Tristesse illyrienne

Lorsque je revois en pensée l’extrême tristesse de cette journée
Qui fut le dernier moment de notre existence sans grises nuées,
Lorsque je repense à cette matinée qui a vu notre destin basculer,
De mes yeux maintenant encore coulent des larmes salées.
Le jour venait de se lever, où avec lui le Kanun se réveillait
Et allait sans délai ordonner notre départ précipité.
Du fond des âges revenait une cruelle tradition
Qui demandait une injuste justice par sa loi du talion.
Pour un crime d’amour était exigée une vengeance de mort.
Pour la faute d’un seul, c’était le destin de tous soumis au sort.
Ils sont venus, insultes à la bouche, pour salir ma maison,
Ils sont venus, haine dans les yeux, pour réclamer la rançon,
Ils sont venus, colère sur les joues, pour perdre la raison,
Ils sont venus, armes à la main, pour tuer mon garçon.
Les dieux ont permis que mon fils ne soit que blessé
Et m’ont laissé le temps de le faire soigner.
Désormais nous étions rongés par la peur
De les voir revenir pour acter notre malheur.
Désormais nous ne pensions qu’à fuir notre patrie
Pour aller trouver un refuge sous le ciel de l’Italie.
Mais il fallait tout laisser derrière nous,
Partir sur les routes, sur la mer, sans un sou.
Et après l’Italie, nous rêvions de la France
Qui était le pays de toutes les espérances.
Alors nous avons rassemblé dans la précipitation
Les morceaux de notre vie vouée à la désolation.
Lorsque, la terreur passée, mes membres sidérés reprirent vie,
Lorsque j’eus enfin repris mes esprits après la tragédie,
Je m’adressai pour la dernière fois aux lieux de ma naissance :
« Cité qui a vu s’épanouir les jeux de mon insouciante enfance,
Je te laisse derrière moi avec mille regrets amers.
Hélas ! Bientôt je ne te verrai plus car je serai sur la mer.
Hélas ! Bientôt je ne vivrai plus car j’aurai perdu ma citadine compagne.
Rivières dont j’ai vu l’eau printanière couler des montagnes,
Aujourd’hui ce sont mes yeux qui sont ruisseaux de larmes !
Forêts où le vent automnal a soufflé son vacarme,
Aujourd’hui c’est ma bouche qui expire son alarme !
Murs de pierre que le soleil estival chauffait de ses rayons,
Aujourd’hui c’est la fièvre des adieux qui accable mon front !
Terres chéries que la neige hivernale recouvrait de sa blanche douceur,
Aujourd’hui c’est la douleur du départ qui glace mon triste cœur !
C’est la loi ancestrale qui m’ordonne de quitter le séjour de mes ancêtres.
C’est la dette du sang qui exige du fautif qu’il quitte les siens.
Puisses-tu, Kanun, apaiser ta colère pour un jour à nouveau nous admettre !
Puisses-tu oublier les maux pour qu’un jour nous retrouvions nos biens ! »
Déjà c’était le moment de quitter la maison familiale,
Déjà c’était le moment de fuir pour une fuite infernale.
J’emportai avec moi seulement dans mon cœur
Un sac de souvenirs pour adoucir mon malheur.
Pour protéger mes fils, je laisse mes parents, mes frères, mes sœurs.
Je pars avec femme et enfants sur les chemins du déshonneur.
Sur le bateau où j’embarquais au port de la Dyrrachium antique
Je regardais s’éloigner les côtes illyriennes au paysage idyllique.
J’adressai alors cette dernière prière au moment de l’exil :
« La colère du Kanun t’ordonne de quitter ta chère patrie,
Les querelles des hommes déchaînent les orgueils virils,
Les traditions empêchent les familles de vivre leur vie.
Mais au Pays des Aigles je fais cette solennelle promesse :
Un jour je reviendrai pour que tout cela enfin cesse.  »

Analyse du pastiche

En écrivant ce pastiche, j’ai souhaité donner la parole à ceux qui quittent leur pays et que l’exil condamne souvent à des situations très précaires. J’ai eu l’occasion de recueillir un témoignage dont je me suis très librement inspiré pour écrire cette élégie à la manière d’Ovide. J’ai donné la parole à un père albanais dont la famille est victime du Kanun, qui est un code juridique fixé vers le milieu du XVe siècle et qui admet, en Albanie, l’assassinat pour venger la mort d’un membre de la famille.

