Humanités numériques

humanites-numeriquesNumérique. Un mot qui me rebute et m’intrigue. Dans une société de plus en plus tournée vers les nouvelles technologies je désespère du désintérêt porté aux livres, surtout chez la jeune génération. Aussi j’ai toujours été heureuse de me casser le dos en restant plusieurs heures penchée sur mon Gaffiot ou mon Bailly plutôt que de m’abîmer les yeux devant un ordinateur. Et voilà qu’on m’impose d’abandonner stylo et papier au profit de celui-ci pour un cours intitulé Humanités numériques.

Trahie par mon master d’Humanités Classiques ? Non. Je n’avais tout simplement pas songé au moment de mon inscription au nom complet du diplôme. Que puis-je donc attendre d’une matière qui n’avait auparavant pas suscitée mon attention ? Pas grand-chose, si ce n’est que j’ai tout de même l’espoir de parvenir un jour à mieux comprendre les supports et outils que nous utilisons chaque mardi en salle 420.

Le miracle se produira-t-il ? Affaire à suivre…


4 réflexions au sujet de « Humanités numériques »

  1. Il est vrai qu’on a toujours tendance au premier abord à laisser de côté la partie numérique du master. Peut-être par ignorance de ce qui nous attend ?
    D’autant plus que nous arrivons d’un cursus de lettres classiques et que nous nous focalisons instinctivement sur les premiers termes du master en pensant que le reste n’est qu’une forme de spécialisation annexe qui ne devrait pas trop nous détourner de nos chers Gaffiot et Bailly… il faudra pourtant nous habituer à ce que le numérique représente plus que ça !

  2. Faut toujours avoir de l’espoir!
    Le numérique est partout aujourd’hui, il faut s’y faire malheureusement. Et puis peut-être que ton ordinateur t’aidera à préserver ton dos (trop penché sur tes dictionnaires) ! Les nouvelles technologies ont quand même du bon ! 😉

  3. Je constate donc qu’en effet, nous avions toutes les deux éludé une partie de l’intitulé de notre master. Et en même temps, il me semble bien que l’idée du « numérique » m’amenait à penser que nous aurions un pied dans la réalité de notre monde, avec ce master quelque peu original.
    J’aurais tendance à croire aux miracles, pas toi? Même si tout cela est encore un peu obscur, je pense qu’une maîtrise, aussi modeste soit-elle, des outils numériques, ne nous amènera à trahir notre foi profonde en la matérialité du livre, mais ne fera que de nous des chercheurs plus avisés! Et peut-être un chercheur avisé en vaut-il deux…?

  4. Tu as vraiment une approche très originale du numérique : au lieu de t’extasier comme la majorité des gens, tu montres un certain scepticisme tout à fait légitime. C’est vrai, lire un livre numérique ou passer beaucoup de temps sur un ordinateur fait mal aux yeux et à la tête… et je ne te parle pas du cinéma en 3D ! C’est vrai, rien ne vaut la texture du papier et le plaisir de tourner des pages bien réelles ! Mais rassure-toi, même si le numérique gagne beaucoup de terrain, le livre papier a encore la côte ! J’ai lu une étude récemment qui disait que 75% des Américains préféraient lire un livre papier qu’un livre numérique. Gageons que le livre papier a de beaux jours devant lui et que le numérique ne le tuera pas de sitôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *