Usage de “fortuna” chez Sénèque

Le projet réalisé pour le cours Humanités numériques 4 est étroitement lié à mon travail de mémoire, qui consiste à étudier l’utilisation de “fortuna” dans l’œuvre de Sénèque. Plus précisément, mon travail consiste à étudier l’utilisation rhétorique et didactique que Sénèque fait de fortuna, car en tant que philosophe stoïcien, sa physique (et sa philosophie en général) ne lui permet pas d’accepter la notion de hasard dans l’univers. Au contraire, pour les penseurs stoïciens, l’univers est déterministe et il existe un fatum, mais pas de hasard ni d’indétermination. A première vue se pose une question incontournable : Comment est-il possible que Sénèque utilise autant de textes pour penser la fortuna si en termes généraux les philosophes stoïciens préfèrent parler d’un déterminisme universel dans lequel le hasard n’a presque pas d’importance ?

Le corpus qui intègre mon travail sont les trois consolations (De consolatione ad Helviam, De consolatione ad Polybium et De consolatione ad Marciam) ajoutées à son traité politique (De Clementia), ainsi que les lettres à son disciple (Epistulae morales ad Lucilium). Ma hypothèse de travail consiste à affirmer que Sénèque ne nie pas le déterminisme de l’univers, mais utilise le terme “fortuna” de manière rhétorique et didactique, c’est-à-dire comme un moyen d’instruire l’autre, à qui il dédie son œuvre (Lucilius, Marcia, Polybe, Helvia ou Néron), dans l’exercice d’accepter ce qui arrive. L’utilisation de la fortuna aurait ainsi des fins pratiques, car sur le plan purement théorique, fortuna est niée en tant que telle et ne peut être qu’un fatum incompris – l’univers est une série de phénomènes que nous percevons comme chaotiques mais qui ont leur propre règle interne et sont des conséquences qui émergent mécaniquement de causes antérieures-.

Voyant tools m’a semblé être un outil utile car il permet de visualiser clairement le rôle que Sénèque peut attribuer à un terme. Par exemple, l’utilisation constante de fortuna dans la consolation à Polybe est clairement visible à partir des résultats fournis par Voyant tools. De même, pour les cinq œuvres en question, cela permet de visualiser avec quels termes fortuna est lié en plus de permettre au programme de trouver toutes les occurrences et répétitions du concept.

Ad Marciam

La Consolation à Marcia est une œuvre de Sénèque écrite spécifiquement pour une matrone romaine, la fille de l’historien Aulus Cremutius Cordus. Son but est de la convaincre d’abandonner son long deuil suite à la mort de son fils. Dans ce type de textes, à savoir les consolations, le rôle de la fortune devient plus visible. Cela est principalement dû au fait qu’il s’agit de convaincre le destinataire d’abandonner sa douleur face à une situation sur laquelle il n’a aucun contrôle absolu (en tout cas, il a un contrôle sur son état d’esprit face aux maux du monde). Fortuna apparaît 23 fois.

Le graphique de Voyant Tools montre comment le terme est utilisé de manière systématique tout au long du texte. 

Ad Polybium

 

La consolation adressée à Polybe est remarquable car, malgré sa brièveté, le terme fortuna y est répété 30 fois. Fortuna permet à Sénèque de souligner la transitoireté de la fortune, et il exhorte Polybe à chercher une source de bonheur et de satisfaction plus durable. L’information selon laquelle fortuna est l’un des termes les plus utilisés est clarifiée dans les informations suivantes fournies par Voyant tools :

“This corpus has 1 document with 5,672 total words and 2,480 unique word forms. Vocabulary Density: 0.437 Readability Index: 15.812 Average Words Per Sentence: 23.7 Most frequent words in the corpus: nihil (34); omnia (22); fortuna (21); rerum (17); omnium (14)”

Rhétoriquement, cette consolation est très inhabituelle puisque Sénèque utilise avec Polybe la ressource de mettre des mots dans la bouche d’un troisième interlocuteur, Claude. Sénèque ne cache pas son intention en écrivant Polybe. Il veut obtenir non seulement la reconnaissance de son innocence, mais simplement le pardon, pour pouvoir retrouver cette Rome violemment désirée dans la désolation de la Corse. Cela rend la rhétorique plus calculée, mais aussi revient sur les lieux communs des consolations. Dans ce cas spécifique, fortuna joue un rôle de premier plan qui n’apparaît pas dans les autres œuvres de Sénèque.

Ad Helviam

La consolation à sa mère Helvia a été écrite par Sénèque pour soulager la douleur que sa mère a ressentie lorsqu’il a été exilé. Bien que cette dernière consolation n’inclue pas fortuna parmi les termes les plus courants, elle figure parmi les plus répétés. Sénèque utilise les principes de la philosophie stoïcienne pour aider sa mère à surmonter sa douleur et à accepter son sort. Il souligne notamment l’importance de la raison et de la maîtrise de soi pour trouver la paix intérieure, ainsi que la nécessité de se concentrer sur les aspects positifs de la vie plutôt que sur les difficultés. Cela implique de supporter les caprices de la fortune.

