Projet personnel : traduction de l’Ars rhetorica de Consultus Fortunatianus

 Au cours de cette deuxième année de master d’humanités classiques et numériques, je traduis un manuel de rhétorique du IV-Ve siècle,  un Ars rhetorica, d’un auteur connu seulement par ce texte : Consultus Fortunatianus. L’ars n’a pas été traduit en français et les traductions qui ont été entreprises sont anglaises ou italiennes. L’édition italienne, réalisée en 1979 par Lucia Calboli Montefusco, est celle de référence, et améliore celle de Karl Halm, datant de 1863, qui regroupait l’ars de Consultus Fortunatianus avec d’autres textes rhétoriques de l’Antiquité tardive (IIIe, IVe, Ve, siècles), sous le titre de Rhetores latini minores.

Le cours d’humanités numériques m’a fourni les outils nécessaires pour approcher de manière globale le texte. En effet, à l’aide de Rstudio et des codes utilisés au premier semestre, j’ai d’abord pu comparer l’édition la plus récente avec l’édition allemande, puis j’ai pu donner une représentation graphique de la composition du traité selon chaque partie, et enfin, je suis parvenu à isoler quelques informations générales sur le lexique latin et le lexique grec. Ces informations viendront enrichir la partie commentée de mon mémoire et faciliter, je l’espère, la lecture et l’analyse du traité.

La première étape du travail a consisté dans la correction du texte numérisé automatiquement de l’édition de Halm afin de pouvoir la comparer avec la version en ligne de l’édition de L. Calboli Montefusco. Face à l’efficacité partielle de cette numérisation OCR et de celles des autres textes de l’édition allemande, j’ai finalement abandonné l’idée de comparer mon traité avec le reste du corpus des Rhetores latini minores afin de me concentrer sur la correction de ces deux versions du même texte. À la suite de cette relecture, j’ai pu obtenir une visualisation des différences entre les deux textes grâce au package diffObj de Rstudio. Il s’agit d’une fonction me permettant de comparer facilement les variantes entre ces deux éditions. Cette visualisation place côte à côte les deux textes et surligne les différences. Dans la capture d’écran ci-dessous on voit par exemple, en bleu, un passage surligné et rétabli par L. Calboli Montefusco et qui ne figurait pas chez Halm :

Une fois ces corrections faites et grâce à une méthode suggérée par M. Berra, j’ai isolé le lexique grec au moyen d’une expression régulière et en utilisant les références des plages Unicode pour ne sélectionner que les caractères grecs dans mon texte latin. Après n’avoir gardé que les mots pertinents en appliquant les “stopwords” de l’espace partagé, je suis arrivé à cette représentation graphique de la répartition des mots grecs dans le traité :

Concernant le texte latin, j’ai recouru à l’outil de lemmatisation en ligne de l’école des Chartes, afin d’avoir une liste la plus pertinente possible des 20 mots les plus fréquents du traité, on l’on voit déjà la prépondérance de termes techniques et d’un lexique propre à la rhétorique (narratio, persona, oratio, status…) :

Le traité se présente sous une forme particulière : la forme catéchétique, c’est-à-dire une suite de questions et de réponses, ces dernières constituant la leçon à retenir. Afin d’illustrer ce contenu professoral, les réponses contiennent des citations qui font références à des exemples de cas judiciaires fictifs que les élèves devaient connaître et avec lesquels ils s’exerçaient. Les expressions régulières ont isolé ces différentes catégories de discours de manière à ce que j’obtienne une représentation graphique de leur importance en fonction du pourcentage de mots.

C’est au cours de cette manipulation du corpus que j’ai aussi représenté graphiquement le pourcentage du nombre de mots pour chacune des parties. En effet, les traités de cette époque sont considérés comme plus abondants au sujet de l’inventio (trouver le contenu adéquat selon les règles) et moins de l’actio (la parole et la gestuelle), puisque l’inventio correspondait plus aux connaissances théoriques notamment utiles dans les procès. Cette considération se confirme dans notre cas, car seul le dernier livre aborde des parties autres que l’inventio comme la dispositio (l’ordre du discours), l’elocutio (le style) ou l’actio (la parole et la gestuelle) :

Le traitement informatique du corpus m’a donc offert du recul sur l’édition de référence tout en me fournissant des éléments factuels sur mon texte. Bien que je n’aie pas utilisé les fonctionnalités les plus complexes offertes par le langage R comme les codes de stylométrie, les outils utilisés ici comme la représentation en histogrammes de la fréquence ou de la distribution m’ont semblé pertinents pour m’aider dans le commentaire de cette Ars rhetorica et afin de procurer à mon lecteur une vision d’ensemble de la composition du traité.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
aurelienbrunot (10 avril 2023). Projet personnel : traduction de l’Ars rhetorica de Consultus Fortunatianus. Classiques et numériques. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvro


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search