Exploration textométrique de la Vie d’Alexandre de Plutarque

Analyse de la structure : la progression à travers les connecteurs logiques 

Introduction

Dans la brève introduction de la Vie d’Alexandre, Plutarque explique que sa démarche consiste moins à dépeindre le personnage d’Alexandre tel que l’histoire le connaît que de le dépeindre en tant qu’homme, en s’attachant « aux signes [qui] révèlent l’âme » (I.3., traduction d’Anne-Marie Ozanam dans Vies parallèles, éd. Gallimard, 2001). Une peinture de vie qui ne cherche pas tant à être chronologique que démonstrative d’un caractère, d’un personnage et de ses traits distinctifs. Pourtant, pour découvrir un personnage tel qu’Alexandre, qui s’illustre certes dans des actes anecdotiques mais aussi à travers des événements qui ont marqué la grande histoire, ne pas suivre un fil chronologique semble difficile. Et l’analyse des Vies parallèles tend à le confirmer : la trame narratologique de Plutarque mêle un récit chronologique à un récit thématique. La chronologie ouvre et clôt la vie de l’homme, tandis que les thèmes organisent les événements qui ont rythmé le cours de sa vie, cela selon les besoins de Plutarque. 

Nous avons cherché à comprendre et déceler de façon plus précise la logique du récit dans la Vie d’Alexandre. Pour cela nous nous sommes intéressés aux connecteurs logiques, afin de déceler leur cohérence interne. Il s’agissait pour nous de comprendre à travers une analyse de leur présence dans le texte comment se dernier était construit et comment les différentes parties se font écho.

Préparation à l’analyse : sélection des données

Grâce à la lemmatisation du texte, il nous est possible de faire apparaître avec l’outil LEXIQUE tous les mots par classe grammaticale. 

Après un premier coup d’œil à ce classement, nous pouvons repérer les groupes de mots invariables, à savoir les adverbes (adverbs) et les particules (particle), qui regroupent de nombreux marqueurs logiques et temporels du texte.

 

Nous voulions analyser la répartition et la proportion des adverbes et des particules de temps par rapport aux adverbes et particules de logique. Il fallait alors réaliser un premier classement entre ces deux groupes. Pour cela nous avons utilisé la possibilité d’annoter les mots avec une propriété nouvelle que nous appelons type. Nous avons attribué à cette propriété 3 valeurs qui départagent l’ensemble de nos données: time, cause, negation. On peut ainsi obtenir 3 tableaux de termes, particules et adverbes confondus, pour les 3 valeurs. 

Analyse individuelle des connecteurs logiques

Grâce à la propriété que nous avons créée, il est possible de faire des requêtes qui appellent les particules et les adverbes associés à la même valeur.

Les termes annotés time présentent une homogénéité d’apparition dans le texte. On remarque cette tendance pour les 3 valeurs. Il est alors difficile de déterminer un découpage ou des séquences dans l’ensemble du texte. On ne peut que confirmer la régularité des emplois de Plutarque dans son récit de termes marquants la négation, la cause et le temps.

Analyse comparée des connecteurs logiques

Une analyse en lecture simple des différents connecteurs donne peu de résultats sur la structure générale du texte. Cependant, grâce à la création de ces trois valeurs, nous pouvons réussir à déterminer quel lien logique prévaut par rapport aux autres. 

Bien que les courbes soient homogènes, leur comparaison permet de mettre en évidence la prévalence de la négation dans l’argumentation de Plutarque. Cette valeur est près de 3 fois plus importante que les connecteurs de temps. Leur prévalence est intrigante, et suppose que la construction du portrait d’Alexandre se fait par la négative. Tout aussi étonnamment, la cause est la valeur la moins représentée tout au long du texte. Alors que Plutarque annonce une présentation du personnage à travers ses anecdotes, la logique déductive ne semble pas être celle employée. Les connecteurs de temps eux ne présentent pas de lecture surprenante : ils sont bien présents dans le texte de façon homogène, et accompagnent le récit avec l’ensemble des évènements dans lesquels se place Alexandre.

Conclusion

L’analyse des connecteurs ne permet pas de structurer de façon évidente le texte de Plutarque; sa logique est relativement homogène. Il équilibre l’emploi du temps et de la cause avec les emplois de la négation, emplois étonnamment élevés dans sa rhétorique. Cependant, il ne permet pas de réaliser ce que nous cherchions au départ, soit déterminer une structure ou la récurrence de schémas.


