Λιβερτέ, Εγαλιτέ, Φρατερνιτέ

Puisque tu as reconnu, Socrate, que les biens les plus élevés étaient la liberté, l’égalité et la fraternité, et qu’ils s’imposent par leur nature propre et non en fonction de l’opinion, montre-nous comment les obtenir, toi qui as passé toute ta vie à les rechercher.

C’est avec ces mots qu’Adimante et Glaucon me supplièrent d’accéder à leur désir de triompher des propos de Thrasymaque et de me porter au secours des valeurs les plus authentiques.

Notre recherche, dis-je alors, n’a rien d’ordinaire et exige un regard bien aiguisé. Mais comme la question est difficile, je vous propose d’orienter notre enquête de la manière suivante : si la vue manque d’acuité pour lire des lettres tracées en petits caractères, elle ne sera en revanche plus en peine de lire ces mêmes lettres tracées en grands caractères.

– Certes, répondit Adimante, mais quel est le rapport avec notre sujet ?

– J’y arrive, dis-je. La liberté, l’égalité et la fraternité sont des biens pour l’homme individuel. Mais n’existent-ils pas également pour une collectivité – mettons pour un collège ?

– Tout à fait, dit-il.

– Or, un collège n’est-il pas plus grand qu’un individu ?

– Il est plus grand, dit-il.

– Alors examinons ces mêmes valeurs telles qu’elles se développent en grand et notre regard saisira mieux quelle est leur véritable nature.

– En effet, il le faut, Socrate. Examinons-les, déclara Adimante.

– Considère alors ce que c’est qu’un collège. Doit-on dire que c’est un tout indivisible ou bien qu’il est composé de parties ?

– Tu te moques, Socrate, intervint Glaucon, il me semble qu’un collège est composé de parties.

– Et quelles sont ces parties ? demandai-je.

– Tu le sais très bien : il y a les élèves, les professeurs et ceux qui s’occupent de l’administration.

– Qu’en est-il alors des biens qui nous préoccupent : est-ce qu’ils sont tous possédés par chacune des parties ou est-ce que chaque partie possède un bien particulier ?

– Quant à moi, dit Adimante, je n’en ai aucune idée, Socrate.

– Ne pourrions-nous pas dire que – sans toutefois négliger les autres biens – chaque partie en possède un plus éminemment ? Ainsi, les professeurs privilégieraient la liberté…

– Mais de quelle liberté parles-tu, Socrate ? intervint Glaucon.

– De la liberté d’enseigner, bien sûr.

– Tu as raison, dit Adimante.

– Les spécialistes de l’administration auront à cœur de cultiver la fraternité, continuai-je.

– Et pourquoi ? dit Glaucon .

– Parce qu’ils assurent le lien entre les personnes extérieures au collège et le collège lui-même, mais également parce qu’ils veillent au respect des lois au sein même de l’établissement scolaire.

– Assurément, dit Adimante.

– Mais alors, dit Glaucon, cela veut dire que ce sont les collégiens qui privilégient l’égalité ?

– Pourtant, poursuivit Adimante, les collégiens ne sont pas égaux entre eux. Certains sont vifs et d’autres moins, certains ont une bonne mémoire, d’autres pas…

– Certains ont des parents éduqués et qui les aident, renchérit Adimante, alors que d’autres ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Comment peux-tu dire, Socrate, que les collégiens cultivent l’égalité ?

– N’as-tu pas remarqué la tendance de tous les collégiens à s’imiter les uns les autres ? répondis-je. Par exemple, quand l’un arrive un sac Eastpack gris à la rentrée, quelques jours plus tard, la moitié de la classe arbore un sac identique. Quand l’autre ose un crop-top, combien parmi ses copines décident elles aussi de braver le froid hivernal ?

– C’est comme cela que tu envisages l’égalité entre les élèves ? Tu ne considères que l’apparence, Socrate…

– Il me semble que l’apparence soit comme un message dont le but secret est de persuader les autres.

– Persuader de quoi, Socrate ?

– De la supériorité de ses convictions.

– Tu veux parler de religion, Socrate ?

– Oui, il le faut.

– Mais le collège n’a-t-il pas une charte de la laïcité affichée sur les murs ?

– Ô homme crédule, ne sais-tu pas que les adolescents passent leur temps à jouer avec les interdits et à tester les limites ? Les professeurs soupçonnent toujours qu’une jupe noire trop longue ne sert pas qu’à cacher des jambes ou qu’un foulard joliment noué n’a qu’une finalité esthétique.

– Que faire alors ? dit Glaucon.

– Le mieux serait d’instaurer le port d’un uniforme. Ainsi, les élèves seraient à égalité. Ne croyez-vous pas ?

– Tu as raison, Socrate, dit Adimante. Cela supprimerait la manifestation des différences sociales.

– Mais, enfin, Socrate, on ne peut se contenter que de cela, reprit Glaucon. Chacun sait que les distinctions sociales ne s’effacent pas si facilement.

– C’est vrai, Socrate. Glaucon a raison. On le voit dans la façon dont les élèves s’expriment. Certains trouvent toujours les mots pour dire leurs pensées alors que d’autres butent, faute de vocabulaire. Et ce sont ceux dont les parents ont fait des études supérieures et qui ont toujours baigné dans une ambiance cultivée qui réussissent le mieux.

– Il semble qu’il n’y ait pas de solution, dit Adimante.

– Nous avions bien trouvé la solution pour égaliser les apparences en imposant des vêtements qui soient les mêmes pour tous.

– Mais comment faire quand c’est de la maîtrise de la langue dont il est question ? reprit Glaucon. Ils parlent déjà tous la même langue : c’est la compétence qui est en cause.

