Sacra Popularia

 


14578509728_585c2e083c_b
* On me dit que Lutetia est devenue la cité chérie de Vénus ; César et ses armées ayant livré bataille le long du fleuve de la nymphe Sequana, auraient dédié ces terres à la déesse en remerciement de sa bienveillance lors de sa conquête des Gaules; Aujourd’hui, sur les hauteurs de son oppidum, là-bas le Pantheum, temple qui n’accueillerait aucune divinité; Au crépuscule, les premiers arrivants luttent pour atteindre cette architecture puis se dirigent dans ce qu’ils nomment le vicus latinus; Les parisii sont très actifs le soir, dit-on, car le couché du soleil annonce la célébration des banquets et l’éveil des aèdes qui, certains le pensent, seraient des créatures nocturnes; Du reste, les aèdes sont vénérés des juvenes; Tous sortent donc de leur inertie et se mêlent dans ces rues de débauches une fois le soleil éteint;

* On se rassemble, tous à la fois, dans les temples ou dans les rues, comme s’ils obéissaient aux ordres de Bacchus; Les danses et les cris forment des cortèges redoutables et, dans l’élan de leur frénésie, imitent les politiciens et les chefs de guerre du temps jadis; Certains iraient même jusqu’à penser que la nouvelle lune intensifie le désordre au sein de ces assemblées qui se mesurent aux dieux et provoquent leurs ennemis à leurs frontières; On pense généralement pour cela que les parisii sont des peuples très fiers et que les chars des armées sont tirés d’une même ficelle par la déesse Orgueil ;

* Les tuniques et étoffes de ces peuplades couvrent, du reste, l’entièreté de leur corps et ne semblent être attachées par aucune épingle ni agrafe; À certaines occasions, les femmes se couvrent d’un simple tissu et déposent sur leur corps des parfums forts qui font la fierté de  Lutetia;

* On dit qu’is ont pour coutume de s’enivrer dans un premier temps à l’aide d’une boisson très connue des germains autrefois, à base d’orge ou de froment, à laquelle la fermentation donne au liquide les mêmes effets que le vin; Mais il est dit aussi qu’ils consacrent leurs nuits aux rites de l’ivresse et remplissent les coupes de vin sans jamais préalablement les couper avec l’eau dans les cratères; Durant la nuit, ces peuples voyagent de banquet en banquets et défilent impudiquement , se réunissent en petit groupe et sautillent sur des autels surélevés;

* Sur les pulpitorum, peu après, on y est tenu d’embrasser au moins une fois un membre du sexe opposé et certains, dit-on, embrasseraient leur amis en narguant l’éraste indésirable; Aussi, les érastes tentent de se mêler aux cohues juvéniles en amenant les jeunes hommes ou femmes à se fourvoyer; Mais ils sont la risée des banquets et se hissent souvent des mêlées, humiliés;

* Quand les amis et l’argent viennent à manquer, ces groupes se réunissent dans un triclinium d’un ami voisin, ce que l’on appèlerait la coutume des « Afterii »; De même, les plus éveillés sortent les olla et les sartagines en vue d’un repas de fortune: Au matin, les dies festi laisse place à nouveau à aux dies profesti;

* Les Magistri ne se mélangeant pas au populum, ils préfèrent se réunir dans des caves dédiées à la divinité qui nous ait encore peu connue : Divus Mercantilius; d’autres prétendent qu’il s’agit également de banquets qui donnent lieu aux cérémonies adressés aux maquerelle et aux parieurs;

* La richesse de l’oppidum n’est ni l’abondance de bétail, ni de forêt ni la propreté de leurs rues qui infestent lors des nuits de chaleur; Toutefois, ils construiraient, aimeraient comme s’ils portaient fièrement les flèches de Vénus en pleine poitrine, se flattant du chaos de leur âme; Les femmes et les hommes seraient affranchis des lois du foyer domestique; De même, leurs habillements seraient l’expression de leur frivolité, de leur goût de la démesure et les peuples seraient libres de goûter aux plaisirs de la décadence en protégés affectionnés de Vénus;

