Etude sur les verbes au futur dans les Troyennes

            En lisant une première fois les Troyennes d’Euripide, l’une des choses qui ont pu nous paraître frappantes est la présence remarquable des verbes au futur. Cela peut sembler étonnant dans une pièce où les personnages principaux sont des captives qui pleurent la grandeur passée de leur ville tombée aux mains des Grecs et sont saisies par cet événement. Nous avons alors formulé l’hypothèse qu’il s’agit d’un futur prophétique, c’est-à-dire un futur qui pourrait renvoyer à des actions qui ont lieu plus tard par rapport au moment de l’énonciation, que ces actions aient lieu sur scène ou non. Cet emploi serait à rattacher à la présence de personnages prophètes et à une interrogation sur ce dont l’avenir des personnages sera fait.

        L’objet de ce billet sera d’essayer de voir si, oui ou non, il y a présence d’un futur prophétique parmi les types de verbes au futur relevés. Notre corpus sera constitué des pièces suivantes : Les Troyennes d’Euripide et Les Troyennes de Sénèque. Il s’agira d’étudier la question dans chacune des pièces séparément, puis de comparer les résultats entre eux.

            Pour cela, je me servirai de deux outils : pour la pièce de Sénèque, j’utiliserai Hyperbase ; pour la pièce d’Euripide, j’utiliserai la base de données du Thesaurus Linguae Graecae (ou TLG).

 

            Commençons par la pièce de Sénèque. Celle-ci fait heureusement partie du corpus tragoediae d’Hyperbase, qui regroupe toutes les pièces de Sénèque. Si on sélectionne ce corpus, puis que l’on choisit l’outil Lecture (qui permet avant tout de lire la pièce linéairement), on a accès a un certain nombre de données. Parmi ces données, on trouve les écarts-réduits associés à chaque forme, lemme ou code. Le lemme est le mot tel qu’il apparait dans le dictionnaire, avec toutes les formes qui lui sont rattachées automatiquement, ce qui est plus pratique quand on fait des recherches sur la présence d’un mot dans la pièce, et évite de rechercher chacune des formes manuellement. Le code, lui, indique la nature de tel mot accompagnée de sa déclinaison ou son temps, le cas échéant.

            Un écart-réduit est une donnée indiquant si tel ou tel élément est sur-représenté ou sous-représenté dans un corpus, en admettant que la répartition de cet élément est uniforme à travers le corpus. C’est un nombre qui gravite autour de 0 et qui est significatif au-delà de 2 ou de -2. S’il est supérieur à 2, alors la présence de tel élément est significative. S’il est inférieur à -2, alors la rareté de tel autre élément est aussi significative. Cette donnée peut être obtenue à partir du produit en croix du nombre de mots total dans une pièce, du nombre de mots du corpus, et du nombre total d’occurences de l’élément auquel on s’intéresse, en l’occurrence, le futur. 

            Une inspection du tableau des codes permet d’avoir une idée de la fréquence des futurs dans la pièce. Au futur (sans faire la distinction entre les participes et les verbes) correspond un écart-réduit de 1,86. Les futurs ne sont donc pas particulièrement présents dans la pièce outre mesure, par rapport à l’ensemble du corpus des tragédies de Sénèque, mais cette donnée gagne en intérêt si on la met en parallèle avec les écarts-réduits associés à l’indicatif et au présent, respectivement de -1,92 et de -2,58, sachant que les verbes ont, eux, un écart-réduit de -1,32. Cela nous apprend qu’il n’y a pas beaucoup de verbes dans cette pièce par rapport aux autres pièces de Sénèque, mais que le futur occupe une place importante parmi ces quelques verbes.

