Les personnages d’Hécube et d’Andromaque dans les Troyennes 4/4

Ce quatrième billet présente la conclusion de ce travail sur les personnages d’Hécube et Andromaque. Il s’agira de comparer les résultats obtenus dans les deux études précédentes afin d’en tirer des conclusions qui permettront de répondre à notre hypothèse posée dans le premier billet, à savoir, si Hécube et Andromaque, qui sont reliées au sein de leur pièce, voient leurs rôles inversés d’une pièce à l’autre.

Pour rappel, en terme de prises de parole chez Euripide, Hécube est le personnage qui parle le plus, Andromaque vient ensuite. Tandis que chez Sénèque le rapport s’inverse: Andromaque prononce la majorité des répliques, suivie par Hécube. [voir les tableaux de valeur dans le billet 1]. 

1/ Les rôles d’Hécube et Andromaque s’inversent d’une pièce à l’autre et se font écho 

Après l’analyse des travaux sur chacune des deux pièces, on peut remarquer que les rôles des deux femmes sont inversés sur de nombreux points. Afin de clarifier les résultats nous les avons reportés dans le tableau ci-dessous:

Inversions observées

Euripide

Sénèque

Importance de la prise de parole 

Hécube est le personnage principal, c’est elle qui parle le plus.

Ici c’est Andromaque le personnage principal.


Thématiques 

Les thématiques principales sont inversées, pour plus de détails, voir les billets 2 et 3 qui traitent précisément des champs lexicaux employés.




 

Pleurs et douleur 

Hécube exprime davantage sa douleur, notamment par des gestes. Elle parle du passé avec nostalgie.

Andromaque parle beaucoup des maux qui les accablent mais plutôt de manière générale.

Hécube ne veut pas que ses captives pleurent. Elle dit qu’elle a l’impression d’être insensible depuis la mort d’Hector. 

Andromaque exprime davantage sa douleur.




Hector

Hécube est celle qui ravive le souvenir d’Hector, son fils bien-aimé.

Andromaque en parle aussi mais proportionnellement beaucoup moins qu’Hécube.

Andromaque est celle qui fait vivre le souvenir d’Hector, notamment à travers Astyanax.



Mort d’Astyanax

Andromaque veut en finir, elle part après avoir livré son fils. C’est Hécube qui pleure pour elle, avec Astyanax c’est Hector et Troie qui meurent.

Andromaque tente à tout prix de sauver son fils, elle le cache… 



Hélène

Hécube la déteste, elle la tient pour responsable de tous les malheurs. Elle voudrait qu’elle meure et tente de convaincre Ménélas de la tuer.

Andromaque insulte Hélène directement. 

 

 

 

Maternité 

Hécube est présentée comme mère de toutes et tous, ainsi que de toutes choses. Elle est mère de chaque citoyen de Troie en tant que Reine, et mère de ses nombreux enfants, mais aussi par extension d’Astyanax qui est son petit-fils, ou d’Andromaque qui est sa fille.

L’analogie avec Troie est très présente.

Andromaque revêt davantage ce rôle chez Sénèque, notamment dans sa volonté de protéger Astyanax coûte que coûte, ainsi que le fait qu’elle veuille mourir plutôt que vivre sans lui.




Rapport à la vie et résignation à son propre sort

Hécube continue à faire l’éloge de la vie malgré les montagnes de douleurs qu’elle voit sous ses yeux. Elle refuse de partir avec Ulysse dans un premier temps.

C’est Andromaque qui voudrait en finir, elle envie le sort de Polyxène. Elle n’a plus la force de résister..

Hécube est plus désabusée qu’Andromaque, elle accepte son sort d’être le butin d’Ulysse.

Andromaque tente tout pour contrer le sort, sauver son fils et elle-même par la même occasion.

Ainsi nous pouvons voir que les rôles des deux femmes sont échangés sur de nombreux aspects. On peut dire que ce qui est absent chez l’une est compensé par l’autre et inversement.

