De l’utilité du PHI

  

Le PHI (Packard Humanities Institute), dès la page d’accueil, se présente comme un site au design épuré : celle-ci comporte peu d’informations, en dehors de l’intitulé du site, d’un avertissement concernant les droits de reproduction des textes mis en ligne :

I agree to use this web site only for personal study and

not to make copies except for my personal use

under “Fair Use” principles of Copyright law.

et d’un lien permettant à l’utilisateur de contacter la société qui régit le site. L’internaute est donc averti : il s’agit d’un domaine privé, dont le contenu est protégé, où chacun doit montrer patte blanche pour entrer ; la première impression passée, il s’aperçoit que cet avertissement est moins prohibitif qu’annonciateur de bonnes nouvelles : le « Fair Use » est une limitation du droit d’auteur destinée à permettre à ceux qui ont à travailler sur des œuvres protégées de le faire gratuitement, dans la mesure où leur usage n’en est pas abusif (pas de plagiat, pas de diffusion commerciale, entre autres). Il est donc l’indice que ce site s’adresse d’abord à des enseignants et étudiants, pour leur offrir un moyen simple et direct d’accéder à la littérature dont ils ont besoin.

Après s’être porté responsable pour son usage des données rendues accessibles sur le PHI, l’internaute se retrouve face à une liste alphabétique d’auteurs latins. C’est là, a priori, l’ensemble des textes latins disponibles jusqu’au IInd siècle ap.J.-C, auxquels s’ajoutent quelques textes plus tardifs (sans que soit justifié la raison pour laquelle ces textes ont été ajoutés, ni pourquoi ceux-ci justement l’ont été) :

 Capture d’écran 2014-12-04 à 13.11.50 Le design est toujours aussi agréable, et l’on peut commencer à dérouler la liste pour chercher l’auteur qui nous intéresse. On est donc revenu à l’époque du rouleau : on doit chaque fois repasser toute la liste pour parvenir à l’endroit voulu, sans recours possible à un index, à un sommaire – ou son équivalent – catégorisant les auteurs en fonction du siècle où ils sont vécu, par exemple, ou selon toute autre information pertinente. L’alternative est faire la recherche soi-même, sur la page de texte.

Essayons à présent de cliquer sur le nom d’un auteur :Capture d’écran 2014-12-04 à 13.12.59

Aucun renseignement n’est fourni en dehors d’une liste des œuvres et il n’est toujours pas fait mention de dates. La seule indication est celle des bornes de temps des auteurs du Canon latin, entre lesquels se situent forcément les auteurs présentés. Passer la souris sur le nom d’une œuvre permet d’avoir des informations sur l’édition dont le texte rendu accessible sera issu, informations auxquelles on peut également avoir accès en cliquant sur le nom de l’auteur :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.13.22

Si l’on observe le code source de la page d’un texte quelconque, aucune information supplémentaire n’est non plus fournie, ce qui aurait pu être un compromis, quoique peu pratique, pour conserver le design simple et élégant du site, peut-être sous forme de commentaires afin de permettre à des lecteurs non initiés de ne pas se perdre dans les balises.  

Venons-en au texte lui-même : il est présenté de façon toujours aussi simple, rendant sa lecture agréable ; le manque d’informations rend en contrepartie l’interface plus claire et permet de se concentrer sur le texte. La navigation de page en page se fait également facilement, et on peut simplement, grâce à la barre de défilement présente au-dessus du texte, trouver le passage qui nous importe. On ne peut cependant pas faire une recherche directe concernant un vers, sauf à passer par l’onglet de recherche de mots. La fragmentation du texte ressemble en fait à la fragmentation paginale d’une édition, et imite probablement celle de l’édition d’origine ; les numéros des vers, intégrés au texte (et non informés dans le code, sous forme de balises), donnent également l’impression que l’on a une image du texte original. Mise à part sa lecture, tout autre usage (de copie, par exemple), est par là limité, puisqu’on ne peut pas sélectionner un extrait sans sélectionner la numérotation qui l’entoure ; nettoyer le texte obtenu de toutes ces informations parasites est en soi décourageant, ce qui limite les risques d’infraction du « Fair Use ». Il est aussi probable que ce format, qui paraît assez aberrant, par rapport à nos pratiques actuelles sur les textes présents sur le web, conserve le souvenir du support sur lequel se trouvaient les textes avant leur mise en ligne, à savoir un CD-Rom. L’étrangeté des URL du site en sont sans doute aussi le témoin.  

