Gallica, une bibliothèque gauloise

Ouverte à tous avec un accès libre depuis 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la BNF et de près de 300 partenaires de l’ensemble du territoire, ce qui en fait une bibliothèque partagée. En 2023, elle offre à ses usagers plus de dix millions de ressources.

Les documents sont nombreux et on trouve aussi bien des manuscrits que des livres, des journaux, des revues, des images ou encore des enregistrements sonores et des vidéos. Les ouvrages sont souvent au format PDF mais certains sont téléchargeables dans d’autres formats comme les formats EPUB, TXT ou JPG.

La plupart des documents sont des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public depuis 70 ans et plus. S’ils sont réutilisés sans but lucratif, ces contenus sont libres et gratuits à condition d’indiquer leur source, par exemple «Source gallica.bnf.fr / BnF». Les chercheurs peuvent utiliser ces ressources gratuitement dans le cadre de leurs publications à caractère scientifique. Quelques contenus sont soumis à des conditions d’utilisation particulières comme les «documents protégés par un droit d’auteur appartenant à un tiers» ou les «documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires de la BNF.»

Lorsque l’usager souhaite faire une recherche, trois modalités s’offrent à lui : soit faire une recherche simple ou une recherche avancée pour obtenir des résultats plus précis, soit consulter des sélections qui proposent des contenus déjà bien classés par types de documents, thématiques ou aires géographiques.

Par exemple, pour rechercher un manuscrit des Tusculanes de Cicéron, on peut multiplier les champs de recherche en précisant l’auteur ou le contributeur ainsi que le titre…

… ou restreindre le champ de recherche en sélectionnant un type de documents parmi sept propositions.

Après avoir lancé la recherche, on obtient une liste de résultats.

Pour les manuscrits, le chargement de la page est parfois long, voire très long. Quand la page s’affiche, une fonction zoom permet au lecteur d’agrandir le texte, ce qui est pratique pour un travail de transcription.

Les documents numérisés en mode TXT offrent un module de recherche plein texte. Dans la barre d’outils à droite du visualiseur de documents, le bouton « loupe » permet de rechercher un mot dans le document et le résultat s’affiche ensuite à gauche.

Gallica souhaite être ouverte à tous. Mais son usage pédagogique me semble très limité non seulement par la densité des informations qui se présentent à l’œil du lecteur mais aussi par la complexité rédactionnelle inadaptée à un jeune public de collégiens et encore moins d’écoliers. Si l’on fait une recherche « par thématiques » et que l’on sélectionne le thème « littérature », puis « littérature jeunesse » et enfin « classiques de la littérature pour la jeunesse », les éditions des romans sont peu attractives pour le public du XXIème siècle, ce qui est logique vu que les éditions ont plus de 70 ans. Cependant elles offrent souvent de nombreuses illustrations comme celles de Gustave Doré ou de Benjamin Rabier pour les Fables de Jean de La Fontaine. C’est cette richesse iconographique qui peut nourrir le cours de littérature au collège.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fredericmellet (16 octobre 2023). Gallica, une bibliothèque gauloise. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvsg


2 réflexions sur « Gallica, une bibliothèque gauloise »

  1. Merci pour ton commentaire, Axelle ! Tu as raison : malgré sa volonté d’ouverture à un large public, Gallica est intéressante pour les chercheurs et les spécialistes de la littérature. Pour un travail avec des collégiens, il faut vraiment cibler un outil ou une ressource avec un dispositif d’exploitation très précis. Il y a des dossiers pédagogiques très bien faits (anciennement BNF Classes), tellement riches qu’il faut bien réfléchir à leur utilisation…

  2. Je trouve ton commentaire sur l’accessibilité très pertinent, il est vrai que la présentation des manuscrits numérisés n’est pas très attractif pour des collégiens. Moi même, si ce n’est pour un travail universitaire, je ne pense pas que je lirai Victor Hugo sur Gallica. On sent bien que malgré une volonté d’accessibilité globale, l’utilisation du site à son plein plein potentiel reste possible surtout pour les chercheurs. Le déroulé des étapes d’une recherche est également très bien expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search