2/ Des rôles qui restent sensiblement les mêmes

Néanmoins on peut remarquer que les rôles d’Andromaque et d’Hécube, s’ils s’inversent sur des points précis, n’en restent pas moins les mêmes d’une pièce à l’autre, si on les observe d’un point de vue plus global. 

Par exemple, dans les deux pièces, les personnages homonymes font leur apparition à peu près aux mêmes moments. Si Hécube est présente tout au long de la pièce chez Euripide, c’est également elle qui ouvre et ferme la pièce chez Sénèque. Chez Euripide, Andromaque apparaît au milieu de la pièce et disparaît peu après, chez Sénèque en revanche elle apparaît un peu plus tôt et disparaît un petit peu avant la fin.

On peut également conclure que leurs rôles profonds restent sensiblement les mêmes. Comme nous l’avons vu dans les billets précédents, dans les deux pièces Hécube incarne ce rôle de reine mère: elle ouvre et clôt la pièce, elle commande aux femmes de Troie, elle joue un rôle de souveraine ainsi qu’un rôle maternel, même pour celles et ceux qui ne sont pas ses enfants biologiques. Andromaque quant à elle a davantage un rôle pivot dans l’action, pour Hécube elle est la femme de son fils, et la mère de son petit fils, dernier espoir de la cité, qui va mourir.

Ces deux femmes sont des héroïnes tragiques dont la prérogative principale est l’expression de la douleur, même si elle ne s’exprime pas nécessairement de la même manière. Elles doivent faire face aux mêmes épreuves: le deuil d’un mari, le deuil d’enfant(s), et le deuil de Troie.

Les personnages d’Hécube et d’Andromaque dans les Troyennes 2/4

Hécube et Andromaque chez Euripide

Dans ce deuxième billet nous allons étudier les personnages d’Hécube et d’Andromaque dans la pièce d’Euripide. La question qui peut se poser après les observations présentées dans le premier billet, est la suivante: comment ces deux personnages, qui sont de loin ceux qui parlent le plus, sont-ils construits? Hécube et Andromaque sont-elles opposées? Sont-elles complémentaires?

Nous verrons d’abord plus précisément les données quantitatives concernant ces deux protagonistes. Ensuite nous observerons quels sont les lemmes employés par chacune des deux femmes et, grâce à un retour au texte, nous pourrons remettre ces résultats dans leur contexte. Enfin nous pourrons conclure en analysant le rapport entre les deux personnages, au sein de cette tragédie d’Euripide.

I/ Répartition de la parole

Hécube est présente sur scène du début à la fin de la pièce, ainsi tous les malheurs se déroulent sous ses yeux. Elle prononce 2 338 mots. C’est après le prologue entre Athéna et Poséidon qu’elle apparaît pour se lamenter sur le sort de la ville de Troie. Tout au long de la pièce elle est celle qui interagit avec tous les personnages: le Chœur, la Choryphée, Cassandre, Hélène, Ménélas, Andromaque et Talthybios. Elle prononce l’avant dernière réplique, en contemplant avec désespoir Troie qui s’effondre sous ses yeux.

Andromaque quant à elle, fait une brève apparition au regard de la longueur de la pièce. En effet, elle n’est présente sur scène qu’entre les vers 577 et 779, soit un tout petit peu plus de 200 vers. Cependant dès lors qu’elle est sur scène, elle a presque le monopole de la parole, elle prononce 735 mots dans la pièce. Elle apparaît sur un char, accompagné de son fils Astyanax, puis elle apprend qu’elle doit livrer celui-ci aux Achéens afin qu’il soit tué, alors qu’elle fait déjà le deuil de son mari Hector. Elle sort après avoir livré son enfant, non sans avoir fait part de son désespoir.

On remarque donc qu’Hécube parle plus, mais proportionnellement Andromaque occupe davantage l’espace lorsqu’elle est sur scène.