Étude textométrique : les oracles et les signes divins comme éléments structurants dans la Vie d’Alexandre de Plutarque

Introduction

La structure est centrale dans l’ensemble du texte, pourtant, elle ne saurait se limiter à des termes qui en ont la fonction, tels que les particules et les connecteurs logiques dont nous venons d’étudier les dynamiques. De double nature chronologique et thématique, la vie d’Alexandre est rythmée par des événements et des anecdotes qui ont formé le caractère du personnage décrit par Plutarque. À la lecture du texte, un autre fil directeur semblait se dégager : la présence récurrente d’oracles et de signes divins tels que des rêves ou des augures dans les moments clés du récit. En effet, la vie d’Alexandre est marquée dès sa conception par un rêve qui annonce que son caractère serait aussi brave et courageux que celui d’un lion. [Ἀρίστανδρος ὁ Τελμησσεὺς κύειν ἔφη τὴν ἄνθρωπον·[…] καὶ κύειν παῖδα θυμοειδῆ καὶ λεοντώδη τὴν φύσιν.(II.5.)//Aristandre de Telmisse déclara que la femme était enceinte […] et que la femme qu’elle portait avait l’humeur coléreruse et la nature d’un lion. (trad. Anne-Marie Ozanam)]  Tout au long de sa vie et des grandes batailles qu’il mena, Alexandre fut accompagné de rêves, d’augures et d’oracles qui se sont avérés décisifs lors de certains événements de sa vie. Ce fut le cas jusqu’à sa mort, qui fut précédée d’une période de superstition, calmée par des oracles, et qui ne put empêcher son empoisonnement présumé. La vie d’Alexandre est d’abord connue pour la grande place que ses conquêtes ont prise, mais quelle est la place des oracles, des augures et des prophéties ? Quelle est leur implication dans le rythme du récit de sa vie ?

Repérage

La présence de marqueurs de référence à un oracle est récurrente dans le texte. Dès le deuxième paragraphe il est question d’un rêve en rapport avec le futur caractère d’Alexandre. Il est également fait mention de celui qui deviendra son devin préféré, Aristandre de Telmisse. Ce dernier est celui qui a lu le rêve de sa mère Olympias comme annonciateur de la nature de lion de son jeune fils. Un simple coup d’œil au résumé des paragraphes donnés par l’édition numérique de Philippe Remacle démontre une présence forte de ces augures : II. Premières traditions sur la naissance d’Alexandre. — III. Autres traditions. — XIX. Présages qui précèdent son expédition en Asie. — XX. Sacrifices qu’il fait à Ilium. — XXXVII. Il va consulter l’oracle de Jupiter Ammon. — XXXVIII. Réponse de l’oracle, pour ne citer que ces premiers exemples.
Nous établissons dans un premier temps une liste de vocabulaire à repérer dans l’ensemble du texte. Il s’agit de balayer le vocabulaire présent dans le texte, en s’intéressant à tout ce qui touche à une lecture d’augure, à une demande ou une réponse d’oracle. La lemmatisation ne permet pas de sélectionner des mots selon une thématique. Pour sélectionner le vocabulaire, nous nous sommes appuyés sur une première lecture du texte, en ciblant surtout les noms.  

Le vocabulaire ciblé est le suivant : θεός (dieu), θύω/θυσία (sacrifier/sacrifice), χρησμός (oracle), Ἀρίστανδρος (Aristandre), Δελφοί (Delphes), ναός (temple), προφήτης (prophète), μυστήριον (mystères), ὄναρ (songe). 

Dans l’INDEX on fait des recherches par lemme de chaque terme pour en relever le nombre d’occurrences.

On peut supposer que ces occurrences se réalisent au cœur ou à l’approche d’un évènement important pour Alexandre. Ils seraient alors ainsi des marqueurs de chapitres de sa vie. Il nous faut alors chercher des correspondances et des schémas entre les occurrences relevées et le texte. 

Lecture des occurrences et croisements

— θεός
La présence des dieux est celle qui est la plus marquée dans les termes qui font l’objet de notre étude. Pour comprendre davantage leurs occurrences, on passe la lemme dans l’outil PROGRESSION.