AnnaK

> Pour obtenir un texte de référence, je me suis rendue sur le site de la Bibliotheca Augustana grâce à laquelle j’ai pu accéder à l’œuvre complète de Publius Cornélius Tacite : De Germanorum origine ac moribus. Ainsi, j’ai pu sélectionner l’ensemble des textes qui m’intéressait et transférer le contenu sur Voyant Tools. Ce site m’ayant permis d’observer l’ensemble des données quantitatives liées à l’emploi et répétition de mots dans l’ouvrage. Aussi, on se rend compte que pour Tacite, les répétitions apparaissent avec: « germaniae », « arma », « eadem », « olim » en premières positions puis de « germanorum », « tamquam », « pars », « nomen », ” ceterea ” en notant les déclinaisons de ” gens “. Le registre dit historiographique de l’œuvre de Tacite nous amène à observer que sa composition se construit d’un ensemble important d’éléments syntaxique répétitifs; Pour cela je me suis appuyer à rendre un contenu exploitant ces mêmes emploies. Voyant Tools est un site qui met au point des outils d’analyse capables de quantifier les données d’un texte en ligne en offrant une nouvelle approche vis-à-vis du texte numérique. Voyant Tools a pu recevoir un très grand nombre de données et a pu donner un très grand nombre de référencements. Cette analyse de texte se présente sous la forme d’un nuage de mots dont l’étude s’appuie sur une quantification précise et dont la hiérarchie est visuellement compréhensible: le texte concernant les mœurs des Germains fait observer l’utilisation de 11 241 mots dont 1 034 sont cités qu’une seule fois. On résume ainsi la fréquence de l’emploi des mots. Ce qui, au regard des traductions, peut paraitre très intéressant afin d’y visualiser les variantes. L’apparence du texte donne à voir les répétions, ici, et des expressions figées. Cette analyse pourrait avoir plus de portée si nous avions à quantifier les données issus de l’ensemble des textes numériques d’un auteur. Ce qui donne à constater que l’intérêt d’une telle opération se situe dans l’établissement d’une carte d’identité d’un texte. À savoir ce qui le compose, le distingue et ce qui lui permet d’être affilié à un auteur. 

sacra popularia: festivité qui réunie le peuple entier

À la découverte du PHI – Latin Texts

PHI – Classical Latin Texts

Le PHI Classical Latin Texts, est comme le fait deviner son titre anglophone, un site dédié aux textes latins qui se présentent sous la forme d’une large sélection d’auteurs.

1 - Billet 2

Faisons connaissances, voulez-vous?
Au tout début, naquit la Lumière, ou plus précisément parut PHI ou Packard Humanities Institute.
Le Packard Humanities Institue est une fondation à but non lucratif qui se voue au développement d’outils pour la recherche. Cette mise à disposition de documentation liée aux sciences humaines, comme ici la littérature antique, nous amène également à observer des ressources en ligne liées à l’histoire, l’archéologie, la cinématographie et la musicologie. Un beau projet! Ce point m’a paru assez important à éclaircir car… étrangement, sur le site, on n’a point jugé bon de nous en faire la présentation. Mais comme l’internaute (individu comblé que s’il est curieux) peut balayer son ignorance en un seul « click ».

« PHI is independent of the David and Lucile Packard Foundation and is not associated in any way with any Hewlett-Packard Company foundations. »

Tout cela parait bien formel et sans vouloir en faire un commentaire type institutionnel, mes recherches m’ont permis d’apprendre que ces bienfaiteurs qui dédient leur travail à la mise à disposition d’outils de recherches viennent…de Californie. À quelques pas de la Sillicon Valley, cette fondation se trouvant non loin du siège de la multinationale tient à se distinguer de Hewlett-Packard Company (plus connu sous l’abrégé HP). Pas d’amalgame possible donc, il prend son indépendance vis-à-vis des grands noms présents sur le marché de l’informatique et de la technologie liée aux multimédias.

