La boisson dans le Cyclope d’Euripide

De même que pour la nourriture, l’analyse du lexique et des emplois de la boisson dans Le Cyclope a montré combien cette pièce convoquait à la fois des éléments empruntés au comique, et d’autres à la tragédie. Bien plus, ces éléments en question ont paru être employés de façon structurante dans l’œuvre, et caractériser significativement chacun des personnages. 

I) Éléments empruntés au comique

i) le lexique des boissons par rapport à la comédie

Dans le texte du Cyclope, nous observons un nombre important de noms autour des boissons. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de faire une recherche textuelle par lemme dans le TLG, afin d’examiner leur rapport à la comédie. Les fruits de notre recherche sont présentés dans le tableau suivant, qui contient trois colonnes : les noms des boissons avec leur traduction en français et le nombre de leurs occurrences dans le Cyclope et dans le corpus d’Aristophane.Sur la base du tableau ci-dessus, nous observons deux types des boissons, le lait (γάλα) lié à l’élevage et le vin (οἶνος), lié à la viticulture. Concernant le deuxième type de boisson, il y a trois autres noms qui désignent la même chose, le vin (ἄμπελος, πῶμα, ποτόν).  Par conséquent, pour la catégorie de vin, nous pouvons distinguer deux sous-catégories, une générale (οἶνος) et une concrète (ἄμπελος, πῶμα, ποτόν).

La catégorie générale est celle qui est la plus représentée chez Aristophane (35 fois) par rapport à la catégorie concrète (10 fois au total). Le lait n’a été attesté que 6 fois. Nous pouvons considérer ces résultats comme attendus concernant l’objectif de la comédie. Le lait peut fonctionner dans un contexte domestique, mais il ne peut pas créer une atmosphère détendue et joyeuse comme le vin. C’est peut-être la raison pour laquelle dans le Cyclope le vin (26 fois) semble dominer sur le lait (4 fois). De plus, le vin symbolise la forme évoluée de la société où la viticulture est un des résultats de la culture de la terre, tandis que le lait symbolise une société primitive où l’élevage règne. 

Ce qui nous amène à faire une distinction au-delà de la classification des genres : c’est l’opposition entre sauvagerie et civilisation. Et c’est de cette confrontation entre ces deux mondes qu’il faut sans doute voir une des particularités du Cyclope.

ii) Les emplois comiques du verbe πίνω

Etudions à présent l’exemple du verbe πίνω (boire). La qualité des personnages l’employant, ce à quoi il s’applique et la façon dont il est utilisé distinguent en effet les personnages entre ceux qui versent dans le registre comique, et les autres. Le personnage empruntant le plus à la comédie semble ainsi être Silène. En effet, le rapport que ce dernier entretient avec la boisson est caractéristique, ce qui transparaît particulièrement dans le fait que le verbe “boire” est systématiquement assimilé aux plaisirs du vin, comme en témoignent les exemples suivants. Des six occurrences du verbe “boire”, les trois premières sont liées à l’arrivée d’Ulysse, et à la volonté de Silène de goûter au vin apporté par le héros : 

v.152 : la proposition finale contenue dans ce vers marque donc son envie de goûter au vin d’Ulysse : φέρ᾽ ἐγκάναξον, ὡς ἀναμνησθῶ πιών (Allons, verse à grand bruit, afin qu’après avoir bu j’en conserve le souvenir – trads. de Artaud.)

v.164 : la proposition principale marque son empressement à acquérir le vin, le verbe ἐκπιεῖν étant complément du potentiel μαινόμην ἄν, au sens hyperbolique  :   ὡς ἐκπιεῖν γ’ ἂν κύλικα μαινοίμην μίαν… (car pour boire un seul coup, [je donnerais de bon cœur tous les troupeaux des Cyclopes]). 

v.168 : Nouvelle proposition principale introduite par un ὡς explicatif venant développer le v.164 (et donc sa soif de vin), en reprenant le verbe μαίνομαι : ὡς ὅς γε πίνων μὴ γέγηθε μαίνεται· (Il faut être fou pour ne pas aimer à boire)

Ces trois premiers exemples illustrent bien le personnage de Silène, et sa qualité de suivant de Dionysos, en donnant à voir le vin comme objet de ses espoirs et cause de son empressement. Les trois autres occurrences du verbe “boire” ont le Cyclope pour destinataire, et soutiennent la ruse d’Ulysse. En effet, Silène cherche par son langage à persuader le Cyclope de s’enivrer, et de s’endormir sur place. Toutefois, la chose permet encore de montrer le rapport comique de Silène avec le vin, dont il n’abandonne pas (au contraire) l’espoir de le goûter aussi. 

