La mauvaise humeur du Grincheux

Querolus, comme son nom l’indique, est d’un caractère grincheux : il se plaint, s’emporte, s’irrite, répond de manière acerbe et contredit ses interlocuteurs. Si ce constat relève de l’évidence, il est intéressant de fonder ces premières impressions à partir du texte : quels sont les indices de cette mauvaise humeur et comment se manifestent-ils ? A quelle fréquence ? Sont-ils propres à Querolus par opposition aux autres personnages ? Enfin, un ressort comique essentiel de la pièce consiste en l’inadéquation quasi systématique du comportement de Querolus à l’égard des autres : ingrat et acrimonieux à l’encontre du Lare domestique, qui veille pourtant, du mieux qu’il peut, à son salut, mais plein d’une naïve bienveillance envers les aigrefins qui veulent le dépouiller.

La mauvaise humeur peut se manifester de multiples façons. A la lecture du Querolus, les pistes suivantes semblent intuitivement devoir être interrogées : contradictions fréquentes des autres personnages, réponses courtes et sèches, emploi d’un vocabulaire négatif, plaintes et insultes.

Afin d’annoter le corpus, une nouvelle catégorie, nommée “Querellae”, est ajoutée à celles de “word”, “lapos” et “lalemma”. Elle sera complétée d’annotations de type “contradiction”, “insulte”, etc., au fil des interprétations portant sur les séquences relevées dans le texte.

1. Contradictions

Deux mots au moins, figurant dans l’index du corpus, expriment la contradiction. Il s’agit d'”immo” et “minime“, très souvent placés en tête de phrase.

La requête suivante permet de détecter, dans l’outil « Index », quatre emplois de l’un de ces termes par Querolus : Cette requête consiste à détecter le mot “QVER”, qui débute une réplique de Querolus, suivi de n’importe quel mot qui n’est pas un mot servant à introduire une réplique d’un autre personnage (“LAR”,“MAND”,“SYCOPH”,“SARD”,“ARB”,“PANT”) ou à marquer le début d’une nouvelle scène (« Scaena »), suivi du mot “immo” ou “minime”. Les caractères “%c” permettent de neutraliser la casse (absence ou présence de majuscule). Elle donne ces quatre résultats :

Après leur transfert dans l’outil « Concordance » (clic droit, « envoyer dans la Concordance »), qui nous donne les résultats ci-dessous, une remise en contexte permet d’esquisser quelques pistes d’interprétation.

La première séquence est un exemple typique : le Lare met en garde Querolus, qui réplique en le menaçant à son tour (“immo tu cave !”). Les deux séquences suivantes constituent des contradictions, même si elles ne font pas partie d’une réplique particulièrement agressive. La dernière, en revanche, doit être exclue de l’analyse, puisqu’il s’agit d’une négation provoquée par la question du Lare, introduite par “ne” (“estne aliquid…”).

La requête qui suit permet d’élargir la recherche à tous les personnages de la pièce :

Après avoir éliminer les séquences non-pertinentes, le Lare, Mandrogerus et Sycophante se voient attribuer chacun une contradiction. La catégorie “Querellae” est annotée en conséquence.

2. Tournures négatives

S’il existe une multitude de tournures négatives, il est possible d’en appréhender une bonne partie en repérant la distribution des mots “non”, “ne”, “nihil”, “numquam”, “null(um/i)“, “nemo”, “neque”. Quand bien même ces mots ne sont pas toujours employés – loin de là – pour manifester un accès de mauvaise humeur, une utilisation très fréquente (ou surreprésentée par rapport aux autres personnages) peut contribuer au faisceau d’indices textuels que nous essayons de constituer.

 2.1. “non” et “ne”

Commençons par “non” et “ne”, dont on peut supposer qu’ils sont les termes négatifs les plus fréquemment utilisés. La requête suivante permet de compter le nombre de répliques de Querolus où figurent les mots “non” ou “ne” :

Elle nous donne 36 résultats. Toutefois la plupart de ces derniers sont sans rapport avec la mauvaise humeur de Querolus. Cette piste, trop diffuse, est abandonnée.

