Manuel de défense

Pastiche

 

Dispositifs de défense à destination des villes ukrainiennes et de leurs défenseurs

 

Préparer des moyens de protection contre les machines, véhicules de combats blindés, canons auto-propulsés et autres du même genre, qui viennent affronter les défenses ; déposer en avant des « hérissons tchèques », des « dents de dragons », des obstacles antichar faits de n’importe quel matériau et autres choses analogues. Et lorsqu’une porte ou une portion du système de défense est battue en brèche, il faut viser la tourelle du char T-72 au lance-roquette FGM 148 Javelin pour que la machine ne puisse plus frapper et se tenir prêt à faire tomber un projectile portant une charge utile de 8 kilogrammes et plus sur la machine et à l’écraser. Contre les machines de grande taille, sur lesquelles beaucoup d’hommes sont amenés en première ligne, et depuis lesquelles des engins, comme des lance-missiles, lancent des projectiles et ou des drones destinées à mettre le feu aux maisons ou aux immeubles, contre tout cela, il faut d’abord que les défenseurs de la ville minent en secret les voies d’accès de ces machines pour que leurs roues, tombant dans les galeries, s’y enfoncent, ou soient détruits par des engins explosifs du genre mine anti-char russe PTKM-1R ou la POM 3. En même temps, les défenseurs doivent avoir recours à des radars et des systèmes anti-missiles comme le S-300, protection contre les traits qui pleuvent. Les missiles ou les drones qui n’auront pas explosé doivent être ramassé rapidement, afin qu’aucun ne traîne et ne mette en danger les défenseurs. Faire de même pour tous les points du rempart et du système de défense de la ville où les projectiles, l’ayant franchi dans leur vol, gênent et blessent ceux qui y sont de service. Là une unité blindée, amenée près du rempart, est en passe de le percer ou d’y ouvrir une brèche, il faut prendre des dispositifs pour contrecarrer l’ennemi. Contre le percement du système de défense, mettre en place un déluge de feu grâce aux fameux canons César ; contre l’écroulement, creuser une tranchée à l’intérieur, pour les assaillants n’entrent pas, et en même temps, élever une nouvelle ligne de défense à l’endroit où le front est sur le point d’être battu en brèche, avant qu’il ne tombe, si l’on ne peut prévenir sa ruine par une autre manœuvre.

 

Choix du corpus

J’ai décidé de réaliser un pastiche de la Poliorcétique d’Enée le Tacticien, appliquée à la guerre en Ukraine. En dehors de rendre compte tout simplement de l’actualité, plusieurs raisons m’y ont poussé. Tout d’abord, des motivations personnelles. J’ai eu ce printemps l’occasion de participer à un convoi humanitaire à destination de l’Ukraine, et je voulais, à ma façon, rendre hommage à la résistance de ce pays. Ensuite, il me semble que la Guerre en Ukraine résonne beaucoup aussi avec l’Antiquité, ne serait-ce qu’en raison du cadre géographique. Lorsqu’Enée le Tacticien a rédigé son ouvrage, la Poliorcétique, le littoral de l’Ukraine était peuplée et par les Scythes et les Daces, et les rives de la mer noire colonisée par les Grecs. De grandes cités y furent fondées, comme Olbia, Boristhénis ou Theodosia. Le royaume du Bosphore dirigé par les Spartocides s’étendait jusqu’à la Crimée. La présence grecque est donc très ancienne dans la région et surtout, elle s’est maintenue jusqu’à nos jours : la communauté des Grecs dit Pontiques était jusqu’au déclenchement de la guerre surtout présente dans la région de Marioupol, sur les rives de la mer d’Azov. L’Ukraine est aussi présente dans l’imaginaire et la mythologie grecque. Après avoir échappé à son sacrifice grâce à l’aide d’Artémis, Iphigénie trouva ainsi refuge en Tauride, dans l’actuelle Crimée. Mais réciproquement, l’imaginaire grec est encore fortement présent en Ukraine : la ville d’Odessa est un hommage au héros de l’Odyssée, mais dont le nom fut féminisé sur décision de l’impératrice Catherine II.