v.542 : Ici, Silène emploi le verbe πίνω afin de soutenir l’entreprise d’Ulysse, visant à faire se reposer le Cyclope après avoir bu, en invoquant la chaleur du soleil. Le terme ajoute ici le comique à la ruse du héros, puisque l’efficacité de ce conseil de Silène tient dans le fait qu’il se présente, et apparaît souvent, comme un spécialiste de la beuverie : καὶ πρός γε θάλπος ἡλίου πίνειν καλόν (Et quand le soleil est ardent, il est à propos de boire.) 

v.561 : cette proposition finale marque cette fois son inquiétude face aux mauvais usages du Cyclope par rapport au vin : ἀπομυκτέον δέ σοί ἐστιν ὡς λήψῃ πιεῖν (Il faut aussi que tu te mouches, pour mieux boire. ).

v.564 : cette proposition comparative sert la ruse de Silène pour boire, en se présentant comme exemple : θές νυν τὸν ἀγκῶν’ εὐρύθμως, κᾆτ’ ἔκπιε :  ὥσπερ μ’ ὁρᾷς πίνοντα—χὥσπερ οὐκ ἐμέ (Range donc ton coude comme il faut, et ensuite bois, comme tu me vois faire…, et comme tu ne me vois plus). 

Ainsi, que Silène soutienne ou non la ruse d’Ulysse, ce dernier verse constamment dans le comique, grâce au rapport qu’il entretient et manifeste avec le vin. Quant à Ulysse, ce dernier semble lui aussi verser dans le comique, en parlant abondamment du vin. Toutefois, ce registre illustre à l’inverse la ruse de ce dernier, comme en témoignent les exemples suivants : 

v.412 : cela se place dans le récit que fait Ulysse à Silène de son action pour tromper le Cyclope. Le verbe est donc naturellement le complément du verbe προσφέρω (j’apporte), renvoyant à la fois à son rôle d’échanson forcé du monstre, et à sa ruse en marche : Μάρωνος αὐτῷ τοῦδε προσφέρω πιεῖν (Je remplis une coupe de vin pur de Maron, je l’offre à boire au Cyclope).

v.520 : il s’agit d’une adresse faite au Cyclope, encourageant ce dernier à l’écouter vanter les mérites du vin et donc boire et s’assoupir, afin d’accomplir sa ruse. Κύκλωψ, ἄκουσον· ὡς ἐγὼ τοῦ Βακχίου /  τούτου τρίβων εἴμ’, ὃν πιεῖν ἔδωκά σοι (yclope, écoute-moi, car je connais dès longtemps ce Bacchus que je t’ai donné à boire). 

v.530 : nouvelle adresse faite au Cyclope, pour les mêmes raisons, ici plus insistante du fait de l’emploi de l’impératif présent (insistant sur le fait qu’Ulysse souhaite que le Cyclope prenne son temps afin de prendre le plus de vin possible) :  μένων νυν αὐτοῦ πῖνε κεὐθύμει, Κύκλωψ (Reste donc là, Cyclope, à boire et te réjouir.).

v.536 : ce vers marque une nouvelle étape dans la ruse d’Ulysse puisque le Cyclope est maintenant saoul (ce que laisse entendre l’emploi du participe parfait). L’invitation n’est donc plus de boire, mais de se reposer. L’emploi de χρή marque la nécessité pour le héros que le monstre écoute ses conseils, en présentant cette dernière comme une loi, ou du moins une maxime de sagesse : ὦ τᾶν, πεπωκότ’ ἐν δόμοισι χρὴ μένειν (Mon cher, celui qui a bu doit rester chez lui.) 

v.570 : adresse au Cyclope. Ici, le verbe est à l’impératif et annonce le prochain achèvement de la ruse. La présence du verbe “mourir” joue ici sur les sens concrets et métaphoriques, témoignant de l’habileté du héros, sûr de la réussite de son plan Ἰδού· λαβὼν ἔκπιθι καὶ μηδὲν λίπῃς· / συνεκθανεῖν δὲ σπῶντα χρὴ τῷ πώματι (Prends et bois, et ne laisse rien. Il faut mourir quand la coupe est vidée). 

