Projet personnel : une histoire de temple

Dans le cadre de mon mémoire sur le temple d’Apollon construit par Auguste sur le Palatin, je travaille essentiellement sur les Res Gestae d’Auguste et sur la vie d’Auguste par Suétone. Dans les paragraphes 19 à 21 des Res Gestae, Auguste fait la liste des bâtiments qu’il a fait construire ou restaurer à Rome. La plupart d’entre eux sont des temples. Pour les évoquer, il utilise deux termes (« aedes » et « templum »). En remarquant qu’il évoque le temple d’Apollon qu’il a lui-même fait construire comme « templum Apollinis » et le temple d’Apollon restauré par Sosius comme « aedes Apollinis », je me suis demandé s’il y avait une différence entre les deux termes.

D’après le dictionnaire étymologique de la langue latine, le sens premier de aedes est « foyer, pièce où l’on fait du feu. Le singulier désigne spécialement la demeure du dieu, le temple, qui n’est à l’origine composé que d’une seule pièce, et a dû d’abord s’appliquer à l’aedes Vestae » tandis que templum est à l’origine un « espace carré délimité par l’augure dans le ciel, et sur la terre, à l’intérieur duquel il recueille et interprète les présages. Par extension, templum désigne un endroit consacré aux dieux et spécialement le « temple » ».

A ce moment de la recherche, je pensais pouvoir justifier une théorie selon laquelle l’aedes est un temple au sens strict de construction quand le templum était un temple qui avait été voué à un endroit choisi par les dieux. Le temple d’Apollon qu’Auguste a fait construire sur le Palatin semblait répondre à cette théorie puisqu’Auguste a décidé d’y construire le temple alors que la foudre venait de frapper le terrain et qu’il y avait fait prendre les augures.

Liste des monuments dans les Res Gestae et équivalent chez Suétone et Dion Cassius

J’ai alors dressé la liste des monuments cités dans les paragraphes 19 à 21 des Res Gestae puis cherché les paragraphes chez Suétone dans lesquels il était fait mention de ces mêmes monuments, à savoir surtout les paragraphes 29 et 30 de la vie d’Auguste. J’avais dressé une liste pour les équivalents chez Cassius Dion mais il n’y a qu’un seul terme en grec. J’ai ensuite utilisé Rstudio afin de comparer les occurrences des mots dans les deux textes. D’abord en important les textes chacun de leurs côtés afin de dresser des tableaux puis graphiques des occurrences de ces mots, puis en comparant les deux textes ensemble. Cependant ce que l’on remarque est qu’Auguste parle plus des monuments que Suétone.

J’ai ensuite importé les deux textes dans Voyant Tools afin de comparer le contexte que j’ai importé dans un nouveau tableur Excel. On remarque que le terme peut changer d’un texte à l’autre. En effet, Auguste parle du temple de Mars Vengeur en utilisant le terme « templum » alors que Suétone utilise « aedes ». Dans les chapitres étudiés de Suétone, templum évoque uniquement le temple d’Apollon Palatin. Cela semblait donc peu probant puisque la différence entre les deux textes si courts ne prouvait pas grand-chose.

 

 

 

 

J’ai alors cherché les occurrences des deux termes dans l’ensemble du texte de Suétone. Dès lors, il m’a fallu me rendre à l’évidence que ma théorie était peu concluante. Suétone parle de « Hercules templi », « aede Martis Ultoris » (« templum Martis Ultoris » chez Auguste)  ou encore de l’ « aede Capitoloni Iovis ». Ce dernier est d’ailleurs, selon la tradition, un temple construit sur un site comportant des lieux consacrés à d’autres divinités.

