L’amour peut tuer ? Médée se confesse à Égée.

Nous nous éloignons de Corinthe. Nous sommes à Athènes. Une nuit d’aout. La lune était toute brillante dans le ciel. La serenité. Une douce brise caresse les feuilles darbres. Soudain, une femme arrive dans un char doré tiré par des créatures mystérieuses. Un moment. Il sont de dragons. C’est le char doré des dragons ailés du roi Soleil ! Mais qui est cette femme en tenue orientale ? C’est Médée. La petite fille du Soleil. Il n’y a aucun doute. Elle avance en se penchant. Elle semble calme. Elle frappe à la porte d’Égée. Une servante arrive. Elle demande à se recontrer Égée. Μédée lui explique l’urgence de cette recontre. Égée lui a accordé l’asile et sa protection. La servante l’amène à Égée. Il se semble content de la voir.

ÉgéeSois heureuse, Médée. Nul ne connait

plus beau prélude pour s’adresser à ceux qu’on aime.

ΜédéeSois heureux toi aussi Égée, fils de Pandion, le sage.

J’espère que tu te souviens de la promesse que tu m’as faite à Corinthe.

Égée – Absolument.  Ne t’inquiète pas, Médée. Après tout, j’ai juré par la Terre,

par la lumière brillante du Soleil et par tous le dieux. Comment pourrais-je violer ces voeux?

Μédée – Je suis heureuse d’etendre ça, mon cher ami.

Égée – J’espère que tu n’as pas oublié ta promesse, ma chère Médéé.

Je t’en supplie. Aide-moi. Aide-moi de touver la semence qui fasse des enfants !

Il n’y a pas de plus grand bonheur dans le monde entier que les enfants !

Μédée – Mon cher ami, tes paroles me saignent le cœur !

Égée –  Pourquoi Médée ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu

peux m’en parler! Tu sais, tu peux me considérer comme ton ami.

Notre amitié est liée par des vœux forts !

Μédée- Tu ne peux pas m’aider…Personne ne peut

pas m’aider.Tout est en vain.

Égée – Pourquoi ? Je te comprends pas.  

Parle-moi !

Μédée – Ah! Tout à coup, plus rien !

Mes enfants, mes amours, sont morts !

Égée –  Quelle horreur ! Quelle impiété !

Qui a osé cette impiété ? Les Corinthiens ? Créon ? Jason ?

Μédée – Mes enfants, mes amours, ont été tués par cette main impure !

Égée –  Pourquoi Médée ?

Μédée – J’étais obligée….

Égée –  Qui t’a obligé ? Les dieux ?

ΜédéeL’amour !

Égée – L’amour pour qui ? Pour tes enfants ? Tu te fous de moi ?

Qui tue par amour ? Je sais que tu ne tues que pour l’amour !

Pas l’inverse !

Μédée – Parfois, on tue par amour ! Je devais les protéger.

Égée – Par qui ?

Μédée – Par mes ennemis ! Ils sont nombreux ! La famille de Pélias est mon ennemi, les Corinthiens aussi ! J’ai donné l’amour et gagné la haine ! Τrahison ! Mensonges! Des ennemis !

Égée – Et comment les as-tu protégés ?

Μédée –  Je les ai protégés d’une mort cruelle et atroce ! Mes ennemis les tortureraient !  Tu sais assez bien que les Grecs font aux barbares ! Μes enfants étaient la semence d’une barbare !

Égée – Et l’amour t’a forcé à les tuer ?

Μédée –  Absolument. Je ne m’attends pas à ce que tu me comprennes ! Arrêtons cette conversation ! Ça ne mène pas nulle part !

Égée – D’accord. Tu as raison ! Parfois on tue pour l’amour ! Vous les barbares vous avez des mœurs étranges !

Μédée –  Égée, mon cher ami, je suis là pour t’aider…

Égée – Je le sais. Tu es une magicienne célèbre ! Aide-moi, je t’en supplie!

Μédée – Égée, mon cher ami, tu peux compter sur moi ! Grâce à moi, ta génération sera glorifiée par des descendants célèbres dans la Grèce entière ! C’est assez pour le moment ! Où puis-je laisser mes affaires ? Je suis tellement fatigué ! Les meurtres m’épuisent !

Égée –  Par ici, ma chère amie !

Ma méthode

Cette année, au cadre de mon mémoire de recherché de Master 1, je fais une analyse linguistique, afin de examiner l’évolution du personnage de Médée dans la pièce d’Euripide. En effet, il s’agit d’un travail de caractérisation du personnage de Médée basé sur l’analyse linguistique de son discours. Mais pourquoi la Médée ? Qu’est-ce que cette pièce d’Euripide peut offrir au lecteur ou au spectateur de notre époque ? La réponse est en même temps complexe et simple. Moi, je choisirai la voie de la simplicité.