 


Présentation du corpus

Le traité d’Énée le Tacticien consacré à la « Défense des places » (ou Poliorcétique) me semblait le mieux indiqué pour décrire la guerre en Ukraine. En effet, ce conflit se joue dans la prise et ou la défense de cités (Marioupol, Kherson…), ce qui constituait le quotidien des Grecs à l’époque classique et hellénistique. Énée le Tacticien était un spécialiste de l’art de faire la guerre et de prendre les villes. Dans son traité militaire rédigé vers 357 av. n. è, Énée traite de stratégie militaire, de tactique et de logistique, et donne des conseils pour préparer la guerre et pour défendre les villes assiégées. Il s’est intéressé aux aspects politiques de la guerre, (conspirations, manipulations, espionnages), mais aussi aux aspects techniques : comment résister aux machines, aux mines ou aux incursions. Qu’elles soient offensives ou défensives, les machines de guerre décrites dans son ouvrage (tours, béliers, chariots à feu…) font largement appel aux techniques en tout genre inventées à cette époque. Le texte d’Enée par moment se montre étonnamment moderne. Le plus long chapitre traite notamment de l’art de transmettre des messages. Une large place est ainsi donnée à la cryptologie et stéganographie (procédé de dissimulation d’un message dans un autre message). D’après Polybe, Enée avait même décrit dans un chapitre perdu le premier système de télécommunication au monde, le « télégraphe hydraulique ». Et par un curieux effet de miroir, les armes employées en Ukraine renvoient à l’Antiquité : c’est évident pour les fameux canons César de la France, mais les ‘dents de dragons’, obstacles anti-chars utilisés notamment par l’armée russe, me font aussi irrésistiblement penser à Cadmos et à la fondation de Thèbes.

Méthodes de travail

Pour la réalisation de ce pastiche, j’ai eu recours au fichier correspondant dans la base de données Perseus. Le texte d’Enée est relativement déconcertant à certains égards : il est court, 92 pages aux éditions des Belles Lettres, mais surtout les 40 chapitres qui nous sont parvenus sont de longueur très irrégulière, de 4 à plus de 200 lignes. Grâce à l’outil Cirrus, nous remarquons qu’Enée a surtout recours des mots très courants en grec ancien, tels que ‘καί’ ou les particules ‘δέ’. Très logiquement, le lexique renvoie généralement aux villes. Le terme πόλις, et ses formes déclinées (πόλει,πόλεως…) revient plus de 150 fois, tout ce qui est relatif à la guerre, plus de 50 fois (πολεμίων, 35- πολεμίους,17) et enfin les évocations de forteresses ou de fortifications (le terme Τείχους « murs fortifiés » est présent 29 fois dans le livre d’Enée). Par ailleurs, l’analyse lexicale montre bien que l’auteur envisage bien la guerre comme une affaire politique (il revient régulièrement aussi bien sur les aspects techniques, -comme la communication, avec le nom σύνθημα (« signal ») ou γραμματα-, ou politiques, en évoquant les dirigeants de cité. Ses phrases sont longues (132, 2 mots en moyenne par phrase selon Voyant Tools) ; il accumule les propositions principales coordonnées, et insiste sur l’action (εὐθὺς,14 fois). Il a fréquemment recours aux verbes à l’infinitif (γιγνεσθαι) comme pour donner des conseils, …ou des ordres. Comme le fait remarquer Anne-Marie Bon, Enée n’est pas un homme de lettres : « Il n’a cherché-cela saute aux yeux- ni la nouveauté de la composition, ni le piquant de l’expression… bref rien de ce qu’enseignent les rhéteurs à tous ceux qu’enfiévrait le désir de la gloire littéraire ». On a bien affaire à une écriture de militaire avec ses défauts, mais aussi ses qualités. Pour moderniser le texte, je me suis essentiellement appuyé sur le chapitre XXXII consacré aux dispositifs de défense des villes. Je n’ai pas cherché à moderniser le style, qui est d’une certaine manière intemporel, mais il m’a fallu au contraire effectuer des recherches sur le lexique militaire le plus récent possible. J’ai dû notamment rechercher le nom des armes utilisées actuellement en Ukraine, aussi bien par l’armée russe que par les Ukrainiens, ou bien le nom des armes fournies par l’OTAN. Cela donne un résultat qui je l’espère sonne très ancien, mais pourrait en même temps être distribué aux population des villes actuellement assiégées ou prises sous le feu des bombes russes.

Nicolas CORRE


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nicolascorre (26 novembre 2022). Manuel de défense. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search