Les personnages d’Hécube et d’Andromaque dans les Troyennes 4/4

Ce quatrième billet présente la conclusion de ce travail sur les personnages d’Hécube et Andromaque. Il s’agira de comparer les résultats obtenus dans les deux études précédentes afin d’en tirer des conclusions qui permettront de répondre à notre hypothèse posée dans le premier billet, à savoir, si Hécube et Andromaque, qui sont reliées au sein de leur pièce, voient leurs rôles inversés d’une pièce à l’autre.

Pour rappel, en terme de prises de parole chez Euripide, Hécube est le personnage qui parle le plus, Andromaque vient ensuite. Tandis que chez Sénèque le rapport s’inverse: Andromaque prononce la majorité des répliques, suivie par Hécube. [voir les tableaux de valeur dans le billet 1]. 

1/ Les rôles d’Hécube et Andromaque s’inversent d’une pièce à l’autre et se font écho 

Après l’analyse des travaux sur chacune des deux pièces, on peut remarquer que les rôles des deux femmes sont inversés sur de nombreux points. Afin de clarifier les résultats nous les avons reportés dans le tableau ci-dessous:

Inversions observées

Euripide

Sénèque

Importance de la prise de parole 

Hécube est le personnage principal, c’est elle qui parle le plus.

Ici c’est Andromaque le personnage principal.


Thématiques 

Les thématiques principales sont inversées, pour plus de détails, voir les billets 2 et 3 qui traitent précisément des champs lexicaux employés.




 

Pleurs et douleur 

Hécube exprime davantage sa douleur, notamment par des gestes. Elle parle du passé avec nostalgie.

Andromaque parle beaucoup des maux qui les accablent mais plutôt de manière générale.

Hécube ne veut pas que ses captives pleurent. Elle dit qu’elle a l’impression d’être insensible depuis la mort d’Hector. 

Andromaque exprime davantage sa douleur.




Hector

Hécube est celle qui ravive le souvenir d’Hector, son fils bien-aimé.

Andromaque en parle aussi mais proportionnellement beaucoup moins qu’Hécube.

Andromaque est celle qui fait vivre le souvenir d’Hector, notamment à travers Astyanax.



Mort d’Astyanax

Andromaque veut en finir, elle part après avoir livré son fils. C’est Hécube qui pleure pour elle, avec Astyanax c’est Hector et Troie qui meurent.

Andromaque tente à tout prix de sauver son fils, elle le cache… 



Hélène

Hécube la déteste, elle la tient pour responsable de tous les malheurs. Elle voudrait qu’elle meure et tente de convaincre Ménélas de la tuer.

Andromaque insulte Hélène directement. 

 

 

 

Maternité 

Hécube est présentée comme mère de toutes et tous, ainsi que de toutes choses. Elle est mère de chaque citoyen de Troie en tant que Reine, et mère de ses nombreux enfants, mais aussi par extension d’Astyanax qui est son petit-fils, ou d’Andromaque qui est sa fille.

L’analogie avec Troie est très présente.

Andromaque revêt davantage ce rôle chez Sénèque, notamment dans sa volonté de protéger Astyanax coûte que coûte, ainsi que le fait qu’elle veuille mourir plutôt que vivre sans lui.




Rapport à la vie et résignation à son propre sort

Hécube continue à faire l’éloge de la vie malgré les montagnes de douleurs qu’elle voit sous ses yeux. Elle refuse de partir avec Ulysse dans un premier temps.

C’est Andromaque qui voudrait en finir, elle envie le sort de Polyxène. Elle n’a plus la force de résister..

Hécube est plus désabusée qu’Andromaque, elle accepte son sort d’être le butin d’Ulysse.

Andromaque tente tout pour contrer le sort, sauver son fils et elle-même par la même occasion.

Ainsi nous pouvons voir que les rôles des deux femmes sont échangés sur de nombreux aspects. On peut dire que ce qui est absent chez l’une est compensé par l’autre et inversement.

2/ Des rôles qui restent sensiblement les mêmes

Néanmoins on peut remarquer que les rôles d’Andromaque et d’Hécube, s’ils s’inversent sur des points précis, n’en restent pas moins les mêmes d’une pièce à l’autre, si on les observe d’un point de vue plus global. 

Par exemple, dans les deux pièces, les personnages homonymes font leur apparition à peu près aux mêmes moments. Si Hécube est présente tout au long de la pièce chez Euripide, c’est également elle qui ouvre et ferme la pièce chez Sénèque. Chez Euripide, Andromaque apparaît au milieu de la pièce et disparaît peu après, chez Sénèque en revanche elle apparaît un peu plus tôt et disparaît un petit peu avant la fin.

On peut également conclure que leurs rôles profonds restent sensiblement les mêmes. Comme nous l’avons vu dans les billets précédents, dans les deux pièces Hécube incarne ce rôle de reine mère: elle ouvre et clôt la pièce, elle commande aux femmes de Troie, elle joue un rôle de souveraine ainsi qu’un rôle maternel, même pour celles et ceux qui ne sont pas ses enfants biologiques. Andromaque quant à elle a davantage un rôle pivot dans l’action, pour Hécube elle est la femme de son fils, et la mère de son petit fils, dernier espoir de la cité, qui va mourir.

Ces deux femmes sont des héroïnes tragiques dont la prérogative principale est l’expression de la douleur, même si elle ne s’exprime pas nécessairement de la même manière. Elles doivent faire face aux mêmes épreuves: le deuil d’un mari, le deuil d’enfant(s), et le deuil de Troie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search