Métamorphoses Contemporaines

 

Le corpus que j’ai choisi pour réaliser mon pastiche est celui qui compose mon mémoire, à savoir les Métamorphoses d’Ovide. Comme l’indiquent les informations présentées dans l’interface Document de Voyant Tools, j’ai à ma disposition environ 78 000 mots.

Je peux déjà relever dans cette fenêtre les 5 mots les plus fréquents que je vais utiliser pour mes recherches : ora  sanguine, ore, corpore et corpora.

On peut souligner la répétition de deux termes à des cas différents : à la fois sujet et objet, le corps et le visage sont également le moyen de la métamorphose, et bien sur l’origine.

Le champ est encore réduit et je veux voir davantage de relations entre les termes. 

Après l’application de la liste de stopwords latins, j’ai produit un Cirrus des 35 termes les plus fréquents. C’est visuel, mais pour être plus précise, je dois m’aider du tableau des termes; je peux alors identifier les termes avec une occurence de 70 et plus. Ces mots me permettront d’affiner mes recherches de syntagmes. 

Ces occurrences reflètent bien la volonté de dire la métamorphose des formes et des corps, puisque l’on peut ajouter aux 5 premiers mots les termes bracchia, pectora et caput. On relève d’autres mots relatifs au corps sur le Cirrus

En tant que tel, le Cirrus me permet en évidence les mots précédemment cités, mais ne me permet pas d’extraire des ensembles de mots récurrents. Je me suis donc intéressée au tableau des syntagmes pour identifier rapidement les longues expressions les plus récurrentes. 

Il y a d’assez longues expressions qui reviennent, avec une occurence assez faible mais existante. Toutes ne comportent pas nécessairement un des mots les plus récurrents.

J’ai voulu m’intéresser aux corrélations entre les termes les plus fréquents et les expressions les plus fréquentes. J’ai donc utilisé le tableau des termes pour sélectionner un terme fréquent et identifier dans le tableau syntagme une expression récurrente le comprenant. Pour ce faire, je sélectionne un terme dans le tableau des occurrences et rafraichit le tableau des syntagmes, qui ne me donne alors que les syntagmes qui comprennent le terme sélectionné.

Pour corpora/corpore, comme pour ora/ore et sanguine, les résultats sont tels qu’il y a très peu de syntagmes de plus de trois termes parmi les 10 plus récurrents qui se répètent. La présence de ces mots ne s’inscrit pas dans un cadre formulaire chez Ovide, mais plutôt dans une utilisation toujours variante.

J’ai donc sélectionné les 2 syntagmes de plus de 3 mots que l’on pouvait dégager grâce à la combinaison du Cirrus et du tableau des syntagmes, ainsi qu’un syntagme plus long : corpora missa neci, ora solvit et, et in multis libris leguntur hi. J’intègre également au fil du texte les 5 premiers mots et ceux qui se rattachent à différentes parties du corps à cause de leur présence plus que notable dans l’ensemble du corpus.

DOSSI, Dosso – Circé parmi ses amants changés en animaux (vers 1525)
Washington, National Gallery of Art

Le reflet ne renvoie pas une image très flatteuse. Une tache bleue commençait à se dessiner sur l’épaule, tandis que du rouge palpitait doucement sur la joue droite. Heureusement qu’il n’a pas atteint l’œil cette fois. C’est un enfer à camoufler. Elle fixait son image, à peine consciente de son propre corps. Chaque semaine, elle le redécouvre à la lumière des nouvelles taches qui s’y dessinent, parfois avant même que les anciennes n’aient complètement disparu.

La porte principale claque et le sursaut de surprise laisse place à un soupir de soulagement. Plus de nouvelles taches pour le moment. Mais pour combien de temps, se demande-t-elle en s’allongeant dans son lit. Les taches du plafond l’accompagnent vers le sommeil. 

Elle marche dans un champ de fleurs. Le printemps est partout, le soleil commence à réchauffer la peau et une brise légère complète son souvenir d’enfance. De sécurité. Elle avance vers un arbre, un orme feuillu, seul au milieu du champ. Il est impressionnant, de ses trente mètres de haut, mais c’est à cause du tableau qui y est accroché qu’elle s’approche de lui avec curiosité.  