Malgré l’avantage de lisibilité que procure une présentation ne conservant que le texte, on ne peut par ailleurs que regretter qu’il n’y ait pas d’apparat critique, d’outils d’analyse, par exemple grammaticaux ou lexicaux (comme sur Perseus), ni de renseignements complémentaires sur l’auteur ou/et l’oeuvre ; l’édition dont est tiré le texte n’est même pas précisée sur la page. Des signes critiques témoignant du travail de l’éditeur sont en effet présents, avec plus ou moins de détail, dans les textes, mais sans justification :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.14.34

On peut en revanche saluer la possibilité de faire une recherche directe de concordance à partir du texte, à l’aide d’un double-clique dans l’ensemble du corpus présenté sur le site, de shift et du double-clique dans le corpus de l’auteur, ou, si l’on maintient shift, dans le texte où se trouve le mot. Une recherche sur le terme sacraria au chant X des Métamorphoses d’Ovide donne par exemple dix-sept résultats sur l’ensemble du corpus, résultats qui sont accompagnés d’un contexte (la référence de l’oeuvre, la ligne précédente et la ligne suivant celle où se trouve le mot recherché, pour chaque citation). La procédure peut être raffinée grâce à certains signes et conventions indiquées à droite de la barre de recherche, ce qui en fait un outil efficace. Nous venons toutefois de décrire les actions permises dans l’onglet « Word Search », et non l’onglet « Concordance ». Ce dernier donne les mêmes résultats que précédemment, mais présentés d’une autre manière : tous les résultats, dans la mesure du possible, sont présents sur la même page, un résultat équivalent à une ligne, ce qui devrait en donner une meilleure visibilité. Ce n’est pourtant pas le cas : le contexte qui accompagne le terme recherché est plus restreint et il ne correspond ni à des phrases ni à des lignes. La partie concernant la recherche d’un mot ou ensemble de mots est finalement mieux conçue que la mise en ligne des textes eux-mêmes, quoique la limitation des recherches, quant elles donnent plus de 500 réponses, soit limitée et génère de façon apparemment aléatoire une page présentant ceux qui ont été retenus. Bien que l’internaute ait peut de chances de vouloir parcourir plus de 500 occurrences, il voudrait sans doute pouvoir choisir lesquelles consulter, en voyant ne serait-ce que la liste, sans les références, de tous les auteurs chez lesquels le terme cherché a été trouvé.

Le manque de dimension critique sur le texte, mais aussi sur le site, le rendent peu utile pour l’usage d’étudiants ou de chercheurs, lesquels ne peuvent pas se contenter de travailler avec un texte brut, d’autant plus qu’ils ignorent quand le site a été crée, quelle est sa dernière mise à jour, quelle est l’équipe qui s’en est occupée, et quel est leur manière de procéder. Il est mentionné que les textes sont issus d’un CD-ROM, dont la version est indiquée, mais pas la date, non plus que les modifications qui ont pu y être apportées depuis pour sa mise en ligne. Je dis qu’ils l’ignorent, car ces informations ne paraissent à première vue pas disponibles (celles mentionnées dans l’onglet « About » étant trop sommaires) : il faut savoir où chercher pour les découvrir, à savoir télécharger les termes du PHI, lesquels mentionnent la date à laquelle est sorti le CD-ROM  (1991). La seule manière de savoir si le site a évolué est sans doute de poser la question en utilisant le mail de contact fourni sur la page « About ». Et cela reste peu de choses.

