Projet personnel d’édition

Le second semestre de cette année, consacré à un projet personnel, a été l’occasion pour moi d’approfondir ma connaissance et ma pratique du langage XML à travers l’édition du corpus auquel est consacré mon mémoire de recherche.

Première chose à faire : apprendre à bien rédiger le Header !
Première chose à faire : apprendre à bien rédiger le Header !

Il s’agit des lamelles d’or dites « orphiques », des tablettes en or retrouvées sur divers sites funéraires de l’ensemble du monde grec, en particulier en Thessalie, Crète et Grande Grèce. J’ai donc préparé une édition de travail de cette quarantaine de textes très brefs, qui sont des documents archéologiques. C’est pourquoi les Guidelines d’EpiDoc, qui fournissent des balises spécifiques aux textes épigraphiques, m’ont été particulièrement utiles. J’ai pu ainsi indiquer différentes étapes dans la reconstruction des textes.

De l'inscription grecque au texte numérique... plus de lisibilité ?
De l’inscription grecque au texte numérique… plus de lisibilité ?

L’édition numérique s’avère un outil de travail particulièrement puissant et utile, qui permet d’analyser le texte différemment et de faciliter grandement les recherches à l’intérieur du texte. Il est possible de faire ressortir très rapidement certains aspects choisis du texte, avec notamment Boilerplate, outil de visualisation des textes en XML. Voyez plutôt la différence avec le XML brut: Capture du 2015-06-06 18:50:29

Maintenant que l’année s’achève, et qu’il est temps de faire le point sur ce que ces heures de travail devant mon ordinateur m’ont apporté, je peux dire que je suis d’autant plus convaincu de l’intérêt de la réflexion sur la place du numérique dans les humanités : s’il peut sembler ardu de maîtriser les outils et les langages, lorsqu’on commence à comprendre comment ils fonctionnent, des analyses précises et efficaces sont possibles. Tous ces moments d’angoisse et d’exaspération parce qu’une parenthèse placée au mauvais endroit m’auront beaucoup appris ! À force de patience, j’ai su apprivoiser – au moins un peu – mon ordinateur, et faire de nouvelles choses. Les pratiques et les réflexions abordées cette année m’accompagneront sans aucun doute dans la suite de mes recherches !

Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Le Thesaurus Linguae Graecae est un outil d’une utilité considérable pour qui désire travailler sur la littérature grecque. L’histoire du projet est longue, et importante dans l’évolution des humanités numériques. Le projet est né en 1972 à l’Université de Californie. Il s’agissait de créer une base de données informatiques qui rassemblerait l’ensemble de la littérature grecque antique depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople. David Packard a élaboré, autour de ce projet de TLG, le système Ibycus pour travailler avec les textes, ainsi que le code Beta pour afficher et lire les caractères polytoniques du grec ancien. C’est autour de ces technologies que s’est développé le TLG, d’abord disponible sur CD-Rom. Aujourd’hui, toutefois, le TLG est accessible en ligne, et les textes grecs en Unicode, ce qui facilite grandement l’utilisation des données.

Le corpus immense couvert par le TLG n’est cependant disponible qu’à quelques *happy few* ; en effet, l’accès est payant, et par conséquent est d’abord destiné aux chercheurs ou étudiants, grâce aux bibliothèques institutionnelles. Le projet est donc principalement destiné aux recherches savantes sur l’Antiquité, et non à une diffusion globale des savoirs.

L’intérêt du projet est multiple. En effet, il est possible d’effectuer des recherches dans l’ensemble du canon littéraire, que ce soit par auteur, par titre d’oeuvre ou par publication, et ainsi de trouver facilement un texte qui peut être utile au travail en cours. Lorsque l’on travaille sur un texte, il est très facile d’en voir la structure et d’atteindre le passage que l’on cherche.