– Il me semble que c’est cela précisément qui est en jeu, dis-je.

– Je ne te suis pas, dit Adimante.

– Considérons l’idée que voici : si on obligeait les collégiens à parler une autre langue que celle de leur foyer, une langue qu’aucun d’eux ne parle et qu’aucun parent ne maîtrise, n’instaurerait-on pas l’égalité ?

– Mais, de quelle langue parles-tu ?

– Et bien, de toute évidence, de la langue de la sagesse : la langue grecque !

Ma démarche

Je suis professeure de français dans un collège brestois classé en réseau d’éducation prioritaire et tous les jours, en franchissant le seuil du collège, je passe sous le drapeau tricolore orné de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Et tous les jours, je me pose cette même question : à quoi correspondent à l’échelle d’un collège – une mini-cité dans la cité en somme – ces trois valeurs ? La liberté peut être rapprochée de la liberté pédagogique, le fraternité est une valeur évidente entre tous (élèves, enseignants, membres de l’administration, agents d’entretien), mais l’égalité, qu’en faire ? Les élèves ne naissent pas égaux entre eux et, tout au long de leur scolarité, ils sont très souvent tributaires de leur milieu d’origine. Certains seront toujours aidés par leur famille quand d’autres n’en recevront aucune aide. Je le constate malheureusement chaque jour. D’ailleurs, tout cela est pointé par de nombreux rapports : l’École française n’arrive pas à réduire les différences sociales entre les élèves. On sait depuis longtemps combien elle est inégalitaire.

C’est ainsi que je me suis dit qu’il serait amusant de faire un pastiche des livres II à IV de La République en remplaçant le concept de « Justice » par ceux de « Liberté, Égalité, Fraternité ». Et à la manière de Socrate – ou de Platon – d’esquisser une solution idéale.

Les outils

A partir du site Perseus, j’ai téléchargé les cinq premiers livres de La République, ce qui m’a permis de créer un corpus de près de 50 000 mots.

1) L’outil « Cirrus » permet de visualiser de façon très efficace les termes les plus utilisés par Platon. Sans surprise, ce sont les particules (καί, δέ, γε, τε, ἀλλά) marquant les articulations logiques du discours philosophique qui sont à l’honneur. Le verbe ἔφη ainsi que le pronom de la première personne apparaissent assez clairement, ce qui est normal dans le cadre d’un dialogue.

A partir de ce premier essai, on peut constater que «Cirrus » ne reconnaît pas les déclinaisons. Ainsi l’article est présent sous toutes ses formes. De plus, des formes comme ἀλλὰ (272 occurrences) et ̓αλλʹ(224 occurrences) ne sont pas reconnues comme étant un seul et même mot. Il en est de même pour l’accent : δὲ (634 occurrences) et δέ (135 occurrences) sont considérées comme deux formes distinctes.

L’outil « Stopwords » est très efficace pour supprimer toutes les particules très fréquentes en grec et pour faire davantage apparaître les concepts clés. Voici un deuxième nuage de mots avec l’option « Stopwords » :

On a ici une approche plus thématique : la justice et l’injustice dans la cité sont au cœur de La République. C’est ainsi qu’apparaissent des concepts essentiels dans la construction de la Cité idéale : πόλις, δικαιοσύνη, δίκαιον, ἀδικία, φύσις. La recherche de la vérité sur le mode socratique fait émerger des termes rhétoriques mais révélateurs de sa méthode : les verbes ou les syntagmes de perception (φαινέται, δῆλον), d’opinion (δοκεῖ, έ̓οικεν, οἴεν), de modalité (δεῖ).

2) L’outil « Syntagmes » permet de visualiser les groupes de mots les plus fréquemment utilisés par Platon et cela est une aide précieuse pour faire un pastiche. J’ai choisi ces trois syntagmes : δοκεῖ μοι τὶ, δεῖ γάρ, ἀληθῆ ἔφη λέγεις.

Mais on pourrait imaginer afin d’obtenir un pastiche encore plus subtil un outil nous donnant une répartition des mots par personnage. Quels sont les syntagmes utilisés le plus souvent par Socrate ? Et par ses adversaires ?

3) L’outil « Tendances » met en évidence la distribution d’un ou de plusieurs termes sélectionnés au sein du corpus. Cela m’a permis de voir le mouvement de la parole et de la pensée dans La République. Pour cela, j’ai pris l’exemple de la négation (οὐ, ὀυκ notamment) et j’ai trouvé intéressant de voir comment elle se répartissait dans le texte.

On constate à travers ce schéma des phases où la négation est très présente et des phases où elle est plus atténuée. Il y a une alternance entre des personnages qui exposent leur point de vue et une voix qui s’élève pour réfuter ce qui vient d’être dit. C’est ainsi que Socrate laisse parler ses interlocuteurs puis réfute leurs thèses en leur montrant qu’elles sont fausses. La quête de la vérité passe par la contradiction.

4) Enfin, la ligne de bulles fait apparaître par granularité la fréquence rhétorique du verbe δοκεῖ. Mais, par-delà l’aspect rhétorique, c’est la philosophie platonicienne qui se manifeste : chaque interlocuteur fait part de son avis et la vérité s’élabore de façon dialogique. On voit combien les occurrences du « il me semble » sont plus nombreuses en début d’argument quand les avis individuels se confrontent.

Avec tous ces outils, l’art du pastiche devient un jeu d’enfants ! On peut se demander alors : à quand le pastiche entièrement assisté par ordinateur ?





Citer ce billet
frederiquemarechal (2022, 4 décembre). Λιβερτέ, Εγαλιτέ, Φρατερνιτέ. Classiques et numériques. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search