II/ Les champs lexicaux et les lemmes

Afin d’analyser les répliques d’Hécube et d’Andromaque, on peut utiliser Voyant Tools, à défaut d’outil comme Anatexte qui ne fonctionne qu’avec des textes latins. Néanmoins il faut avoir lemmatisé le texte auparavant, comme expliqué dans le billet n°1, ce qui peut induire quelques erreurs, mais pas assez pour biaiser les résultats obtenus.

1/ Hécube
a/ Repérage des lemmes

Tout d’abord nous allons observer quels sont les champs lexicaux les plus employés par le personnage d’Hécube. Pour ceci on peut se servir de l’outil “Termes” dans Voyant Tools, qui nous donne une liste des lemmes les plus employés dans le texte, ainsi que le nombre d’occurrences.

Avec cette première étape on peut noter plusieurs traits remarquables chez Hécube:

  • L’emploi d’exclamations d’infortune (ὦ, ιώ). 
  • Le terme enfant (τέκνον) et le nom d’Hector (Ἔκτωρ).
  • Les lemmes Troie (Τροία) et cité (πόλις) 
  • Les champs lexicaux autour des dieux (θεός), de la fortune (τύχη), de l’adjectif malheureux.se (τάλας)
  • Le champ lexical des maux avec l’adjectif (κακός) et le verbe mourir (θνῄσκω) 
  • Des verbes plus actifs avoir (ἔχω), voir (ὀράω), donner (δίδωμι)

À l’aide des outils de visualisation de la répartition des lemmes dans le texte d’Hécube, qui divise le texte en 10 segments, on peut voir où se situent ces lemmes dans la prise de parole du personnage. Néanmoins, comme l’on ne dispose sur Voyant Tools que des paroles d’Hécube, sorties de leur contexte, il faudra opérer un retour au texte, afin de voir précisément l’emploi de ces lemmes en contexte.

b/ Contextualisation

Après avoir repéré les lemmes les plus fréquents, il s’agit donc d’effectuer un retour au texte brut, afin de remettre en contexte les paroles du personnage, et pouvoir en tirer des conclusions. Pour faire ceci nous pouvons nous aider de l’outil “Lecteur” dans Voyant Tools, en sélectionnant le lemme qui nous intéresse. Ainsi, nous pouvons remarquer les caractéristiques suivantes chez Hécube:

  • Elle s’exclame – avec l’interjection ὦ – tout le temps, sauf au segment 6, car elle est témoin de tous les malheurs qui se déroulent sous ses yeux. Elle voit les Troyennes être réparties comme butin auprès des chefs grecs qui ont tué tous ses proches, sa fille Cassandre partir auprès d’Agamemnon, elle-même devra suivre Ulysse. Elle apprend que son petit-fils Astyanax va mourir, alors que Hector, mais également Polyxène, sont déjà morts. Elle exprime donc son désespoir à travers ces interjections.
  • Le lemme θεός apparaît beaucoup car elle invoque régulièrement les dieux pour exprimer son désespoir, parler du sort qui échappe aux mortels et les prendre à témoin du malheur de Troie.
  • Les lemmes Τροία et πόλις sont extrêmement présents car associés à la tristesse d’Hécube de voir la ville dont elle est Reine tomber en ruine. La destruction de Troie se déroule sous ses yeux. Elle est celle qui voit la cité en flammes à la fin de la pièce.
  • Le lemme ὀράω montre bien le rôle de « spectatrice ». C’est Hécube qui voit la scène, elle a vu également les morts d’Hector et de Priam de ses propres yeux. Elle déplore qu’elle ne reverra pas ses filles.
  • Le lemme τέκνον est le 3ème plus employé, surtout lors d’exclamations. Hécube désigne ainsi ses enfants en général, mais aussi le chœur des captives Troyennes, ainsi que ses défunts enfants Hector et Polyxène. Elle l’utilise aussi en s’adressant à Cassandre et à Astyanax. Cela montre bien le rôle de Reine mère d’Hécube. D’ailleurs le lemme φίλος est le 4ème plus présent chez Hécube. Elle semble désigner ses proches par « cher … » et exprime ainsi une certaine tendresse, celle d’une mère, d’une grand-mère, d’une Reine, tout à la fois.
2/ Andromaque
a/ Repérage des lemmes

Nous pouvons ensuite étudier les champs lexicaux les plus employés par le personnage d’Andromaque, de la même manière qu’avec Hécube.