On peut supposer que les appels à des divinités se réalisent dans des moments clés de la vie d’Alexandre, comme des veilles de grandes batailles ou de décisions importantes pour la suite de son règne. Les occurrences sont relativement homogènes tout au long du texte; on relève un passage chargé de mentions de divinités, entre 60000 et 61000 mots. Un regard avec l’outil CONTEXTE sur ces occurrences révèle leur concentration dans le paragraphe 27.

Ce paragraphe est le récit culminant de la mise en place de l’ascendance divine d’Alexandre. Il s’agit de l’épisode de sa visite au temple de Jupiter Ammon. Lors de cette visite, il reçoit de nombreuses preuves de la protection du dieu. Après cette série d’oracles positifs, couronnés de sacrifices en faveur du dieu, le prophète d’Ammon répondit à une de ses questions par une faute de langue qui sous-entend qu’il est le fils de Jupiter. Cet épisode est celui qui concentre le plus de mentions de dieu. La concentration de ces termes dans ce passage thématique, au milieu des conquêtes militaires, souligne la place importante que les présages donnés par les dieux prennent dans la vie d’Alexandre. 

— θύω
Le verbe θύω est le second terme le plus représenté. En tant que forme verbale, notre requête se doit d’englober toutes les formes pour lesquelles la lemmatisation associe le lemme θύω.

La présence des sacrifices s’accentue dans la fin du récit, à partir de paragraphe 62. Le sacrifice intervient dans un contexte de défaite : les Macédoniens ont perdu une bataille contre Porus, Bucéphale est mort et les troupes se retrouvent incapable de traverser le Gange.
Les autres occurrences après celles-ci accompagnent des moments de son expédition à travers l’Asie : la bataille du siège de la ville des Malles, qui le laissa presque pour mort (63); la découverte des îles autour de l’Inde (66); la mort d’Éphestion (72); un ensemble de présages sinistres qui le maintiennent hors de Babylone (73). À partir du paragraphe 75, Plutarque nous dit d’Alexandre qu’il s’est abandonné à la superstition. Le rythme de ses sacrifices augmente et se lit dans le journal de sa vie, qui relate ses dernières habitudes avant sa mort, dans le paragraphe 76.  De façon générale, les événements qui voient l’augmentation des sacrifices pour Alexandre sont connotés assez négativement pour lui. 

— μαντεία 
Le terme de μαντεία est le second de notre liste le plus représenté dans le texte. Le lemme utilisé pour sa visualisation en PROGRESSION est μαντ.*. Cependant, avec la recherche de ce lemme, on ne peut pas distinguer les occurrences de μαντεία des occurrences des formes d’adjectifs. On peut évidemment faire une recherche par word pour identifier précisément les occurrences de μαντεία. Nous allons plutôt ici croiser cette notion d’oracle avec le nom du devin préféré d’Alexandre, Aristandre de Telmisse, présent dès le début du texte. L’attente derrière ce croisement est de trouver des phénomènes de cooccurrences entre les deux termes. La fréquence permet de déterminer l’importance d’Aristandre et de ses lectures d’oracles dans la vie d’Alexandre.

 

Les chevauchements des occurrences sont très nettes. On note deux passages très clairs où les trois termes apparaissent en même temps, passages marqués par des flèches en pointillés. De façon plus globale, 7 mentions sur 14 à un oracle sont corrélées directement à des mentions d’Aristandre. Il ne va pas de soi que ces oracles sont destinés à Alexandre; c’est notamment le cas du paragraphe XXIV., où l’occurrence de l’oracle correspond à une interprétation de songe donnée à Darius. Il semble aussi que dans les trois premiers quarts de sa vie, Alexandre se réfère principalement à Aristandre pour la lecture de ses oracles.
Le premier passage qui voit concorder les trois occurrences renvoie au paragraphe 14, dans lequel Alexandre demande à la prêtresse de Delphes un oracle concernant la réussite de son expédition en Asie. On est ici dans un cas qui précède un événement majeur et vient annoncer l’importance qu’il revêtira dans le récit. Cet oracle, pris de force, est suivi de la lecture d’un augure par Aristandre : une statue d’Orphée en bois de cyprès fut recouverte de sueur, et Aristandre y lu un bon présage de gloire et de réussite à Alexandre dans le cadre de cette expédition. L’oracle vient confirmer ce qu’Alexandre veut croire pour son expédition. Le second passage renvoie au paragraphe 25, qui traite du siège de Tyr. Dans cet épisode qui débute comme un récit militaire, la place de l’oracle et de la lecture d’Aristandre s’avère capitale. En effet, c’est après une lecture d’oracle qui est raillée qu’Alexandre décide de lancer un assaut puissant contre Tyr, mettant fin au siège en une journée décisive. 

