Le malheur des bergers

Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens, 
Si après si longtemps, on expulse les hommes ?

De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?

Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.

Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.

Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.

Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.

Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.

Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :

Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.

Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.

J’ai choisi pour réaliser mon pastiche de m’inspirer de l’oeuvre des Bucoliques de Virgile. La poésie pastorale, ou poésie bucolique, est un genre poétique qui a pour but de représenter la vie champêtre et les mœurs des bergers. Elle se construit à travers la description et la célébration d’un univers rural. Plusieurs choix m’ont conduit à la réalisation de mon pastiche. En effet, en me servant de Voyant Tools pour connaître les mots et les syntagmes les plus utilisés par Virgile, j’ai pu me rendre compte que cela ne témoignait pas vraiment de l’oeuvre dans son entièreté.

L’églogue 8 par exemple fausse les données globales. En effet, un vers notamment est répété à de nombreuses reprises, ce qui modifie les termes et les syntagmes les plus répandus alors qu’ils ne sont présents que dans une églogue en particulier.

Les Bucoliques de Virgile sont composés de 10 églogues différentes, témoignant chacune d’une idée précise et mettant en scène des personnages différents. Ainsi, lors de la réalisation de mon pastiche, je me suis inspirée des mots les plus courants de l’oeuvre entière, mais pas seulement; en effet, mon poème est composé de 10 strophes qui s’identifient chacune à une églogue particulière en en reprenant syntagmes et termes les plus répandus. J’ai donc utilisé Voyant Tools à la fois pour disposer d’une vision globale de l’oeuvre mais aussi pour obtenir une vision distincte des caractéristiques de chaque églogue.

En ce qui concerne l’oeuvre entière, après avoir fait abstraction des noms des différents personnages qui composent le poème, j’ai retenu une liste de 10 termes majeurs : carmina, ducite, incipe, amor, ovis, versus, puer, urbe, venit et montibusque j’ai essayé de disséminer tout au long de mon pastiche.

 

Concernant chaque strophe individuellement, elles s’appuient chacune sur l’églogue correspondante. Ainsi, pour la première strophe, j’ai essayé de reprendre les syntagmes et les mots les plus présents dans la première églogue, et ainsi de suite.

Églogues

Strophes
Églogue 1

longo post tempore
fortunate senex

deus/viridi/fortunate/senex/rupe
Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens ?
Si après si longtemps, on expulse les hommes.
Églogue 2

o formose puer

umbra/vaccinia/silvis/sequitur
De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?
Églogue 3

necdum illis labra admovi sed condita servo
est mihi

pecus/vitulam/pueri
Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.
Églogue 4

incipe parue puer
pan etiam arcadia

puer/ultima/vestigia/tellus/parue
Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.
Églogue 5

ad astra
ad sidera

puer/flumina/carmina
Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.
Églogue 6

a uirgo infelix
nec tantum
Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.
Églogue 7

fraxinus in siluis
pinus in hortis
aut si

umbra/ambo/viridis
Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.
Églogue 8

crudelis tu quoque mater

urbe/versus/carmina/ducite
Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :
Églogue 9

huc ades
in urbem

carmina/via/veteres
Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.
Églogue 10

mihi phyllis
nam neque/nec si

amor/venit/carmina/nives/frigora
Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.
Dans ce tableau j’ai voulu représenter les mots à partir desquels je me suis inspirée lors de la rédaction des strophes. Les mots en italiques dans la colonne de droite correspondent aux mots et/ou syntagmes les plus courants dans l’églogue correspondante. Quant-à ceux encadrés, ce sont les mots les plus répandus au sein des Bucoliques dans leur globalité.

J’ai également utilisé Voyant Tools pour mettre en avant les collocations les plus courantes dans l’oeuvre entière pour tenter de les représenter à travers mon pastiche.

Pour mon pastiche j’ai également fait le choix d’écrire en alexandrins pour reprendre les hexamètres dactyliques présent dans les Bucoliques. De même, à partir de la sixième strophe, soit la moitié du poème, j’ai inclus une notion plus contemporaine qu’est celle de la déforestation et de l’urbanisation. En effet, dans les termes les plus courants, on peut voir le terme urbe de plus en plus présent vers la fin du poème et qui m’a conforté dans ce choix. Ainsi, la fin de mon pastiche met en avant la disparition de la vie rurale au profit des villes toujours plus démesurées et impersonnelles, mais également l’expropriation des petits propriétaires terriens qui se languissent de cette perte à travers leur chants.

J’espère en tout cas que ce pastiche et ces explications vous ont plu !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
leamorel (3 décembre 2023). Le malheur des bergers. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvsj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search