Les personnages d’Hécube et d’Andromaque dans les Troyennes 2/4

Hécube et Andromaque chez Euripide

Dans ce deuxième billet nous allons étudier les personnages d’Hécube et d’Andromaque dans la pièce d’Euripide. La question qui peut se poser après les observations présentées dans le premier billet, est la suivante: comment ces deux personnages, qui sont de loin ceux qui parlent le plus, sont-ils construits? Hécube et Andromaque sont-elles opposées? Sont-elles complémentaires?

Nous verrons d’abord plus précisément les données quantitatives concernant ces deux protagonistes. Ensuite nous observerons quels sont les lemmes employés par chacune des deux femmes et, grâce à un retour au texte, nous pourrons remettre ces résultats dans leur contexte. Enfin nous pourrons conclure en analysant le rapport entre les deux personnages, au sein de cette tragédie d’Euripide.

I/ Répartition de la parole

Hécube est présente sur scène du début à la fin de la pièce, ainsi tous les malheurs se déroulent sous ses yeux. Elle prononce 2 338 mots. C’est après le prologue entre Athéna et Poséidon qu’elle apparaît pour se lamenter sur le sort de la ville de Troie. Tout au long de la pièce elle est celle qui interagit avec tous les personnages: le Chœur, la Choryphée, Cassandre, Hélène, Ménélas, Andromaque et Talthybios. Elle prononce l’avant dernière réplique, en contemplant avec désespoir Troie qui s’effondre sous ses yeux.

Andromaque quant à elle, fait une brève apparition au regard de la longueur de la pièce. En effet, elle n’est présente sur scène qu’entre les vers 577 et 779, soit un tout petit peu plus de 200 vers. Cependant dès lors qu’elle est sur scène, elle a presque le monopole de la parole, elle prononce 735 mots dans la pièce. Elle apparaît sur un char, accompagné de son fils Astyanax, puis elle apprend qu’elle doit livrer celui-ci aux Achéens afin qu’il soit tué, alors qu’elle fait déjà le deuil de son mari Hector. Elle sort après avoir livré son enfant, non sans avoir fait part de son désespoir.

On remarque donc qu’Hécube parle plus, mais proportionnellement Andromaque occupe davantage l’espace lorsqu’elle est sur scène.

II/ Les champs lexicaux et les lemmes

Afin d’analyser les répliques d’Hécube et d’Andromaque, on peut utiliser Voyant Tools, à défaut d’outil comme Anatexte qui ne fonctionne qu’avec des textes latins. Néanmoins il faut avoir lemmatisé le texte auparavant, comme expliqué dans le billet n°1, ce qui peut induire quelques erreurs, mais pas assez pour biaiser les résultats obtenus.

1/ Hécube
a/ Repérage des lemmes

Tout d’abord nous allons observer quels sont les champs lexicaux les plus employés par le personnage d’Hécube. Pour ceci on peut se servir de l’outil “Termes” dans Voyant Tools, qui nous donne une liste des lemmes les plus employés dans le texte, ainsi que le nombre d’occurrences.

Avec cette première étape on peut noter plusieurs traits remarquables chez Hécube:

  • L’emploi d’exclamations d’infortune (ὦ, ιώ). 
  • Le terme enfant (τέκνον) et le nom d’Hector (Ἔκτωρ).
  • Les lemmes Troie (Τροία) et cité (πόλις) 
  • Les champs lexicaux autour des dieux (θεός), de la fortune (τύχη), de l’adjectif malheureux.se (τάλας)
  • Le champ lexical des maux avec l’adjectif (κακός) et le verbe mourir (θνῄσκω) 
  • Des verbes plus actifs avoir (ἔχω), voir (ὀράω), donner (δίδωμι)

À l’aide des outils de visualisation de la répartition des lemmes dans le texte d’Hécube, qui divise le texte en 10 segments, on peut voir où se situent ces lemmes dans la prise de parole du personnage. Néanmoins, comme l’on ne dispose sur Voyant Tools que des paroles d’Hécube, sorties de leur contexte, il faudra opérer un retour au texte, afin de voir précisément l’emploi de ces lemmes en contexte.