2.2. Lemmes “nihil”, “numquam”, “nullus”, “nemo”

Plus spécifiques que “non” ou “ne”, les lemmes “nihil”, “numquam”, “nullus”, “nemo” peuvent constituer des manifestations plus nettes d’une attitude négative.

La requête suivante permet d’identifier les répliques de Querolus incluant ces lemmes : 

Elle consiste à détecter, de la même façon que la première requête présentée plus-haut (“contradiction”),  le mot “QVER”, qui introduit une réplique de Querolus, suivi de tout mot qui ne soit pas un nom de personnage ou qui débute une nouvelle scène, lui-même suivi des mots “nihil”, “numquam” et de toutes les déclinaisons des lemmes “nemo” et “nullus” (l’opérateur “.*” indiquant que toute suite de caractères est possible). Elle donne 17 résultats, dont l’un recoupe une contradiction déjà étiquetée.

La requête, adaptée pour tous les autres personnages, donne cette fois-ci 33 résultats : 15 pour le Lare, 12 pour Mandrogerus, 3 pour Sardanapale et 3 pour Pantomalus.

Les occurrences des lemmes précités sont étiquetées “négation” dans la catégorie “Querellae”. Mais il s’agit d’un indice faible de négativité : en effet, ces occurrences ne manifestent pas toutes explicitement un caractère négatif mais concourent, par leur nombre, à une impression plus ou moins diffuse.

A ce stade de l’étude, 55 annotations ont été effectuées dans la catégorie “Querellae”: 6 contradictions, 49 indices de faible négation.

2.3. Adjectifs, noms et verbes négatifs

Si les adjectifs, les noms et les verbes négatifs à la fois sémantiquement et “par construction” débutent par “in-” ou “im-“, la réciproque n’est pas vraie : par exemple, “invenio” débute par “in” mais n’est pas de sens négatif. Certains verbes, en outre, sont négatifs par le sens mais pas “par construction” par exemple “odio”, “sceleratum”.

La requête suivante identifie tous les mots qui commençent par “in-” ou “im-” et qui sont en même temps des adjectifs, des noms (toutes déclinaisons confondues) ou des verbes (tous modes confondus) : 

Il y en a 72 dans le corpus. Certains sont de sens négatif, ainsi “imbecilla” ou “impium”, d’autres non (ex : “indicia”). Certains enfin sont “négatifs” par la construction et par le sens étymologique, mais pas dans l’emploi qui en est fait dans la pièce : par exemple “innocens”, signifiant étymologiquement “pas coupable”, dans un sens mélioratif. Un étiquetage manuel dans la catégorie “Querellae” est donc nécessaire.

Après analyse, il est possible d’attribuer ces mots négatifs aux personnages de la pièce à l’aide de la requête suivante : 

On en comptabilise 2 pour Arbiter, 13 pour le Lare (dont 5 correspondent à une séquence déjà étiquetée “négation”), 7 pour Mandrogerus, 1 pour Pantomalus, 9 pour Querolus, 1 pour Sardanapale, 5 pour Sycophante. La catégorie Querellae est étiquetée en conséquence.

Deux remarques sont possibles à ce stade : 

  • Premièrement, Querolus n’est pas le plus grand usager de ce type de mots négatifs, que ce soit en termes relatifs ou absolus. Le Lare figure en première position par le nombre d’occurrences et d’autres personnages, pourtant mineurs, en utilisent proportionnellement souvent (par exemple Sycophante).
  • Deuxièmement, il n’est pas toujours possible de considérer chacune de ces occurrences comme un indice de mauvaise humeur attribuable au seul personnage qui les utilise. Typiquement, lorsque Sycophante s’exclame “O me infelicem“, ceci correspond indubitablement à une plainte exprimée par ce personnage et le concernant personnellement ; à l’inverse, lorsque le Lare prononce les mots “homo ineptissime”, il exprime bien un sentiment d’exaspération, mais qui a été provoqué par le comportement insupportable de Querolus. Le mot “ineptissime” peut donc constituer un indice de la mauvaise humeur du Lare, mais aussi de Querolus, celle-ci étant à l’origine de celle-là.