L’affichage par code du tableau des écarts-réduits permet de voir qu’au futur correspond un écart-réduit de 1,86

            Une fois que nous savons cela, la prochaine étape est de déterminer dans quel contexte ces verbes sont employés. Pour cela, nous pouvons utiliser l’outil Thèmes. Cet outil nous indique quels sont les mots les plus susceptibles d’être trouvés à proximité d’une forme, d’un lemme ou d’un code choisi. Cette forme, ce lemme ou ce code est associé à deux rangées superposées de formes ou de lemmes, selon ce que l’on a choisi. Les formes ou les lemmes de la première rangée sont reliés à ceux de la deuxième rangée. À partir de ces mots, on peut distinguer plusieurs champs lexicaux. Ainsi, nous avons appliqué cet outil Thèmes aux verbes conjugués à l’indicatif futur, afin d’avoir un cadre de travail bien défini et d’éviter les complications liées notamment à la subordination. Cela nous a permis de distinguer trois champs lexicaux principaux :

– le champ lexical de la mort : bustum (sépulture), cinis (cendres), tumulus (tombeau)

– le champ lexical de la servitude : sparsas (éparpillées), victas (vaincues) et jugum (joug), tous ces termes renvoyant au sort des Troyennes

– le champ lexical de la gloire ou de la hauteur : celsum (haut), fastigium (sommet), victor (vainqueur), la gloire étant celle des Grecs, et la hauteur étant celle depuis laquelle Astyanax a été jeté, les deux étant liées, l’une étant apportée par l’autre.


Affichage de l’outil Thèmes appliqué aux verbes à l’indicatif futur pour les Troyennes de Sénèque

            L’étape suivante a consisté à vérifier les emplois en consultant le texte même. Pour cela, nous avons utilisé l’outil Recherche. Cet outil donne toutes les occurrences de la forme, du lemme ou du code entré. Ici, nous nous en sommes servis pour identifier les vers qui contiennent à la fois l’un des mots qui constituent les champs lexicaux énumérés plus haut, et un verbe conjugué au futur. Pour repérer plus facilement ces vers, nous avons utilisé l’affichage par codes, le code du futur étant Ind:Fut. Une fois que tous les vers qui correspondent à ces critères ont été réunis, l’analyse a pu commencer.

Exemple de recherche de verbes au futur dans le texte à partir des mots importants identifiés grâce à l’outil Thèmes

            L’analyse des vers laisse deviner deux sous-intrigues au sein de la pièce, qui sont d’un côté le meurtre d’Astyanax dont est chargé Ulysse, et de l’autre côté le sacrifice de Polyxène par Pyrrhus.

            Nous remarquons qu’Andromaque est le personnage qui réunit le plus de vers contenant un verbe au futur (nous avons retenu 8 occurrences). Sans pour autant en déduire qu’elle est le personnage principal de la pièce, on peut au moins affirmer qu’elle est celui qui regarde le plus vers l’avenir. Nous pourrions expliquer cela par le fait qu’elle est la mère d’Astyanax et qu’on menace de tuer son fils et de déshonorer son mari. Ainsi, la plupart des fois où elle emploie le futur, Andromaque évoque Astyanax, son avenir, les choses qui l’attendent (sa mort) et celles qu’il ne verra pas (sa succession à son père). Andromaque se sert donc ici du futur pour exprimer son désespoir.

            Un autre emploi remarquable du futur dans cette sous-intrigue serait celui des verbes employés par Ulysse, lors de sa confrontation avec Andromaque alors qu’il essaie de débusquer Astyanax. Ce dernier a été caché par sa mère dans le tombeau d’Hector. Les Grecs ont reçu un oracle, selon lequel ils ne pourront partir qu’après avoir éradiqué la descendance d’Hector pour éviter une revanche troyenne. C’est pour le protéger qu’Andromaque l’a caché. Il s’ensuit une scène pendant laquelle Andromaque et Ulysse échangent de courtes répliques pendant qu’Ulysse cherche Astyanax. Ulysse se fait le bras droit de l’oracle, et c’est ce qu’expriment ses vers. Le futur confère à ses mots une certaine assurance. Nous pourrions parler de futur de menace, auquel Andromaque aurait été sensible puisque c’est elle qui finit par trahir la localisation d’Astyanax, paradoxalement en voulant le protéger. Il est intéressant de noter qu’en fin de compte, les actions annoncées par Ulysse (la destruction du tombeau) n’ont pas eu lieu, mais que le but recherché a été accompli par ces verbes et l’effet qu’ils ont produit. Nous pourrions dire qu’il s’agit d’une défaite ponctuelle, en ce que les moyens employés n’ont pas eu l’effet initialement escompté, mais d’une victoire sur le long terme, en ce que le but visé a tout de même été atteint.