b/ Contextualisation

Après avoir repéré les lemmes les plus fréquents, il s’agit donc d’effectuer un retour au texte brut, afin de remettre en contexte les paroles du personnage, et pouvoir en tirer des conclusions. Pour faire ceci nous pouvons nous aider de l’outil “Lecteur” dans Voyant Tools, en sélectionnant le lemme qui nous intéresse. Ainsi, nous pouvons remarquer les caractéristiques suivantes chez Hécube:

  • Elle s’exclame – avec l’interjection ὦ – tout le temps, sauf au segment 6, car elle est témoin de tous les malheurs qui se déroulent sous ses yeux. Elle voit les Troyennes être réparties comme butin auprès des chefs grecs qui ont tué tous ses proches, sa fille Cassandre partir auprès d’Agamemnon, elle-même devra suivre Ulysse. Elle apprend que son petit-fils Astyanax va mourir, alors que Hector, mais également Polyxène, sont déjà morts. Elle exprime donc son désespoir à travers ces interjections.
  • Le lemme θεός apparaît beaucoup car elle invoque régulièrement les dieux pour exprimer son désespoir, parler du sort qui échappe aux mortels et les prendre à témoin du malheur de Troie.
  • Les lemmes Τροία et πόλις sont extrêmement présents car associés à la tristesse d’Hécube de voir la ville dont elle est Reine tomber en ruine. La destruction de Troie se déroule sous ses yeux. Elle est celle qui voit la cité en flammes à la fin de la pièce.
  • Le lemme ὀράω montre bien le rôle de « spectatrice ». C’est Hécube qui voit la scène, elle a vu également les morts d’Hector et de Priam de ses propres yeux. Elle déplore qu’elle ne reverra pas ses filles.
  • Le lemme τέκνον est le 3ème plus employé, surtout lors d’exclamations. Hécube désigne ainsi ses enfants en général, mais aussi le chœur des captives Troyennes, ainsi que ses défunts enfants Hector et Polyxène. Elle l’utilise aussi en s’adressant à Cassandre et à Astyanax. Cela montre bien le rôle de Reine mère d’Hécube. D’ailleurs le lemme φίλος est le 4ème plus présent chez Hécube. Elle semble désigner ses proches par « cher … » et exprime ainsi une certaine tendresse, celle d’une mère, d’une grand-mère, d’une Reine, tout à la fois.
2/ Andromaque
a/ Repérage des lemmes

Nous pouvons ensuite étudier les champs lexicaux les plus employés par le personnage d’Andromaque, de la même manière qu’avec Hécube.

Avec cette première étape on peut noter plusieurs traits remarquables chez Andromaque:

  • L’emploi des exclamations (ὦ, φεῦ)
  • Les verbes autour de la perte, de l’anéantissement, de la mort… (ὅλλυμι, θνῄσκω, ἀπόλλυμι) et le lemme κακός
  • Le champ lexical de la famille: père (πατήρ), mère (μήτηρ), le nom d’Hector, le terme époux.
b/ Contextualisation

Là aussi il s’agit de faire un retour au texte afin de remettre les lemmes en contexte. Ainsi, nous pouvons remarquer les caractéristiques suivantes chez Andromaque:

