Faut-il brûler l’arbre à canard ?

ou
Comment la république fut (encore une fois) sauvée par Cicéron.
et
Comment Rome résista (encore une fois) à une invasion barbare (de canards).


Un des derniers spécimens connus d’arbre à canard, dessiné par John Gerard (1597) / Des anatifes, organismes actuels de bord de mer apparentés à l’arbre à canard.

PRO ARBORE

M. Tullius Cicero1

Première traduction française

Version 1 – 11/12/2017


Il est particulièrement émouvant de publier ici pour la première fois ce texte de Cicéron, totalement inédit au XXIe siècle. En effet, il ne s’agit pas simplement d’un discours de plus: son contenu est essentiel pour ses implications dans le domaine de la littérature classique, de l’histoire, mais aussi de la botanique et de l’agriculture puisqu’il repousse de plus d’un millénaire la première attestation écrite de l’existence de l’arbre à canard, une espèce rare et méconnue car injustement ravalée au rang de fantasme issu de l’imaginaire médiéval. Ce texte intéressera donc tout particulièrement les botanistes, mais également tous les scientifiques travaillant sur la théorie de l’évolution et la sélection naturelle. La grande variété des domaines touchés par cette découverte justifie encore davantage le choix d’une édition ouverte et disponible sur ce blog, et non cantonnée à des canaux très spécifiques et souvent confidentiels.


 

[I] Juges, laissez-moi vous exposer les faits de cette affaire. Dans votre sagesse, vous savez vous-mêmes combien est délicate la tâche de présenter une accusation et les positions des parties adverses sans donner à l’une plus qu’à l’autre trop d’autorité ou de crédit. Je pense néanmoins pouvoir la définir ainsi avec une grande clarté, pour que tous la comprennent: C. Cupidus Cresus, récemment désigné édile par les comices, a fait importer à très grands frais de l’extrême nord des Insulae Britannicae un spécimen rarissime d’arbre à canard qu’il a planté dans la cour de sa luxueuse demeure du mont Palatin2. Cet arbre est sensé, dit-il, produire en place de fruits des canards, phénomène exceptionnel justifiant le traitement de cette affaire devant une si illustre assemblée: en effet, cet arbre, planté depuis plus d’un an, n’a toujours pas produit le moindre canard. Après avoir longtemps subi les moqueries de citoyens dubitatifs, attendant patiemment sa revanche, se réjouissant d’avance en imaginant leurs visages et leurs yeux éblouis, Cresus a fini par douter et par se rallier à leur avis : désormais convaincu d’avoir été trompé sur la marchandise qu’il a payée fort cher et supportant difficilement ce coup terrible porté à sa prétention, il se retourne contre son vendeur, M. Mercatus Merx, empruntant la voie de l’accusation qui nous a conduit à ce procès3.

M’est-il jamais arrivé de défendre plus noble cause ? J’en doute. Voici en apparence la noblesse, le rang, le talent, le mérite d’un citoyen revêtu d’un pouvoir légal, élevé dans la sagesse par un père vertueux puis aux honneurs par le peuple tout entier, floués de manière honteuse par une tromperie ridicule. Est-ce ainsi que le peuple romain traite ses magistrats ? La justice et les lois ne sont-elles plus respectées ? Cependant, défendre devant vous la cause de Cresus reviendrait à oublier la réputation de Mercatus, dont le patron est un de nos citoyens les plus illustres, dont l’oncle a été consul, et dont les intérêts me sont chers. Je sais que vous n’ignorez rien du service que m’a rendu ce dernier, le [lacune de longueur indéterminée]4. Mais vous n’ignorez pas non plus que, si Merx possède une position enviable et de grandes ressources, il est arrivé à sa situation par ses propres efforts, constamment maintenus pendant de longues années d’un dur labeur, ni que sa conduite, toujours conforme à celle attendue d’un citoyen vertueux, lui vaut beaucoup d’amis véritables. Cependant, ce n’est pas sur de simples sollicitations que je choisis mes causes ; ce ne sont pas seulement les prières, les heureux bienfaits et la générosité qui m’ont été accordés qui motivent mes actions : c’est celui dont la douleur me paraît la plus juste qui influence mon cœur et mérite mon intercession. Je n’aurais donc pu suivre Cresus et soutenir son propos que si je n’avais eu des raisons de profondément douter des fondements de la grave accusation qu’il porte contre Mercatus, accusation qu’un homme ayant pour devoir de s’opposer à l’injustice ne peut laisser sans réponse. À cela s’ajoute, comme vous allez bientôt le comprendre, la douloureuse situation dans laquelle je me trouve de devoir une nouvelle fois faire preuve de mon infatigable dévouement envers l’état.

