PHI Latin Texts

Présentation de la plateforme

PHI Latin Texts est un outil en ligne qui permet de faire des recherches lexicales dans un corpus de texte latin datant du IIIe siècle av. J.C. jusqu-à 200 ap. J.C. Je ne présenterai pas ici l’association américaine Packard Humanities Institute à l’origine de ce projet puisque cela a déjà été fait dans de précédents billets.

La plateforme est accessible en ligne gratuitement après avoir accepté de ne pas copier les informations présentes sur le site et de n’utiliser ces dernières que pour des recherches personnelles.

Utilité du site

PHI Latin Texts s’adresse à un public de latinistes avérés, comme les étudiants, les chercheurs, ou les linguistes, puisque la plateforme ne propose pas de traduction des textes.

La plateforme permet de faire des recherches plus ou moins ciblées sur un mot particulier ou un groupe de mots. Cette recherche peut s’effectuer sur le corpus entier, ou chez des auteurs particuliers voire dans une œuvre précise.

Pour cela , à travers la rebrique about, le site nous donne des indications pour pouvoir filtrer nos recherches à l’aide de différentes balises correspondant chacune à un type d’information demandée.

Etude de cas

Les autres articles sur le PHI Texts Latin vous explique déjà les balises qu’il faut mettre pour affiner votre recherche. Je développerai ici un autre aspect à travers l’exmple du terme humanitas.

Dans la rubrique WordSearch je note donc le terme humanitas. J’obtiens 91 résultats, mais pour m’assurer que ma recherche ne concerne réellement que le terme voulu, j’encadre ce dernier avec des balises comme suit : #humanitas#. J’obtiens donc 85 résultats et si je clique sur le diagramme j’ai une liste des résultats par auteurs. (cf. photo ci-dessous).

Ainsi on sait que les 85 occurrences d’humanitas sont réparties chez 15 auteurs. L’outil statistique permet de visualiser facilement quel auteur utilise tel terme, et nous indique les usages significatifs en vert et ceux qui ne le sont pas en rouge. Un calcul proportionnel par rapport au nombre de mot total du corpus est réalisé. C’est pour cela que Cicéron, bien qu’il ait le plus d’occurrences du terme humanitas, n’est pas l’auteur dont l’usage de ce terme est le plus significatifEn effet c’est Valerius qui avec 7 occurrences fait l’usage le plus significatif du terme humanitas. On peut ensuite cliquer sur chaque auteur pour voir où s’inscrit le mot de notre recherche.

Limites du site

La plateforme est très sommaire et ne comporte que très peu d’item, voir l’image ci-dessous; cela facilite l’utilisation du site tout en montrant rapidement les limites de celui-ci.

Page d’acceuil de PHI Latin Texts

En effet, le site ne permet pas l’analyse des formes recherchées, contrairement à Perseus par exemple qui fournit à la fois le corpus du texte et l’analyse de toutes les formes de celui-ci. Pour compléter les ressources du PHI Latin Texts, je vous propose donc d’utiliser le logiciel libre de droit Collatinus qui se concentre sur l’analyse et la sémantique des formes.

Pour Conclure

PHI Latin Texts est un outil de recherche lexicale précieux pour les spécialistes de la langue latine. Il est très facilement utilisable grâce à sa sobriété, mais pour moi il n’est pas encore arrivé au bout de ses possibilités et peut encore être améliorer. Le site nous invite d’ailleurs à lui envoyer nos remarques à l’adresse suivante latin@packhum.org.

Humanités Numériques, mais pourquoi donc ?

Bonjour à toutes et à tous, 

Je suis Chloé, nouvelle arrivante en M1 Humanités Classiques et Humanités Numériques.

Cela fait quelques années maintenant que je m’intéresse à la culture gréco-romaine. En effet, j’ai fait un bac littéraire spécialité latin et option grec, puis deux ans de prépas en spécialité lettres classiques , pour terminer ma licence en Humanités classiques arts et patrimoine à Nanterre.

Vous l’aurez devinez mon choix pour ce master s’est entièrement tourné sur la terminologie “Humanités classiques” en délaissant totalement les “Humanités numériques”. 

Pourtant les “Humanités numériques” m’intriguent et je me demande à quoi cela fait référence. Espérant y trouver une manière de valoriser les humanités classiques, je me retrouve en réalité avec un obscur concept : l’encodage. J’avoue avoir d’énormes doutes quant à ma présence dans cette salle et mes inquiétudes croissent lorsque j’apprends que le cours -nouveauté de cette année- sera réalisé en anglais…

Cependant ma curiosité est piquée au vif et j’ai la forte impression que  les Humanités numériques -une fois le langage et les logiciels assimilés- peuvent réellement servir les Humanités classiques.  J’ai hâte de découvrir cela !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search