Parce que la transparence est un gage de fiabilité…
Fondé en 1987, ces ressources se présentaient sous la formes de CD-ROMs avant d’arriver sur internet. Celles-ci avaient été financé par une fondation privée crée par qui? La fondation de mécénat du cofondateur de la compagnie HP! Mais PHI ne semble pas déborder de gratitude au point d’en dispenser l’information et de presque se disculper de toute filiation. Pourtant, il en existe une belle de filiation! Le président actuel (depuis 2010) n’est en outre que le fils de David Packard qui se nomme David Woodley Packard… Bon sang ne saurait mentir dirait l’adage.

À l’aube du 2e jour… naquit PHI: Latin Corpus en 1991.
Alors que PHI œuvrait dans le développement de plusieurs bases de données concernant la littérature antique, ils apportèrent également la marque de tout bon patriote américain: la reconnaissance aux premiers pères (The Founding Fathers) de la nation au travers des textes. L’anachronisme pourrait être presque embarrassant… mais l’origine d’une civilisation doit pouvoir se reporter à ses textes fondateurs. Et, à cette même période, apparut ces merveilleuses bases de données en littérature latine. La fondation se tournera même vers l’archéologie et la cinématographie, la restauration de théâtres ou encore la musicologie. On leur donnerait presque le bon dieu sans confession!

PHI Latin Corpus :: PHI #5 :: correspond au cinquième CD-ROM réalisé par le PHI… sa première version a été transformée en Beta code, tout comme Thesaurus Linguae graecae.

L’accès au contenu du site, je le présenterai sous forme de métaphore si je puis me le permettre. Lorsque vous passez les portes d’une bibliothèques, vous avez comme qui dirait accepter les termes d’un pacte : garder le silence, ne pas manger dans les salles de lecture, être aimable avec la gentille bibliothécaire.. Et bien là, c’est un peu pareil: un pacte de confiance ou plus nommément connu dans le domaine du Copyright comme « Fair Use ». Le principe est assez simple: vous aurez tout le loisir de vous plonger dans votre lecture des textes à la condition de ne pas trahir cette confiance – les droits sont ouverts, pas de limites strictes – les textes sont avant tout des outils mis à votre disposition pour vos recherches… du moment que ces sources demeurent dans le stricte cadre de votre étude.
Si vous êtes honnête homme soyez la bienvenue, sinon sachez ce qu’il vous attend ou restez devant la porte, whatever.

Venez plus près, et soyez la bienvenue !
Si vous vous trouvez face à une liste d’auteurs en police bleutée, c’est que vous avez acceptée cette licence qui vous engage dans votre utilisation de ces précieuses ressources.
Sobre, lisible, l’interface se présente à nous tout aussi simplement qu’élégamment. Ordre Alphabétique, caractères gras pour justifier de nomen en cognomen le classement des éminents poètes, politiciens, philosophes etc…

billet 2 12

Authors: quand vous cherchez un auteur ou que vous êtes en panne de lectures intéressantes

2 billet 2
Word Search: c’est pour observer, avec une application intelligente le référence d’un mot dans chaque corpus

3 billet 2

Concordance: pour voir dans tous les textes l’emploi particulier d’un mot qui vous semble essentiel à la compréhension du sens, du contexte, ou tout simplement pour apprécier le style riche et inédit de votre auteur préféré.

4 billet 2

About: PhI – Latin Text définissent la période dans laquelle s’inscrivent ces corpus,  les textes proviennent essentiellement d’une période qui précède le 2e siècle de notre ère, avec également la sélection de quelques textes plus récent datant de l’antiquité tardive. Aussi, on vous informe que tous ces textes proviennent du CD-ROM 5.