[II] Faisons place au premier accusé. Quel est donc cet arbre dont il est question ? Vous savez l’importance que j’attache à établir clairement les faits. Laissez-moi donc le décrire, pour vous qui ne l’avez jamais vu. C’est un arbre relativement petit, portant des branches très courtes, luisantes, de couleur noire, qui se terminent chacune par un énorme bourgeon blanc, brillant et dur comme un coquillage. C. Cupidus Cresus l’a fait planter dans son jardin, à côté d’un bassin artificiel qu’il a soigneusement aménagé à la même occasion et rempli de poissons multicolores. Au centre de ce bassin se trouve une fontaine à têtes d’éléphants, magnifiquement décorée d’or et d’ivoire, d’où l’eau jailli par toutes les trompes, avec, tout autour du bassin, en accord avec la magnificence de ce lieu, des pierres arrondies empilées et savamment disposées autour d’une débauche d’ornements et de plantes extravagantes qui forment un ensemble d’un goût que je n’oserais qualifier de douteux puisque beaucoup paraissent l’apprécier.

Et l’autre accusé ? Cresus avance un argument simple : s’il ne pousse pas de canards sur son arbre à canard, c’est parce qu’il a été trompé. Ce soupçon, désormais partagé par un grand nombre d’entre vous, a grossi avec le temps, se transformant en une conviction profonde avant de devenir la vérité absolue qui nous rassemble aujourd’hui autour de cette simple question : que nous reste-t-il à faire maintenant de cet arbre inutile? Le découper et en faire du bois de chauffage ? Faut-il brûler l’arbre à canard? Est-ce-là sa vraie valeur? En réalité, les raisons pour lesquelles un arbre peut ne pas porter pas de fruits sont si nombreuses que cette réponse pourrait bien tout d’un coup en devenir ridicule. En effet, juges, en homme sage, mû par la réflexion et la sagesse, déployant le sérieux que demandent les circonstances et adoptant la démarche d’une enquête rigoureuse, j’ai envisagé un à un tous les moyens d’expliquer ce fait et j’ai alors pris la mesure des très nombreuses possibilités qu’un homme distingué par son esprit aurait dû examiner et prévoir avant moi et, surtout, avant d’envisager de ternir l’éclat imposant de la vie honorable d’un autre citoyen. Tout d’abord, il est possible que l’arbre ne se soit pas acclimaté, puisqu’il ne pousse pas naturellement en Italie, et cela de la même façon que les oliviers ne paraissent pas supporter les conditions de ces îles lointaines. Merx a entendu dire que les arbres à canard poussent en bord de mer. Mais un bassin orné d’une fontaine n‘a rien à voir avec un plan d’eau naturel. Je vous le demande donc : la mer baigne-t-elle le Palatin ? Et la poussière de la ville, ressemble-t-elle au vent de la côte ? Peut-être les canetons sont–ils trop stressés par le bruit pour se développer ou pour éclore. Peut-être encore cet arbre étrange ne donne-t-il pas de fruits tous les ans. Peut-être lui faut-il la présence d’un arbre mâle si c’est une souche femelle. Peut-être est-il trop jeune, puisqu’il est si petit. Met-il de longues années à se développer ? Va-t-il encore grandir ? J’ai demandé : accusateur et accusé n’en savent rien. Ah! Cresus, t’es-tu vraiment renseigné sur la façon de s’occuper de ton arbre ? Il ne me semble pas. Voyez toutes les négligences qu’il a commises ! Je ne vois donc derrière sa plainte aucune prudence, mais seulement des lamentations frivoles et peu dignes d’attention, comme celles des femmes. Ce n’est donc pas l’arbre qu’il faut brûler, mais cette accusation hasardeuse, cette audace effrayante d’un citoyen qui espérait trouver ici, dans cette enceinte où vous siégez, quelques consolations à son infortune méritée5.