Avec cette première étape on peut noter plusieurs traits remarquables chez Andromaque:

  • L’emploi des exclamations (ὦ, φεῦ)
  • Les verbes autour de la perte, de l’anéantissement, de la mort… (ὅλλυμι, θνῄσκω, ἀπόλλυμι) et le lemme κακός
  • Le champ lexical de la famille: père (πατήρ), mère (μήτηρ), le nom d’Hector, le terme époux.
b/ Contextualisation

Là aussi il s’agit de faire un retour au texte afin de remettre les lemmes en contexte. Ainsi, nous pouvons remarquer les caractéristiques suivantes chez Andromaque:

  • Elle s’exclame – avec l’interjection ὦ – au début et à la fin de sa prise de parole, mais il s’agit surtout du moment où elle doit livrer Astyanax.
  • Le lemme κακός est le plus largement employé car elle parle des malheurs qui s’abattent sur elle, ses proches et la ville, c’est le thème principal chez Andromaque. Là aussi on le remarque surtout lorsqu’elle apprend que son fils va mourir.
  • Dans les lemmes où l’on retrouve le thème de la mort et de la destruction: ὄλλυμι est employé pour parler de la destruction de Troie en accablant Pâris, mais aussi de la mort de Polyxène, qu’elle envie. Elle l’emploie également lorsqu’elle s’adresse à Hector qui n’est plus et souhaite la mort d’Hélène. Le lemme θνῄσκω est utilisé pour parler de la mort de Polyxène, la mort en général, la mort d’Hector, ou encore la mort d’Astyanax à venir. Le lemme ἀπόλλυμι est employé pour désigner la mort sociale d’Andromaque, la mort d’Astyanax, et la « mort » de Troie. Avec tous ces termes on voit bien que le vocable de la mort, celle passée, celle à venir, au sens propre comme au figuré, est prédominant. Ce sont d’ailleurs les morts d’Hector, d’Astyanax et de Troie qui occupe le plus Andromaque.
  • Au sein du thème de la famille: le lemme ἔκτωρ est prédominant. Il est son défunt mari et le père de son enfant. L’être aimé, et perdu. Elle s’adresse longtemps à lui et loue ses exploits. Le lemme μήτηρ est employé lors d’adresse à Hécube comme mère d’Hector et mère tout court. Andromaque l’emploie aussi pour se désigner elle en s’adressant à Astyanax, elle est une mère infortunée, aimante et génitrice. Le lemme πατήρ quant à lui est majoritairement utilisé pour parler d’Hector à Astyanax.
III/ Conclusion: que peut-on retenir des analyses d’Hécube et d’Andromaque

Hécube et Andromaque se ressemblent sur certains points, notamment dans les thèmes abordés qui se recoupent car les deux femmes font face à une situation commune. Cependant elles ne servent pas les mêmes buts dans la pièce.

Les deux femmes sont toutes les deux mères mais Hécube est une mère dont la majorité des enfants sont déjà décédés (Hector, Polyxène…). Andromaque est une mère dont l’enfant très jeune va mourir.

Il semble y avoir chez Hécube une dimension religieuse que l’on retrouve moins chez Andromaque. Hécube évoque les dieux pour expliquer les malheurs, tandis qu’Andromaque parle simplement de malheurs au sens large, et de fatalité.

Chez Hécube la destruction se concentre majoritairement sur la cité de Troie, sûrement en partie parce qu’elle en est la Reine et qu’elle voit littéralement la ville tomber sous ses yeux. Troie est presque un personnage à part entière, qui se confond avec Hécube. Lorsque Andromaque parle de destruction et de mort c’est aussi pour parler de Troie mais avant tout pour évoquer la mort de ses proches, elle semble entourée par la mort d’une certaine façon.