  • Elle s’exclame – avec l’interjection ὦ – au début et à la fin de sa prise de parole, mais il s’agit surtout du moment où elle doit livrer Astyanax.
  • Le lemme κακός est le plus largement employé car elle parle des malheurs qui s’abattent sur elle, ses proches et la ville, c’est le thème principal chez Andromaque. Là aussi on le remarque surtout lorsqu’elle apprend que son fils va mourir.
  • Dans les lemmes où l’on retrouve le thème de la mort et de la destruction: ὄλλυμι est employé pour parler de la destruction de Troie en accablant Pâris, mais aussi de la mort de Polyxène, qu’elle envie. Elle l’emploie également lorsqu’elle s’adresse à Hector qui n’est plus et souhaite la mort d’Hélène. Le lemme θνῄσκω est utilisé pour parler de la mort de Polyxène, la mort en général, la mort d’Hector, ou encore la mort d’Astyanax à venir. Le lemme ἀπόλλυμι est employé pour désigner la mort sociale d’Andromaque, la mort d’Astyanax, et la « mort » de Troie. Avec tous ces termes on voit bien que le vocable de la mort, celle passée, celle à venir, au sens propre comme au figuré, est prédominant. Ce sont d’ailleurs les morts d’Hector, d’Astyanax et de Troie qui occupe le plus Andromaque.
  • Au sein du thème de la famille: le lemme ἔκτωρ est prédominant. Il est son défunt mari et le père de son enfant. L’être aimé, et perdu. Elle s’adresse longtemps à lui et loue ses exploits. Le lemme μήτηρ est employé lors d’adresse à Hécube comme mère d’Hector et mère tout court. Andromaque l’emploie aussi pour se désigner elle en s’adressant à Astyanax, elle est une mère infortunée, aimante et génitrice. Le lemme πατήρ quant à lui est majoritairement utilisé pour parler d’Hector à Astyanax.
III/ Conclusion: que peut-on retenir des analyses d’Hécube et d’Andromaque

Hécube et Andromaque se ressemblent sur certains points, notamment dans les thèmes abordés qui se recoupent car les deux femmes font face à une situation commune. Cependant elles ne servent pas les mêmes buts dans la pièce.

Les deux femmes sont toutes les deux mères mais Hécube est une mère dont la majorité des enfants sont déjà décédés (Hector, Polyxène…). Andromaque est une mère dont l’enfant très jeune va mourir.

Il semble y avoir chez Hécube une dimension religieuse que l’on retrouve moins chez Andromaque. Hécube évoque les dieux pour expliquer les malheurs, tandis qu’Andromaque parle simplement de malheurs au sens large, et de fatalité.

Chez Hécube la destruction se concentre majoritairement sur la cité de Troie, sûrement en partie parce qu’elle en est la Reine et qu’elle voit littéralement la ville tomber sous ses yeux. Troie est presque un personnage à part entière, qui se confond avec Hécube. Lorsque Andromaque parle de destruction et de mort c’est aussi pour parler de Troie mais avant tout pour évoquer la mort de ses proches, elle semble entourée par la mort d’une certaine façon.

Chez Euripide Hécube se confond presque avec Troie, elle personnifie la cité en ruine. Elle endosse un rôle de Reine, et de mère, mère de ses enfants comme mère de tous les Troyen.nes. Elle compatit avec les malheurs de toutes et tous et semble en souffrir elle aussi, en plus de ses peines personnelles. Hécube s’exclame et se lamente plus qu’Andromaque, mais c’est en partie car elle est spectatrice de tous les malheurs qui accablent ses proches et sa cité. Andromaque est davantage un personnage individuel. Elle pleure sur ses propres malheurs, son mari et son fils. Hécube utilise d’ailleurs davantage le terme “enfant” là où Andromaque parle volontiers de “père” ou “époux”. Ces deux personnages permettent ainsi d’exprimer deux visions différentes des questions existentielles sur la vie, la mort et la condition d’esclave. Andromaque a perdu son mari dans la fleur de l’âge et s’apprête à perdre son tout jeune bébé, sa vie lui semble ruinée, elle préférerait la mort. Tandis qu’Hécube a malgré tout eu une belle vie à Troie, ce qui lui permet peut-être de faire davantage l’éloge de la vie.

À suivre…

Dans le billet suivant, il s’agira d’effectuer ce même travail de comparaison des personnages d’Hécube et Andromaque, au sein, cette fois, de la pièce de Sénèque.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search