[III] Ta méfiance, Crésus, s’est développée, dis-tu, par la façon dont Mercatus se serait enrichi par toute sorte de commerce douteux. Mais peux-tu seulement donner un exemple d’un tel commerce? Avez-vous des témoins qui puissent témoigner contre lui, même par complaisance ou par crainte ?  Aucun ne s’est présenté. Je ne peux donc hésiter à condamner dans les termes les plus sévères cette deuxième affirmation. Rappelons-nous que Mercatus, satisfaisant toujours nos exigences, par des efforts répétés dont nous lui sommes infiniment redevables, a fourni à nombre de sénateurs de nombreux objets d’art rarissimes envers lesquels ceux-ci ont toujours exprimé la plus entière satisfaction. Rappelle-toi, Cresus, qu’il a lui-même fourni ton immense fontaine chryséléphantine à têtes d’éléphants, importée spécialement pour toi de Lydie et en tout point conforme à tes attentes. Pourquoi douter maintenant, sans qu’aucune raison ne puisse étayer ce doute ? Mercatus n’a-t-il aucune raison d’espérer encore d’autres commandes et de chercher à s’attacher ta reconnaissance? Pourquoi donc cette accusation ? Voilà en vérité un procédé malhonnête et indigne, contraire à l’esprit de la loi, et derrière lequel ne se cache que le ressentiment mal fondé d’un individu perfide qui refuse de s’accommoder des circonstances douloureuses dans lesquelles le placent les inconstances de la fortune.

Voudrais-tu plutôt, Cresus, mettre en doute le montant de la transaction ? Un million de sesterces : une somme considérable, certes, mais sans commune mesure avec la valeur d’un arbre unique6. Et le commerce ne consiste-t-il pas à revendre plus cher ce que l’on s’est procuré difficilement? N’as-tu pas, Cresus, élargi toi-même ton patrimoine de la même façon ? Ah ! Qu’une telle accusation est cruelle ! Nul ne voudrait croire qu’il accuse un homme moins coupable que lui, un homme qui, non pas qu’il n’ait pas d’intérêt pécuniaire, mais qui ne fait pas de gain honteux, qui a toujours échappé même aux vains bruits et n’a jamais porté atteinte aux lois de la morale publique. Ne confondons donc pas la bonne cause avec la mauvaise.

Cresus ajoute qu’il a dû faire face à des dépenses supplémentaires imprévues, puisqu’il a dû faire garder son arbre nuit et jour à cause de la curiosité que celui-ci suscitait. Il réclame donc également à Mercatus le remboursement de cet argent. Mais pourquoi faire porter sur un autre la responsabilité de ses propres décisions ? Pourquoi avoir fait surveiller cet arbre aussi longtemps ? Et par autant d’esclaves ? Rendez-vous compte ! Faire garder un arbre sur lequel il ne pousse aucun fruit comme s’il y poussait des pommes d’or ! Grands dieux ! Quelle absurdité ! Quelle absence de réflexion! Et il veut être remboursé de ses dépenses! Ô temps ! Ô mœurs7! Ô homme impie ! N’ai-je donc tant plaidé que pour ces inepties ? Ce n’est pas une erreur, comme le diraient certains, mais de l’entêtement, la conséquence de l’ambition aveugle qui poursuit celui qui tombe dans la démesure. C’est le pitoyable résultat de certaines influences qui fragilisent la république en troublant les âmes de magistrats en réalité peu dignes de représenter le peuple romain. Leurs vaines espérances trompées, ils ne se soumettent pas à la fatalité mais se précipitent auprès des juges, certains de les convaincre de l’injustice de leur sort. Et ainsi, au lieu, dans cette épreuve, de garder sa dignité, faisant face avec honneur à la douleur de son échec, affrontant ses erreurs et le triste résultat qui en découle, voici qu’il préfère affronter les moqueries de tous en amenant l’affaire sur la place publique par ce procès. Il est persuadé de pouvoir gagner sa cause, au risque d’ébruiter l’affaire dans la ville toute entière et de récolter davantage encore de sarcasmes. Il est, en somme, en somme prêt à perdre tout reste d’honneur dans le seul but de récupérer de l’argent.