Surtout, outre les adjectifs en “in-” ou “im-“, le lemme “malus” semble devoir être relevé, dans la mesure où il est employé fréquemment et constitue un indice clair de “négativité” – sauf lorsqu’il est immédiatement précédé de “non“, ce qui est le cas à trois reprises dans le texte du Querolus.

On le relève grâce à la requête [word=”mal.*” & lapos=”ADJ”], qui donne 22 résultats. Les 19 qui véhiculent un sens réellement négatif sont étiquetés comme tels dans la catégorie “Querellae”.

3.  Insultes et imprécations

Des mots de différentes natures servent à exprimer des insultes ou des imprécations. On trouve principalement, dans le corpus du Querolus, les adjectifs “fallax“, “perfidus“, “sceleratus“, “stultus“, ainsi que l’interjection “vae” et peut-être l’expression de type “dii te [+ verbe]”. Ils peuvent être relevés au moyen de cette requête, sachant que les adjectifs débutant par “in|im” ont déjà été répertoriés :                         

7 étiquettes “imprécation” sont attribuées à Querolus, 7 au Lare, 5 à Mandrogerus, 2 à Arbiter, 2 à Sardanapale et 1 à Pantomalus.

Les séquences relevées par TXM montrent que le mot “dii” est en réalité utilisé, à chaque fois, dans des expressions chaleureuses (“dii te servent“, six fois) ou qui n’expriment pas de mauvaise humeur particulière (“dii sinant“, “dii boni“). “Dii te servent” servira plus tard, à l’occasion de l’analyse de la bienveillance mal placée de Querolus.

4.  Complaintes

Un examen des interjections, adjectifs et verbes du corpus, laisse penser que les plaintes des personnages peuvent être efficacement appréhendées par le biais de l’interjection “heu” (qui, en latin, exprime uniquement des émotions négatives : plaintes ou douleur), de l’adjectif “miser” et du verbe “(con)queror“. Ces termes sont identifiés par la requête : 

Les résultats figurent ci-dessous : 

Ici encore, un retraitement manuel est nécessaire. Certaines occurrences de “miser“, notamment, n’expriment pas une plainte, comme dans “Mandrogerus aderit, fraudulentus et miser“. Outre le sens du terme lui-même, la construction syntaxique peut aider à écarter certaines occurrences, comme l’emploi du potentiel ou de l’irréel, par exemple “si fueris miser“. Enfin, il faut également veiller au mot qui le précède immédiatement : “nihil conqueror” ne doit pas être identifié comme la manifestation d’une plainte, à l’inverse de “conqueror de amicis“.

Après analyse, seules 2 étiquettes sont attribuées à Querolus et 1 à Sardanapale et Sycophante. En effet, la plupart des occurrences relevées ne traduisent pas une plainte. Il convient de noter que certaines annotations forment des doublons, par exemple l’interjection “heu” et “miserum” dans l’expression “heu, me miserum“, qui constitue une seule plainte.

L’interjection “o” semble mériter une analyse dédiée. Contrairement à “heu“, qui a toujours exprimé ou introduit une lamentation, “o” est souvent associée à une certaine familiarité ou complicité : c’est notamment le cas dans le corpus dramatique de Térence [1]. Or les emplois dans le Querolus paraissent plus variés. L’objectif est de relever ces emplois et de les classer selon les sentiments auxquels ils sont associés : peut-être la catégorie “Querellae” sera-t-elle enrichie grâce à certains d’entre eux.

