Catulle, le vivant

Comme on peut le voir dans ce nuage de mots obtenu grâce à l’application Voyant Tools (un outil numérique permettant l’analyse de texte en ligne), parmi les mots les fréquents dans l’œuvre de Catulle, apparaissent en tête la conjonction de coordination et (194 reprises), puis le verbe est (181) et ensuite  in (161). Cela peut s’expliquer tout simplement par l’usage fréquent de ces termes dans la langue courante latine, mais on peut toutefois être plus surpris de voir apparaître la négation non en cinquième position (141), comme s’il fallait y voir une tension entre l’union nécessaire des êtres, symbolisée par l’emploi de et, et la difficulté de sa mise en œuvre, voire son impossibilité absolue. Comment peut se justifier cette importance de la négation dans l’œuvre de Catulle ? Faut-il y voir le regard d’un pessimiste ? Le peu que nous connaissons de la vie du poète nous autoriserait à le croire. Si sa passion pour Lesbie/Clodia fut assurément le grand événement de sa vie, l’œuvre même de Catulle nous apprend qu’à l’ivresse des premiers jours de cette liaison succédèrent bientôt les jalousies, les querelles, les raccommodements ; puis le mépris, les déchirements cruels, enfin une rupture définitive, à laquelle le poète ne survécut guère. Les autres évènements connus de sa vie n’incitent guère davantage à l’optimisme. Vers 60, il perdit un frère tendrement aimé, qui mourut en Troade dans un voyage dont le motif nous est inconnu. Trois années après, avec son ami Helvius Cinna, il accompagna Memmius, préteur de Bithynie, mais ce voyage ne lui apporta pas la fortune qu’il avait pu espérer. Ces évènements tragiques incitèrent-ils le poète au désespoir ?

 

Lawrence Alma-Tadema, Catullus at Lesbia’s, 1865, 39,5 × 54,5 cm, huile sur bois, collection particulière Une image contenant Graphique, cercle, Police, logo

Description générée automatiquement

Les termes qui expriment la négation sont fréquents, non seulement non, mais aussi nec (92). Nequepar contre n’arrive qu’en 42 eme position (29 occurrences). La répartition de ces deux négations est relativement équivalente au sein de l’œuvre de Catulle (à l’exception de la fin du recueil), mais on peut dire la même chose quant à la répartition de non et sed. Ceci peut à première vue suggérer que Catulle pose un regard globalement pessimiste sur ses sujets, mais la forte présence de sed (80 occurrences) pose la question de l’utilisation de ces négations par le poète, et la construction de ces phrases. 

La recherche sur Voyant Tools sur les différentes corrélations de sed met surtout en avant le lien entre sed et ne ,de l’ordre de 0,9526942 (même si ne peut désigner un adverbe d’affirmation, d’origine grecque, il est plus fréquemment employé comme adverbe et conjonction de négation), puis entre coniugis et sed. Rappelons que le coefficient de corrélation quantifie la force de la relation entre deux variables, et qu’il varie entre -1 et 1. Egale à 1, la corrélation est dite parfaite. Non est corrélé essentiellement avec hic (0,851919) puis avec me (0,84704566). Plus surprenante, et intéressante peut-être, la corrélation entre conuigo et non est de 0, 668996474, est la même qu’avec qu’adulterio. L’évolution pratiquement synchronisée entre sed et ne, quand bien même ne n’est utilisé qu’à 26 reprises, suggère d’aller de voir plus près l’usage que Catulle peut faire de ces deux termes.

Si VoyantTools permettait de montrer la fréquence de sed au sein de l’œuvre de Catulle, une recherche menée sur Hyperbase, au sein du corpus des poètes latins, montre bien que l’adverbe sed est largement employé chez Catulle (écart réduit de 5), mais avec une fréquence que l’on retrouve aussi à un niveau comparable chez Tibulle, un peu moins chez Ovide. Le poète latin qui y a le plus largement recours est le satiriste Juvénal (8,2). Rappelons que, l’écart réduit est l’écart à la moyenne, pondéré en fonction de la longueur respective des œuvres. On considère que cet écart est significatif c’est-à-dire qu’il exclut l’« hypothèse nulle » (résultat dû au hasard) s’il est supérieur ou égal à 2 en valeur absolue. Ces deux écrivains disposent chacun d’une forte personnalité, et d’un univers caractéristique, cet emploi commun de sed peut être interprété comme la conscience d’une disjonction entre l’idéal qui guide leurs vies, leurs aspirations, et la réalité potentiellement décevante, voire désespérante. Cela ne signifie pas pour autant que des deux hommes en tirent la même conclusion, et la morale philosophique qu’il faut adopter.

L’étude de la réparation et de l’usage d’autres conjonctions de coordination adversatives semble indiquer l’importance des oppositions dans l’œuvre de Catulle. Par rapport à l’ensemble des poètes latins, uerum est largement sur-representé chez Catulle (coefficient de corrélation : 4). Le seul poète à en faire un usage aussi fréquent est Horace, et plus particulièrement au sein de ces Epitres (4,7). Par contre, Catulle ne se démarque pas dans l’utilisation d’autres conjonctions qui marquent moins nettement l’opposition (autem : 1, 1). L’utilisation d’aut est à peine au-dessus de la moyenne chez Catulle, alors que Virgile (8,8) ou Horace (7) l’emploient bien davantage.