Cette recherche me montre que ma théorie n’est absolument pas justifiée. Cependant, si on considère que Suétone utilise le terme « templum Apollinis » pour parler du temple construit par Auguste sur le Palatin, terme qu’Auguste utilise justement dans ses Res Gestae, il semble alors que ce soit cela la différence entre le temple construit par le Princeps et le temple d’Apollon restauré par Sosius. Il est en effet, dans le paragraphe 21 des Res Gestae, question d’un temple à Apollon sans qu’Auguste précise s’il parle de celui du Palatin ou de celui du Champs de Mars : « Dona ex manibus in Capitolio et in aede divi Iuli et in aede Apollinis et in aede Vestae et in templo Martis Utoris consacravi, quae mihi constituerunt (sestertium) circiter milliens.

Perseus Digital Library

Perseus est une bibliothèque numérique qui offre un accès à un large panel d’œuvres de la littérature classique.

home-page-perseus

C’est un site internet en anglais, langue couramment répandu, ce qui s’adresse donc à beaucoup plus de lecteurs. Cependant, puisque le site est intégralement en anglais, cela implique que l’utilisateur doit maîtriser la langue.

Le site en lui même n’est pas particulièrement beau au sens où le design, l’esthétique du site est assez classique. Les couleurs sont assez basique (du blanc au noir en passant par le gris) de même que l’écriture qui ne varie pas vraiment entre le nom du site et son contenu. Le nom du site ne se détache d’ailleurs que par sa place au dessus de la barre de navigation. Le logo est, quant à lui, plutôt discret et ne se détache pas foncièrement du reste. il est peut être trop petit et mal placé.

De surcroit, le site est peut être un peu trop opaque, c’est à dire qu’une page donne, à mon sens, beaucoup trop d’information. On ne sait plus où donner de la tête. En dehors de la barre de recherche qui est mise à part de façon plutôt visible en haut à droite, les plages sont tellement remplis de liens que certains disparaissent parfois dans la masse. La navigation sur le site est plutôt naturelle pour quelqu’un qui a déjà une expérience d’un tel site, mais pas forcément pour moi. J’apprécie que le site offre une aide à la navigation au sein du site mais il m’a tout de même fallu quelques minutes pour la voir.

Cependant, Perseus Digital Library bénéfice d’un atout majeur : ses références. Le catalogue de Perseus contient un nombre impressionnant d’auteurs. Mais n’est ce pthe-perseus-catalogas normal pour une bibliothèque en ligne? De plus, les textes et les références ne sont pas toutes en anglais, latin ou grec mais certaines (plus rares) en allemand, arabe ou italien.

A mon sens, le site de Perseus Digital Library est donc pratique au sens où il est utile mais ce n’est pas une bibliothèque dans laquelle on flânerait avec plaisir. Certes on peut y trouver ce que l’on cherche mais il est parfois un peu difficile de s’y retrouver parmi tous ces liens.

Quand le Numérique côtoie l’Antiquité

Le Master Humanités classiques et Numériques, c’est d’abord une contradiction pure et simple. Qui aurait pensé lier le numérique à la période classique de notre histoire? On imagine avec difficulté comment relier les deux, cela semble absurde. Et pourtant …

On attribue souvent à l’Antiquité les origines d’une part importante de ce qui fonde nos sociétés alors pourquoi ne pas aller plus loin? Après tout, les anciens écrivaient bien sur des tablettes de cire ; l’ordinateur ne pourrait-il pas s’en inspirer?

De surcroit, nous vivons aujourd’hui dans une ère où tout (ou presque) passe par le numérique. Il n’y a alors aucune raison pour faire des enseignements classiques une exception. Surtout si cela peut rendre la matière plus accessible. Dans une époque où l’on veut tout, tout de suite, où on a un accès instantané à d’énormes bases de données, ça permet de se rapprocher de cultures, de textes, de traditions éloignées. Ca permet de donner un accès constant à une période non négligeable de l’Histoire, de ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Pour moi, choisir le master Humanités classiques et numériques, c’est faire le choix de ne pas choisir entre un passé qui nous définit et un futur que l’on écrit. C’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche. C’est choisir de transmettre à échelle mondiale les recherches d’un petit nombre.

1540-0