Nous voyons donc que le comique de cette pièce peut être réel (Silène) ou simplement de façade (Ulysse), afin de souligner les qualités de chacun des personnages en présence, et de refléter la ruse du héros. 

II) Éléments empruntés au tragique

i) Le verbe πίνω dans la tragédie

A ce stade de notre réflexion, il nous est apparu important d’étudier le rapport des personnages de tragédie à la boisson. Nous avons tout d’abord interrogé le lemme πίνω sur le logiciel Hyperbase. Il obtient un indice de spécificité de 9,5 dans Le Cyclope, indice qui montre sa surreprésentation.Hyperbase : le lemme πίνω dans le corpus Euripide

Il est intéressant de voir que les deux textes où le verbe πίνω ressort de façon manifeste sont les deux œuvres qui sont considérées comme à part dans le répertoire d’Euripide : Le Cyclope qui, comme on le sait, est un drame satyrique et Alceste qui est une tragédie au dénouement heureux. La présence d’Héraclès qui festoie chez Admète explique l’importance de ce verbe. Si l’on considère Alceste comme un moyen terme entre la tragédie et la comédie, l’intrusion de la boisson – un élément trivial – dans le texte ne serait-elle pas l’indice d’une dégradation de la tragédie ? Voire d’une dégradation vers le burlesque ?

Pour aller plus loin, nous avons interrogé  les lemmes qui se trouvent dans le tableau n°1 afin de voir leur représentation dans Le Cyclope, dans le corpus d’Eschyle et celui de Sophocle.

Tableau 2 :

Le tableau ci-dessus indique que les personnages de tragédie ne consomment, en général, pas de boissons. Comme nous l’avons déjà dit pour la nourriture, les personnages élevés de la tragédie ne s’abaissent pas au plaisir de l’ivresse. Les personnages du Cyclope – Ulysse et ses compagnons – sont donc éloignés des personnages de la tragédie et sont représentés par Euripide comme plus humains, plus proches de leur public. La tragédie rejette la nourriture et la boisson, ingrédients qui entrent incontestablement dans la composition du drame satyrique. 

ii) Le rapport plus complexe des personnages du Cyclope à la boisson

Mais, en revenant au texte, il nous est apparu que les personnages, à l’inverse de Silène, entretenaient un rapport plus complexe avec la boisson. Nous verrons la chose en reprenant l’analyse des emplois de πίνω. Ulysse utilise donc pour sa part le verbe “boire” majoritairement dans le cadre de sa ruse à l’encontre de Cyclope. Toutefois, nous pouvons relever une occurrence de ce verbe, empruntée au registre tragique : 

v.305 : ce vers s’inscrit dans la demande faite par Ulysse pour obtenir l’hospitalité. Ici, le terme au participe désigne métaphoriquement les carnages de la guerre de Troie, et essaye donc d’encourager le Cyclope à ne pas y être assimilé en faisant bon accueil à ses hôtes : ἅλις δὲ Πριάμου γαῖ᾽ ἐχήρωσ᾽ Ἑλλάδα, / πολλῶν νεκρῶν πιοῦσα δοριπετῆ φόνον (Assez longtemps la terre de Priam a dépeuplé la Grèce, en s’abreuvant du sang de tant de morts versé par la lance – traduction de Artaud).

Cela témoigne des capacités oratoires et persuasives du héros, puisque ce dernier essaye de renverser l’attrait du sang comme boisson, en convoquant des images épiques. Le chœur, quant à lui, utilise deux fois le verbe “boire”, mais dans un registre nettement tragique, ou qui du moins ne prête pas à sourire. Par ailleurs, ces deux cas marquent de façon significative les étapes de la libération des suivants de Dionysos : 

 v.217 :  le verbe est ici intégré dans une consécutive marquant l’abondance de lait, boisson propre au Cyclope, (et donc évoquant leur captivité dans un monde qui leur est contraire) dans le cadre d’une réponse qui lui est faite : ὥστ’ ἐκπιεῖν γέ σ’, ἢν θέλῃς, ὅλον πίθον (Si pleines [de lait], qu’il ne tient qu’à toi d’en boire un tonneau entier.)

v.618 : ce vers illustre le piège qui se referme sur le Cyclope et dont la boisson est le principal élément. Le verbe πίνω est donc intégré dans une proposition finale introduite par ὡς joint à l’adverbe κακῶς. Ce vers marque donc une opposition entre la servilité des suivants de Bacchus exprimée au v.217 (forcés de parler de lait plutôt que de vin), et leur proche libération qu’ils appellent de leur vœu ; le verbe boire peut donc être métaphorique “pour qu’il boive pour son malheur” : ὡς πίῃ κακῶς. 