[IV] Cependant, Romains, pour vraiment comprendre cette affaire, il faut revenir à ses origines. En effet, demandez-vous un instant quelles sont les raisons qui se cachent derrière les actions de Cresus. Tout se réduit, je pense, à cette question : pourquoi dépenser autant d’argent pour acheter un arbre à canard ? Un arbre sans fleur, sans feuille ? Un arbre extraordinaire, certes, mais une entreprise complexe à tous les points de vue. Voulait-il seulement décorer son jardin? Quant à moi, je n’en doute pas, il voulait s’attirer la faveur du peuple en vue des prochaines élections. Ce peuple romain n’a-t-il pas l’oreille dure, mais l’œil vif et perçant8? L’éblouir, détourner les suffrages de la raison vers la versatilité des émotions, susciter l’adhésion sans directement corrompre, ramassant ainsi à la pelle les fruits d’un arbre dont tout Rome parlerait. Une foule d’admirateurs se presserait à son domicile pour y admirer ce prodige, et parmi eux les sénateurs et les magistrats les plus importants, dont il pourrait s’assurer les faveurs. Devant l’affluence, on refuserait du monde, on trierait selon des critères inavouables les heureux élus qui l’accompagneraient ensuite au forum puis reviendraient régulièrement pour suivre le développement de l’arbre. Peut-être Cresus a-t-il imaginé offrir une dégustation spéciale des premiers canards ? Peut-être y aurait-il convié les consuls? Du canard en terrine ? Ou une soupe, peut-être? Dans son argenterie ? Avec un vin de Chios ? Ou un grand repas public ? Peut-être encore voulait-il en offrir quelques spécimens vivants, pour obtenir en retour un service encore plus grand ? Ou reproduire cet arbre et en planter sur toutes les collines de la ville ? Le peuple, avide de nouveauté, fasciné par l’étrange, manipulé par cette vision, n’aurait que le nom de Cresus sur les lèvres. Rome toute entière célèbrerait son bienfaiteur ! Et, moi-même je crains de le dire, peut-être sa renommée s’étendrait-elle au-delà de la capitale du monde et ferait-elle de lui un homme important sur toute la terre9. Laissez-moi soulever tout de suite, Romains, les dangers d’une pareille ambition,10 cette ambition que vous voyez ici à l’œuvre, brûlant le cœur de cet homme, sa vertu et son honneur plus rapidement que le feu ne pourrait brûler l’arbre à canard et le consumer entièrement jusqu’au dernier bourgeon.

Car ce n’est pas ainsi que s’acquiert la gloire. Ignore-t-il que seule la vertu ouvre la voie de la carrière des honneurs ? Les magistratures, honneurs suprêmes conférés par le peuple, sont, hélas, convoitées par tous les ambitieux. Mais la célébrité n’est pas l’élévation. L’emporter par le mérite seul, voilà une ambition digne d’un homme! Défendre sa patrie, voilà ce qui caractérise un grand homme! C’est en assurant le salut de la république que l’on reste dans la mémoire des hommes. Cresus, es-tu digne de parvenir à ces honneurs ? Que pourrais-tu faire mieux qu’un autre ? Par quel exploit t’es-tu signalé ? Quelle grande cause as-tu défendue ? De quelle expérience militaire peux-tu t’enorgueillir ? Quel talent as-tu que la république puisse convoiter ?

[V] Vous le savez, cet arbre n’a pas produit l’effet escompté. Il paraît même se porter plus mal qu’à son arrivée : ses branches, autrefois bien dressées, pendent désormais lamentablement, touchant presque le sol, comme s’il ressentait le poids de sa culpabilité. Cet arbre, sur lequel ont été répandus des mensonges injurieux, qui a subi des déclarations violentes contre sa personne, pourquoi devrait-il aussi porter le deuil des espérances déçues ? Pourquoi devrait-il crouler sous le poids des inquiétudes cruelles et des regrets de son indigne propriétaire, alors que nul reproche ne peut lui être adressé ? Crouler sous le poids des railleries qui, après avoir commencé, se sont amplifiées jusqu’à porter atteinte à ta crédibilité, Cresus, compromettant tes chances d’accéder à la préture ? Comment te sortir la tête haute d’une pareille situation ? Tout simplement en faisant de tes manquements le délit d’autrui, et de ce délit un crime. Que pourrait-il faire d’autre, je vous le demande ? Faire renvoyer son arbre jusque-là d’où il vient ? Continuer à l’admirer comme si de rien n’était? Faire comme s’il y poussait des canards ? En emmaillotant les pierres de son bassin pour nous les faire avaler à la place? Quel bienfait pourrait bien produire un arbre acquis par une nécessité qui n’a rien d’honorable ? Mais non, préfère-t-il penser, je ne suis coupable en aucune mesure, j’ai été trompé ! Quel doux soulagement pour une conscience troublée ! Et si personne n’a jamais entendu parler d’arbre à canard, se dit-il soudain, peut-être est-ce simplement que cet arbre n’existe pas. Cette pensée n’est-elle pas réconfortante ? Mais maintenant, je vous le demande, n’est-il pas un peu tard pour se poser cette question ?

