Résumés des projets personnels

Les présentations qui suivent se fondent sur les matériaux rédigés par les étudiantes et étudiants du master pour évoquer l’avancement de leur travail dans le cadre du cours « Humanités numériques 4 » – avant l’achèvement printanier des mémoires de recherche.


Olivier Bailly : rire et sourire dans les épopées homériques

Le projet a consisté à recenser les occurrences des mots signifiant le rire et le sourire dans l’Iliade et l’Odyssée pour voir ce que cela pouvait nous apprendre ou nous suggérer sur ce que représentent ces mouvements visibles du visage sur les sentiments, la religion, la société grecques archaïques. Chez Homère, rire et sourire sont-ils deux choses profondément distinctes ou y a-t-il à travers les mots entourant les verbes (adjectifs, adverbes, compléments) une gradation qui permet de passer par étape du sourire le plus discret au rire inextinguible ? Question connexe : si rire et sourire correspondent à deux réalités différentes, sont-ils l’apanage de personnages distincts, ou touchent-ils indistinctement tous les personnages ?

Les mots du champ ont été déterminés et étudiés (morphologie et étymologie) à partir des dictionnaires usuels : γελᾱν (gelan, « rire »), le moins connu κανχαζεῐν (kankhazein, « rire aux éclats ») et μειδᾱν (meidan, « sourire »). Puis on a extrait du Thesaurus Linguae Graecae (TLG) les occurrences, soit 68 occurrences au total – 35 pour gelan et gelos, 28 pour meidan et 5 pour kankhazein –, concentrées dans 11 passages. Les tableaux statistiques ont permis de visualiser la répartition des lemmes par chant pour chaque œuvre.

Chacun de ces passages a été traduit et analysé en suivant une liste de questions : qui rit ou sourit (immortel/immortelle, homme/femme, autre) ? de qui rit-on ou sourit-on (immortel/immortelle, homme/femme, non précisé) ? quelle est la cause de ce rire ou sourire ?

Parmi les remarques intéressantes, notons que l’on observe peu de relations dans ce domaine entre mortels et immortels : chaque groupe rit en son sein, il n’y a pas de rire des uns vis-à-vis des autres.

Maria Constantinou : les mises en scènes contemporaines des drames satyriques grecs

Le projet réalisé pour le cours de ce semestre était directement lié à mon mémoire de recherche de master 2 en Humanités classiques et numériques. Comme ce dernier porte sur la réception contemporaine du drame satyrique, et plus précisément sur des mises en scène récentes des pièces Le Cyclope d’Euripide et Les Limiers de Sophocle, des éléments non textuels concernant les mises en scène étudiées constituent un complément indispensable à la forme écrite de mon mémoire. Ainsi, le cours d’humanités numériques a constitué un cadre pour développer un site Web qui servira de lieu d’exposition et de partage en ligne de ces éléments.

Plusieurs solutions d’exposition en ligne ont été envisagées au début du semestre. Les principaux critères de choix étaient la facilité de manipulation de l’interface, la possibilité d’y exposer des vidéos, et la possibilité d’un hébergement gratuit du site. La plateforme qui s’est avérée le plus adaptée pour cet usage était GitHub Pages. Il s’agit d’un outil qui permet de transformer de façon simple un entrepôt GitHub en site Web, tout en offrant un hébergement gratuit.

Grâce à GitHub et GitHub Pages, j’ai pu travailler dans un langage simple sur des fichiers en Markdown et en HTML, bénéficier des modifications et corrections de M. Berra directement dans l’entrepôt partagé, et même éviter les effets des mauvaises manipulations grâce au versionnage qu’offre GitHub.

Le seul désavantage de ce choix était l’obligation de faire un site public : il a donc fallu être prudente avec le matériel que je voulais exposer et dont je ne disposais pas des droits. Dans les cas où il a été impossible d’obtenir l’accord des artistes ou institutions concernées, j’ai dû renoncer à partager une partie des éléments en question.

À présent, le site se trouve en ligne à l’adresse suivante : https://mc1897.github.io/Drame-satyrique-site2/. Il s’agit d’une première version qui donne un aperçu du thème de mon mémoire et des trois mises en scène étudiées, avec pour chacune des productions quelques photos, des vidéos, la liste des créateurs et une brève présentation. Le site pourra être amélioré et enrichi au fur et à mesure, afin de constituer un complément numérique au mémoire de recherche final.

