Numériquement vôtre

Une fois licencié de l’université,

Le parcours continue dans les humanités.

Déjà trois ans ici, pourquoi pas deux de plus ?

Côtoyons les vieux livres et autres papyrus.

Attendez, que dites-vous, des cours de numérique ?

Voilà qui promet d’être des plus épique !

Deux époques se rencontrent, se mêlent et se subliment,

En un cours digital tout à fait légitime.

Gérer un carnet et un site, voilà notre devoir

Le résultat, je l’espère, saura être notoire.

Le numérique est à présent l’avenir du passé.

Exegimus monumentum perennius aere.

images


3 réflexions sur « Numériquement vôtre »

  1. Ton poème n’est que vérité
    Ne laissons pas l’Antiquité au passé
    Mêlons-la au numérique
    Et elle sera d’autant plus fantastique !

  2. Alors là, Nicolas, j’applaudis à ce brillant billet! Une présentation toute en alexandrins pour vanter la place du numérique dans les humanités classiques, encore un mariage plein de promesses. Et notamment cette formule que Mariane a relevée, je crois que tout est dit…

  3. J’aime bien ton idée de “sublimation”, ça renvoie à l’idée que le passé et le futur ont beaucoup à apprendre l’un de l’autre et que leur rapprochement les ferait parvenir au meilleur d’eux-mêmes. Il y aurait donc handicap à ne pas les associer ! Et pour ton vers : “le numérique est à présent l’avenir du passé”, je dis oui ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.