Laissez-moi par ailleurs immédiatement lever ce doute. Rien ne peut contredire l’évidence qu’un arbre de cette forme, tel que je vous l’ai décrit, qu’aucun de nous n’a jamais vu, est un arbre de grande valeur dont le prix payé est justifié. Quelle raison pourrait-il y avoir de mettre en doute les dires de Merx, en absence de témoignage contradictoire ? Nous savons bien qu’il existe des choses et des êtres dont nous n’avions jamais entendu parler avant que la connaissance de leur existence parvienne jusqu’à nous : les éléphants des Carthaginois que nos ancêtres ont vu arriver et dont les têtes ornent aujourd’hui la fontaine de l’accusateur, les animaux étranges qui peuplent l’Égypte, les plantes extraordinaires que les armées d’Alexandre ont découvertes en Inde. Comment donc oser contester la volonté toute-puissante des dieux, source créatrice sans égale? J’abandonnerai cependant ce moyen de défense, car il y a plus grave : le cas traité ici dépasse la simple exécution rigoureuse de la loi.

[VI] Cresus, voulais-tu t’acheter Rome en lui offrant un arbre à canard ? Espérais-tu remporter l’élection de la même façon qu’Athéna a remporté la sienne, en offrant à Athènes l’olivier? Voulais-tu imiter les dieux ? Homme insensé ! Dans ta folle prétention, peut-être les as-tu offensés ! Peut-être menaces-tu la pax deorum et la cité tout entière ! Ha ! C’est là ma vraie crainte ! Peut-être les dieux ont-ils voulu que cet arbre ne porte pas de fruits ! Allez-vous faire un procès aux dieux ? Ne faudrait-il pas, au contraire, se réjouir que cet arbre ne donne pas de fruits ? Se réjouir que la vindicte des dieux ne nous ait pas frappé plus durement, pour punir l’avidité et l’arrogance de ce personnage ? Ne faudrait-il pas plutôt remercier la providence de nous avoir livré cet avertissement ? Alors, me demandez-vous à nouveau : faut-il donc brûler cet arbre à canard ? Mais c’est Rome toute entière qui brûle ! Sur elle s’abattront calamités publiques et privées en punition de son impiété ! Au contraire, Romains, que cet arbre soit préservé et devienne le symbole vivant de notre soumission aux lois divines. Que la république ne brûle pas, mais qu’elle produise comme fruits des magistrats de la plus intègre équité, de la plus grande franchise, courageux, et distingués par leurs services.

Juges, les dieux se sont prononcés. Je vois tournés vers moi des visages inquiets qui m’implorent. Rendez un service à votre patrie en rendant leur dignité aux accusés. Au nom des dieux, je vous en supplie, préservez d’une ruine totale cette ville dont l’accusateur compromet l’existence. Assurez le salut commun face à cet homme qui marche contre sa patrie. Préservez l’Italie des ravages et de la dévastation auxquels elle est destinée. Aujourd’hui, la république vous implore de respecter le droit, la vérité, l’équité, mais avant tout la religion. Plaise aux dieux que votre jugement les apaise : que les accusés soient, sous leurs yeux et devant toute cette assemblée, acquittés de l’injuste accusation qui a été portée contre eux. Que la gloire et la majesté de notre empire soient préservées, que Mercatus puisse redresser la tête avec fierté, et l’arbre redresser ses branches vers le ciel.


    • (1) Bien que certains experts penchent pour un pastiche tardif, l’attribution de ce nouveau manuscrit à Cicéron ne fait que peu de doute. Les méthodes d’analyses scientifiques les plus rigoureuses montrent en effet une bonne concordance entre ce texte et celui des nombreux discours déjà connus de Cicéron (corpus conjugué des In et des Pro). Ainsi, l’analyse de ce texte dans Voyant tool montre que le vocabulaire employé dans ce discours correspond bien à celui des textes déjà connus: apparaissent le plus souvent les noms des personnes impliquées dans l’affaire (ici Cresus et Mercatus), les termes qui sont liés à l’affaire (ici: arbre, canard, fruits), des mots se rapportant au domaine judiciaire (habituellement causa, judicium, ius, consilium, testis, sententia, lex), d’autres termes usuels (pecunia, homo, fama, injuria, vis, tempus, vita), des termes se rapportant au contexte romain (roma, praetor, civitas, familia, gens, possessio, populus) et à la plaidoirie (inquit, dicere, facere, defendere, ratio).