Capture d'écran 2014-12-07 13.43.26

Une autre possibilité offerte par la base de données, qui est extrêmement utile, est la recherche lexicale à travers le corpus. Je me suis personnellement beaucoup servi de cette fonction, pour mes travaux en mythologie, mais également en linguistique. En effet, il est possible de définir de nombreux paramètres de la recherche : non seulement le mot que l’on recherche, mais également le corpus que nous voulons étudier (un auteur particulier, une oeuvre précise…). On peut également étudier la proximité entre deux ou trois termes.

Capture d'écran 2014-12-07 13.02.54

Les analyses permises par le TLG sur la littérature grecque sont ainsi précises et facilitent la recension des formes. Et s’inscrire sur le site offre en outre la possibilité d’enregistrer les recherches, afin d’y revenir plus tard.

Capture d'écran 2014-12-07 14.25.04

Enfin, la lemmatisation introduite récemment ajoute encore des possibilités d’analyse. Il faut encore ajouter que lorsqu’on consulte un texte, chaque mot contient un lien qui renvoie à une entrée dans le dictionnaire de grec de Liddell-Scott-Jones.

Capture d'écran 2014-12-07 14.13.44

Toutefois, quelques critiques sont à apporter à ce projet. Les textes numérisés proviennent d’éditions en général anciennes, libres de droit, qui ne correspondent pas tout à fait à l’état actuel des recherches. Pour ne prendre qu’un exemple qui me concerne, le texte des *Argonautiques orphiques* est celui de l’édition des Belles Lettres de 1930 ; une autre a été faite en 1987, qui revient à plusieurs reprises sur le texte de l’édition de 1930. Un autre inconvénient du site est l’absence d’apparat critique, puisqu’il ne donne qu’une forme du texte établi. Enfin, si l’on a besoin du texte pour un travail personnel, qu’il faut donc le copier, les références de paragraphes ou de numéros de vers en font partie.

C’est donc un projet absolument fondamental que nous avons avec le Thesaurus Linguae Graecae, mais il pourrait profiter des évolutions de l’édition critique en ligne, avec notamment le langage XML, pour qu’il soit encore plus intéressant de travailler avec cet outil.

Le miroir de Narcisse

Parler n’est pas un acte anodin. Écrire ne l’est pas non plus. Dans le monde d’aujourd’hui, celui de la communication instantanée, où chacun cherche incessamment à inscrire sa parole dans le domaine public, on a peut-être tendance à l’oublier. Chacun parle de soi, mais parler de soi n’est pas chose évidente. C’est pourtant l’exercice auquel je vais me plier.

billet_2_moine_image
“Les mots dans ma bouche fondent, les paroles s’entrechoquent”

 

Ayant été élevé dans un environnement bilingue, je n’ai jamais cessé de me poser des questions sur le langage. Le va-et-vient incessant entre deux langues, deux cultures, deux mondes, m’a toujours intrigué. J’ai toujours voulu comprendre ce que c’était que ce merveilleux outil, qui nous permet de nommer le monde, mais qui ne me semble jamais définitif. C’est sans doute ce qui m’a conduit aux études de philologie classique, et qui a façonné mon intérêt pour les langues vivantes et la littérature.

Après deux années en classe préparatoire littéraire, j’ai terminé ma licence de lettres classiques à la Sorbonne, avec une spécialité en grammaire comparée des langues indo-européennes, tout en suivant des cours de mythologie et de langues vivantes à l’ENS. L’importance que j’accorde à la pluridisciplinarité m’a conduit à travailler en Master 1, à l’université de Paris X, sur la figure de Thamyris le citharède dans l’Antiquité et ses résonances dans l’œuvre du poète russe Innokentij Annenskij. Mes pas m’ont ensuite mené à l’université de Vienne, où j’ai pu, l’an dernier, me former en archéologie et histoire de la religion grecque, en études scandinaves et fenniques.

Actuellement en Master 2 d’Humanités classiques et numériques, je m’intéresse tout particulièrement à la valeur performative de la langue. Parole magique, parole rituelle. Que fait-on lorsque l’on parle ? L’acte d’énonciation même ne contient-il pas une force intrinsèque, qui nous échappe ? Et quand ces paroles magiques sont mises à l’écrit, sur des plaques d’or qui accompagnent les défunts dans l’au-delà, quel est le pouvoir des mots ?

