Pastiche des épinicies de Pindare – Thibault Legois

Athletics pictogram.svg

Pour la réalisation de mon pastiche savant, j’ai opté pour l’étude des Olympiques et des Pythiques de Pindare. Ayant entré ces textes sur Voyant Tools, j’ai pu observer, après avoir exclu l’analyse des très nombreuses prépositions courantes telles que καί, μέν, δέ, etc., les mots revenant le plus souvent (sous l’onglet « termes »), et de façon égale sur chacun des textes (outil « tendances »). Cela a permis de dégager des mots représentatifs des grands thèmes abordés par Pindare : χάριν, πόλιν, διός, ἀνδρῶν, ἀέθλων, πατρὶ, θεῶν, ζήνος, παῖς, κλέος. Ces substantifs et adjectifs laissent en effet voir les sujets favoris de Pindare, dans l’écriture de ses épinicies, que sont : la nécessité de la grâce divine : χάριν, διός, θεῶν, ζήνος (et celle de Zeus en particulier), l’adresse à un groupe humain fort : πόλιν, ἀνδρῶν, πατρὶ, παῖς, et surtout la mention de la victoire : ἀέθλων, κλέος. Quant aux syntagmes, aucun n’a émergé de l’ensemble ; seules deux corrélations sont à observer : καὶ νιν et καὶ γὰρ, sans qu’elles soient pour autant significatives, au vu de la fréquence d’apparition des termes qui les composent. Toutes ces premières analyses m’ont ainsi permis de choisir les mots français que j’utiliserais pour mon pastiche.

Quant à la forme, c’est ma propre lecture des textes qui m’a permis de la transposer dans mon travail. La structure la plus commune des odes de Pindare est en effet la suivante : adresse aux Muses ou à une divinité tutélaire, qui permet de mentionner ou plutôt d’évoquer le nom du vainqueur et les modalités de sa victoire ; pars epica à sujet mythologique qui se rattache à la victoire par un lien thématique ; conclusion, enfin, sous la forme d’un retour au sujet principal, le tout émaillé de sentences sapientales. Je me suis donc appliqué à appliquer cette formule à ma réalisation. J’ai en particulier veillé à reproduire l’enchaînement triadique strophe, antistrophe, épode, en écrivant mon épinicie en vers, suivant deux sections de trois strophes chacune.

Il convenait également de s’approprier un peu le style et le ton de l’auteur. Pour que la chose prête à sourire, j’ai opté pour représenter avec force autosuffisance, le caractère métapoétique de l’œuvre de Pindare, caractère qui apparaît surtout dans l’idée que l’auteur développe lui-même au sujet de la portée de ses odes, et dans le zèle qu’il porte à la présentation juste et convenable des mythes. De façon plus sérieuse, j’ai aussi essayé de transcrire la piété qui se lit au-travers de toutes les odes, en ouvrant mon épinicie par une invocation des Muses (très courante chez Pindare, et qui rapproche ce dernier de la tradition épique), par une intervention de Zeus dans le récit, et par une « maxime de sagesse » sur la nécessité pour l’homme de la présence divine.

Pour finir, il était aussi demandé de songer, dans l’écriture de notre pastiche, à un thème d’actualité que nous pourrions adapter au genre du texte. Pour conserver l’allure antiquisante que je souhaitais conférer à mon ode, j’ai dissimulé un peu mon sujet moderne qui préside au choix des conditions de la victoire, de la pars epica, et des « maximes de sagesse » ; il s’agit du non-contentement chronique qui, quoiqu’universel et intemporel, m’apparaît pourtant assez symptomatique du modèle social actuel. Les modalités de la victoire (la course) sont ainsi métaphoriques et évoquent la constance observée tout au long de la vie (métaphore courante que l’on retrouve déjà chez St Paul par exemple) ; quant à ma « correction » du mythe de Persée, celle-là développe également cette pensée (notamment le fait qu’il ait demeuré tout au long de sa vie dans la « boîte » dans laquelle il avait été enfermé plus jeune). Le travail que je propose se veut donc être surtout un développement de ce thème de la difficulté actuelle de se contenter de ses biens, chose accrue par la multitude et l’organisation des réseaux sociaux actuels que j’ai regroupé sous le terme elliptique de “Rumeur”.

              Voici donc mon ode, à laquelle j’ai joint une deuxième, plus brève (en une seule triade), qui permet de souligner davantage les liens de parenté qui unissent de nombreux vainqueurs dans les odes de Pindare.