Il est intéressant de noter comment la première personne est présente dans le “me” qui est un terme central de ce texte. La notion d’exil (exilium) est également présente, bien qu’elle soit présente dans les deux autres consolations, elle joue ici un rôle central car, contrairement à la lettre à Polybe, elle peut être explicitement exprimée sans détours rhétoriques.

De clementia

De clementia fait partie des textes courts de Sénèque. Ce traité politique s’adresse à la figure du roi et est spécifiquement dédié au jeune empereur Néron. Dans le texte, le philosophe souligne que la plus grande vertu du dirigeant réside dans sa clémence, c’est-à-dire dans sa compassion et sa modération lorsqu’il applique la justice. Conceptuellement, la fortune a un poids dans la mesure où un dirigeant doit savoir qu’il n’est pas capable de tout faire et que de nombreuses situations échappent à son pouvoir, mais au-delà des vicissitudes de la vie politique et publique – au-delà de ce que la fortune peut apporter – il doit rester indemne et être un roi sage : cela se démontre par la clémence envers les autres.

Le premier résultat de la recherche de termes dans De clementia donne des résultats “attendus”. Dans un traité politique qui prône la clémence du roi, dans ce cas l’empereur, c’est le propre terme “clementia” qui est le plus utilisé, tandis que les autres termes sont associés à “clementia”.

Les termes fortuna, fortunam et fortunae sont distribués de manière équitable et systématique dans le texte de Sénèque.

Epistulae ad Lucilium

Les Epistulae morales ad Lucilium sont un ensemble de 124 lettres écrites par Sénèque. Dans ces textes, Sénèque donne à Lucilius, son disciple, des leçons de stoïcisme et décrit l’attitude du sage. Sénèque aborde divers thèmes : sa vie privée, la joie créée par la sagesse, la philosophie, le stoïcisme, la vertu, le vice, la mort d’une part et le suicide, etc..

Spécifiquement, parmi les 23 œuvres que nous conservons de l’auteur romain, c’est dans les lettres à Lucilius que le concept de la fortune est le plus souvent utilisé. Fortuna est utilisé 171 fois dans les lettres où il est l’un des thèmes principaux, car son absence n’est perceptible que dans quelques-unes des épîtres et parce qu’un grand nombre d’entre elles ont pour objectif principal d’analyser le concept de fortuna comme les lettres 13, 16, 44, 51, 65, 66, 71, 85, 91 ou 98.

Au-delà des problèmes de déclinaison, pour le terme “fortuna”, il suffit d’utiliser la forme “fortun*” pour que le programme inclue les possibles morphologies du terme. Ainsi, cela montre de manière très claire avec quels termes “fortuna” est lié dans les Lettres. 

Conclusion

À partir des résultats de Voyant Tools, nous pouvons voir comment l’utilisation du terme fortuna est systématique dans les trois consolations de Sénèque. Cela est dû, selon ce que nous pouvons déduire, à l’objectif de convaincre le destinataire de ses écrits d’abandonner la douleur qui est le fruit d’actions aléatoires et sur lesquelles aucun être humain n’a de contrôle.

D’autre part, dans les lettres morales à Lucilius, Sénèque utilise plus que dans aucune de ses autres œuvres le terme fortuna, mais comme il s’agit de plus d’une centaine de lettres, ce concept n’est analysé que dans certaines des épîtres, ce qui fait qu’il n’est pas aussi uniformément réparti que dans les consolations. De plus, dans les lettres, une position plus didactique que rhétorique est présentée. L’objectif est d’instruire son disciple Lucilius dans la philosophie stoïcienne, ce qui change la façon de s’adresser à l’autre et les termes utilisés. Nous devons également prendre en compte le fait que les lettres ne suivent pas les formules établies d’un genre philosophique typique de l’Antiquité comme la consolation.

Les lettres intègrent des thèmes publics et privés, philosophiques et quotidiens, ainsi que des instructions, des conseils, des enseignements, des exercices pratiques, des anecdotes, des histoires, etc. La fortune est présente dans le dernier texte de Sénèque, mais en arrière-plan si l’on considère les problèmes de la vertu et de la philosophie pratique qui sont l’axe central du texte dans son ensemble, et par conséquent les termes les plus utilisés suivent ce champ sémantique.

Enfin, De Clementia est l’un des premiers traités de philosophie politique, dédié et adressé à l’empereur Néron. Les résultats des outils Voyant ont montré que les termes dans lesquels Sénèque comprend la politique (clementia, princeps, caesar, crudelitas, rex, regem, etc.) sont les plus utilisés. Alors que fortuna est employé avec une certaine fréquence dans le texte, il est toujours en relation avec ces concepts. Néron doit, par exemple, tenir compte de sa propre situation et de celle des autres (sa propre fortune et celle des autres) pour rendre justice dans son empire. En résumé, l’hypothèse selon laquelle Sénèque modifie la façon d’utiliser le terme et le concept de fortuna dans ces textes varie selon son objectif rhétorique et didactique. Voyant tools illustre comment Sénèque met parfois plus ou moins l’accent sur la fortune pour influencer et impacter son destinataire.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
shubertsilveira (16 avril 2023). Usage de “fortuna” chez Sénèque. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search