Par rapport à l’ensemble des poètes latins, Catulle se distingue par un usage fréquent de l’adverbe nihil(coefficient de corrélation : 3,6), supérieur en tout cas à ce que l’on peut retrouver chez les autres poètes élégiaques, pour lesquels l’emploi de nihil est davantage dans la moyenne. Pour autant, Catulle ne peut être traité de nihiliste. En effet, d’une manière générale, l’usage de la négation ne semble pas caractériser particulièrement Catulle. L’utilisation de la négation principale, non, est importante chez Catulle (coef. 3,6), mais ces chiffres se retrouvent pour l’ensemble des poètes élégiaques, plus particulièrement chez Properce (7,8). Catulle se situe sinon dans la moyenne dans l’usage d’autres particules, comme les coordinations négatives telles que nec (0,7), ou neque (2,4). Catulle ne voit pas les choses en noir, mais joue davantage sur les oppositions entre le noir et le blanc. C’est peut-être dans ce balancement permanent entre le positif et le négatif que se joue le secret de l’œuvre de Catulle. Mais il reste à savoir ce qui l’emporte, et la leçon à en tirer.

Sur les 23 phrases qui comportent à la fois sed et non, à trois reprises la négation est dans la deuxième partie de la phrase : 

– « Chacun de nous a reçu une erreur en partage, mais de notre besace, nous ne voyons pas ce qui est dans notre dos (suus cuique attributus est error ; / Sed non uidemus manticae quod in tergo est) » (22, 20-21)

– « Mais nous ne croyons pas en avoir assez dit (sed non tamen hoc satis putandum) » (42, 15)

– « Nous savons bien que les plaisirs permis te furent seuls connus ; mais à un mari, ils ne sont plus permis comme auparavant (Sciumus haec tibi quae licent / Sola cognita : sed marito / Ista non eadent licent) »(61, 146-148). 

Lesbia and her sparrow, huile sur toile d’Edward Poynter,1907, collection particulière. Une image contenant Graphique, cercle, Police, logo

Description générée automatiquement
 

A chaque fois, la construction de la phrase semble bien exprimer un regret sur ses propres actions, ou une incapacité à changer les choses. Dans un seul cas, les deux composantes de la phrase comportent un non : « Je n’y vois pas de mal ; au contraire, il est bon, il est heureux que tes travaux ne soient pas perdus (non est mi male sed bene ac beate quod non dispereunt tui labores) »  (14, 10-11 ). Dans la très grande majorité des cas (soit donc 19 cas sur 23), Catulle insiste sur l’aspect positif des choses. Le première utilisation dans son recueil de ce jeu d’opposition est assez représentative. Dans le troisième poème, Catulle évoque la mort du moineau de Lesbie. Au centre de ce passage qui compte 18 vers, le poète évoque l’animal de sa maîtresse : il ne s’éloignait jamais de son sein « mais sautillant de-ci, de-là (Sed circumsiliens modo huc modo illuc)» (v.9), il ne cessait de pépier pour elle seule. A première vue, le poème est tragique, ou du moins mélancolique. Le sens s’éclaire cependant si on considère que le moineau est une métaphore pour désigner le sexe de Catulle. Le poème évoque en fait une panne qui aurait affecté le poète et refroidi ses relations avec Lesbie. Le vers au centre de notre poème, le sed qui contrebalance l’ambiance nostalgique du poème, rappelle qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Le moineau savait sautiller de-ci de-là autour de la jeune femme, tout comme Catulle a su à ne nombreuses reprises honorer sa maîtresse. Tout espoir n’est donc pas perdu, le moineau ne pourra pas ressusciter mais la flamme peut donc revenir. Le vers est finalement un avertissement adressé à Lesbie à ne pas se décourager et à garder espoir : les joies du passé annoncent les passions du lendemain. 

La mort du moineau (3)

Lugete, o Veneres, Cupidinesque,
Et quantum est hominum venustiorum !
Passer mortuus est meae puelloe,
Passer, deliciae meae puellie,
Quem plus illa oculis suis amabat :
Nam mellitus erat, suamque norat
Ipsam tam bene, quam puella matrem
Nec sese a gremio illius movebat,
Sed circumsiliens modo hue, modo illuc,
Ad solam dominam usque pipilabat .
Qui nunc it per iter tenebricosum,
Illuc, unde negant redire quemquam
At vobis male sit, malae tenebrae
Orci, quae omnia bella devoratis
Tam bellum mihi passerem abstulistis .
O factum male ! O miselle passer,
Tua nunc opera, meae puellae
Flendo turgiduli rubent ocelli !


Traduction de Maurice Rat :

Pleurez, Vénus, Amours, et vous tous, tant que vous êtes, hommes qui aimez Vénus ! Le moineau de mon amante est mort, le moineau, délices de mon amante, lui qu’elle aimait plus que ses propres yeux ! Il était aussi doux que le miel, il connaissait sa maîtresse comme une petite fille connaît sa mère ; il ne quittait jamais son giron, mais sautillant tantôt par-ci, tantôt par-là, pour elle seule il pépiait sans cesse ! Et maintenant, il va par la route ténébreuse au pays d’où l’on dit que ne revient personne . Ah l maudites soyez-vous, males ténèbres d’Orcus, qui dévorez tout ce qui est joli ; il était si joli le moineau que vous m’avez enlevé ! O malheur ! Pauvre petit moineau l c’est pour toi que maintenant les beaux yeux de mon amie sont gonflés et tout rouges de larmes!

Malgré l’échec de sa relation avec Lesbie, ou son amour non partagé pour Juventius, malgré la phtisie qui devait l’emporter à près de trente ans, malgré l’échec de ses rêves de fortune en Bithynie ou la mort de son frère, Catulle affirme un amour de la vie qui fait finalement tout le sel de son œuvre.

Nicolas CORRE


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nicolascorre (23 avril 2023). Catulle, le vivant. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvrv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search