Ce site donne ainsi l’impression d’être figé depuis l’éternité et de ne pas devoir changer. Les outils ne manquent pourtant pas pour l’améliorer : les textes peuvent être enrichis, de sorte que l’internaute puisse, en cliquant sur tel nom, ou passant sa souris sur tel nom, avoir des informations sur celui-ci, peut-être une situation géographique, s’il s’agit d’un lieu, ou d’un itinéraire, si cela se révèle intéressant pour le texte en question. Et si cela demande des moyens et un temps trop important, il est toujours possible de renvoyer à des sites qui eux, permettent d’apporter d’autres perspectives. Son intérêt me paraît incertain: il a peu d’atouts à opposer aux sites qui lui sont concurrents, tel Perseus (même s’il s’agissait justement de le dépasser pour proposer un site aussi performant que le TLG, mais pour le latin) ou Itinera Electronica (malgré le faible nombre de textes). Ses avantages sont manifestement la volonté d’exhaustivité du corpus proposé, la disponibilité de ces textes (accessibles gratuitement, librement, du moment où les normes d’utilisation sont respectées – un non-respect de ces normes pouvant entraîner, s’il est révélé, des poursuites judiciaires), la facilité de navigation qui le caractérise, et sa rapidité. Il a bien sûr le mérite de mettre en ligne une bibliothèque latine classique très riche, dans laquelle on peut trouver des raretés, ce que l’on aurait sans doute eu du mal à trouver près de chez soi, surtout si l’on habite pas une grande ville universitaire. Sa restriction aux textes classiques est toutefois un choix qui témoigne d’une certaine vétusté : les époques plus tardives étaient alors à peu près ignorées, ce qui n’est plus le cas dans la recherche, quoique cela le reste souvent dans l’enseignement. The Latin Library a sur le PHI l’avantage de proposer un ensemble de textes chrétiens, médiévaux et néolatins, ouverture salutaire. Des personnes souhaitant seulement un certain confort de lecture, ou justement à récupérer un texte brut pour leur usage personnel (s’ils prennent la peine de le nettoyer, comme mentionné plus haut), peuvent le préférer à d’autres sites du même type, mais son public reste probablement restreint – le texte n’étant présent qu’en latin, il faut au moins que l’internaute soit en mesure de savoir ce qu’il a sous les yeux – et devrait encore se restreindre s’il ne change pas.  

Premier billet

labedancharlotte_image_billet_1_un_blogueur_surpris_par_des_internautes
© 1939 – Columbia Pictures
Un universitaire surpris par des internautes

L’expression d’ « humanités numériques » m’a parue dès le premier abord étrange, et le restera sans doute un certain temps. Les disciplines des humanités ont été soigneusement définies et leur pratique méthodiquement bornées dans un arbre des savoirs, jusqu’à l’époque du développement du numérique, justement; malgré les chemins de traverse entre disciplines, de plus en plus nombreux, elles ont l’air de s’être perpétuées selon les mêmes méthodes de transmission et de manipulation des connaissances. On peut se demander si parler d’humanités numériques désigne seulement une transposition mécanique des savoirs, d’un support à un autre; il semble aujourd’hui évident que non, et je crois que l’objet du cours est aussi de nous le faire comprendre. C’est un autre domaine de recherche, qui mène à une pratique différente de ces disciplines, dont on a commencé à faire l’expérience, en tant qu’élève, mais souvent sans distance critique. Pour ma part, prendre ce recul n’est pas évident: je vois le côté pratique des outils qui sont à ma disposition, sans distinguer toujours en quoi cela modifie ma façon de travailler, les questions que je pose et les réponses que j’y apporte. Chose d’autant plus essentielle qu’ils sont incontournables: la recherche est toujours aussi numérique, j’imagine, encore faut-il savoir ce que cela veut dire, et ce que cela change pour ceux qui la font.