Pour les autres occurrences, on retrouve en première place l’annonce du caractère d’Alexandre dans le rêve d’Olympia, au paragraphe 2. Au paragraphe 31, soit la cinquième occurrence, le nom d’Aristandre est présent pour indiquer la réalisation de sacrifices avant le prochain combat contre l’armée de Darius. L’occurrence qui suit, au paragraphe 33, précède également ce combat : Aristandre accompagne Alexandre sur le champ de bataille et souligne le vol d’un aigle qui se dirigeait droit vers l’ennemi. Un instant auparavant, Alexandre demandait le soutien divin pour son armée comme preuve de son ascendance divine. L’armée est échauffée par cette lecture et l’armée ennemie est mise en fuite sans difficulté. Les deux dernières occurrences encadrent l’événement de la mort de Clithus, des paragraphes 50 à 52. Avant l’enchaînement d’événements qui précède sa mort, Alexandre fait un rêve inquiétant au sujet de Clithus. Ce dernier décida d’interrompre un sacrifice pour venir manger chez le roi, et Aristandre, accompagné cette fois d’un autre devin, Cléomantis, y virent un mauvais signe. Suite aux échauffements du banquet et au meurtre de Clithus par Alexandre, Aristandre reparait pour rappeller au roi les présages qui annonçaient sa mort, ce qui soulage partiellement le roi de sa culpabilité. Parmi toutes les occurrences de lecture d’Aristandre, c’est la seule qui s’annonçait mauvaise, même si au final la fatalité de cet oracle est supposée allégé Alexandre. 

Bien qu’Aristandre soit présent dans des moments importants, notamment de la réussite militaire d’Alexandre, il semble que ce dernier cesse de se référer à ses lectures vers la fin de sa vie, malgré la présence de trois derniers pics pour μαντε.*. 

— Croisements

Bien que l’on ne retrouve pas de passage aussi chargé d’un seul terme que celui de θεος, on peut croiser les termes cés à faible occurrences et les recouper avec les thèmes des passages, afin de savoir dans quelles circonstances les mentions d’oracles sont-elles réalisées : tantôt à la fin d’une période, en amont d’un événement, ou bien au coeur de celui-ci. 

On peut observer que les moments sont relativement distincts : les sacrifices ne se mélangent pas aux mystères, ni aux songes. Les moments où ils sont proches renvoient le plus souvent à un des épisodes évoqués précédemment, notamment aux alentours des 60 000 mots. Plutarque emploie les différents types de signes et leur lecture de façon hétérogène à travers le texte. On comprend que le lien d’Alexandre avec ces signes est loin d’être superficiel : non seulement ils sont fréquents, mais en plus leur usage est diversifié.

De façon plus spéficique, θυσία apparait assez tard dans la chronologie du texte, alors même que les dieux sont déjà évoqués de nombreuses fois auparavant. On aurait pu s’attendre à une présence de sacrifices en amont dans le texte. 

Δελφοί, Delphes, oracle d’Apollon, est bien connu dans le monde antique pour l’importance de ses prédictions. Elle présente 4 occurrences sur le mode PROGRESSION. Lorsque l’on retrace ces occurrences dans le texte, on peut replacer ces apparitions de l’oracle de Delphes dans des moments clés de la vie d’Alexandre, notamment la demande d’oracle qui précède l’expédition en Asie. 

Ἀρίστανδρος, Aristandre de Telmisse, est le premier devin mentionné dans la vie d’Alexandre et deviendra par la suite son favori, par sa propension à toujours trouver un sens positif pour ce dernier dans les augures. L’étude de son lien avec μαντέια a déjà renforcé l’idée qu’il était un favori d’Alexandre dans son domaine. Son rôle est même décisif dans certains passages, comme lors du siège de Tyr.

