Projet personnel : encodage numérique d’un manuscrit des Variae de Cassiodore

Mon mémoire de recherche de M2 consiste en la transcription d’un manuscrit portant une leçon du livre II des Variae de Cassiodore. Afin que ce projet numérique me soit le plus utile, j’avais d’abord songé à élaborer un code qui m’aurait permis de relever les différences entre ma transcription et le texte qui me sert de référence, celui de l’édition de Mommsen. Cette entreprise, se révélant trop importante en termes de charge de travail, et dont l’efficacité des résultats aurait été de surcroît incertaine, j’ai finalement opté pour un projet plus simple et plus accessible.

 Mon projet a donc consisté, sur suggestion de Monsieur Berra, à transcrire de façon numérique le manuscrit. En effet, mon intention initiale étant de reporter les notes d’apparat critique indiquant les variantes d’une leçon à l’autre en bas de page, il a paru plus commode d’utiliser à cette fin le langage XML, et plus particulièrement la convention TEI, qui permet de générer automatiquement un apparat à partir des variantes encodées à même le texte. 

Pour ce faire, ainsi qu’il a été convenu dans le cadre de mon mémoire, j’ai pris pour base le texte de Mommsen. Afin de pallier l’impossibilité de le copier-coller, je me suis rabattu sur le texte de la Bibliotheca Augustana. Il a fallu ensuite procéder à une lecture comparée pour m’assurer que le texte copié était bien conforme au texte de référence de Mommsen. A l’issue de cette étape, j’avais donc concrètement sur un fichier Word, le texte de référence d’un côté, et le texte issu de ma transcription du manuscrit, de l’autre côté.

L’étape suivante fut celle de l’encodage, que j’ai pu réaliser, grâce à l’aide de Monsieur Berra, directement dans l’interface du logiciel Oxygen. Ce logiciel est celui recommandé par le projet DARIAH Teach, dont les guides vidéos me furent utiles dans cette entreprise. Ce projet, qui nous fut présenté dans le cadre du premier semestre du master afin de nous aider à concevoir un début d’édition critique numérique, a été, cette fois encore, ma principale ressource, afin de me remémorer les bases du langage XML et de la convention TEI. Les guides m’instruisirent sur la procédure à suivre, consistant à baliser le texte de référence afin d’y incorporer les variantes que présente le texte du manuscrit que j’ai transcrit. Il s’agit ensuite, pour chacun des mots qui varient d’une source à l’autre, de faire bon usage des balises <app> (pour apparatus), <lem> (pour lemma), <rdg> (pour reading), et <wit> (pour witness). Ces balises ont suffi à indiquer si un mot ou un groupe de mot a manqué, a été ajouté, modifié, ou bien déplacé d’une source à l’autre. 

Pour intégrer ce travail à mon mémoire, j’escomptais « transformer » le code en fichier PDF. Or, l’exécution des scripts XSLT de la TEI, intégrés à Oxygen, qui m’aurait permis de rendre possible cette conversion, ne semblait pas être compatible avec les notes de bas de page sous la forme desquels se présente l’apparat critique. Afin de générer le fichier PDF final, j’ai donc été contraint de passer par la Critical Edition Toolbox, une option alternative qui me permit d’obtenir le même résultat.

A cette contrainte vient également s’ajouter le fait que certaines informations ne s’affichent pas exactement de la meilleure des façons, bien qu’il semblerait que ces contraintes ne soient pas nécessairement imputables au fait que l’édition soit numérique. A titre d’exemple, un ajout du manuscrit transcrit par rapport au texte de base sera traduit dans l’apparat par un espace seul suivi d’un crochet puis de la leçon, rendant impossible en pratique de déduire où cet ajout se situe, sans autre indice que le numéro de la ligne de l’ajout. Fournir automatiquement davantage de contexte, par exemple en indiquant entre quels mots l’ajout se situe, aurait été bienvenu. Mais c’est un problème que l’on peut facilement contourner manuellement, en encodant les mots entre lesquels l’ajout se trouve, plutôt que d’encoder l’espace situé entre ces mots.

De plus, l’encodage en XML ne semble pas être « nativement » adapté à la nuance lors de la saisie des variantes. On peut rappeler que l’apparat critique ne se limite pas en temps normal à indiquer telle ou telle leçon, mais peut aussi préciser le degré de certitude de cette leçon, notamment grâce à l’emploi de mots latins venant la moduler. Or, la balise <rdg> ne semble être optimisée que pour accueillir la leçon brute sans aucun complément, ce qui est regrettable. Encore une fois, ce problème peut être contourné en explorant les options de personnalisation d’impression proposées par la Critical Edition Toolbox.

A noter enfin qu’il semble également être impossible d’user d’exposants dans Oxygen (du moins n’y suis-je pour ma part pas parvenu), dont l’utilisation aurait pu s’avérer utile pour noter Qa ou Q1. Plusieurs mains étant intervenues lors de la copie du manuscrit, ces notations permettent d’en rendre compte. Ainsi, lorsqu’un mot a été écrit puis corrigé par le scribe principal, Q1 aurait signalé ce qu’il avait écrit dans un premier temps, et Q2 aurait indiqué la version révisée par lui-même. Dans le cas d’une correction apportée par un tiers, QA aurait indiqué la version du scribe premier, et QB, la version corrigée par cet autre scribe. On se limitera donc, dans un premier temps, à les noter QA et Q1. Si ces imperfections persistent, on pourra éventuellement chercher à les corriger manuellement à l’aide d’un éditeur de fichiers PDF.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Noah J. (15 avril 2023). Projet personnel : encodage numérique d’un manuscrit des Variae de Cassiodore. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search