Le dernier homme…

voyant_tools

L’on pourrait croire qu’une élite intellectuelle et culturelle en puissance a toujours soin, par ses immenses propensions à embrasser tant de savoirs et d’idées qu’elle passe son temps à confronter pour déboucher inévitablement sur les mêmes conclusions jamais tranchées quels que soient les sujets, d’apprendre à tolérer la doxa pédagogique d’universités ne faisant que peu de cas de l’expression créatrice pour laisser place à un scientisme absolu. Dans une volonté très démocratique de justifier tous les goûts et toutes les disciplines existants (sans doute, dans un esprit égalitariste, pour accorder le statut de « professeur » à quelqu’un qui beuglait que sa passion était aussi légitime et transcendante que des études portées par le poids de la tradition, de l’Histoire et et de l’érudition quasi-érémitique telles les lettres classiques), ainsi en est-on réduit à devoir étudier l’informatique, la communication, le management et autres étrons diarrhéiques d’anciennes disciplines plus aristocratiques à l’élégance et à la saveur d’un vin miellé tout droit venus du monde de l’axe du Bien et du « branché », même quand on a tout fait pour ne devoir pas en arriver là: le monde anglo-saxon.
En tant qu’étudiant en lettres classiques et modernes, je méprise profondément toutes ces fausses nouveautés technologique ou ludique provoquant l’hystérie générale mais qu’on retrouve pourtant dans les recherches d’emploi afin d’espérer avoir, pour le malheureux sur-diplômé, ne serait-ce qu’un entretien d’embauche avec un « jeune cadre dynamique kiffant la life » qui n’a pour seul atout de séduction qu’un porte-monnaie s’ouvrant aussi facilement que les jambes d’une prostituée dans un bordel pour marins. Parce que des compétences dans les domaines mentionnés plus haut sont souvent requises, et parce que l’élite intellectuelle a été malencontreusement supplantée par une élite boutiquière qui ne pense qu’avec lesdites jambes (avec l’heureuse collaboration des universités s’accouplant aux entreprises pour survivre, ce qui établit une hiérarchie institutionnelle…), les littéraires ne sont plus des écrivains futurs, les littéraires ne sont plus des penseurs, des novateurs, des créateurs ou même des rêveurs. Les voilà relégués au rang de simples ressources humaines servant les Léviathans entreprenariaux qui ont toutefois, afin de modérer le propos (merci l’université châtrée!), assez de synapses pour reconnaître que nous savons parler en usant d’une diction supérieure à la moyenne, ce qui est pratique pour leur servir de Bescherelle vivant.
J’ai dû être bien naïf pour penser que j’arriverais à changer les choses, au moins à mon échelle, ou à agir à ma guise et que ce genre de discours remporterait nombre de suffrages puisqu’il propose d’inverser, ou plutôt de remettre au bon endroit dans la hiérarchie la plus naturelle qui soit, celle en laquelle l’intellect, l’érudition et la culture se retrouvent au haut de la chaîne alimentaire, ces boutiquiers arrivistes, parvenus et prodigues dans l’anatomie d’un pays : l’estomac… Oui ! les études des lettres et de tout ce qui réclame un esprit curieux, savant et créatif sont bien supérieurs aux dépotoirs médiocratiques car cela mobilise l’usage d’un cerveau qui ne peut qu’échouer dans ces domaines s’il n’a pas commencé à servir depuis sa plus tendre enfance. En revanche, tout le monde sait utiliser son estomac de la même manière et instinctivement sans avoir besoin de se dire « Je digère donc je suis ». De plus, le résultat est toujours le même… L’estomac n’a pas conscience de lui, c’est un outil, non un chef qui détermine les individualités.
Si selon moi de telles études sont bien plus précieuses à l’humanité que tout ce que l’humanité actuelle pourra pondre d’œufs surprises éphémères (pour divertir les enfants!), et c’est ce qui justifie une telle causticité envers la montée en puissance des relents gastriques et une telle tristesse envers les cerveaux grabataires fiers de cette situation, c’est parce qu’elles se définissent par leur intemporalité. Jamais nous ne pourrons les rattacher à une époque en particulier. Elles persistent et persisteront encore. Elles sont seules capables de défier les siècles sans que jamais leur dorure ne ternisse, même sous les lancers de boue des quelques singes carnavalesques criant à l’inutilité économique, sociétale (pour les rares capables d’user de ce terme)… On parle encore de La Princesse de Clèves, dès demain, eux, on les aura oubliés.
Je ne veux pas être eux, c’est tout ce qui (m’) importe…


Auteur/autrice : OZAN Florent

Master 1 Humanités classiques et humanités numériques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.