Conclusion

Jusqu’à la fin de sa vie, Alexandre s’est référé à des signes divins comme confirmation de sa destinée. Leur présence tout au long des événements qui ont marqué sa vie s’est avérée décisive. Les oracles ne sont pas là pour expliquer un événement passé comme résultat de la colère divine. Ils sont systématiquement présents avant les grands événements militaires, même parfois déclencheurs de victoires. Soit qu’Alexandre est réellement accordé autant de place aux signes religieux au cours de sa vie, soit que Plutarque ait cherché à appuyer son ascendance divine pour en faire un parallèle flagrant avec César, on ne peut nier que la présence de ces signes divins et lectures d’oracles sont des marqueurs de légitimation du pouvoir d’Alexandre. Les dieux rythment son parcours à coups d’augures, d’oracles et de songes qui le confortent et l’encouragent dans ses accomplissements de sa vie. Ainsi, ils soulignent autant la construction de son caractère avec les événements comme le meurtre de Clithus, que sa renommée militaire, comme lors de sa bataille contre Darius au paragraphe 33. 

À travers l’étude que nous avons menée, nous avons pu identifier au moins deux niveaux de structure interne dans le récit de Plutarque : une première grammaticale, qui est cependant faible, et une autre thématique, avec les oracles et les augures sous différentes formes, qui encadrent et rythment de façon significative la vie d’Alexandre, participant à sa renommée et à la construction de son caractère. La lecture que nous en avons faite au cependant non exhaustive car n’englobe pas toutes les formes d’oracle, comme le vol d’oiseaux ou les signes de la lune.

Métamorphoses Contemporaines

 

Le corpus que j’ai choisi pour réaliser mon pastiche est celui qui compose mon mémoire, à savoir les Métamorphoses d’Ovide. Comme l’indiquent les informations présentées dans l’interface Document de Voyant Tools, j’ai à ma disposition environ 78 000 mots.

Je peux déjà relever dans cette fenêtre les 5 mots les plus fréquents que je vais utiliser pour mes recherches : ora  sanguine, ore, corpore et corpora.

On peut souligner la répétition de deux termes à des cas différents : à la fois sujet et objet, le corps et le visage sont également le moyen de la métamorphose, et bien sur l’origine.

Le champ est encore réduit et je veux voir davantage de relations entre les termes. 

Après l’application de la liste de stopwords latins, j’ai produit un Cirrus des 35 termes les plus fréquents. C’est visuel, mais pour être plus précise, je dois m’aider du tableau des termes; je peux alors identifier les termes avec une occurence de 70 et plus. Ces mots me permettront d’affiner mes recherches de syntagmes. 

Ces occurrences reflètent bien la volonté de dire la métamorphose des formes et des corps, puisque l’on peut ajouter aux 5 premiers mots les termes bracchia, pectora et caput. On relève d’autres mots relatifs au corps sur le Cirrus

En tant que tel, le Cirrus me permet en évidence les mots précédemment cités, mais ne me permet pas d’extraire des ensembles de mots récurrents. Je me suis donc intéressée au tableau des syntagmes pour identifier rapidement les longues expressions les plus récurrentes. 

Il y a d’assez longues expressions qui reviennent, avec une occurence assez faible mais existante. Toutes ne comportent pas nécessairement un des mots les plus récurrents.

J’ai voulu m’intéresser aux corrélations entre les termes les plus fréquents et les expressions les plus fréquentes. J’ai donc utilisé le tableau des termes pour sélectionner un terme fréquent et identifier dans le tableau syntagme une expression récurrente le comprenant. Pour ce faire, je sélectionne un terme dans le tableau des occurrences et rafraichit le tableau des syntagmes, qui ne me donne alors que les syntagmes qui comprennent le terme sélectionné.

Pour corpora/corpore, comme pour ora/ore et sanguine, les résultats sont tels qu’il y a très peu de syntagmes de plus de trois termes parmi les 10 plus récurrents qui se répètent. La présence de ces mots ne s’inscrit pas dans un cadre formulaire chez Ovide, mais plutôt dans une utilisation toujours variante.

J’ai donc sélectionné les 2 syntagmes de plus de 3 mots que l’on pouvait dégager grâce à la combinaison du Cirrus et du tableau des syntagmes, ainsi qu’un syntagme plus long : corpora missa neci, ora solvit et, et in multis libris leguntur hi. J’intègre également au fil du texte les 5 premiers mots et ceux qui se rattachent à différentes parties du corps à cause de leur présence plus que notable dans l’ensemble du corpus.