III) Originalités du Cyclope dans la distinction comédie / tragédie 

L’originalité du Cyclope semble tenir dans le jeu que fait Euripide entre registres comiques et tragiques. En ce qui concerne l’étude menée sur le verbe “boire”, nous pouvons observer que le personnage du Cyclope entretient avec lui un rapport qui témoigne de l’efficacité grandissante sur lui de la ruse d’Ulysse. Le verbe en question passe donc progressivement d’un registre ironique à un registre plus franchement comique : 

v.327 : le verbe en question s’inscrit ici dans le discours du Cyclope présentant son ventre comme son unique souci. Il renvoie donc à l’action du Cyclope lui-même et au liquide qui lui est propre, à savoir le lait. ἐπεκπιὼν γάλακτος ἀμφορέα ([j’arrose mon ventre étendu], en vidant une amphore pleine de lait – traductions de Artaud).

v.336 : ce vers s’inscrit dans le même discours et présente la maxime de vie suivie par le Cyclope. Le verbe est ainsi substantivé et l’action qu’il représente remplace la piété due à Zeus :  ὡς τοὐμπιεῖν γε κἀμφαγεῖν τοὐφ’ ἡμέραν /  Ζεὺς οὗτος ἀνθρώποισι τοῖσι σώφροσιν (Boire et manger chaque jour, et ne s’inquiéter de rien, voilà le Jupiter des sages). 

v.537 : ce vers marque la réussite progressive de la ruse d’Ulysse, puisque le verbe renvoie ici au vin, et que le participe aoriste marque une action déjà bien entamée. On assiste donc ici au changement d’état du Cyclope, marqué par le changement de boisson.  Ἠλίθιος ὅστις μὴ πιὼν κῶμον φιλεῖ (Bien sot celui qui n’aime pas les festins quand il a bu). 

v.546 : ce vers marque une prise de conscience du Cyclope, mais très partielle, dans la mesure où il s’aperçoit du stratagème de Silène fait pour boire, mais par de la ruse d’Ulysse : πίνειν μὲν οὖν /  κλέπτων σὺ βούλῃ· (C’est que tu veux boire à la dérobée : pose-la au milieu)

v.569 : le verbe confirme ici l’emprise grandissante du vin sur le Cyclope, de son aveu même. Ce dernier emploie en effet une relative au subjonctif marquant l’éventuel, qui place ce dernier dans le groupe général des buveurs (ce qu’indique la valeur itérative du subjonctif), dont le public connaît les habitudes. Cela annonce la réussite d’Ulysse : χαλεπὸν τόδ’ εἶπας, ὅστις ἂν πίνῃ πολύν (Tu demandes là une chose difficile à celui qui boit beaucoup).

v.588 : Ce vers va dans ce sens puisqu’il marque le retour du Cyclope dans sa grotte. On y discerne la victoire du vin sur ce dernier puisqu’au Silène qui représente le plus le pouvoir de cette boisson, il pose cette question qui marque la parodie de jeu amoureux propre aux banquets. On remarquera qu’il utilise cette fois pour lui même le participe parfait, marquant l’emprise acquise du vin :  μέμφῃ τὸν ἐραστὴν κἀντρυφᾷς πεπωκότι; (Quoi ! tu te fâches contre ton amant, et tu te moques de son ivresse ?) 

Nous constatons donc la richesse qu’offre le personnage du Cyclope qui, soumis à la ruse du héros et au pouvoir progressif du vin, semble passer de l’horreur tragique qu’il représentait, à la bêtise comique, tout berné qu’il est. La douleur infligée par Ulysse aura pour effet de rendre le Cyclope à son état premier. 

La boisson comme prisme d’analyse de la pièce s’est ainsi avérée être un angle d’approche intéressant. Cette dernière nous a en effet permis de distinguer la pièce elle-même au sein du corpus dramatique, et les personnages eux-mêmes, au sein la pièce. Ces études ont également mis en valeur la complexité du lien entretenu entre registres tragiques et comiques qui paraissent dans l’emploi des termes liés à la boisson. 

 

Frédérique, Paraskevi et Thibault


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thibaultlegois (16 mai 2023). La boisson dans le Cyclope d’Euripide. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvs1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search