Ce sont les mêmes questions qui motivent mon travail de recherche sur la poésie orale finnoise et le monde des incantations. Je m’intéresse aux rapports et aux tensions qui existent entre l’oralité et l’écriture, entre le monde d’ici et l’au-delà, que parviennent à relier les mots du connaisseur, celui qui connaît la langue et l’utilise pour se rendre maître des forces naturelles et surnaturelles.

Les mots, la parole, les langues en disent beaucoup sur nous, et sans doute gouvernent-ils l’ensemble de mes activités, tant universitaires qu’artistiques. Mais tout cela n’est qu’une modeste tentative pour donner du sens au monde et espérer le comprendre un peu mieux.

Au commencement…

...était le Verbe ?
…était le Verbe ?

S’intéresser à la fois à la culture antique et aux nouvelles technologies surprend, intrigue, choque parfois. Parmi les étudiants de lettres classiques, c’est quelque chose qui est loin de faire consensus. Les technologies numériques ont beau faire partie intégrante de notre vie quotidienne, puisque nous utilisons des ordinateurs, des portables, des tablettes pour des activités aussi diverses que nombreuses, et elles ont beau s’implanter de plus en plus dans le travail d’étudiant et de chercheur, j’ai l’impression que c’est souvent avec résignation qu’on les utilise, parce qu’il faut bien vivre dans son temps. Mais la réflexion qu’engagent les humanités numériques est accueillie avec scepticisme : nous serions des littéraires, et non des informaticiens, qu’avons-nous à faire de toutes ces choses-là ?

Sans dire que je suis un adepte des nouvelles technologies depuis le départ – ce qui serait absolument faux –, je dois bien avouer que je suis à l’heure actuelle passionné par les questions que soulève cette notion. M’étant initié lors de mon travail de recherche en M1 au Thesaurus Linguae Graecae, j’ai compris à quel point les nouvelles technologies d’information nous permettait d’effectuer un travail différent de celui qui s’effectuait auparavant : la masse de connaissances recueillies dans les bases de données permet des analyses quantitatives pour lesquelles le seul travail humain n’était pas possible. Il est inutile cependant de chercher à apposer des jugements de valeur sur les travaux qui se font à l’aide de ces nouveaux outils ; ils ne sont ni moins bons, ni meilleurs, ils offrent simplement la possibilité d’une nouvelle approche des mêmes objets, tout aussi intéressante.

Je fais partie d’une génération qui a grandi avec des ordinateurs, avec le développement de l’Internet. Peut-être pour cette raison, j’ai le sentiment de manquer de distance par rapport à ces outils, de m’en servir quotidiennement, sans savoir comment ils fonctionnent, sans savoir ce que je fais. Depuis quelques années, je réfléchis beaucoup à ces questions, et, grand amateur de livres en papier, je me demande souvent ce que change l’écran à notre perception du livre, du texte, de la littérature. Nous sommes sans doute dans une période de transition, et il est probable que nos façons de réfléchir dépendent des moyens que nous donnons à notre esprit. Réfléchir, faire de la science et de la recherche avec les technologies numériques, ce n’est assurément pas la même chose qu’en faire sans. De nouvelles possibilités de travailler, de communiquer, de partager nos travaux s’offrent à nous.

C’est avec un grand enthousiasme que j’aborde ce début d’année et ce séminaire d’Humanités numériques. Dans mes travaux de recherche personnels, je m’intéresse particulièrement aux rapports qu’entretiennent la sphère de l’oralité et celle de l’écrit, en me concentrant autour des pratiques rituelles magiques et de l’importance de la parole performative, à la fois dans l’Antiquité grecque et la culture finnoise. Je me rends bien compte que la valeur du texte n’est pas la même dans une société qui privilégie l’oral que dans une société où la culture est écrite, son sens n’est pas le même. Nous vivons avec l’écran une évolution probablement semblable, et je crois que ce séminaire d’Humanités numériques me permettra de mettre en lien de façon très fructueuse ma propre activité de recherche avec mon sujet de recherche.