Chez Euripide Hécube se confond presque avec Troie, elle personnifie la cité en ruine. Elle endosse un rôle de Reine, et de mère, mère de ses enfants comme mère de tous les Troyen.nes. Elle compatit avec les malheurs de toutes et tous et semble en souffrir elle aussi, en plus de ses peines personnelles. Hécube s’exclame et se lamente plus qu’Andromaque, mais c’est en partie car elle est spectatrice de tous les malheurs qui accablent ses proches et sa cité. Andromaque est davantage un personnage individuel. Elle pleure sur ses propres malheurs, son mari et son fils. Hécube utilise d’ailleurs davantage le terme “enfant” là où Andromaque parle volontiers de “père” ou “époux”. Ces deux personnages permettent ainsi d’exprimer deux visions différentes des questions existentielles sur la vie, la mort et la condition d’esclave. Andromaque a perdu son mari dans la fleur de l’âge et s’apprête à perdre son tout jeune bébé, sa vie lui semble ruinée, elle préférerait la mort. Tandis qu’Hécube a malgré tout eu une belle vie à Troie, ce qui lui permet peut-être de faire davantage l’éloge de la vie.

À suivre…

Dans le billet suivant, il s’agira d’effectuer ce même travail de comparaison des personnages d’Hécube et Andromaque, au sein, cette fois, de la pièce de Sénèque.

Annonce de candidature

Lysistrata a donné rendez-vous à ses amies Calonice, Myrrhine et Lampito pour leur annoncer une grande nouvelle, mais celles-ci tardent à arriver.

LYSISTRATA: Chère amie, merci d’être venue mais où sont donc les femmes?

CALONICE: Je ne peux vous répondre ma chère, l’heure et le lieu du rendez-vous étaient pourtant on ne peut plus clair dans votre story Instagram et il me semble que le message a été relayé.

LYSISTRATA: Je le crois bien. Enfin bon, elles devraient arriver, ne dit-on pas que les femmes sont toujours en retard?

CALONICE: Certainement. Mais quelle est donc cette affaire pour laquelle vous nous avez convoquées? 

LYSISTRATA: Je ne peux vous en dire plus si je n’ai pas plus d’auditrices ma chère amie, mais prenez votre mal en patience, Myrrhine me fait savoir qu’elle arrive, il y avait apparemment un bagage oublié dans le RER B.

CALONICE: Mais tout s’explique! J’aurais dû y penser plus tôt, le trafic est perturbé, voilà la raison du retard de nos amies. Nous avons été mauvaises langues.

MYRRHINE: Lysistrata! Calonice! Mes chères amies, veuillez m’excuser, un malaise voyageur m’a retardé.

LYSISTRATA: Hâte-toi Myrrhine, nous avons déjà assez attendu. J’ai une grande nouvelle à vous annoncer. Voilà d’ailleurs Lampito qui arrive.

LAMPITO: Me voilà, quel est donc ce secret Lysistrata? Pourquoi cette réunion des femmes?

LYSISTRATA: Allons bon, écoutez-moi donc très chères amies. Durant de longues insomnies j’ai tourné et retourné dans ma tête de nombreuses idées. Comprenez que le monde va mal, le dérèglement climatique, les violences sexistes et sexuelles, les discriminations, les guerres, les famines, la pauvreté dans le monde, cette pandémie qui n’en finit pas… 

CALONICE: Par les dieux Lysistrata, tu veux nous faire pleurer dès le matin, ce n’est pas bien joyeux cette assemblée.

LYSISTRATA: En effet cela ne l’est pas douce Calonice. C’est pourquoi après de nombreuses réflexion, j’ai décidé qu’il nous fallait agir…

LAMPITO: Mais enfin comment Lysistrata? Nous ne sommes que des femmes, crois-tu que les hommes nous laisseront un tant soit peu de place?

