Il était une fois les Humanités Numériques

Il est vrai que l’on associe rarement le terme « humanités » à celui de « numérique», mais comme on dit : les opposés s’attirent ! Nous voici donc dans le cours qui matérialise leur union, les humanités numériques. En quoi cela consiste-t-il ? Je me suis longuement posé la question.

Sortant de la licence Humanités classiques, arts et patrimoine qui était consacrée à toutes les matières dites d’humanités (histoire, langues anciennes, langues vivantes, histoire de l’art), la question du numérique me semblait bien loin. Mais voici que ce Master s’offre à moi et me laisse délibérément penser qu’aujourd’hui le numérique est partout. Nous allons ainsi apprendre à manipuler des outils informatiques, à gérer des donnés et à donner vie à un site, tout cela en gardant en ligne de mire notre passion numéro un : l’Antiquité. Intéressant, mais à quoi cela sert-il ? À montrer que l’Antiquité est encore présente dans bien des domaines et qu’il faut avant tout transmettre des informations correctes la concernant. En apprenant à utiliser les nouvelles technologies, nous pourrons diffuser ces connaissances de manière efficace et deviendrons par la même occasion les témoins directs du mariage des humanités et du numérique, pour le meilleur et pour l’avenir.wp_20161007_15_15_15_pro2


7 réflexions sur « Il était une fois les Humanités Numériques »

  1. J’aime beaucoup l’image du mariage que tu évoques, surtout le fait que nous sommes aujourd’hui les témoins de ce qui adviendra de ce mariage peu banal. Je trouve d’ailleurs que ton image illustre parfaitement ton idée. A nous alors de rajeunir l’antique …

  2. Je ne pourrais être plus d’accord sur la façon dont tu abordes le lien entre antiquité et numérique. D’autant plus que nous avons eu un aperçu de l’impact qu’a l’antiquité sur notre société actuelle grâce à nos mémoires respectifs de Licence 3 😉
    J’aurais donc tendance à dire que l’antiquité et sa culture ont encore de beaux jours devant eux !

      1. Pour ma part je ne l’ai pas mis en ligne, mais je verrai demain ou dans la semaine si je peux le faire. Comment puis-je le partager le plus simplement possible ?

        1. Parlons-en au prochain cours, si cela vous convient. Vous êtes chargé de mettre ce sujet à l’ordre du jour, Nicolas !

  3. Je suis très impressionnée par le dessin, Tiphaine! (Et comment rester de ‘marmor’ devant cette belle illustration de l’Antiquité?)
    J’aime également beaucoup la façon dont tu décris le rôle du numérique dans notre approche de l’Antiquité. J’ai encore du mal à expliquer tout cela lorsqu’on me le demande, et je crois que ton billet en définit très clairement les grandes lignes!
    Quant à ta question Mariane, je pense qu’en effet le livre papier a quelque chose d’indéniablement plus sûr, du moins je suis toujours plus sûre de mes sources quand j’ai l’objet dans les mains. Mais cette année nous apprendra certainement à maîtriser l’accès aux ressources numériques!

  4. Très joli dessin, j’aime beaucoup !
    On a l’impression que les humanités et le numérique sont inconciliables parce que tout le monde pense ainsi. Heureusement que nous sommes là pour casser cette image ! Tu as raison, l’Antiquité est bien présente aujourd’hui, surtout dans la culture pop. Regarde des films comme 300, le Choc des Titans ou le récent Gods of Egypt ! J’ai pris ces exemples parce qu’ils montrent une certaine vision idéalisée et retransfigurée de l’Antiquité. Le numérique peut en effet être « efficace » pour maintenir l’Antiquité vivante mais cela ne veut pas dire que c’est fiable. Il faut pouvoir vérifier ses sources à chaque instant et consulter des spécialistes plutôt que Wikipédia. Le livre papier ne serait-il alors pas plus sûr dans ce domaine ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.