Properce chez le psy, souffrant de dépression amoureuse

Properce est un jeune homme d’une vingtaine d’année, il a rencontré il y a quelque temps une femme nommée Cynthia. Cette dernière est plus âgée que lui, elle doit avoir au moins une trentaine d’année. De ce qu’il a confié à son psychologue, Cynthia est divorcée, d’un mariage qui a duré six ans. C’est une femme qui se sent libre, qui veut s’amuser et qui ne souhaite pas ressentir une quelconque pression dans une relation. Cependant il y a un déséquilibre flagrant dans la relation, Properce est éprit de Cynthia d’une manière hors norme. C’est pour lui l’amour, le vrai, celui qui n’a aucun sens, et qui semble être la volonté de quelqu’un d’autre, du destin, du hasard peut-être. C’est pour autant quelque chose d’inexplicable pour le jeune homme. Cependant la jeune femme ne montre pas le même intérêt pour lui, elle le voit comme le jeune homme intéressant pour passer un moment à deux mais sans plus. Properce est pour elle un loisir, rien de plus. 

Le jeune homme a bien conscience de cela, que son amour n’est pas à double sens, mais à sens unique. Cette forme de rejet que Properce ressent de la part de Cynthia, le plonge dans une sorte de tourment, de douleur profonde. Cette douleur profonde se manifeste dans un premier temps par sa volonté, à part voir Cynthia il ne souhaite rien d’autre, il attend de recevoir un message de la jeune femme, pour la rejoindre aussi vite que possible. Il ne va plus en cours, du moins si il y va il ne s’intéresse en rien au cours, il regarde dans le vide imaginant ces longs cheveux bruns et sa silhouette fine et élancée. Le problème principal est qu’au moindre désaccord, à la moindre contrariété tout peut de nouveau basculer pour le jeune homme. 

Il y a un près d’un mois que Properce a apprit, « l’infidélité » de Cynthia, que cette dernière fréquentait un autre homme, qui semblait lui plaire davantage que Properce. Ce dernier s’est senti tellement trahit, salit et abandonné qu’il a tenté de mettre fin à ses jours. C’est à partir de cet instant que ses parents et ses proches ont compris la gravité de la situation, mais aussi la gravité et la dangerosité de cet amour, que Properce ressentait pour cette femme. De plus comment un amour pouvait autant affecter la vie d’un jeune homme, que ce soit sur le plan professionnel, personnel mais surtout émotionnel. C’est après ce basculement, que les parents de Properce l’ont contraint à prendre rendez-vous avec un psychologue afin d’exprimer ses émotions et de mieux cerner cet Amour pur, puissant et destructeur.

– Properce confie sa passion et son désarroi à son psychologue, il évoque pour la première fois sa tentative de suicide –  

Au plus profond de mon coeur, une rage immense est présente 

Quand je pense au faite, que ma personne a si peu de valeur

A ses yeux. C’est pourquoi, par cet acte, j’ai voulu croire 

Qu’elle me montrerait le minimum d’intérêt que je recherche. 

Tout ce que je souhaite c’est un appel, une soirée, une oreille 

Qui puisse m’écouter. Je lui ai tout donné, mon amour 

Mon temps, des éloges, des rires, j’ai abandonné dans un sens 

Ma famille, mes amis, mes passes temps pour elle. 

Rien ne m’intéresse plus, que cette femme, que son amour. 

Il est vrai que ma volonté de mettre fin à mes jours, 

Avait pour but d’obtenir l’amour que je recherche, que j’attend de toi, 

 Un amour que je mérite. Il est vrai que je suis prêt à mourir 

Pour toi, afin de prouver que même dans la mort, 

Mon amour sera la seule chose qui restera de moi, même 

Après mon trépas; dans mes cendres, à mes funérailles 

Que le prénom Cynthia soit dans toutes les bouches. 

Pour prouver que je suis mort pour elle, pour vivre à travers 

Cette femme. C’est tragique dans un sens mais mon amour 

Pour elle est tout ce que j’ai. J’aimerai me marier avec elle, 

Mais cela ne semble pas possible à son sens. Si je ne peux 

Pas vivre avec elle, alors je pense mourir pour elle. 