MYRRHINE: Je suis d’accord avec Lampito, et puis la politique n’est-ce pas une affaire d’hommes après tout? Regarde le paysage médiatique et politique actuel, vois-tu des femmes? Il est certainement imprudent de se lancer dans une telle entreprise!

LYSISTRATA: Vous avez raison sur un point mes amies, il n’y a pas assez de représentation de femme en politique. C’est pourquoi je veux me présenter aux élections présidentielles! Et si je suis élue, vous serez mes ministres mes bonnes amies!

CALONICE: Mais tu as perdu la tête Lysistrata? Que va dire ton mari? Ton père? Une femme à la tête de la cité, les vieillards ne s’en remettraient pas…

LYSISTRATA: Ne sois pas peureuse Calonice, qu’avons nous à perdre à essayer? Je ne suis pas plus bête que les hommes briguant la candidature, il faut bien commencer quelque part pour changer les choses. Tu parles comme si l’on était au Vème siècle à Athènes… Les temps changent ma chère!

MYRRHINE: Cette idée me paraît insensée mais pourquoi pas… C’est vrai que nous n’avons rien à perdre, j’en suis Lysistrata. Et toi Lampito tu es bien songeuse?

LAMPITO: Je songe en effet, je n’aurais jamais eu l’audace de penser à une telle entreprise mais ma foi, je crois que Lysistrata à raison, vous connaissez le proverbe “on est jamais mieux servie que par soi-même”. Nous avons de bonnes idées, il serait dommage de les laisser au gynécée. 

LYSISTRATA: C’est entendu alors! Rendez-vous demain à la même heure, les dieux m’en sont témoins!

MYRRHINE: J’espère que la RATP aussi, j’aimerais ne pas arriver en retard cette fois-ci…

Le processus

J’ai longuement réfléchi au corpus que j’allais choisir, d’autant plus que j’ai eu un peu de mal à comprendre comment fonctionnait la banque de donnée sur GitHub. Mon choix s’est finalement arrêté sur Aristophane, et comme nous avons conservé de cet auteur comique un corpus important de texte, j’ai décidé de me focaliser sur la pièce Lysistrata, que j’apprécie particulièrement.

J’ai donc introduit l’intégralité de ce texte dans Voyant Tools, après avoir tenté de me familiariser avec cet outil. Grâce à Cirrus, nous observons le rendu ci-dessous.

Les mots qui ressortent davantage sont donc “λυσιστράτη” soit le nom du personnage, ou le “χορός” qui est également un personnage dans ce texte. Viennent ensuite des mots très courants en grec ancien, tels que “καί”, “ἄν”, “ἀλλά”, “ού”, les particules “γάρ” et “δέ”, ou encore les articles “τόν”, “τήν”. Une fois ces formes écartées, l’on peut néanmoins observer quelques mots qui semblent sortir du lot, notamment si l’on augmente le nombre de mots à intégrer dans Cirrus.

On voit ainsi, outre les autres noms de personnages (Καλονίκη, Μυρρίνη), les mots “γυναικῶν” (femme), “κινησίας” (mouvement, trouble), “γερόντων” (vieillard), “πρόσβουλος”

L’un des obstacles que j’ai rencontré est que Voyant Tools ne semble pas reconnaître les déclinaisons grecques, ainsi des mots qui sont en  réalité les même, mais déclinés à plusieurs cas, ne sont pas classés ensemble. Par exemple, malgré l’omniprésence de “γυναικῶν”, les autres cas “γύνη”, “γυναῖκες”, “γυναῖκας”, apparaissent comme étant des données différentes. L’on peut supposer que si ces termes étaient pris en compte conjointement, le mot “γύνη” aurait encore plus d’importance. Tout comme la déclinaison de “ἀνηρ” et de “γέρων”.

J’ai donc essayé d’imiter Aristophane en remodernisant le sujet de Lysistrata, et en réemployant les mots les plus utilisés, ainsi que quelques tournures de phrases.

J’espère que cela vous aura plu!