DOSSI, Dosso – Circé parmi ses amants changés en animaux (vers 1525)
Washington, National Gallery of Art

Le reflet ne renvoie pas une image très flatteuse. Une tache bleue commençait à se dessiner sur l’épaule, tandis que du rouge palpitait doucement sur la joue droite. Heureusement qu’il n’a pas atteint l’œil cette fois. C’est un enfer à camoufler. Elle fixait son image, à peine consciente de son propre corps. Chaque semaine, elle le redécouvre à la lumière des nouvelles taches qui s’y dessinent, parfois avant même que les anciennes n’aient complètement disparu.

La porte principale claque et le sursaut de surprise laisse place à un soupir de soulagement. Plus de nouvelles taches pour le moment. Mais pour combien de temps, se demande-t-elle en s’allongeant dans son lit. Les taches du plafond l’accompagnent vers le sommeil. 

Elle marche dans un champ de fleurs. Le printemps est partout, le soleil commence à réchauffer la peau et une brise légère complète son souvenir d’enfance. De sécurité. Elle avance vers un arbre, un orme feuillu, seul au milieu du champ. Il est impressionnant, de ses trente mètres de haut, mais c’est à cause du tableau qui y est accroché qu’elle s’approche de lui avec curiosité.  

Le cadre du tableau, sculpté de délicates circées communes, est éclatant. Il occulte presque la richesse du tableau. Une jeune femme en occupe le centre, assise sous un arbre. Elle est entourée par des animaux : des chiens, des cerfs, des oiseaux. Ils sont tous tournés vers elle, en attente. Cela ressemblait à une scène enchanteresse, que l’on peut lire dans de nombreux livres pour enfants, si ce n’est la tenue de la jeune femme au centre. Elle était uniquement vêtue d’une couronne de fleurs, et tenait dans ses bras une grande tablette. Quelques lignes sont inscrites à sa hauteur, mais dans une langue qu’il était impossible de déchiffrer. Elle dégageait une aura de puissance et d’apaisement, sublimée par sa nudité naturelle au centre de son écrin de verdure. 

Plus elle s’approche de l’œuvre, plus elle arrive à sentir ce qui se cache dans le regard des animaux : un mélange de rancœur, de crainte et de recherche d’attention. Pourtant, la jeune femme au centre ne les regarde même pas, son regard se perd vers la droite du tableau. Alors qu’elle se concentre sur son visage, cherchant à définir son expression, les yeux de la femme du tableau accrochent les siens. Son cœur marque un battement lorsqu’une voix se fit entendre dans son esprit : 

« Cesse de te détourner, douce âme, car je t’adresse mes mots dans l’écho de ton cœur meurtri. Regarde-moi, non comme une image figée, mais comme une force vivante qui s’élève en toi. Je suis Circé, celle qui refuse de plier devant la noirceur des hommes. » 

Le champ de fleurs entier sembla vibrer au son de la voix de la magicienne. 

« Je ne tolère pas que les hommes soient mauvais avec moi. La force de te battre réside dans ton cœur, et il est temps que tu la reconnaisses. L’amour ne devrait jamais être source de souffrance, mais plutôt une douce mélodie qui berce les cœurs unis. »

Ses mots résonnaient comme une promesse de libération. Cependant, au milieu de sa tirade, un homme avait commencé à s’avancer dans le tableau et paraissait vouloir l’interrompre. Il s’approcha dans le dos de Circé, et lorsqu’il fut au plus près, il leva un bras comme pour la saisir. À l’instant où sa main toucha Circé, ses membres s’effilèrent, sa peau se couvrit d’une fourrure blanche, son nez devint un fin museau et en un instant, il se retrouva aux pieds de la magicienne, simple lapin abasourdi. 