Médée, la FEMME avec les plusieurs visages. Tout d’abord, Médée est une femme qui veut survivre dans un monde, qui a été créé par des hommes et pour les hommes. Elle est étrangère, une barbare dans une cité grecque, Corinthe. Quelle horreur ! Elle est magicienne –parmi les meilleures, pour ne pas dire la meilleure ! Elle est manipulatrice… Trahie par l’amour… Trahie par l’homme qu’elle adorait et qu’elle a aidé à devenir un héros… Jason a trahi ses vœux de mariage. Il a choisi une autre femme, plus jeune, fille du roi de Corinthe et Grecque. Le monde des valeurs et de la morale a été bouleversé. Médée choisit par sa vengeance mortelle de rétablir l’ordre moral et de punir le parjure Jason.

Tous ces visages de Médée, ainsi que les trois syntagmes que résultent grâce à l’analyse de mon corpus avec le Voyant Tools, m’ont inspiré de créer la suite de l’histoire de Médée. Cette fois, elle est à Athènes et se rencontre avec son ami Égée. Elle présente son propre point de vue par rapport à l’infanticide et à l’amour. On peut tuer par amour ?  

Les outils

À partir du site Perseus, j’ai téléchargé la pièce entière d’Euripide, ce qui m’a permis de créer sur Voyant Tools un corpus de 8 296 mots.  

  1. L’outil « Cirrus » m’a permis d’avoir une première idée, très rapidement et avec efficacité, les mots les plus fréquents qu’Euripide choisit à utiliser dans sa pièce. Sans surprise, il s’agit des particules καί (183),  δ’ (155), γάρ (106),  δέ (88)  et du prénom de la protagoniste, Médée μήδεια (104).   Les autres termes qui apparaissent sur le nuage des mots comme τέκνων, παίδων, Ιάσων, κακῶς ου Αιγεύς, ils ne me semblent avoir une signification particulière, car ils sont directement liés aux noms des personnages principaux et à la question de l’infanticide.  

Par la suite, j’ai continué mes essaies sur l’outil « Cirrus ». En augmentant le nombre de mots présentés sur le nuage, je constaté que l’outil ne fait pas la distinction entre les nombres (pluriel et singulier) et les cas (nominatif, génitif etc.). Dans une de mes tentatives, j’ai trouvé le nuage suivant :

Dans ce nuage, j’ai distingué trois syntagmes qui me semble intéressants par rapport au sujet de la tragédie : le mot φίλος (8 occurrences; φίλων 8 ; φίλοις 7 ; φίλαι 6), le mot τέκνων (28 occurrences ; τέκνα 19) et son synonyme παίδων (20 occurrences) et le mot πατρός (13 occurrences ; πατέρα 8; πατρός 13).  

Le choix « stopwords » est très efficace si on veut supprimer tous les particules et garder que les noms et verbes. En supprimant les particules, j’ai trouvé le nuage des mots suivant qui nous donne une approche plus thématique (les enfants et leur meurtre, les dieux, le père, la terre, les mortels, les femmes de Corinthe et bien sur les protagonistes de la Médée). Après l’étude de cette image, j’ai pris la décision de continuer mon travail sur la base de ces trois mots, φίλος, τέκνα και πατέρα. Ces mots m’ont rappelé trois personnages, le roi Créon, Jason et le vieux Égée. Mais, le dernier me parait plus idéal pour l’utiliser dans mon pastiche. Il est ami (φίλος) de Médée et il désire de devenir père.

ΙΙ. Par la suite l’outil « trends » (ou « tendances» en français) met en évidence la distribution d’un ou plusieurs termes sélectionnés dans notre corpus. Plus précisément, il m’a permis de constater comment ces trois syntagmes fonctionnent dans mon corpus et si leur utilisation évolue pendant le drasis de la tragédie. En observant le diagramme, il me semble que l’utilisation de ces trois syntagmes s’intensifie lors des moments les plus décisifs de la tragédie : lorsque Médée veut manipuler Créon, Égée et Jason afin d’accomplir sa vengeance. En plus, l’utilisation du syntagme τέκνων culmine au moment que Médée est en train de tuer ses enfants. Donc, ce syntagme semble être étroitement lié à l’idée de l’infanticide.  

ΙΙΙ. Pour finir, l’outil « Bubbleslines » (ou « Bulles » en français) fait apparaître par granularité la fréquence de ce trois syntagmes (dans leurs différentes formes) dans notre corpus. Comme on observe, la présentation de ces syntagmes sous la forme des bulles confirme ce qu’on a remarqué plus haut. C’est-à-dire, la fréquentation de leur utilisation est sans doute liée à l’évolution de notre histoire et au moment le plus décisif de la tragédie, l’infanticide.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
paraskevidimitra (17 décembre 2022). L’amour peut tuer ? Médée se confesse à Égée. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search