Perseus Digital Library

Le site web Perseus Digital Library est rédigé en langue anglaise. Il s’agit d’un projet de bibliothèque numérique débuté en 1985, ayant pour objectif de rendre accessible le plus largement possible les ressources de l’Antiquité. Au départ ces ressources étaient disponibles sur CD-ROM, puis la création d’un site web a été lancée en 1995.

Les créateurs ont choisi de se focaliser sur le monde greco-romain, tout en rappelant l’importance de la civilisation arabe dans la transmission des textes antiques. D’ailleurs ce site propose également des textes arabes, anglais, germaniques et latins plus tardif.

La plupart des ressources sur Perseus sont libres de droit car elles appartiennent au domaine public.

L’interface est à mon avis assez peu pratique car l’on peut avoir du mal à trouver où faire la recherche. Esthétiquement, même si le design commence peut-être à dater un peu, cela n’en reste pas moins sobre et pas forcément gênant pour l’utilisation.

Toutes les rubriques sur la page d’accueil offrent des informations supplémentaires sur le projet de ce site. Pour faire une recherche il faut passer par la barre de recherche en haut à droite.

Ce site permet de trouver des textes, par recherche d’auteur, ou même de mots.

Lorsqu’un texte en grec où en latin s’affiche, il est possible de cliquer sur tous les mots, et ainsi d’accéder à l’interface “greek word study tool”, qui analyse grammaticalement le mot sélectionnée, c’est donc un outil intéressant.

A partir de là on peut aussi rechercher n’importe quel forme, et le site retrouvera le lemme correspondant et en proposera une analyse grammaticale.

Le site propose désormais une nouvelle interface, Scaife Viewer, qui est beaucoup plus récente et nettement plus agréable d’utilisation, plus fluide notamment. En effet la page d’accueil propose soit de parcourir le catalogue, soit de rechercher précisément dans un texte, grâce à des signes en guise de conventions, afin de faciliter la recherche.

 

Selon moi ce site est un outil très utile, notamment pour avoir accès à des textes, grammaticalement analysés qui plus est. Il a su se moderniser et proposer un accès plus aisé.

Saut dans l’inconnu

Bonjour à toutes et à tous !

Je m’appelle Elise Leprince. Me voilà donc en M1 Humanités classiques et Humanités numériques, après trois très (trop) longues années en classe préparatoire où j’ai découvert le latin et le grec ancien. En première année, il était impératif de choisir une langue ancienne. N’en ayant jamais étudié aucune, et étant absolument incapable de  faire des choix dans n’importe quel domaine dans ma vie, j’ai décidé de prendre les deux, et ces deux langues m’ont bien plu, puisque j’ai continué en spé lettres classiques les deux années suivantes. Il s’agissait d’une pratique plutôt concentrée sur la version, et il me tardait de découvrir d’autres aspects des Humanités classiques, que je suis heureuse de commencer à étudier dans les cours qui nous sont proposés dans ce master.

Pour ce qui est de la partie Humanités numériques j’avoue que je n’en avais qu’une très vague idée en choisissant ce master, mais l’intitulé m’a intriguée et je pense qu’il est intéressant d’intégrer cet aspect à une formation de lettres classiques. Je pense y apprendre des choses utiles dans notre domaine, et également pour l’usage quotidien du numérique, même si cela me fait un peu peur étant donné que je maîtrise assez mal ces outils. Par ailleurs le fait que le cours se déroule en anglais me permettra aussi de maintenir une pratique de cette langue vivante, ce que j’apprécie.

Quoi qu’il en soit j’ai déjà réussi à installer un clavier grec sur mon ordinateur, ce qui me sauve la vie. Je vous souhaite à toutes et tous Ἀγαθῇ τύχῃ (ce qui signifie « bonne chance » a priori) et je vous propose ci-dessous une statue d’Athéna, déesse de la sagesse, de l’intelligence et de l’habileté. Puisse-t-elle veiller sur nous cette année comme elle a jadis veillé sur Athènes.

Statue d'Athéna