Chloé Jager-Guyennot : discours et narration dans l’Hymne homérique à Déméter et le De raptu Proserpinae de Claudien

Pour mon mémoire de M2, je compare le mythe de Perséphone à travers une œuvre archaïque grecque, l’Hymne homérique à Déméter, et une œuvre latine tardive, le De raptu Proserpinae de Claudien. Dans le cadre du projet personnel du cours d’humanités numériques 4, j’ai donc voulu continuer mes recherches sur ce corpus.

Mon idée première était de chercher les occurrences nominatives se rapportant à Perséphone/Proserpine et Déméter/Cérès. Pour cela j’avais réalisé un premier script en R, qui permettait d’isoler ces différentes occurrences. Après ces premiers résultats, il m’avait semblée pertinent de lemmatiser le corpus afin de pouvoir étendre mes recherches aux épithètes et autres périphrases qualifiant nos deux déesses. Cependant, à cause de problèmes techniques récurrents, notamment mon impossibilité à ouvrir RStudio, mon projet a pris une autre tournure.

En effet, au fil de mes recherches il m’a semblé plus pertinent de me concentrer sur la répartition entre narration et discours dans les deux œuvres, puis sur la répartition du discours entre les différents personnages. J’ai pour cela utilisé Excel – l’un des seuls logiciels que mon ordinateur continuait à ouvrir – afin de réaliser des tableaux et des graphiques, comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessous.

J’ai réalisé un premier tableau dans lequel j’ai annoté la narration et le discours, pour pouvoir ensuite extraire uniquement les passages concernant le discours. Ici, ce sont les tableaux concernant la répartition du discours dans les trois livres qui constituent le De raptu Proserpinae de Claudien. Ces tableaux permettent de voir qui parle et sur combien de vers. On peut notamment remarquer que Cérès assure à elle seule quasiment la moitié du discours du livre III, alors qu’elle ne prend pas la parole dans le livre II, et uniquement sur six vers dans le livre I. J’ai réalisé ce même type de graphique pour l’ensemble du DRP (sans faire de distinction entre les livres) et l’Hymne homérique à Déméter. Pour le DRP, dans sa totalité, les graphiques montrent que Jupiter et Hadès possèdent la même répartition du discours, soit 13 % chacun. Pour l’hymne, Déméter et Perséphone assurent à elles deux la moitié des prises de parole. J’ai ensuite réalisé un graphique croisé dynamique qui me permet de voir qui parle, à qui, et sur combien de vers. L’avantage de ce graphique est qu’il est modulable, par exemple selon le personnage sur lequel on veut se focaliser.

Pour conclure, bien que je n’aie pu utiliser les logiciels que nous avons étudiés au fils des semestres du master, j’obtiens tout de même des résultats satisfaisants et exploitables pour mon mémoire. J’aurais pu parvenir au même résultat en utilisant dans RStudio des fichiers CSV et le package esquisser pour créer des graphiques avec ggplot, et aller encore plus loin dans mes analyses avec des calculs d’écarts-types par exemple.

Tableaux et graphiques sur la répartition du discours dans le De Raptu Proserpinae de Claudien

Thierry Michel : lemmatisation et analyse textuelle des épigrammes de Geoffroy de Winchester

Dans le cadre de mon mémoire de traduction des Epigrammata de Geoffroy de Winchester, mémoire commencé en master 1, j’ai souhaité entreprendre la lemmatisation de ce recueil afin de me faire une idée chiffrée de la fréquence des termes et des lemmes. Le but était de collecter des données exploitables pour mon mémoire.

Ce recueil est composé de 238 épigrammes. Ces proverbia sont en distiques élégiaques, précédés d’un titre, et la longueur des poèmes progresse au fil des livres : (1 à 102) un distique, (102 à 198) deux distiques, etc., jusqu’à 9 distiques (238). La difficulté pour se procurer les sources matérielles est telle (l’œuvre a été écrite entre la fin du xiᵉ siècle et le début du xiiiᵉ siècle) que ce mémoire de traduction s’effectue à partir de sources numériques.

Après un léger nettoyage de données non essentielles comme la numérotation des épigrammes, j’ai utilisé l’add-on split-diff d’Atom, qui m’a permis de voir les différentes variantes entre les deux textes de référence. L’excellente fonctionnalité et la simplicité d’utilisation de cet add-on donnent en quelques clics et de manière très claire les variantes entre différentes sources. Les lignes surlignées désignent une variation du texte, les mots qui diffèrent sont mis en surbrillance.