      Nuage de mots produit par Voyant Tool à partir du texte du Pro arbore.

      On retrouve ainsi dans ce texte des thèmes importants pour Cicéron, tels que la défense de la loi, de la patrie, de l’honneur et de la vertu, ainsi qu’une certaine conscience de son importance. Il s’adapte à la cause qu’il défend et travaille son argumentation dans un plaidoyer qui se tourne finalement vers la défense de principes ou de valeurs fondamentales (ici l’honneur et la religion). Cependant, ces éléments lexicaux et ces considérations générales ne suffisent pas seuls à définir les discours de Cicéron, qui se distinguent aussi bien par la tournure de leurs phrases (répétitions d’expressions de sens proche notamment) que par l’alternance des différentes parties du discours (exclamations, interrogations, descriptions). En effet, Cicéron s’adresse à un auditoire qui est présent, employant par moment le style direct et interpellant les parties et l’auditoire. Il est dommage que Voyant Tool ne permette pas d’étudier précisément ces aspects. 

    • (2) Rappelons que l’existence de l’arbre à canard est attestée au XIIe siècle par le témoignage de l’ecclésiastique gallois Giraud de Barri, qui s’inquiète d’ailleurs de la consommation par le clergé irlandais de ces canards végétaux pendant le carême. D’après les témoignages, il s’agit d’une population d’arbres insulaire très fragile, localisée le long de quelques rares côtes dans le nord des Îles britanniques (Irlande et Écosse). L’espèce n’est plus attestée après le XVIIe siècle.

    • (3) Il est malaisé de donne une date à cette plaidoirie, puisque Cicéron ne mentionne aucun événement de nature politique ou personnelle qui permette de la situer dans le temps. Le seul élément dont nous disposons est la mention de la qualité d’édile de Cresus, dont le nom est par ailleurs inconnu des Fastes (certes incomplets) et du reste de la littérature. Peut-être s’agit-il d’un proche parent du riche évergète C. C[- – -] qui dédie à Cérès une statue de canard incrustée d’or dans le sanctuaire d’Éleusis entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle ap. J.-C. (CIL XXL 1111f).

    • (4) Sans doute faut-il restituer ici « le fils de l’oncle du cousin du frère de ma femme, homme intègre et irréprochable, issu d’une famille noble et ancienne, rempli de mérites, digne d’éloges, homme sage, citoyen qui l’emporte sur tous, tellement digne de l’estime publique, auquel me lie une profonde, sincère et indéfectible amitié depuis très très longtemps».

    • (5) On peut s’étonner que Pline l’Ancien n’ait pas au moins mentionné l’existence de l’arbre à canard dans sa monumentale Histoire Naturelle. Cette absence est d’ailleurs un des arguments avancés par les tenants d’un pastiche tardif, qui mettent en avant les nombreuses descriptions d’animaux fantastiques ou légendaires qui émaillent le récit de Pline et rendent l’absence de l’arbre à canard encore plus frappante. Rappelons cependant que, si Pline a servi en Germanie et séjourné en Gaule, il ne possède aucune connaissance directe ou indirecte de la faune et de la flore de l’extrême nord de la Grande-Bretagne. Cette absence suggère évidemment que l’arbre dont il est question dans le texte de Cicéron fut à Rome un spécimen unique qui n’a pas vécu suffisamment longtemps pour laisser une trace dans les écrits contemporains. On peut dès lors supporter l’hypothèse de Cicéron d’une inadaptation de l’arbre à son nouveau terroir.

    • (6) Somme effectivement très importante. On estime par exemple la fortune de Cicéron à 13 millions de sesterces, mais celle de Crassus, l’homme le plus riche de son temps, à 200 millions. D’un point de vue historique, ce document apporte des informations essentielles sur la structure des réseaux commerciaux à la fin de la République. Il atteste ainsi du dynamisme des échanges à grande distance entre le nord de l’Europe et la Méditerranée. Il témoigne également une fois de plus de l’attrait de la classe dominante pour les biens exotiques, ainsi que de la capacité d’achat que tirent les plus riches sénateurs des revenus de leurs terres et – et peut-être même surtout – des activités commerciales conduites par divers membres de leur maisonnée en dépit de la législation en vigueur.

