaine, de même que e re publica. Cette tendance se confirme par l’analyse des syntagmes plus brefs (2 termes), on peut ajouter l’importance de la formule comparative (magis quam), qui semble faire écho aux phénomènes binaires déjà évoqués.  

J’ai également réintégré les stopwords afin de voir quels outils l’auteur utilisait dans son propos.

 

L’emploi fréquent de préposition indique un emploi des compléments circonstanciels importants, nécessaires à la contextualisation. On retrouve dans ces termes fréquents des conjonctions comme cum, ut, quod, sed, et qui suggèrent le goût de Tite Live pour les phrases complexes à plusieurs propositions, et l’importance du développement des événements. J’ai pu également noter que les phrases employées par Tite Live sont généralement assez longues (84mots en moyennes).

Conclusions des analyses :

Les outils proposés par Voyant Tools sont très nombreux, et fonctionnent plus ou moins bien selon la taille du corpus. Certaines ressources permettent de créer des visualisations graphiques très intéressantes, notamment pour les fréquences d’emploi et les répartitions; d’autres permettent de créer des tableaux synthétiques de corrélations, cooccurrences, classifications qui facilitent la compréhension des modes d’apparition des mots dans le texte. Ces deux types d’outils se complètent. Il est également possible de générer des cartes représentant les entités nommées spatiales (ce qui pourrait être intéressant dans certaines études). Il faut cependant être vigilant quant à l’interprétation des résultats fournis, et analyser le processus qui permet de faire ressortir les données afin de les exploiter correctement. 

Pour le pastiche, j’ai choisi le premier jour des révoltes du mouvement Black Lives Matters, dont les premiers épisodes ont des allures de guerre civile, nous serons donc dans un récit en temps de guerre. Voici donc les objectifs à respecter pour reprendre le style de Tite-Live :

  • La dimension rhétorique du texte
  • Les oppositions binaires
  • Les cooccurrents spécifiques des termes les plus fréquents du texte.
  • Le vocabulaire militaire
  • Des descriptions spatio-temporelles, avec des indications de lieux précises et des mesures de temps relatives.
  • Une transposition des réalités romaines au contexte contemporain, tout en reprenant l’importance du cadre institutionnel des événements.

Pour vérifier l’exactitude du pastiche, je l’ai soumis à Voyant Tools, et ai constaté des phénomènes correspondant aux objectifs, notamment pour le vocabulaire et les cooccurrents spécifiques.

Le pastiche : 

La Bataille de Minneapolis 

(XLI) D. Trump entrait dans sa dernière année de présidence. Cette année-là fut une grande année pour les combattants des discriminations et des violences en Amérique et dans le monde entier. En effet, les défenseurs des libertés avaient redoublé de courage contre les ennemis, dans la guerre qu’ils menaient contre les violences gratuites envers le peuple noir, bien que les lois et la police aient multiplié leurs injustices. Dans un premier temps, ce fut une lutte tacite, ponctuée de petites révoltes rapidement réprimées par la Police. Cependant, six jours avant les calendes de juin, les armées de l’Etat avaient tué un des membres du peuple, non seulement elles avaient agressé sans motif un homme de stature moyenne et de face noire, mais encore elles avaient refusé de lui porter secours dans sa détresse, comme cela est montré dans les documents qui nous sont parvenus. Après ces événements, le peuple américain décida d’assiéger la ville de Minneapolis et déclencha une guerre non sacrée contre les Policiers.

