Pastiche de la description du Tartare d’Hésiode ou le sauvetage de la balle d’or.

Là, par ordre naturel, s’ouvre un gouffre, presque aussi profond que celle de la grande et vaste mer. Une eau noire y protège de violents hôtes et environne la grenouille et son nénuphar. Ici, demeure le long ver marin, la silencieuse raie pastenague et le précieux silure gardien des eaux croupies. Les libellules déprimées à la queue bleue délimitaient ici et là les frontières de l’étang géant.  Incapable mâcher, elle bloquait sa proie sous sa langue collante. Et ses yeux de part et d’autre de sa tête se fermaient sur sa prise et sur la vision de la mortelle princesse en pleure. Elle déglutissait et attendait en silence. Car le mortel qui oserait braver l’onde se verrait emprisonné dans le ventre du ver durant un temps plus long que sa vie elle-même. Dépossédé de sa terre et de sa chair, il ne se verrait pas même avoir la grâce de mourir. Ce prodigieux abîme qui séparait les deux être se brisa à sa voix : “Mais oui,” dit- elle “je te promets tout ce que tu veux à condition que tu me retrouves ma balle”.  Promesse faîte, de son nénuphar,  elle plongea. Là, au fond, la Nuit endormie se réveillait et étendait ses bras vers la surface pour se promener dans les cieux, tandis que l’abdomen poussait la rapide vers le fond. L’eau poisonneuse, était stérile. Et les créatures immortelles ne pouvaient y vivre  qu’en ne s’alimentant de la nourriture mystérieuse de l’Erèbe. Plusieurs fois, le souffle manqua à la grenouille, ses palmes embrassaient les rochers pour s’en détacher rapidement, poursuivie par le silure, elle allait obscure vers le point lumineux. La balle coulait encore, elle pouvait la rattraper. Ses verrues éclatées sous la pression lui faisaient mal et sa tête molle se fendit pour saisir la balle. L’éclat effraya le silure et éclaira les zones caverneuses et charnues de l’onde. En écho, scintillait les membres argentés des écrevisses. De même, L’avaricieuse raie, cupide et patiente volait paisible et rapide vers la balle encastrée. La grenouille la tenait encore. Elle devait faire vite. Le ver qui toujours, car si long, laissait suspendre son corps, remontait à la surface pour admirer les rayons de lune. Son corps créant un courant chaud fit bouillir la balle et les muqueuses adhésives ne suffisaient pas à la retenir. On vit une larme couler avec le sang de ses lèvres, tandis que portée par le chaud courant elle remontait. Au-dessus d’elle, dansait les astres. Et elle retrouva sa tige, le portant de son nénuphar, et dans un souffle, émergea. La raie lunaire et majestueuse lorgnait  la gémissante. Mais privée du bonheur céleste, les forces de l’onde l’empêchait d’atteindre l’airain en laissant apparaitre un remous à la surface. Déjà, atteignant la rive , elle tenait encore la balle entre ses lèvres. Et devant elle, elle jeta la balle. En retrouvant son beau jouet, la fille du roi fut folle de joie. Elle le ramassa et partit en courant. “Attends! Attends!” cria la grenouille. “Emmène- moi! Je ne peux pas courir aussi vite que toi!”.

 

SUR L’EXERCICE 

J’ai choisi de faire un pastiche sur Hésiode à travers un conte pour enfant que j’affectionne. L’idée de l’exercice m’effrayait car je n’avais pas idée de comment lui faire réellement hommage. Mon niveau en écriture n’étant nettement pas égale à la sienne. 

Je me suis concentrée plus précisément sur les vers 736-819 de la Théogonie, c’est la description du Tartare. Ainsi à la façon d’Hésiode j’ai voulu raconter un moment passé sous silence du conte du Roi Grenouille, des frères Grimm : le sauvetage de la balle d’or. 

En effet, on résume en une phrase le voyage que met la grenouille pour récupérer la balle. Il m’a paru amusant de l’imaginer. 

Voyant Tools : 

le vocabulaire du passage relativement court, est très riche. la plupart des mots, même en enlevant les mots de liaisons n’apparaissent qu’une seule fois. Le nuage de mot m’a donné une première idée. 

J’ai donc voulu diversifier mon lexique descriptif tout en gardant ses répétions et ses liaisons logiques 

On peut le voir sur le tableau les mots : και et δε sont les plus utilisés. 

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est nuage-de-mot--500x385.png.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lorinereynaud (4 décembre 2022). Pastiche de la description du Tartare d’Hésiode ou le sauvetage de la balle d’or. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search