La seule divergence entre les textes sources de la Latin Library et de la Bibliotheca Augustana se situe au niveau des digrammes soudés oe/œ et ae/æ : dans la version de la Latin Library on remarque que ce digramme est noté ú (p. ex. LL Alphesibúus = BA Alphesibœus). J’ai ainsi choisi le texte de la Bibliotheca Augustana comme source de référence pour la lemmatisation.

La seconde étape fut donc la lemmatisation et pour cela j’ai utilisé le service Pyrrha en ligne. J’ai copié le texte de la Bibliotheca Augustana dans la partie prévue à cet effet. Une fois le texte copié dans Pyrrha, l’application intégrée Deucalion fait le reste.

La troisième étape a été de traiter cette lemmatisation avec l’aide d’Atom pour ne garder que les lemmes.

L’étape suivante a consisté à isoler les lemmes et à les vérifier. L’étape de vérification fut assez longue car les nombreux jeux de mots sur les noms propres additionnés aux quelques formes non classiques m’ont obligé à contrôler l’ensemble de la lemmatisation. Après plusieurs relectures j’obtiens enfin un fichier lemmatisé optimal. Ce fichier créé, j’ai pu passer à la création des graphiques en vue de l’analyse sémantique et thématique.

Pour créer des graphiques, le traitement de ces informations a été réalisé en R avec l’aide du logiciel R Studio. J’ai utilisé un script de calcul de fréquences que nous avons vu au premier semestre afin de créer plusieurs graphiques.

Après avoir rentré le texte et un fichier de stopwords, j’ai pu obtenir un tableau des vingt termes les plus fréquents.

La fréquence des termes ne constitue pas une surprise et représente bien cette littérature de sagesse médiévale héritée de l’antiquité, une sorte d’enseignement à parfaire son être et son genre de vie. Le terme le plus fréquent, vitium, est en effet très courant dans l’œuvre, l’auteur invite souvent son personnage conceptuel à se débarrasser de ses vices. Parum est aussi un des termes qui revient souvent, il souligne le manque de quelque chose ou le peu de chose que l’on peut retirer de quelque chose, dans des formules telles que parum prodest, parum proficit. Les termes sapiens, mores sont des incontournables dans ce genre littéraire.

J’ai ensuite créé l’histogramme des lemmes de manière à le comparer à celui du texte et à mes impressions de lecture. Les deux premiers lemmes, facio (faire) et uolo (vouloir), sont bien ceux qui ressortent le plus dans l’impression de lecture, en effet l’auteur invite sans cesse à agir mais aussi à vouloir. Les verbes do (donner) et amo (aimer) sont aussi au cœur du propos de l’auteur ; ne pas donner pour recevoir ou aimer pour être aimé sont des consignes récurrentes. Nous retrouvons aussi dans ce classement les lemmes honor et vitium, ils sont souvent liés dans les épigrammes puisque le défaut d’honneur est souvent attaché à la présence d’un ou plusieurs vices et inversement la virtus (vertu) ne discrédite personne. Enfin l’amitié est une thématique forte et l’amicus est très prisé.

Ce second graphique confirme les résultats de l’histogramme des termes et mes impressions de lecture, nous retrouvons dans ces deux représentations les mêmes données. En effet, on a dans les Epigrammata une morale qui ne renvoie jamais aux préceptes évangéliques même si certaines épigrammes peuvent être tirées dans un sens chrétien, en réalité la morale est plutôt ici de type stoïcienne sans que bien sûr il n’y ait de contradiction véritable avec la morale chrétienne.

Pour finir et pour illustrer ces résultats j’ai réalisé un nuage des mots les plus fréquents des Epigrammata.

En conclusion, ce travail numérique très utile va me permettre d’aborder de manière chiffrée et imagée tout un pan de l’œuvre. Il me servira aussi à étayer les analyses sémantiques et thématiques qui figureront dans l’introduction du second volet de mon mémoire.

Nadine Rakofsky : les secrets dans les Métamorphoses d’Ovide

Mon travail, qui concerne les Métamorphoses d’Ovide, comprend deux parties.