(XLII) Le jour suivant, mille alliés réunirent leurs forces et lancèrent l’assaut et occupèrent les rues de la ville, ce fut le début de la guerre contre les forces de police. En effet, toutes les forces du peuple sortirent au même moment de leurs camps dans la rue, et, après avoir consulté l’avis des dieux, avancèrent en masse vers le poste de police, les mains levées au ciel et clamant des cris d’indignation pour défendre la liberté. Cependant, ce premier assaut fut vain, car les ennemis étaient bien plus forts en nombre et en habileté, les uns étaient armés de pancartes et de hauts parleurs, les autres, au contraire, revêtaient des armes brillantes et dominaient leur adversaire de leur stature imposante, protégée par des casques et des boucliers infranchissables, si bien qu’ils dispersèrent l’armée réunie avant la nuit. Dès le lendemain, comme il était juste, selon les dieux, de défendre ses droits, les hommes du peuple lancent un deuxième assaut, se dirigent à pied sur l’avenue Chicago Sud, et luttent de nouveau contre les ennemis, qui avaient dû déplacer leur camp en prévision des nouvelles attaques. Ainsi, des soldats de la Police quittent les camps retranchés qu’ils occupent et s’avancent vers les ennemis, pour les affronter en corps à corps, d’autres se positionnent en retrait et tirent des balles de caoutchouc sur les armées du peuple, blessant nombre d’entre eux. L’armée en marche prend alors East Lake Street et met le feu à cette partie du camp de la Police avec grand bruit. Face à cette situation, le chef des armées ennemies, Jacob Frey envoya un renfort d’un demi milliers de soldats à pied, armés lourdement et équipés de protections plus solides que leurs adversaires. Les ennemis lancèrent des gaz lacrymogènes contre ceux qui assiégeaient la ville, mais déjà le peuple dépassait les forces de police en nombre et en détermination, eux qui ne combattaient pas tant pour la victoire que pour leurs valeurs, non tant par haine que par colère. On raconte que de nombreux commerces furent détruits par les flammes cette journée-là. La même nuit, le camp du chef de l’armée est pillé et saccagé, avant d’être détruit par le feu.

(XLIII) Le lendemain, le chef de la police s’adressa à son peuple, et déclara d’une voix forte et claire :
« Les événements qui ont lieu en ce moment à Minneapolis sont d’une gravité sans précédent, et je ne saurais exprimer devant vous aujourd’hui ma désapprobation, ma honte et ma révolte face à ces actes inacceptables. Je veux que vous sachiez, Mesdames, Messieurs, citoyens américains, que je condamne toutes les personnes qui sont mêlées à cette violence, et que celles-ci seront tenues responsables des dégradations constatées. Les forces de police font tout ce qui est en leur pouvoir pour rétablir l’ordre et la paix dans notre cité. Minneapolis est et restera forte comme l’enfer. » Sur ces paroles, le chef de la police partit, et l’agitation de la foule s’accentua. Pendant ce temps, dans les rues de Minneapolis, le front armé continuait de clamer par de puissants cris leurs incriminations contre les ennemis, ils plaidaient la justice dans leur camp, et dénonçaient le manque de respect et la haine des autres. Ils encerclaient les camps de la Police, retranchée derrière des barrières résistant aux assauts multiples et enragés ; pas autrement ne se comportaient les loups furieux qui cherchaient à atteindre leurs proies au-delà des enclos du berger, ainsi le front heurtait les hauts boucliers de leurs épaules ou de projectiles de fortune.

(XLIV) Les combats durèrent plusieurs jours, par décision des autorités locales, l’état d’urgence avait été décrété dans toute la ville, la peur rendaient silencieuses les demeures et Minneapolis ne respirait plus que les braises d’elle-même. Sans cesse les manifestations se multipliaient, la sympathie des cités voisines et étrangères se portaient vers le peuple, la réputation des hommes dans cette guerre menée contre la Police donnaient de l’espoir à tous les défenseurs des droits, et la colère atteint un tel point qu’on se réunit entre chefs afin de résoudre le conflit. Ils décidèrent que l’armée de la Police devait être finalement dissoute, et elle disparut de Minneapolis par décision des autorités. Les temps qui suivirent furent troublés tant en temps que paix qu’en temps de guerre, Fama, à l’aide de Médias, répandit les nouvelles des combats et de leur issue à travers le monde, si bien que les guerres se multiplièrent aux Etats Unis contre les pouvoirs en place, non seulement pour lutter contre des événements ponctuels, mais aussi pour défendre les droits des individus face aux discriminations féroces des forces policières.


Une réflexion sur « La bataille de Minneapolis »

  1. La détermination des objectifs à partir de l’observation du corpus est exemplaire. Par ailleurs, c’est une idée originale et très pertinente de charger le texte final dans Voyant Tools pour regarder si des phénomènes comparables peuvent être décelés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search