L’île intense

 

 

V.  On m’a dit bon nombre de choses justes à propos de cette île. Tout homme de bon sens qui n’en aurai jamais entendu parlé auparavant s’apercevra en la voyant que La Réunion, l’île intense où les Français vont par la mer et par les airs, est cadeau du ciel et de la nature. C’est une terre qui surplombe l’océan et le Piton des Neiges est le point culminant de l’Océan Indien avec ses 3070 m d’altitude. Si vous vous y promenez sur le littoral jusque l’intérieur des terres, de la forêt tropicale aux lagons transparents, vous verrez la diversité de cette île : la preuve d’un environnement exceptionnel.

VI. La superficie de La Réunion, morceau de terre entourée par la mer, est de 2512 km2. Nous pouvons la traverser depuis Saint-Denis, au Nord, jusqu’à Saint-Pierre au sud en passant par la route des Plaines qui passe en son centre mais aussi en faisant le tour de l’île, en longeant le littoral, ce qui prendrait à tout homme voulant tenter l’expérience 4h de voiture.

Les populations les plus modestes mesurent leurs cases créoles en mètre carré, celles de bonne familles  en kilomètres carrés, celles qui font parti des plus fortunés en hectare ; les plus pauvres comptent uniquement les morceaux de taule qui leur servent de maison. Un kilomètre carré vaut cent quarante terrains de football. La Réunion pourrait alors avoir comme superficie trois cent cinquante et un mille neuf cent terrains de football.

VII. De Sainte-Marie jusqu’à Saint-Philippe, la côte Est de l’île de La Réunion est dotée d’un contraste important : elle est verdoyante avec des forêts éclatantes et bien arrosées, elle est grise et noire recouverte des coulées de lave. De Saint-Philippe jusqu’à Saint-Paul en passant par la Salin, l’Ermitage, en traversant les plages de Boucan-Canot, la côte Ouest , « sous le vent », est sèche et ensoleillée. Si on en venait à comparer ces deux chemins, nous constaterions qu’ils ne sont pas égaux par la longueur : en effet pour le premier allant de Sainte-Marie jusque Saint-Philippe équivaudrait à quatre cent trente sept stades romain et le second correspondrait à quatre cent soixante quinze stades au total.

VIII. En allant des Plaines vers l’intérieur de La Réunion, l’île se refroidit. La plaine des Cafres qui se trouve entre le Piton des Neiges et le paysage lunaire du Piton de la Fournaise est l’endroit où se mêlent les vents, descendant des montagnes pour apporter cette fraicheur des hauts. On y voit des sentiers menant au Piton des neiges. Il y a une route forestière du volcan dont j’ai entendu parler et qui mène vers le Piton de la Fournaise, c’est là que la terre dont je parle se trouve si loin de la mer. Au de-là de ces plaines et montagnes se trouve de nouveau la mer. La réunion est bordée par la mer. Il y a une surface pleine de sable et de rochers qui s’étend sur la côte ouest de la même manière que la lave s’avance vers la mer à Sainte-Rose. Ainsi l’île est petite, les cirques et les plaines qui composent le paysage mais aussi les montagnes ne laisse que peu de place à la population. On la voit principalement peupler les littoraux et donc le tour de l’île. Tel est la caractéristique de cette île.

 

Bien que je doute de ma capacité à écrire tel un grand historien et géographe grec, j’ai tout de même tenté d’écrire à la manière d’ Hérodote dans ce billet. Etant nostalgique de ma petite île ensoleillée toute l’année en cette période hivernale pour ne pas dire glaciale, je recherchais un auteur dont les textes pouvaient concorder avec l’idée que j’avais de parler de mon île, histoire de joindre l’utile à l’agréable. C’est pourquoi mon choix s’est porté sur Hérodote car en tant qu’historien et géographe, j’aurai pu parler de la seule chose qui pouvait encore m’inspirer en ce moment toutefois en tentant de l’adapter à son style (même si je doute que ce soit très réussi … bref).

J’ai donc utilisé le Livre II des Histoires d’Hérodote que j’ai trouvé sur le site HODOI Elektronikai. J’ai  fait un copier/coller des chapitres 5 à 8 dans Voyant Tool afin d’étudier la structure du texte. Grâce au nuage de mots j’ai pu voir les mots les plus utilisés : tout d’abord en laissant les mots vides j’ai pu m’apercevoir de l’utilisation massive des conjonctions de coordination comme « και » utilisé 23 fois et  « δε » utilisé 17 fois dans l’ensemble du texte inséré dans Voyant Tools. Bien que ce soit des mots vides, je trouve tout de même que leur emploi multiple est intéressant dans le sens où cela est révélateur du style de l’auteur : il y a une organisation du discours, des idées.