    • (7) Cette expression est déjà connue dans plusieurs autres textes de Cicéron (In Verrem 2.4.55, In Catilinam 1.2.1, De Domo Sua 137.3 et Pro Rege Deiotaro 31.1). D’autres expressions de ce texte sont régulièrement employées par Cicéron dans ses discours, parmi elles enim judices, huic imperio, (pr)o di immortales!, orbis terrae, dies noctesque, salus rei publicae, post hominem memoriam, quod ad me attinet, ut omnes intellegant, in iudicum venire, fortissimum virum.

    • (8) Cf. Pro Plancio 66.2.

    • (9) Voilà une nouvelle hypothèse à prendre en compte parmi les raisons qui ont pu pousser Jules César à tenter de débarquer en Bretagne.

    • (10) Faut-il voir ici une référence à la conjuration de Catilina, pendant le consulat de Cicéron (63 av. J.-C.)? Il s’agirait alors d’une information cruciale pour la datation et l’interprétation historique de ce document. Par ailleurs, on opère souvent une distinction entre les plaidoiries prononcées par Cicéron avant et après son consulat. Cette distinction vient-elle seulement de la nature des causes défendues ? Ou peut-on en trouver la trace dans le lexique ou dans la structure du texte ? Des analyses numériques plus poussées permettront peut-être de répondre un jour à cette question et de proposer une date pour le Pro arbore.

À la pêche aux canards dans PHI Latin Texts

Dans leur Histoire illustrée universelle de l’imaginaire (1996), Antonino Anzaldi et Masimo Izzi font remonter le premier témoignage écrit sur l’arbre à canards à la fin du XIIe siècle et à la Topographia Hiberniae de Giraud de Barri. Cet ecclésiastique gallois accompagna  Jean sans Terre dans une expédition en Irlande, lors de laquelle il aurait vu par lui-même de nombreux canards ‘générés par les troncs de sapin rejetés par la mer’. Ce témoignage a connu une grande postérité, y compris dans des ouvrages très sérieux comme l’Herbier du célèbre botaniste anglais John Gerard (1597). Dans le cadre d’une recherche sur les origines et l’évolution de l’arbre à canards, on pourrait vouloir vérifier dans les corpus de textes antiques s’il existe une origine plus ancienne à cette idée.

L’arbre à canards, illustration tirée du célèbre Herbier du botaniste anglais John Gerard (1597).

Un site comme PHI permet d’effectuer une recherche de séquences de lettres ou de mots dans l’essentiel de la littérature latine écrite avant 200 ap. J.-C., ce qui représente un peu plus de 350 auteurs et textes anonymes, auxquels s’ajoutent quelques textes ultérieurs. Le site a été créé par une association californienne, le Packard Humanities Institute, pour remplacer sa base de données qui existait auparavant sur CD-ROM.

Une série d’opérateurs logiques permet de définir la recherche. Il est ainsi possible de rechercher des canards, des arbres, des canards et des arbres. Une fonction permet même de rechercher des canards se trouvant textuellement proches d’arbres, c’est-à-dire dans un rayon de 100 caractères. La recherche peut être restreinte à certains auteurs ou à certaines œuvres. Ses résultats s’affichent sous la forme d’une liste comportant, sous le nom de l’auteur et de l’oeuvre, le passage dans lequel apparaît l’objet de la recherche. Un clic sur ce passage permet d’afficher le texte entier.

Affichage des résultats de la recherche dans leur contexte (à gauche) et dans le texte intégral (à droite).

Il s’avère ainsi que, si certains canards jouissent d’une existence paisible, barbotant tranquillement (Ovide) ou volant dans le ciel (Pline), d’autres ne connaissent que leur élevage (Varron) et finissent mangés (Martial), bien que parfois très savamment cuisinés (Caelius Apicius). Les canards servent également de médicaments puisqu’ils permettent d’apaiser les douleurs intestinales par leur simple vue (Columelle) ou par contact cutané (Scribonius Largus), tandis que leur sang arrête les hémorragies craniennes (Pline) et que leur fiel soigne les contusions des yeux (Pline). Aucun ne paraît en revanche avoir poussé sur un arbre. Ces observations sont confirmées par l’analyse des passages dans Voyant Tool: le nuage de mots obtenu montre sous une autre forme qu’il est beaucoup question de cuisine et de remèdes, mais qu’il n’y a pas l’ombre d’un arbre à l’horizon.