La commande “lalemma”- parce que “o” est tantôt en majuscule, tantôt en minuscule- nous permet de constater que “o” est employé à 35 reprises dans le texte.

Emplois par Querolus :

Les emplois de “o” par Querolus sont au nombre de 11.

Cette requête en fait ressortir 8, qui, replacées dans leur contexte grâce à l’outil “Concordance”, donnent :  

Or un recensement manuel, à partir des 35 occurrences de l’interjection “o“, avait conduit au dénombrement de 11 occurrences attribuables à Querolus : la requête en laisse de côté 3, à savoir celles qui ne suivent pas directement la didascalie du nom. Il s’agit ici des emplois de “o” suivant un emploi déjà répertorié. Nous rajoutons ainsi :

  • o fors fortuna” 113
  • o fatum scleratum atque impium!” 113
  • o Sardanapalle” 2231

6 interjections sur 11 sont suivies d’un nom propre.

Quant aux 5 autres, nous avons 3 apostrophes de la fortune, toutes négatives (“fortuna” et “fors fortuna” en contexte, sont porteuses d’une connotation négative, étant donné qu’elles sont elles-mêmes suivies d’une troisème apostrophe du “sort” explicitement négative, “fatum sceleratum atque impium!” 113), 1 apostrophe négative (“sceleratum hominem” 1865), 1 insulte (“stulte” 2124). Parmi les 11 emplois de l’interjection “o” par Querolus, ces 5 emplois semblent s’inscrire dans un contexte négatif : il s’agit, avec eux, d’exprimer un mécontentement.

L’étude des emplois sera affinée et précisée dans le tableau récapitulatif. 

La catégorie “Querellae” est enrichie de la manière suivante :

  • o fors fortuna” “o fortuna” “o fatum scleratum atque impium !” : “plainte”.
  • o sceleratum hominem” et “o stulte” : “imprécation”
Emplois par les autres personnages :

Il apparaît alors intéressant d’étudier les emplois de “o” chez les autres personnages afin de voir s’ils l’emploient aussi négativement. (Annexe 5)

Le tableau qui suit propose une classification des différents emplois de “o” par tous les personnages de la pièce (Querolus y compris) : 

Plusieurs niveaux d’emplois peuvent être distingués. 

Il y a d’abord l’apostrophe que le personnage s’adresse à lui-même (niveau 1), ici toujours négative : il s’agit, avec elle, de déplorer son propre sort. 

Ensuite, l’on peut distinguer l’apostrophe d’un personnage par un autre (niveau 2). Ici, elle peut aussi bien être neutre que négative ou positive. Les emplois “neutres” se remarquent soit par le seul emploi du nom, soit par l’emploi du nom avec un adjectif qui vient seulement qualifier son statut, comme c’est le cas de l’emploi par Mandrogéronte de “o Euclio funeste” (1742). L’emploi de possessifs (ainsi “mi” 2072 et “noster” 1674), d’adjectifs (ainsi “sapiens” 1817) pour certaines apostrophes, ou de substantifs (tels “pater” ou “magister”), a fait que nous les avons classées comme positives. Ainsi, par exemple, nous lisons l’emploi du substantif “pater” par Mandrogéronte pour qualifier Euclio (2024) comme le témoignage d’une marque de respect. Deux des apostrophes de ce niveau étant des insultes, elles peuvent être considérées comme négatives et nous les avons par conséquent classées à part. Nous remarquons, du reste, dans ces dernières que le personnage insulté n’est pas nommé. Cela contraste avec les emplois neutres ou positifs, où figurent les noms des personnages interpellés.