La première, réalisée principalement l’an dernier, concerne le genre d’Iphis, personnage ovidien né(e) fille, travesti(e) en garçon par sa mère et transformé(e) en homme par la déesse Isis, juste avant son mariage. Une analyse comparative des discours des personnages a nécessité la création de plusieurs outils. À l’aide du logiciel Oxygen, j’ai ajouté au fichier TEI des quinze livres des Métamorphoses disponible en ligne sur l’entrepôt GitHub de Perseus des balises indiquant les noms des personnages qui s’expriment, ainsi que les types de textes (narratif, discours direct, plaidoirie). Cela m’a permis de générer avec mon script un fichier CSV qui a recueilli les noms des personnages contenus dans les balises ; je l’ai ensuite complété manuellement avec les attributs du sexe (féminin, masculin) et de la nature des personnages (dieu, divinité secondaire, humain, créature, animal), pour remplir un grand tableau (tibble) reprenant le texte – lemmatisé et non lemmatisé – des quinze livres des Métamorphoses et précisant pour chaque passage le type de discours, le numéro du livre, les numéros de début et de fin de vers, le personnage qui parle, son sexe et sa nature. À partir du tibble, j’ai procédé à diverses analyses textuelles telles que la stylométrie et la recherche des occurrences fréquentes de mots chez les hommes et les femmes.

Le travail de cette année a concerné les secrets dans les Métamorphoses : j’ai cherché à savoir qui cache quoi et à qui.

Je suis partie de la grille d’analyse d’André Petitat, un sociologue qui s’est intéressé aux formes des secrets, en particulier dans les contes. Il les classe selon trois axes : l’axe « pensées et sentiments cachés/montrés », l’axe « avec/sans expression de fausses pensées » et l’axe « avec respect/transgression des conventions » ; le croisement des pôles de ces axes donne huit possibilités, que Petitat classe selon une progression qui va du pôle de la méfiance (pensées et sentiments cachés avec expression de fausses pensées et transgression) au pôle de la confiance (pensées et sentiments montrés sans expression de fausses pensées avec respect des conventions).

J’ai d’abord enregistré dans un fichier CSV les principaux liens de secrets que je relevais dans les livres I à X des Métamorphoses, en précisant chaque fois l’auteur du secret, son destinataire, le livre et les vers qui le contenaient et en assignant les attributs issus des axes énoncés par André Petitat. J’ai ensuite ajouté au fichier CSV de personnages créé l’an dernier les personnages impliqués dans les secrets qui ne s’y trouvaient pas encore, en précisant les attributs de sexe (féminin, masculin) et nature (dieu, divinité secondaire, humain). Le fichier des personnages et celui des secrets ont alors été réunis dans un tibble contenant donc :

  • Le nom de l’auteur du secret et ses attributs (sexe + nature)
  • Le nom du destinataire du secret et ses attributs (sexe + nature)
  • Le numéro du livre et la place du secret dans le livre
  • Les attributs du secret (axes voilement/dévoilement ; avec/sans expression de fausses pensées ; avec respect/transgression des conventions)

Je me suis d’abord intéressée aux types de secrets présents dans les Métamorphoses, à leur nombre et à leur fréquence dans les dix livres étudiés en créant des plots par axe, puis pour les huit croisements de Petitat obtenus avec filtrage des trois colonnes concernant les axes des secrets dans le tibble.

J’ai ensuite agrégé les personnages de manière à les ranger par catégories (dieux féminins, humains masculins, etc.) pour observer, pour chaque axe, vers quel pôle tend chaque catégorie de personnages, d’abord en tant qu’auteurs de secrets, ensuite comme destinataires de secrets. J’ai alors cherché à représenter, pour chaque axe, un graphe de réseau afin de visualiser la manière dont les liens s’organisent.

Enfin, j’ai réalisé des graphes de constellations :

J’ai effectué sur un grand corpus un travail exploratoire qui était nécessaire ; cependant, travailler sur une plus petite sélection de récits me permettra d’affiner l’encodage.

Je trouve que la représentation par graphiques d’analyse de réseaux est idéale pour mon sujet.

Par ailleurs, les limites d’une analyse basée exclusivement sur les axes proposés par André Petitat sont apparues : certains éléments, comme l’épisode où Actéon surprend Diane en train de se baigner, n’ont pu être encodés. Je devrai donc réfléchir à des solutions.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search