            Passons maintenant à la deuxième sous-intrigue, celle du sacrifice de Polyxène. Polyxène est un personnage dont la présence dans la pièce est peu marquante. Elle ne prend jamais la parole bien qu’elle soit supposément présente sur scène. Il faut donc s’en remettre aux vers prononcés par les autres personnages pour savoir ce qu’elle fait et ce qu’il lui arrive. Et c’est aussi par leur intermédiaire que les détails de son sacrifice parviennent au spectateur ou au lecteur, sacrifice qui n’est pas représenté sur scène. Ce sacrifice est d’abord annoncé par Calchas et Talthybius, respectivement devin et messager, dont le statut confère à leurs paroles une valeur prophétique. Ce sont eux qui rapportent la volonté d’Achille, qui réclame que Polyxène lui soit sacrifiée. Ce faisant, ils utilisent le futur, dont l’emploi est en accord avec leur rôle.

            Le sacrifice de Polyxène passe également par l’intermédiaire d’autres personnages, comme Pyrrhus et Agamemnon. Lorsqu’eux utilisent le futur, leurs paroles ont quelque chose de prophétique, par le caractère à la fois fatal et sacré des actions qu’ils promulguent. De fait, le sacrifice de Polyxène n’a pas lieu sur scène, et n’est donc pas donné à voir au spectateur. Cela est courant dans les tragédies grecques, où les morts ne sont jamais représentées sur scène. Le spectateur ou le lecteur doit se contenter de ce qui aura été dit au sujet de l’événement, et de l’image mentale, renforcée par l’emploi du futur, que les mentions de cet acte lui auront permis de se créer. Le meurtre a en quelque sorte lieu par la parole, et cette idée a d’autant plus de force que Pyrrhus lui-même annonce qu’il exécutera le sacrifice.

            Ainsi, dans les Troyennes de Sénèque, le futur n’est pas particulièrement sur-représenté, mais il se distingue néanmoins par rapport aux autres temps, sachant que les verbes sont, eux, en quantité moindre par rapport au reste du corpus. Le futur est utilisé pour renvoyer aux actions qui auront lieu ultérieurement par rapport au moment de l’énonciation, en l’occurrence le meurtre d’Astyanax et le sacrifice de Polyxène. L’emploi de ce temps donne aux paroles un caractère fatal, renforcé par le rôle prophétique des personnages qui l’utilisent, et par la transmission qu’il semble y avoir de l’action vers la parole, par exemple lorsque Pyrrhus annonce lui-même qu’il sacrifiera Polyxène. Le futur est aussi le temps des espoirs déçus, comme l’indique la quantité de vers d’Andromaque qui contiennent un verbe au futur, exprimant la souffrance qu’elle ressent à cause du meurtre exigé de son fils.

            Intéressons-nous maintenant à la pièce d’Euripide. Pour étudier l’emploi des futurs dans cette pièce, nous utiliserons le TLG. Il s’agit d’une base de données en ligne contenant des textes grecs lemmatisés, c’est-à-dire que la nature et la forme de chaque mot peut être déterminée simplement en cliquant dessus ; en théorie, du moins. En pratique, la lemmatisation est effectuée automatiquement, sans être contrôlée par un linguiste. Par conséquent, si un mot peut appartenir, par sa forme, à plusieurs lemmes différents, tous les lemmes possibles seront donnés, et ce mot sera associé à chacun de ces lemmes dans la base de données. Lors d’une recherche portant sur la présence d’un élément précis dans un corpus, cela peut engendrer du bruit, c’est-à-dire des résultats indésirables et sans pertinence par rapport à ce qu’on cherche.