Nuage de mots généré par Voyant Tool à partir de la recherche du mot ‘canard’ dans PHI.

Pour conclure réellement à une origine plus précoce de l’histoire de l’arbre à canards, il faudrait bien sûr vérifier la proximité lexicale d’autres types de végétaux avec celle d’autres types de volatiles. Il est néanmoins probable que l’arbre à canard soit une espèce endémique dont le territoire, situé bien au-delà du limes, n’ait été que trop peu connu par les auteurs latins…

À part explorer davantage le fruit d’une des nombreuses distractions qu’offre Internet pendant les cours à distance, cette recherche a permis d’essayer les fonctionnalités de recherche simple et de recherche combinée proposées par PHI. Ce type de recherche est vraiment l’objectif du site, qui est pour le reste très sobre. Les éditions utilisées datent de la première moitié du XXe siècle, et seul le texte latin, sans aucune note ni commentaire, est disponible.

Des canards dans la caverne

Je suis étudiante à Nanterre depuis déjà quelques années et actuellement inscrite en première année de Master Humanités classiques et humanités numériques à distance. Je suis une rescapée d’une autre époque puisque j’ai connu à Nanterre les cours à distance sous forme de polycopiés. Désormais, les humanités se sont mises au numérique et je regarde les cours en vidéo.

Dans mon écran, je vois un écran dans lequel il y a un autre écran. Il se passe là-dedans un cours d’Humanités numériques. J’ai l’impression d’être au fond d’un amphi. Loin devant, il y a des gens tout petits que je ne connais pas et que je vois tout le temps de dos. Tout cela me rappelle l’allégorie de la caverne, qui nous a été transmise par Platon. Comble de la chose, une voix provenant d’une silhouette noire explique que ce que je vois n’est qu’une sorte de réalité virtuelle conçue uniquement à partir de 0 et de 1! Le numérique rapproche, certes, mais tout de même… l’Antiquité ne nous paraît-elle pas encore plus lointaine? Combien d’écrans y a-t-il entre elle et nous?

Quand l’ordinateur de l’enseignant se met en veille, d’autres silhouettes défilent pendant de longues minutes. Je vois alors passer de très belles planches représentant des plantes très variées, des insectes, différentes espèces de trilobites, des méduses de toutes les couleurs, des oursins, des coraux, des poulpes et de nombreux autres organismes dont la nature m’échappe. Comme dans la République, j’entends l’écho d’une voix, mais je sais qu’elle n’appartient pas aux ombres qui passent devant moi puisqu’elle parle des formats de fichier, du problème des boîtes noires et du HTML. Partant à la recherche de l’identité des organismes inconnus, je ne l’écoute plus qu’à moitié.

Il s’avère que les planches sont tirées des Formes artistiques de la Nature, ouvrage publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel au tournant des XIXe et XXe siècles, et que mes organismes inconnus sont des cirripèdes (on en apprend des choses dans ce cours…). Ce sont des animaux marins appartenant aux crustacés, et auxquels est associée, entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, une histoire abracadabrante d’arbre à canards. Cette théorie – très surprenante pour nous – trouve son origine dans la forme particulière de certains cirripèdes (les anatifes par exemple), qui sont munis de coquilles à double valve (faisant penser à un bec), qui s’accrochent aux rochers à l’aide d’un long pédoncule (faisant penser à la branche d’un arbuste) et desquels sortent de longs poils (pouvant faire penser à un plumage). Une confusion autour de ces observations a fait croire pendant plusieurs siècles à l’origine végétale de certaines espèces de canards. Dans une version de cette théorie, les canards éclosent des fruits de l’arbre lorsqu’ils sont mûrs. Dans une autre, les feuilles de l’arbre s’en détachent et se transforment en poissons ou en canards selon qu’elles tombent dans la mer ou sur la terre. Ces arbres ont été représentés par Claude Duret dans son Histoire admirable des plantes et herbes en 1605 (source : gallica.bnf.fr /BnF).

Hypothèse intéressante. Pourquoi pas, après tout? Je plaisante, en fait je n’arrête pas d’en rire. C’est bien d’une caverne qu’est sorti un pareil mythe !