L’inversion des rôles

Tous les matins, je me lève tôt pour poser, vers 8h, mes affaires sur mon bureau, effacer mon tableau, faire mes photocopies, me remettre en mémoire les différentes étapes de la matinée  sans oublier de faire couler le café. 

Puis j’écris la date au tableau, comme depuis des années, j’écris le programme du jour. À 8h30, le spectacle commence! 6 heures pendant lesquelles on expérimente toutes les manières possibles de capter l’attention d’élèves de CP. On apprend à lire et à écrire. 

Cette année, ou plutôt l’année dernière, j’ai décidé que cette fois-ci, ce serait moi qui allais m’installer derrière mon écran et découvrir, apprendre. J’arrivais toujours à me débrouiller pour faire découvrir à mes élèves leurs prénoms en lettres grecques ou la mythologie à travers “Le feuilleton d’Hermès”, bien connu des tous les PE, et là, c’est moi qui apprendrai, approfondirai ma pratique de la langue des Hellènes et des pratiques numériques. 

Je me retrouve comme mes élèves face aux mêmes impressions de difficultés, d’incompréhension ou, mieux, ressentir cette folle sensation d’avoir compris le “truc” qui nous bloquait auparavant! 

Content d’en être!

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fredericpiot (18 septembre 2022). L’inversion des rôles. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvr2


3 réflexions sur « L’inversion des rôles »

  1. Professeur moi aussi, mais dans le secondaire, je me retrouve totalement dans cette position. En plus de toutes ces nouvelles connaissances que nous allons acquérir cette année, je suis persuadé que ce sentiment d’inconfort que l’on redécouvre, à l’instar de nos propres élèves devant un nouveau cours, nous aide aussi à être de meilleurs enseignants. Nous redevenons des apprenants

  2. Bon courage pour cette inversion de rôle. Je suis ici parceque j’espère un jour pouvoir être moi aussi de l’autre côté. C’est motivant voir les enseignants se remettre en question.

    Beniamino.

  3. Bonjour Frédéric,
    En plus de partager le même prénom, nous faisons le même métier ! Par contre, mes élèves sont plus âgés : j’enseigne le français au collège.
    Je vous souhaite beaucoup de réussite dans ce master !
    Frédérique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search