Enfin, un dernier niveau se distingue (niveau 3), celui de l’apostrophe, par un personnage, d’objets ou bien d’entités abstraites. Elle exprime ici soit une plainte, une critique, un regret, une déploration, et sont par conséquent négatives. Ces connotations négatives sont soit directement marquées par l’emploi d’un mot négatif (ainsi “scleratum” “impium”…), soit se lisent comme telles eût égard au contexte qui les entoure. En revanche, notons qu’il y a deux expressions (quatre emplois de “o”) que nous n’avons pas classées, sinon dans une catégorie nommée “ambiguë”. Il s’agit des expressions “o silvae, o solitudines”, employée par le Lare, et “o tempora, o mores”, employée par Mandrogéronte. La première fait référence à un texte de Sénèque, la deuxième, à un texte de Cicéron. Ces deux expressions demanderaient une étude approfondie qu’il n’y a pas lieu de réaliser ici. Néanmoins, il apparaît clairement que les emplois de “o” à ce niveau sont quasi exclusivement négatifs. 

Cette classification, au demeurant, montre que Querolus n’est pas le seul à employer l’interjection “o” de façon négative. D’autres personnages se servent aussi de cette dernière, que ce soit pour exprimer une plainte (personnelle ou non), pour insulter, pour critiquer. 

L’interjection “o”, quand il ne s’agit pas avec elle d’interpeller un personnage (on compte 2 emplois négatifs pour 18 interpellations), a une forte valeur négative. En effet, si l’on met de côté les emplois particuliers (intertextualité), toutes les apostrophes de niveau 1 et 3 sont négatives. Par conséquent, l’interjection constitue un fort indice de négativité.

5.  Interpellations de Querolus

Les répliques dans lesquelles Querolus est directement interpellé, au moyen du vocatif, par un autre personnage, sont susceptibles de nous fournir des renseignements sur les sentiments que sa mauvaise humeur suscite. La seule requête “Querole” permet d’identifier ces répliques.

Les résultats, au nombre de 37, fournissent des renseignements intéressants.

Certains peuvent d’abord être écartés dans la mesure où ils ne contribuent pas à l’analyse de la mauvaise humeur de Querolus, par exemple l’interpellation : “Et te, Querole, iustus non tangit dolor?“. D’autres peuvent exprimer une certaine incrédulité ou agacement, notamment de la part du Lare, mais ne semblent pas constituer des indices suffisamment précis.

Les deux premières séquences sont particulièrement intéressantes : dans la première, le Lare interpelle poliment Querolus au début de la scène n°2 (“Salve, Querole“), ce à quoi Querolus lui répond, en bougonnant : “Ecce iterum rem molestam : “Salve, Querole“”). On semble toucher ici aux limites d’une approche reposant sur des requêtes automatiques fournies par des logiciels comme TXM : ce “Salve Querole” repris par Querole lui-même, dans un accès de mauvaise humeur, et qualifié de chose désagréable (“rem molestam“) est très important dans l’analyse du grincheux (notamment puisqu’il s’agit de la première réplique du personnage !), mais requiert des déductions et des rapprochements difficiles à traduire dans des requêtes algorithmiques. En d’autres termes, cette manifestation de la mauvaise humeur de Querolus peut difficilement résulter directement d’une requête, mais de l’analyse au cas par cas de recherches plus imprécises.

Toutefois d’autres interpellations ont une portée particulière dans le cadre de notre analyse : les mots “querimonia” ou “iracundus” apparaissent dans le contexte immédiat de “Querole“. Il est également intéressant de constater une progression dans les sentiments du Lare. La première fois que le mot “querimonia” est prononcé par le Lare dans le contexte d’une interpellation de Querolus, on décèle une empathie bienveillante, nuancée de pitié : “Permouet nosmet, Querole, tua, quamuis inanis, querimonia.” Lors de la deuxième occurrence, cependant, le Lare est excédé par le comportement de Querolus : “Vae tibi, Querole, cum tua querimonia“.

6.  L’amabilité mal placée de Querolus

Comme annoncé en introduction, un ressort comique de la pièce consiste en l’inadéquation quasi-systématique du comportement de Querolus envers les autres : hormis le cas de l’esclave Pantomalus, dont l’attitude et les défauts peuvent à la rigueur expliquer l’irritation de son maître, Querolus est doux avec ceux qui veulent voler son trésor et odieux avec le Lare qui veille sur lui.