Telle est la manière dont je pense actuellement, qui semble 

Insensée aux yeux de tous, vivre ou mourir d’amour.

_

Je travaille actuellement sur les Élégies de Properce pour mon mémoire, c’est un auteur unique qui a su se démarquer avec l’expression de la passion funeste au sein d’éloges amoureuses. Tout en chantant son amour pour Cynthie (Cynthia) il y incorpore ce thème de la mort. Ce n’est pas juste un poète en souffrance de sa bien aimée cruelle, c’est plus profond. L’amour ne va pas sans la mort chez Properce, il y a une dualité entre les deux très profonde. Avec ce pastiche savant j’ai cherché à montrer, grâce aux outils comment ce trait spécifique de la poésie Propercienne pouvait être mis en lumière.

À partir de Perseus j’ai pu saisir l’ensemble de toutes les élégies de Properce contenues dans les quatre livres. J’ai pu les insérer assez facilement, avec l’outils voyant tools malgré l’étendu des textes que j’avais. Avec les analyses de voyant Tools, j’ai pu mettre en avant les mots avec la fréquence d’apparition la plus élevée. 

J’ai eu l’idée de faire ce petit échange entre la figure du poète et un psychologue, avec cette idée de transmission de la parole à un public ou quelqu’un. Bien que Properce ne souffrait pas d’un problème psychologique à proprement parler vouloir mourir par amour relève d’un paradoxe complexe à traiter du point de vue psychologique. De plus j’ai pu remarquer à l’aide de voyant tools que le simple mot « caput » faisait parti des mots les plus fréquents de l’oeuvre. J’ai trouvé que faire correspondre le terme de « caput » à son sens premier de “tête”  au sens plus large d’esprit, cela donnait tout son sens à l’idée d’échange avec un psychologue. Mais plus précisément sur l’oeuvre en elle même, Properce est un auteur qui peint son imaginaire, qui nous fait vivre ses pensées (suicidaires ou non) à travers son esprit, ainsi retrouver le terme « caput » était très révélateur et surprenant.

Aussi l’analyse des termes fréquents renforce l’élégie amoureuse grâce aux termes « amor » et « amore » bien que synonyme, leur emploi est fréquent et de même proportion. Ainsi nous remarquons aussi le terme « Cynthia » joint au terme « puella » que Properce emploi de façon récurrente pour surnommé sa bien aimée. 

Dans un second temps il est intéressant de voir, à travers l’utilisation des pronoms personnels la centralité des personnages de Properce et Cynthia. En effet « mihi » et « tibi » et « me » sont les pronoms qui sont présents en plus grande proportion. On constate donc la complémentarité entre le « je » de l’auteur et l’objet de son discours le « toi ». Ce qui est logique dans des élégies dédiées à une personne mais important de le mettre en avant grâce à Voyant Tools. Nous avons ensuite l’utilisation de « ego » et « tu » à la même fréquence. Ce qui renforce le constat précédent. 

Enfin j’ai évoqué le thème de la mort dans les élégies, car Properce était l’auteur qui  introduisait le mieux l’utilisation des formes funestes. Cependant nous n’avons pas un terme littéral  particulier comme c’était le cas pour « amore » qui est explicite. Or il est intéressant de relever la présence de négation. Il y a par exemple « non » qui est tout de même le troisième mot le plus fréquent suivi de « nec ». De plus les termes d’opposition « tamen » et « sed » viennent renforcé ce côté négatif, cette présence de négation dans les élégies amoureuses que nous transmet Properce. Pour finir c’est à partir d’un élargissement des termes de 20% que le premier mot rattaché au thème de la mort apparait; il s’agit du terme « ossa ». 

Pour conclure j’ai trouvé cet exercice très innovant, dans un premier temps pour nous aider à réfléchir sur l’oeuvre et le corpus lui-même, et voir notre maîtrise de l’oeuvre en question. Pour ma part l’utilisation de voyant Tools a été très efficace pour faire ressortir les thèmes importants mais surtout essentiels de l’oeuvre de Properce. Même sur un texte assez court ou une élégie particulière (pour ma part), l’outils permet de cibler directement  un champ lexical en particulier ou du vocabulaire précis. 

 

 

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ineslopez (5 décembre 2022). Properce chez le psy, souffrant de dépression amoureuse. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search