« Ils ont montré leur amour en choisissant de trahir mon corps et mon cœur. Je leur ai montré ce qu’il en coûtait de tenter de me dominer au lieu de m’aimer. Sache, douce âme, que tu es capable d’aimer et d’être aimée sans craindre la douleur. Si un homme ne peut reconnaître et accepter ta force, qu’il subisse le poids de sa propre médiocrité. Lève-toi, affranchis-toi, car tu es bien plus que les marques sur ta peau. Tu es la gardienne de ta propre lumière et nul ne devrait pouvoir l’éteindre. » 

Le regard de la magicienne quitta ses yeux pour venir fixer un point derrière elle. Elle crut déceler un changement d’émotion, comme un pointe de tristesse. Elle se retourna alors, cherchant à trouver ce que la magicienne regardait. Un peu plus loin, elle crut distinguer un petit mont informe. Les fleurs formaient un cercle autour de ce monticule. Elle décida de s’approcher, mais fut arrêtée par l’odeur qui s’en dégageait. En observant de plus près, elle réalisa avec horreur que des corps de femmes mortes étaient massés en ce tas. Au moment où elle le comprit, elle ouvrit la bouche et un cri de douleur s’échappa du fond de sa poitrine. Toutes les fleurs du champ s’envolèrent alors en un tourbillon coloré et elle fut projetée hors de sa vision onirique. 

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, son premier réflexe fut d’aller s’observer dans le miroir. Les bleus étaient encore présents, mais ce qu’elle voyait maintenant, c’était la détermination dans son regard. Elle retrouvait un peu de sa lumière.

Elle ouvrit son armoire et commença à rassembler ses affaires.

Gallica | Bibliothèque numérique de la BnF

Créée en 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. lors de sa première année de mise en service, elle proposait 2750 livres numérisés. En 2023, elle atteint le pallier des 10 millions de documents numérisés, et comprend des manuscrits, des images, des journaux, des revues, des cartes mais aussi des enregistrements sonores. 

Gallica propose une classification thématique (histoire, littérature, économie, droit, géographie, philosophie) mais aussi géographique, ainsi que chronologique au sein d’un thème.

interface de recherche en littérature française de Gallica

Le site est très visuel et attire par les images, dont la source est systématiquement indiquée. La plateforme cherche à être intuitive et propose différents classements pour ses documents, afin de suivre le plus possible le cheminement de pensée d’un utilisateur. Un outil de recherche avancée permet de rechercher un document par type, zone géographique, thématique, et lieu de conservation.

Les sources de Gallica sont majoritairement issues de la numérisation de documents de la BnF, c’est-à-dire des fonds et documents de personnalités ou d’institutions qui ont été récupérés et conservées sur les différents sites de la BnF. Un tiers des documents provient des bibliothèques partenaires, qui sont mentionnées sur les documents en question, quand Gallica ne renvoie pas directement sur le site de la bibliothèque numérique s’il existe. Elle abrite des document d’autres bibliothèques numériques qui utilisent la plateforme numérique “en page blanche”, comme la bibliothèque universitaire de Strasbourg. Elle est elle-même source d’un projet de bibliothèque numérique à l’échelle  européenne, Europeana

Les documents sont numérisés en tant qu’image, et une version du texte est proposée numériquement pour une lecture en parallèle. Il est possible de télécharger des documents sous divers formats (PDF, JPEG, TXT). Que l’on télécharge une page ou un livre entier, il faut s’engager à respecter les conditions générales d’utilisation. 

interface de visualisation d’un document

Tout utilisateur peut accéder à l’ensemble des ressources qui ne présentent pas de restrictions d’accès, c’est à dire celles libres de droits, ou celles dont les droits ont été négociés. Si une partie des ressources, sous droits, n’est pas accessible sur le site internet de Gallica, ils sont disponibles dans le site intra muros, qui n’est accessible que depuis les différents sites de la BnF. Les ressources accessibles sont facilement téléchargeables et partageables par tout utilisateur, sans inscription préalable ni rattachement à une autorité. Les formats d’accès et la possibilité de partage permet de travailler sans difficultés sur tout type de ressource proposé par le site.

Nouvelles perspectives

Je m’appelle Axelle, ancienne khûbe tout droit débarquée de Guadeloupe et présentement nouvelle élève du master humanités classiques et humanités numériques.

J’ai été très agréablement surprise par la composante de ce master, qui met en avant la recherche à travers des outils numériques de façon poussée. Issue d’une formation scientifique, c’est un plaisir pour moi de retrouver un peu de programmation, et il me tarde de comprendre toutes les possibilités des humanités numériques. 

Je termine ce court billet avec une représentation d’Athéna Niké bien connue, la déesse de la sagesse étant une de celle dont l’histoire et la symbolique m’a le plus marquée. 

Victoire de Samothrace, Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search