La requête suivante permet de relever les interventions de Querolus contenant les signes d’approbation “ita” ou “maxime“, les adjectifs “mi” et “noster” traduisant l’amitié, le lemme “gratia” qui peut traduire un remerciement dans une expression de type “gratias tibi habeo“, ainsi que le lemme “verus” :

Un nettoyage manuel est nécessaire, lorsque les mots ciblés ne traduisent pas le sens analysé. Chaque fois que la séquence exprime une amabilité mal placée, la catégorie “Querellae” est annotée “amabilité” (cf. annexe 1). Si l’on avait voulu consacrer de plus longs développements à l’amabilité de Querolus, il aurait été possible de créer une nouvelle catégorie, intitulée par exemple “Amabilité”, avec comme étiquette possible “bien_placée” ou “mal_placée”.

7.  Tests statistiques

Le caractère atrabilaire de Querolus ne fait aucun doute. De nombreux éléments, énumérés au long de cette étude, constituent un faisceau d’indices concordants. Néanmoins, la question se pose de la surreprésentation statistique de ces indices de mauvaise humeur par rapport à la longueur des répliques attribuables à chaque personnage.

La formule suivante permet de dénombrer 37 répliques de Querolus comprenant au moins un indice de mauvaise humeur (négation, plainte, imprécation, insulte, contradiction) :

Ici est relevée toute étiquette “querellae” différente de “__UNDEF__” (indéfinie).

La répartition par personnages se fait comme suit :

Il est maintenant nécessaire de connaître le nombre de mots contenus dans les répliques de chaque personnage. Il faut pour cela isoler toutes les répliques et compter les mots, par exemple au moyen du logiciel Word, après avoir soustrait les mots “parasites” indiquant les noms des personnages qui ouvrent et ferment les répliques, comme “QVER”, “LAR”, etc.

Par exemple, les répliques de Querolus peuvent être extraites ainsi :

La taille des sous-corpus est indiquée dans le tableau ci-dessous :Le calcul d’un écart-type réduit permet d’établir, d’un point de vue statistique, la surreprésentation éventuelle des indices de mauvaise humeur chez Querolus, par rapport aux autres personnages.

Les résultats sont les suivants :

Il ne semble pas possible de tirer des interprétations très concluantes sur la base de ces résultats. En effet, l’écart-type réduit est très sensible au nombre d’indices réels, en raison de la rareté de ces derniers : que l’on retire un indice à Sardanapale, et l’écart-type passe de 1,3 (dans la variation statistique normale) à 3,8 (quasi-certitude de l’absence du hasard).

Ces résultats nous invitent surtout à une définition plus précise des indices de la mauvaise humeur : plus précis, mieux documentés, le cas échéant assortis d’un facteur d’intensité ou de pertinence.

Quelques intuitions sont cependant permises. A part à la fin de la pièce, lorsque Mandrogerus est démasqué et qu’il s’apitoie sur son sort, ce personnage tente de se concilier les faveurs des uns et des autres, ce qui explique peut-être la grande rareté d’indices de mauvaise humeur.

Un autre constat est celui de la mauvaise humeur potentielle du Lare, que dénotent les nombreux indices relevés dans le corpus : on peut avancer l’hypothèse que celle-ci consiste en une irritation croissante vis-à-vis de Querolus, perpétuellement sourd à ses bons conseils.

Annexes

Annexe 1 – Une amabilité mal placée

Requête : [querellae=”amabilité”]

Résultats envoyés vers l’outil Concordances.

Notes : 

[1] Müller, Roman (1997), Sprechen und Sprache. Dialoglinguistische Studien zu Terenz. Heidelberg: Universitätsverlag C. Winter. p. 108 et 109

 

Billet rédigé par Evie Roussel et Benoît C. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search