            Un outil de recherche est mis à la disposition de l’utilisateur, ainsi que plusieurs données chiffrées concernant les textes, mais aucun de ces éléments n’est aussi poussé que ce que permet d’obtenir Hyperbase. Or, alors qu’Hyperbase permet d’interroger l’analyse grammaticale complète d’un corpus latin, on ne peut y interroger que les parties du discours, sans possibilité de faire de distinction au sein d’une catégorie donnée. Il nous est donc impossible d’y faire des recherches spécifiquement sur l’indicatif futur. Il nous faut alors nous contenter des fonctions du TLG, qui nous permet de compter et de repérer les verbes au futur. C’est utile pour notre perspective quantitative et qualitative. En effet, même si l’écart-réduit n’est pas donné par le TLG, nous pouvons le calculer nous-mêmes à partir des données disponibles. Nous pouvons ensuite repérer des thèmes associés aux verbes conjugués au futur à partir du relevé des vers qui en contiennent.


L’outil de recherche Advanced Proximity permet de localiser les verbes au futur dans la pièce d’Euripide

La fin de la liste indique le nombre de verbes au futur dans la pièce, 108 ici

            L’écart-réduit s’obtient en divisant la différence de l’effectif réel et de l’effectif théorique de la donnée qui nous intéresse, par la racine de l’effectif théorique. Calculer l’effectif théorique nécessite de diviser le nombre total de verbes au futur par le nombre total de mots dans le corpus (ici, toutes les œuvres d’Euripide, sauf les fragments), puis de multiplier le tout par le nombre de mots dans la pièce. Cela nous donne :

Effectif théorique = nombre total de verbes au futur / nombre total de mots * nombre de mots dans la pièce

= 2398 / 153551 * 7405

= 115,6

A partir de là, nous calculons aussi l’écart-réduit :

Ecart-réduit = (effectif réel – effectif théorique) / racine(effectif théorique)

= (108 – 115,6) / racine(115,6)

= -0,71

Pour comparer, nous calculons la même chose avec le présent et l’indicatif :

Ecart-réduit (présent) = (374 – 411,4) / racine(411,4)

= -1,8

Ecart-réduit (indicatif) = (853 – 961,5) / racine(961,5)

= -3,5

            Nous obtenons alors des résultats similaires à ceux obtenus pour la pièce de Sénèque : il y a peu de verbes en général (écart-réduit de -3,5) et légèrement moins de verbes au présent (-1,8), mais la quantité de verbes au futur n’est pas significative (-0,71), et se distingue en cela parmi les verbes au présent et à l’indicatif, qui, eux, sont sous-représentés.

            Il ne semble donc pas crucial d’analyser textuellement les emplois du futur dans la pièce d’Euripide. Néanmoins, l’analyse qualitative de la pièce n’en est pas obsolète pour autant, et peut être intéressante, notamment dans la perspective d’une comparaison avec la version de Sénèque. Nous pouvons donner quelques pistes de réflexion que nous aurions aimé pouvoir creuser :

– L’emploi du futur par Athéna et Poséidon (personnages divins exclusifs à cette version), alors qu’ils parlent des maux qu’ils feront subir aux Grecs à leur retour de Troie (après la fin de la pièce, hors-scène),

– L’emploi du futur par Cassandre, personnage prophète, à comparer avec le devin attitré, Calchas, absent de cette version,

– L’emploi du futur par Hécube, qui remplace Andromaque en importance dans cette version, ce qui suscite une interrogation sur ses motifs de plaintes vis-à-vis de ceux d’Andromaque.

            Pour conclure, nous dirons que, bien que la pièce qui nous a faits nous interroger sur l’emploi du futur dans les Troyennes est la version d’Euripide, nous ressortons de cette étude avec plus d’éléments concernant la version de Sénèque. Nous avons pu confirmer que l’emploi de ce temps était corrélé au sujet de la pièce, puisqu’il symbolise la fatalité des oracles et la résignation des vaincus. Cette notion de fatalité étant caractéristique des tragédies grecques, nous pourrions comparer les emplois du futur dans ces pièces avec les autres tragédies grecques, ou reprises de tragédies grecques par des auteurs latins.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search