La première étape de mon travail a consisté à insérer les cinq livres du recueil des Tristes dans Voyant Tools. Le site propose une profusion d’outils qui sont parfois déroutants. L’outil TERMES est sans doute le plus intéressant car il fait apparaître la fréquence des mots les plus employés par l’auteur.

A partir de la liste des mots latins, j’ai ainsi identifié plusieurs réseaux lexicaux qui définissent les thèmes ou les motifs de l’élégie ovidienne. Il faut prendre en considération la variation morphologique des mots aux différents cas de la déclinaison : tout d’abord l’élégie est le poème de la plainte douloureuse comme en témoigne le lexique des sentiments et des émotions : dolor ; mala ; ira ; poena ; lacrima. Ensuite un autre réseau lexical décrit l’espace géographique dans lequel s’exprime cette douleur : urbs, patria, mare, terra, orbe, tellus, unda, aqua, caelum. Le champ lexical de l’existence qui est soumise à la providence tente de trouver soit une explication, soit un réconfort dans la tourmente : dies, tempus, vita, mors, deus, fortuna, fatum. Enfin Ovide a dû quitter précipitamment Rome à la suite d’un ordre d’Auguste : non seulement il a quitté les lieux qu’il aimait mais aussi les êtres qu’il chérissait. C’est pourquoi le champ lexical des liens familiaux et amicaux sillonne le texte : pater, natus, nata, puer, uxor, frater.

Les Tristes sont des poèmes épistolaires et souvent le poète s’adresse à Auguste directement ou indirectement pour réclamer sa clémence. Le nom Caesar est un des mots les plus employés avec une quarantaine d’occurrences. Grâce à l’outil SYNTAGMES, j’ai constaté que le génitif Caesaris apparaît 14 fois, dont 7 fois en fonction de complément du nom ira. Dans OUTILS de CORPUS puis MICRO SEARCH, on peut voir que la forme Caesar est présente à travers les cinq livres. Pour mon pastiche, j’ai décidé de personnifier le rude Kanun pour en faire en partie le destinataire intraitable du locuteur qui doit s’exiler de sa terre natale.

La deuxième partie de mon travail a consisté à choisir une élégie précise que je souhaitais imiter : j’ai choisi la troisième élégie du livre I dans la très belle traduction de Danièle Robert aux éditions Actes sud. Dans cette élégie, Ovide fait le récit de son départ précipité. J’ai essayé de suivre la structure du récit. Pour donner une couleur poétique à mon pastiche, j’ai non seulement utilisé des rimes mais aussi des structures anaphoriques afin de recréer la musicalité de la plainte. Seuls les vers ne respectent pas un schéma métrique précis.

Pour finir, en insérant une traduction française des Tristes dans Voyant Tools, j’ai identifié l’emploi du subjonctif exprimant un souhait avec les formes Puisse / Puissent . Dans le texte latin, ces souhaits sont exprimés par la forme latine utinam et surtout le verbe precor. En effet, au fil des poèmes, Ovide multiplie les prières pour voir un jour sa peine s’assouplir. C’est ce qui m’a permis de conclure sur une note positive… en espérant que les Albanais n’attendront pas 2000 ans pour revoir leur patrie comme Ovide qui, depuis les Champs-Élysées, a peut-être reçu la nouvelle de sa réhabilitation symbolique par le Conseil municipal de Rome en 2017 !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fredericmellet (2 décembre 2023). Tristesse illyrienne. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvsi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search