“Mourir” et ses composés : comique et tragique comme appuis narratifs

En consultant les divers outils statistiques proposés par le TLG afin d’obtenir un aperçu des lemmes les plus fréquemment employés dans le Cyclope d’une part, le corpus d’Euripide, des autres tragiques et d’Aristophane d’autre part, pour voir d’éventuelles similitudes avec la comédie et la tragédie, le constat s’est présenté que certains verbes attendus par ces genres étaient quasiment absents. Parmi eux, le verbe θνῄσκω, “mourir”, pourtant caractéristique de l’action tragique, n’était présent qu’en trois endroits. Cependant, en opérant un retour au texte et en étudiant ces trois occurrences dans leur contexte, force fut de constater que ces trois rares occurrences étaient investies d’une importance toute singulière que nous présentons maintenant. Les occurrences susmentionnées se répartissent ainsi sur deux répliques d’Ulysse ; leur lemme (c’est-à-dire l’ensemble des formes qu’un mot peut prendre, rassemblé sous un seul terme, en général l’entrée de dictionnaire) étant en corrélation avec un verbe de nécessité (χρή et δεῖ, “il faut”). Cet usage semble propre à la tragédie, puisqu’on ne le rencontre que chez Sophocle (11 fois) et Euripide (34 fois, hors Cyclope). On ne relève à l’inverse qu’une unique occurrence de cette corrélation chez Aristophane en Paix, v.375 : δεῖ γὰρ μυηθῆναί με πρὶν τεθνηκέναι. (Il faut que je sois initié, avant d’être mort. Il s’agit d’une réplique de Trygée à Hermès le menaçant de mort tandis qu’il essaye de libérer la déesse Paix, avant de se lancer dans de comiques négociations avec le dieu.) Ces chiffres ayant été obtenus par l’outil du TLG “advanced proximity”, permettant de rechercher une suite de mots ou lemmes plus ou moins espacés entre eux. 

Quant aux deux répliques d’Ulysse où le lemme θνῄσκω est employé, la première v.198 à 202 marque l’arrivée du Cyclope et donc des tribulations des personnages : Οδ. οὐ δῆτ’· ἐπεί τἂν μεγάλα γ’ ἡ Τροία στένοι, εἰ φευξόμεσθ’ ἕν’ ἄνδρα, μυρίον δ’ ὄχλον Φρυγῶν ὑπέστην πολλάκις σὺν ἀσπίδι. ἀλλ’, εἰ θανεῖν δεῖ, κατθανούμεθ’ εὐγενῶς ἢ ζῶντες αἶνον τὸν πάρος συσσώσομεν. (Il n’en sera pas ainsi. Troie aurait trop à se plaindre, si nous fuyions devant un seul homme : j’ai plus d’une fois, les armes à la main, résisté au choc d’une multitude de Phrygiens. S’il faut mourir, nous mourrons en gens de cœur ; ou en sauvant notre vie, nous sauverons aussi notre gloire. – traduction de Artaud). La deuxième à l’inverse, v.570 en annonce la fin par la mention ironique de la mort du Cyclope, déjà ivre et ayant cédé aux ruses du héros : Οδ. ἰδού, λαβὼν ἔκπιθι καὶ μηδὲν λίπηις· συνεκθανεῖν δὲ σπῶντα χρὴ τῶι πώματι (Prends et bois, et ne laisse rien. Il faut mourir quand la coupe est vidée. – Artaud) L’emploi du lemme θνῄσκω est donc visiblement traité avec une importance toute particulière quant à son rôle dans la narration, dont il contribue à marquer les temps forts. On peut ajouter que la première occurrence relève davantage du registre tragique, et que la deuxième est teintée de comique. En effet, les v.198-202 adoptent un ton martial, rappelant la guerre de Troie et l’épopée, et annonçant le récit pathétique de la mort douloureuse des compagnons d’Ulysse,  tandis que le v.570 est quant à lui intégré dans la scène de l’ivresse que Silène rend amusante en plusieurs endroits, et annonce la prochaine libération des héros. En cela, il me semble que cette pièce se démarque du corpus dramatique.

Voici également un tableau, montrant l’originalité du Cyclope dans l’emploi du lemme θνῄσκω. Pour construire ce dernier, nous avons fait, grâce au TLG, le ratio suivant : nombre d’occurrences du lemme et de ses composés par auteur (εἰσ- ἀτνι- ἀπο- ἐκ- προ- ἐν- συν- συνεκ- κατα- υπερ- ἀμφι- et ἐπι-) sur le nombre total de mots de l’oeuvre de chaque auteur (sans les fragments), ou du Cyclope seul ; le tout mutliplié par 100, ce qui nous donne le pourcentage de présence du lemme dans l’oeuvre de chaque dramaturge.

Ici apparaît que le fait que la fréquence d’apparition du lemme dans le Cyclope est comparable à celle des œuvres d’Aristophane, et donc de la comédie. Toutefois, le retour au texte semble avoir montré que l’emploi de ces termes héritait peu de ce genre, mais plutôt de la tragédie, en annonçant à chaque fois une mort véritablement envisagée (celle des nautes / celle du Cyclope), et lourde de conséquences pour les héros. Une preuve de l’originalité du Cyclope est ainsi peut-être à trouver ici, dans la tension entre parole tragique et comique, exprimées par un même lemme investi d’un rôle structurant dans la narration. La brièveté de la pièce (4333 vers contre 7936 en moyenne pour le corpus tragique et 9240 pour Aristophane) a sûrement demandé à l’auteur un choix des mots plus resserré, investissant ces derniers d’une plus grande charge de sens.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thibaultlegois (16 mai 2023). “Mourir” et ses composés : comique et tragique comme appuis narratifs. Classiques et numériques. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvs2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search