Dans les mots qui reviennent beaucoup il  a également les prépositions telles que « απο » qui revient 11 fois et  « εσ » 13 fois. Elles montrent le mouvement dans le récit à savoir le début d’un point a pour aller vers un point b. J’ai essayé de garder cette idée tout au long du texte avec des formules telles que “de … jusqu’à …”.

Ensuite j’ai choisi d’enlever les mots vides mais on retrouve toujours le « εσ » (13) qui démontre bien l’importance de terme. On voit aussi la répétition du verbe etre « ειναι » (7) et « εστι »(6) qui pourrait sembler anodin mais que j’ai interprété comme un élément important en ce qu’il montre la volonté de l’auteur de décrire des faits réels et concret ainsi  que ce qu’il voit. En effet les autres mots récurrents sont des termes géographique très précis comme « ηλιου » (6) associé au terme de ” πολισ” qui designe la ville de Heliopolis , «  σταδιοι » (6) qui sert d’unité de mesure tout au long du texte. Il y a également des termes géographiques moins précis lorsque Hérodote parle de cités, de la mer ou de la terre. Il parle d’un territoire concret, qu’il voit. Il n’y a pas de remarques subjectives de la part de l’auteur, et lorsqu’il y en a une comme “μόι εδοκεον”, elle est associée à un verbe de parole “λεγειν”. Le jugement porté ici par l’auteur semble finalement se présenter comme une vérification personnelle des informations entendues et non pas comme un jugement sans fondement.

Si le syntagme récurrent « εσ ηλιου απο θαλασσησ » montre le mouvement d’un point à un autre que nous avions vu plus haut en revanche il montre également bien que la subjectivité n’est pas envisagé par l’auteur.

Quelques informations intéressantes concernant le style de l'auteur

Remarques diverses sur Project Gutenberg

L’utilisation de ce site est assez basique et on s’y repère facilement. Lorsque nous arrivons sur la page, elle est automatiquement chargée en anglais mais nous avons cependant la possibilité de choisir différentes langues dans un menu à gauche. Dans celui-ci se trouve une barre de recherche qui permet de chercher un livre en particulier, ce qui peut s’avérer pratique. Il est possible à la fois de télécharger les livres disponibles dans la bibliothèque, de les lire en ligne mais également d’écouter des documents audio ou de voir des illustrations lorsque cela est possible. Ces deux dernières fonctionnalités sont intéressantes dans le sens où elles égayent la lecture de celui qui consulte ou télécharge les livres. 

On peut également remarquer la diversité des formats pour ces livres qui permet ainsi de s’adapter à plusieurs supports tel qu’un téléphone ou bien des systèmes d’exploitation différents mais également donner le choix de lire instantanément ou bien de télécharger. D’ailleurs selon les condition d’utilisation, certains des téléchargements sont gratuits et libres de droit car anciens aux Etats-Unis. Cependant ces mêmes livres ne sont pas forcément libres de droit dans un autre pays. Pour utiliser un livre en ligne il faut alors se renseigner sur les droits d’auteur dans son pays . 

Le site est simple et bien organisé, on peut trouver les informations qui nous intéressent facilement et rapidement. De même les téléchargements sont simples et accessibles à tous.

 

Humanités numériques : est-ce possible?

Je m’appelle Fanny LAURET et cette année j’ai choisi de faire un Master d’Humanités classiques et numériques.

L’intitulé de ce cours d’humanités numériques m’a longtemps laissé perplexe, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre car pour moi classique et numérique ce sont tout de même des mots contradictoires. Alors la question qui me turlupinait était de savoir comment ce cours allait bien pouvoir concilier ces deux notions (mystère et boule de gomme). De plus la technologie et moi … hum … je galère déjà à installer des programmes sur mon ordinateur alors quand on a commencé à me parler de Markdown je me suis dis :  “mais où suis-je tombée? On est censé traduire des textes vieux comme le monde ici” ! Entre les outils informatiques que nous devons utiliser cette année et la complexité du langage informatique, comment dire que j’ai un peu paniqué. Il est vrai que je n’aurai jamais pensé devoir utiliser mon ordi dans une formation de Lettres Classiques. Mais bon, on apprend à tout âge. Ce cours me permettra peut-être de combattre mes vieux démons. Dans tous les cas je suis enthousiaste pour la suite. Je me rends compte qu’associer les humanités classiques au numérique n’est pas une chose si improbable, au contraire. C’est une façon d’améliorer les humanités classiques avec les moyens que nous disposons aujourd’hui : le numérique.

Tintin à la découverte des humanités numériques