5 billet 2

De même, des liens hypertextes vous redirigent avec « the canon latin authors » vers toutes les références et bibliographies liées aux textes latins. Nous savons maintenant que les textes proviennent d’une source concrète. C’est beaucoup plus rassurant.

Aussi, PHI Latin corpus vous offre des notices liées à vos méthodes de recherches:

6 billet 2

Tout comme avec la concordance des mots pour lesquels on vous renseignent quelques méthodes pour vous y retrouver:

7 billet 2

Petite exploration !

8 billet 2

ô joie, je défile la page et voilà qu’apparait le nom d’un illustre empereur! Sans perdre un instant, j’accède à sa page en cliquant avec respect sur Gaius Iulius Caesar. Les oeuvres majeurs apparaissent et sont référencées par une marge (à gauche) numérotée. Une fois le curseur effleurent les premières lettres du titre de l’empereur, l’encadré apparait en vous citant directement la source.

10 billet 2

Une fois l’accès au texte entrepris, nous pouvons balayer l’ensemble de l’œuvre grâce à la barre horizontale qui sert – en rapport avec le référencement inscrit juste au dessus d’elle – de pouvoir retrouver le passage qui vous convient. Pas d’apparat critique, pas de scolie, le texte rien que le texte.

Et d’unicode en betacode… le troisième jour!

11 billet 2

Ce procédé a été développé par David W. Packard en 1970, il nous permet de conserver la ponctuation en la représentant sous forme de divers caractères type ASCII… on perçoit ainsi que cette écriture vise à conserver la mise en page, les caractères rares en permettant de se rester au plus près du texte d’origine.

12 billet 2
Page wikipédia – Betacode

Le projet semble être porté par le besoin de démocratiser des ressources documentaires. C’est un projet que je découvre tout comme n’importe quel autre internaute. À l’exception près que l’internaute doit pouvoir être concerné par ces corpus antiques en version unilingue sans traduction. Pour cela, PHI Latin Texts s’avère être un très bon outils pour les étudiants en formation dite « classique ». Anglais ou latin, le site trouve son efficacité auprès de l’étudiant, du chercheur, du linguiste, de l’humaniste en quête d’inspiration…
Cela reste épuré, clair, simple. C’est une plateforme qui donne accès au texte et à son contenu. Le travail se fait à partir de ces documents en ligne. Le concept de bibliothèque numérique me parait très présent, elle reste toujours accessible, le texte rangé avec une côte et une fiche correspondant à l’objet auquel il renvoie. Parce que le monde ne s’est pas crée en 3 jours, ce projet pourrait encore évoluer et nous faire espérer des innovations à venir.

Humanités Classiques et humanités numériques

003En tant que discipline, les Humanités numériques sont difficilement définissables. Pourtant, celles-ci s’associent à une formation d’antiquisants et offrent de nouvelles perspectives d’analyses en milieu universitaire.
Avoir accès à des sources bibliographiques et travailler avec des outils efficaces sont devenus les exigences du travail de recherche qu’effectue l’étudiant durant son parcours. Bien que ceci demeure banal à bien des égards, ces usages de l’informatique dans les études dites “classiques” nous interrogent sur cette combinaison du Numérique avec les sciences humaines. Aussi, force est de constater qu’à présent la plupart des textes sur lesquels nous travaillons par l’intermédiaire de nos machines ont été préalablement transformé en données. Ainsi, de multiples langages se rencontrent et nous découvrons un univers pluridisciplinaire où la question du texte est omniprésente. D’anciennes traductions sont alors remises au goût du jour et bénéficient de cet engouement lié à l’ère du numérique. De même, ces innovations et la réunion de ces savoirs nous prêtent la vision d’une bibliothèque monumentale où il serait possible d’offrir de nouveaux moyens de communiquer avec un passé lointain. Comme le dirait Antoine Lavoisier, « rien ne se perd, tout se transforme » et le numérique devient l’opportunité d’une revalorisation de notre héritage classique.