 

Perseus Digital Library

Le site web Perseus Digital Library est rédigé en langue anglaise. Il s’agit d’un projet de bibliothèque numérique débuté en 1985, ayant pour objectif de rendre accessible le plus largement possible les ressources de l’Antiquité. Au départ ces ressources étaient disponibles sur CD-ROM, puis la création d’un site web a été lancée en 1995.

Les créateurs ont choisi de se focaliser sur le monde greco-romain, tout en rappelant l’importance de la civilisation arabe dans la transmission des textes antiques. D’ailleurs ce site propose également des textes arabes, anglais, germaniques et latins plus tardif.

La plupart des ressources sur Perseus sont libres de droit car elles appartiennent au domaine public.

L’interface est à mon avis assez peu pratique car l’on peut avoir du mal à trouver où faire la recherche. Esthétiquement, même si le design commence peut-être à dater un peu, cela n’en reste pas moins sobre et pas forcément gênant pour l’utilisation.

Toutes les rubriques sur la page d’accueil offrent des informations supplémentaires sur le projet de ce site. Pour faire une recherche il faut passer par la barre de recherche en haut à droite.

Ce site permet de trouver des textes, par recherche d’auteur, ou même de mots.

Lorsqu’un texte en grec où en latin s’affiche, il est possible de cliquer sur tous les mots, et ainsi d’accéder à l’interface “greek word study tool”, qui analyse grammaticalement le mot sélectionnée, c’est donc un outil intéressant.

A partir de là on peut aussi rechercher n’importe quel forme, et le site retrouvera le lemme correspondant et en proposera une analyse grammaticale.

Le site propose désormais une nouvelle interface, Scaife Viewer, qui est beaucoup plus récente et nettement plus agréable d’utilisation, plus fluide notamment. En effet la page d’accueil propose soit de parcourir le catalogue, soit de rechercher précisément dans un texte, grâce à des signes en guise de conventions, afin de faciliter la recherche.

 

Selon moi ce site est un outil très utile, notamment pour avoir accès à des textes, grammaticalement analysés qui plus est. Il a su se moderniser et proposer un accès plus aisé.

Saut dans l’inconnu

Bonjour à toutes et à tous !

Je m’appelle Elise Leprince. Me voilà donc en M1 Humanités classiques et Humanités numériques, après trois très (trop) longues années en classe préparatoire où j’ai découvert le latin et le grec ancien. En première année, il était impératif de choisir une langue ancienne. N’en ayant jamais étudié aucune, et étant absolument incapable de  faire des choix dans n’importe quel domaine dans ma vie, j’ai décidé de prendre les deux, et ces deux langues m’ont bien plu, puisque j’ai continué en spé lettres classiques les deux années suivantes. Il s’agissait d’une pratique plutôt concentrée sur la version, et il me tardait de découvrir d’autres aspects des Humanités classiques, que je suis heureuse de commencer à étudier dans les cours qui nous sont proposés dans ce master.

Pour ce qui est de la partie Humanités numériques j’avoue que je n’en avais qu’une très vague idée en choisissant ce master, mais l’intitulé m’a intriguée et je pense qu’il est intéressant d’intégrer cet aspect à une formation de lettres classiques. Je pense y apprendre des choses utiles dans notre domaine, et également pour l’usage quotidien du numérique, même si cela me fait un peu peur étant donné que je maîtrise assez mal ces outils. Par ailleurs le fait que le cours se déroule en anglais me permettra aussi de maintenir une pratique de cette langue vivante, ce que j’apprécie.

Quoi qu’il en soit j’ai déjà réussi à installer un clavier grec sur mon ordinateur, ce qui me sauve la vie. Je vous souhaite à toutes et tous Ἀγαθῇ τύχῃ (ce qui signifie « bonne chance » a priori) et je vous propose ci-dessous une statue d’Athéna, déesse de la sagesse, de l’intelligence et de l’habileté. Puisse-t-elle veiller sur nous cette année comme elle a jadis veillé sur Athènes.

Statue d'Athéna

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search