Résumés des projets personnels

Les présentations qui suivent se fondent sur des matériaux rédigés par les étudiantes et étudiants du master pour évoquer, plus ou moins en détail, les corpus, les objectifs, les méthodes, les outils et les résultats. Ces notes sont à considérer comme des instantanés pris entre la dernière séance du séminaire « Humanités numériques 4 » et l’achèvement printanier des mémoires de recherche.


Paul Beaumarchais : analyse des occurrences de superstitio dans les textes latins

Cette étude portait sur les textes du du PHI, traités dans un fichier en R Markdown, et consistait en une extension du travail sur les concordances. À partir des sous-corpus identifiés comme pertinents, à la fois dans leur forme non lemmatisée et lemmatisée, en choisissant des mots vides adaptés, le mot-pivot a fait l’objet d’essais de représentation graphique fondés sur des proximités de fréquences (dendrogramme) ou sur un classement chronologique (diagramme de Sankey). Le corpus de Cicéron a été abordé plus précisément dans un second temps.

Florence Lienhard : Achille dans les scholies homériques

Après une préparation de ce corpus massif (plus de 500.000 mots) agrégeant les commentaires anciens à l’Iliade, dont les divisions et abréviations n’étaient pas homogènes dans le texte numérique de l’édition de référence, plusieurs pistes ont été suivies en traitant les données dans un fichier en R Markdown.

L’étude de la distribution du nom d’Achille – détection des occurrences par chant du poème et représentation graphique par un histogramme – a fait apparaître un intérêt particulier pour le chant XVI, qui résiste à l’interprétation et suscite plus de gloses que le comportement du héros envers Hector au chant XXII.

Les termes caractérisant Achille, avant tout des adjectifs plus ou moins formulaires, ont été précisés par l’identification des collocations et la représentation graphique de leur réseau.

Enfin, l’importance de Patrocle dans ces textes seconds a été mesurée à travers la distribution des occurrences de son nom et la fréquence des termes corrélés. Cela a permis de déterminer s’il était utile d’orienter la recherche vers les discussions relatives à ce personnage, dont on pouvait se demander s’il était seulement évoqué en même temps qu’Achille et pour parler d’Achille.

Claire Matschek : la parole des femmes et les paroles des hommes dans Lysistrata d’Aristophane

L’analyse, recourant aux données de la plateforme DraCor, a été menée dans l’environnement d’analyse textuelle Voyant Tools. Deux grands axes ont été suivis.

Tout d’abord, on a observé l’ordre d’apparition des personnages, qui montre un « envahissement progressif de la scène par les hommes qui tentent de reconquérir non seulement l’espace scénique, mais aussi et surtout l’espace politique, moral, religieux, de rétablir l’ordre social ».

Surtout, il s’agissait d’étudier les mots les plus employés par les personnages et groupes de personnages, ainsi que leurs corrélations. On quantifie ainsi les proportions des éléments attendus : la cité, la guerre, le corps, les noms de déesses et de dieux. On repère également un jeu sur les formes dialectales mises dans la bouche d’un personnage. « Cette étude de la fréquence des termes choisis et de leur positionnement dans la pièce aura permis de mettre en évidence le vrai nœud de Lysistrata. Ce n’est pas tant la guerre et ses conséquences qui agitent les personnages de cette pièce, mais la confrontation des femmes aux hommes, leur relation, leur aspiration commune à la paix, paix civique pour les hommes, paix domestique pour les femmes. Cette conclusion ne va pas dans le sens d’une utilisation fréquente de cette pièce par le courant féministe, mais il me semble qu’Aristophane s’amuse plus qu’il ne revendique un changement sociétal pour les femmes. Le portrait caricatural qu’il en fait, principe même de la comédie antique, ne peut aller dans un autre sens que dans celui d’un jeu de mots et de connivence entre le dramaturge, les comédiens et les spectateurs… qui sont tous des hommes ! »

Aude P. : lemmatisation et modélisation thématique des Nuits attiques d’Aulu-Gelle et des Propos de table de Plutarque

Dans le cadre d’un mémoire portant sur les chapitres de ces œuvres traitant des sciences naturelles, ce projet était l’occasion de déterminer si le classement automatique par des méthodes non supervisées validait l’annotation manuelle. Le travail a principalement été mené sous R, dans un fichier R Markdown, afin d’insérer des commentaires au sein d’analyses et de visualisations systématiques.

D’une façon préliminaire, on a testé et évalué les modèles disponibles pour la lemmatisation du grec et du latin avec UDPipe et avec Pie (le second s’est montré bien plus performant).

L’application de la modélisation thématique visait à comparer la catégorisation manuelle avec les résultats automatiques. À ce stade expérimental, la correspondance était faible et la méthode semblait inadaptée.

Par l’étude des mots les plus fréquents, on a ensuite cherché à dégager des différences entre les chapitres identifiés comme « scientifiques » et le reste des corpus. Cependant, les calculs de fréquences et les calculs de saillance fondés sur l’algorithme TF-IDF, destinés à faire ressortir des termes propre à des thèmes et à des chapitres, n’ont pas non plus apporté d’éclairage net.

En définitive, ce projet a constitué, avant tout, une étape dans l’apprivoisement et l’exploration des corpus, avant de sélectionner les analyses les plus pertinentes pour le mémoire et afin d’en préparer les matériaux. Son intérêt le plus clair était de cultiver un regard informé et critique sur les outils et de comprendre quand et pourquoi certaines méthodes étaient fructueuses.

Nadine Rakofsky : le genre d’Iphis au livre IX des Métamorphoses d’Ovide

La question de savoir s’il faut considérer Iphis comme un personnage féminin ou masculin a reçu diverses réponses, au croisement des études classiques et des gender studies. En cherchant initialement à étayer les hypothèses par l’analyse numérique, ce projet a ouvert des pistes et préparé des matériaux pour la recherche en cours.

La préparation des données a pris une place importante dans ce travail, car le fichier en XML-TEI téléchargé dans l’entrepôt de la Perseus Digital Library a finalement fait l’objet d’un enrichissement assez profond : ajout de numéros de vers et, après avoir défini un schéma approprié, encodage des personnages et des locuteurs, dont le narrateur.

De même, une fois le texte importé sous R, dans un fichier R Markdown, l’analyse des personnages a conduit à annoter le tableau de leurs interventions : dans le fichier CSV exporté, on a appliqué manuellement des attributs de genre et une typologie des êtres vivants (humain, dieu, divinité secondaire, animal), pour pouvoir faire des observations plus précises.

Des méthodes de stylométrie ont aussi été mises en œuvre pour voir quelles proximités apparaissaient entre les différentes classes d’actants définies par cette typologie. Il est intéressant qu’une méthode non supervisée retrouve la séparation entre narration et discours direct.

Les textes non lemmatisé et lemmatisé ont été soumis à diverses analyses de fréquence et de distribution : nombre de mots des personnages dont Ovide raconte l’histoire, par livre et par genre ; bigrammes remarquables ; mots typiques des hommes ou des femmes, révélés par l’algorithme TF-IDF.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search