 

ΕΙΣ ΜΕΤΑΘΑΝΤΟΝ ΛΑΚΕΔΑΙΜΟΝΙΟΝ

 

Ô Muses qui savez toutes gloires humaines,

Qui, peuplant les sommets fertiles et ombreux,

Descendez nous chanter, en dansant sur nos plaines,

Les exploits de nos pères, et quel prix fut à eux,

Après un long effort. Venez-donc souveraines !

Honorez la cité de ces gens courageux ;

Le geste du passé dans nos chants et nos peines,

Soit rendue à nos temps ; répondez à mes vœux !

              Car oui ! sires spartiates, à mon art poétique,

Fut confiée la mémoire, de Zeus un grand héros,

Métathanthe à tout dire, qui la course olympique,

Sous les pluies et les vents, les chaleurs a d’un saut,

Remportée, sous le mont du grand dieu, magnifique,

Et couronnes et chants. Réveillez-vous ! Eho ?

N’allez croire que moi, génial hôte delphique,

Je parle en souples vers ; fainéants ! Car le beau,

Mérite qu’on digresse, et qu’au long je me risque.

              M’oyez bien, je le vaut, car les anciens poètes,

N’ont, – je crois – rien compris des légendes passées. 

Le jour, en Sériphos, que Persée vit les vertes,

Collines que les gens couvraient d’orge et de blé,

Voilà que sur l’airain de sa geôle entr’ ouverte,

Il vit des salles d’or, combats et Renommée,

Et des hommes nombreux courir tous à leur perte,

Et un vieillard assis dans les champs Élysées.

             

 

              Restée dans le couvercle, en larme et soulagée,

Sa mère vit-il là, et au loin quelque champ,

Que l’humaine industrie, aux bois avait laissée,

Qu’il arracha, pour lui, au féroce habitant.

Ils bêchèrent à deux, et récoltant le blé,

Se nourrissaient le soir, dans leur coffre couchant.

C’est Zeus qui les porta aux splendeurs des palais,

De l’Argos reconquit, par la force des vents.

              Et lorsqu’il rendit l’âme, en Argos, sa patrie,

Que Zeus avait soumise entière à sa justice,

Printhanos, d’Apollon, cet an prêtre lui dit :

« Ta bravoure t’honore, et ta bonté exquise,

Mais si demain ton lot sera le paradis,

Dois-le à Hestia, qui en ton âme sise,

A mis la Satiété » Sa geôle fut son lit,

Toujours. « Tu fut content : Constance t’est acquise ! »

              Et certes que soit dit, qu’au cœur de tous les hommes,

Zeus, en dieu magnanime, a laissé pure et stable,

Le contentement saint ; mais si l’on court en somme,

Après Rumeur, Richesse et gloire, il est probable,

De passer de l’enfance, à l’inquiétude énorme.

Vois-donc Persée nouveau, je t’offre cette table ;

C’est mon art fantastique, sonnant, fier comme rhum ;

Que voulez-vous ? Pour moi, je suis content d’être louable !

 

*

 

POUR BIOTES, LE FILS DE MÉTATHANTE, ÉGALEMENT PLUTÔT DOUÉ A LA COURSE

 

Ô Muse au pas agile, à la voix pure et claire,

Mets en moi Souvenir, Hommage et le Talent ;

L’exploit de Bïotès, puissé-je ne le taire !

Car sa course a vaincu sous le temple éclatant,

De Zeus père des lieux, mille aux-jambes-de-fer.

La grâce du Cronide a porté cet enfant,

Sans défaut. Et son cœur, s’est joint à ce dieu fier.

Chante, ô Muse, chantons, ce digne descendant !

              Pareil à Héraklès à qui rien ne s’oppose,

Qui ne brille aujourd’hui, ni pour l’or ou l’argent,

Ni pour quelque couronne au monde qui s’impose,

Ni pour sa place ou pour son goût, mais car longtemps,

Sous les froids hivernaux que les pluies drues arrosent,

Sous la chaleur extrême, et qui sèche, et qui fend,

Il combattait l’effroi et ne disait que « j’ose »,

Je chanterai le fils comme son père avant !

              Hercule alors, par le soin des poètes,

Laissa le temps exalter ses travaux.

Hélas, de toi, qui dira la tempête,

Dont tu vainquis dans le stade les maux ?

Hélas encor ! Mais j’ai ceci en tête :

Pindare est là ! Pas de panique, égaux !

Hop, te voilà immortel, ô athlète,

Et je m’en vais ! Bien content de ces mots !



Citer ce billet
thibaultlegois (2022, 3 décembre). Pastiche des épinicies de Pindare – Thibault Legois. Classiques et numériques. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search