Le cadre du tableau, sculpté de délicates circées communes, est éclatant. Il occulte presque la richesse du tableau. Une jeune femme en occupe le centre, assise sous un arbre. Elle est entourée par des animaux : des chiens, des cerfs, des oiseaux. Ils sont tous tournés vers elle, en attente. Cela ressemblait à une scène enchanteresse, que l’on peut lire dans de nombreux livres pour enfants, si ce n’est la tenue de la jeune femme au centre. Elle était uniquement vêtue d’une couronne de fleurs, et tenait dans ses bras une grande tablette. Quelques lignes sont inscrites à sa hauteur, mais dans une langue qu’il était impossible de déchiffrer. Elle dégageait une aura de puissance et d’apaisement, sublimée par sa nudité naturelle au centre de son écrin de verdure. 

Plus elle s’approche de l’œuvre, plus elle arrive à sentir ce qui se cache dans le regard des animaux : un mélange de rancœur, de crainte et de recherche d’attention. Pourtant, la jeune femme au centre ne les regarde même pas, son regard se perd vers la droite du tableau. Alors qu’elle se concentre sur son visage, cherchant à définir son expression, les yeux de la femme du tableau accrochent les siens. Son cœur marque un battement lorsqu’une voix se fit entendre dans son esprit : 

« Cesse de te détourner, douce âme, car je t’adresse mes mots dans l’écho de ton cœur meurtri. Regarde-moi, non comme une image figée, mais comme une force vivante qui s’élève en toi. Je suis Circé, celle qui refuse de plier devant la noirceur des hommes. » 

Le champ de fleurs entier sembla vibrer au son de la voix de la magicienne. 

« Je ne tolère pas que les hommes soient mauvais avec moi. La force de te battre réside dans ton cœur, et il est temps que tu la reconnaisses. L’amour ne devrait jamais être source de souffrance, mais plutôt une douce mélodie qui berce les cœurs unis. »

Ses mots résonnaient comme une promesse de libération. Cependant, au milieu de sa tirade, un homme avait commencé à s’avancer dans le tableau et paraissait vouloir l’interrompre. Il s’approcha dans le dos de Circé, et lorsqu’il fut au plus près, il leva un bras comme pour la saisir. À l’instant où sa main toucha Circé, ses membres s’effilèrent, sa peau se couvrit d’une fourrure blanche, son nez devint un fin museau et en un instant, il se retrouva aux pieds de la magicienne, simple lapin abasourdi. 

« Ils ont montré leur amour en choisissant de trahir mon corps et mon cœur. Je leur ai montré ce qu’il en coûtait de tenter de me dominer au lieu de m’aimer. Sache, douce âme, que tu es capable d’aimer et d’être aimée sans craindre la douleur. Si un homme ne peut reconnaître et accepter ta force, qu’il subisse le poids de sa propre médiocrité. Lève-toi, affranchis-toi, car tu es bien plus que les marques sur ta peau. Tu es la gardienne de ta propre lumière et nul ne devrait pouvoir l’éteindre. » 

Le regard de la magicienne quitta ses yeux pour venir fixer un point derrière elle. Elle crut déceler un changement d’émotion, comme un pointe de tristesse. Elle se retourna alors, cherchant à trouver ce que la magicienne regardait. Un peu plus loin, elle crut distinguer un petit mont informe. Les fleurs formaient un cercle autour de ce monticule. Elle décida de s’approcher, mais fut arrêtée par l’odeur qui s’en dégageait. En observant de plus près, elle réalisa avec horreur que des corps de femmes mortes étaient massés en ce tas. Au moment où elle le comprit, elle ouvrit la bouche et un cri de douleur s’échappa du fond de sa poitrine. Toutes les fleurs du champ s’envolèrent alors en un tourbillon coloré et elle fut projetée hors de sa vision onirique. 

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, son premier réflexe fut d’aller s’observer dans le miroir. Les bleus étaient encore présents, mais ce qu’elle voyait maintenant, c’était la détermination dans son regard. Elle retrouvait un peu de sa lumière.

Elle ouvrit son armoire et commença à rassembler ses affaires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
axellepenture (4 décembre 2023). Métamorphoses Contemporaines. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mvsm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search