Introduction aux travaux

Le présent billet a pour objet d’introduire le travail qui a été le nôtre durant ce semestre. Il s’est agi d’étudier collaborativement deux œuvres, l’une grecque, l’autre latine, et ce par divers outils numériques. Nous nous sommes en effet répartis en deux groupes, latinistes d’une part pour analyser le recueil de poésies de Catulle, et hellénistes d’autre part, pour le drame satyrique d’Euripide, le Cyclope

En ce qui concerne l’œuvre de Catulle (poète du Ier siècle ap. J.-C.), le constat de la diversité générique de ses carmina (ou poèmes) a guidé la recherche entreprise à ce sujet. En effet, le recueil en question se subdivise entre petits poèmes amoureux, épithalames (c’est-à-dire chants de noce), épylia (petites épopées raffinées) et satires.  Après avoir récupéré le texte sur la Latin Library, les étudiants concernés ont entrepris des recherches lexicales (en l’occurrence, substantifs et conjonctions), afin de mettre en lumière l’originalité de l’auteur par rapport à ses successeurs élégiaques (Properce, Ovide) ou lyriques (Horace) d’une part, et d’autre, afin de voir si certains mots spécifiques choisis par Catulle pouvaient nous renseigner quant à la conception que ce dernier entretenait avec des thèmes majeurs de son oeuvre, comme le mariage. Les outils utilisés furent principalement Voyant Tools et Hyperbase. Le premier est un outil d’analyse statistique permettant de quantifier la présence de lemmes, de corrélations de lemmes, etc. et de présenter les résultats de façon claire, sous la forme de listes, graphiques, schémas… situant les objets recherchés dans le texte étudié, ce qui en facilite l’analyse. Le second consiste également en un outil d’analyse statistique, mais qui est pourvue d’une base de données regroupant un certain nombre d’auteurs. Cela a pour avantage de permettre la comparaison de données entre un auteur ou une œuvre en particulier, et un corpus plus large, et d’ainsi mettre en évidence les sur- ou sous-représentations de lemmes. Voici donc quels sont les billets à lire à ce sujet : 

Pour la partie grecque, l’œuvre était donc le Cyclope, unique exemplaire complet de drame satyrique : pièce plus courte que celles qui nous sont parvenues, vraisemblablement à mi-chemin entre tragédie et comédie, venant clôturer la trilogie tragique présentée par chaque auteur durant les représentations théâtrales. Toutes ces pièces étaient exécutées au moins un première fois devant le public athénien, lors des Grandes Dionysies, fête dédiée au dieu Dionysos, durant la période classique (Vème siècle av. J.-C.) Euripide, auteur du Cyclope, est l’un des “trois tragiques”, c’est-à-dire l’un des dramaturges, auteur de pièces tragiques et de drames satyriques ayant été reconnus par la postérité comme les plus dignes d’être transmis, raison pour laquelle nous disposons de certaines de leur pièces, à la différence des autres auteurs de cette époque dont nous ne gardons au mieux que de maigres fragments. Là encore, le point de départ des différentes recherches fut cette tension entre tonalité tragique et comique. Il s’agissait en effet de savoir dans quelle mesure le Cyclope se rattachait davantage à l’un ou l’autre genre, et en quoi il se démarquait. Les différentes investigations ont ainsi eu pour objectif de cerner précisément l’originalité de ce texte dans le corpus dramatique. Ce dernier fut récupéré sur Perseus, et, outre Voyant Tools et Hyperbase qui furent là aussi employés, le TLG (thesaurus linguae graecae) fut d’une aide particulière. Cet outil consiste en une riche base de données regroupant l’ensemble des textes grecs antiques et byzantins, (il existe une version payante et gratuite, laquelle permet tout de même de travailler les textes les plus connus), et autorisant de nombreuses recherches par lemme (sur un corpus défini, avec possibilité de chercher aussi des enchaînements de lemme), le visionnage des textes, et certaines analyses statistiques et quantitatives, là encore sur un corpus de son choix. Les études furent lexicales (verbes et lemmes significativement sur- ou sous-représentés), thématiques (nourriture, boisson, piété…) et métriques (versification du texte). Lesdites études lexicales ont cherché à identifier les termes précis traités de façon originale (se signalant par leur surreprésentation ou à l’inverse leur sous-représentation par rapport au reste du corpus dramatique) ; les études thématiques ont quant à elles isolé des objets et situations semblant emprunter à la comédie, à la tragédie ou  même être développées là encore de façon originale et les études métriques, enfin, ont mis en lumière la manière dont les différentes manipulations du trimètre ïambique (vers utilisé tant par la comédie que la tragédie) pouvaient aider à situer plus exactement le Cyclope entre les deux genres du théâtre.  Les résultats de ces différentes approches présentés ci-dessous permettront de mieux apprécier l’originalité de ce texte dans la littérature grecque. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thibaultlegois (16 mai 2023). Introduction aux travaux. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvs0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search