Pastiche savant

Winston Leonard Spencer Churchill

Commentaires sur la Guerre de Bretagne

(Vinstonis Leonardis Dispensatoris Ecclivii de bello britannico)

Texte établi et traduit par Filippo Giovannini

Dans les jours qui suivirent l’attaque d’Hitler contre les Bataves, les Belges et les Gaulois, après laquelle il se rendit maître de l’Europe centrale, en Bretagne Churchill est nommé Premier ministre et Seigneur de l’Amirauté, après huit mois de guerre sous la direction de Chamberlain.

Nos soldats envoyés en Gaule pour protéger notre dernier allié d’Europe sont contraints de replier, une grande partie de notre armée ayant été massacrée.  Ils se rendent dans le seul port libre restant de la Manche, Dunkerque, et parviennent à rentrer en Bretagne.

En Europe la Germanie semble imbattable, surtout à cause de leurs divisions blindées mobiles qui détruisent tout sur leur passage. Elle bénéficie aussi du support de sa flotte et de son armée aérienne, la Lutwaffe, avec ses aéroplanes de combat Stukas : quand ils attaquent, ils plongent en piqué toutes sirènes hurlantes semant la panique et le désordre. Nous restions seuls face à cette puissance.

Hitler admire depuis longtemps notre pays et hésite à l’envahir, mais Churchill continuant la guerre dans les cieux en bombardant les villes allemandes, le contraint, ce nous semble, à tenter de s’en emparer. Tandis que certains membres de la suite de Churchill voulaient conclure un accord avec lui, Churchill lui-même ne cède pas et refuse tout colloque avec l’ennemi, mais, voyant ce dernier persévérer dans son projet, il prend le temps pour se remettre de la défaite en Gaule, sachant que cette bataille-ci terminée, la bataille de Bretagne allait bientôt commencer.

La Gaule étant sous le contrôle de la Germanie, craignant que les Germains n’utilisassent les navires gaulois, Churchill ordonna à la Marine Royale de couler le gros de leur flotte ancrée sur la côte d’Afrique : mille trois cents soldats gaulois sont tués. 

Ayant appris ces choses, Hitler ne se décourage pas. Il se croit capable de vaincre le peuple breton avec ses seules forces, mais pour ce faire, il fallait que notre Force Aérienne Royale fût détruite, ainsi la population britannique céderait et le débarquement ne serait que le dernier acte d’une bataille déjà remportée dans les airs et sur les mers. En effet, notre marine contrôlaient les mers, mais l’armée de l’air germaine contrôlait les airs. Elle était la plus forte armée aérienne de l’époque, deux fois plus nombreuse que la nôtre sur le front. Des aérodromes sont construits à la hâte en Gaule pour pouvoir lancer des bombardiers qui seront protégés pas des chasseurs. En même temps, le commandant en chef de la Lutwaffe, Hermann Goring, fait fermer l’accès à la Manche aux navires britanniques. Ayant appris ces choses, Churchill ne doute pas que les Germains pensent que la seule puissance de leur flotte aérienne puisse suffire à nous anéantir. 

Voyant que la guerre se préparait de toutes parts, Churcill persuade par ses discours que tout le peuple Breton doit être prêt pour le combat. La Bretagne était alors un lieu admirablement fortifié par la nature et par l’art car nous avions mis au point un système de défense nouveau, appelé « Systeme Dowding » du nom du commandant en chef du Commandement des chasseurs, Hugh Caswall Tremenheere Dowding : un grand nombre de tours radar de cent dix metres de haut situées sur les côtes du sud et de l’est qui pouvaient détecter des aéroplanes volant à cent trente-cinq milles. Si les appareils volaient bas, c’était alors des tours plus petites qui les repéraient. Cependant, tout cela n’était qu’un petit avantage si ensuite trente mille volontaires ne se relayaient aux postes d’observation, placés sur les côtes et dans les terres, jour et nuit, scrutant les cieux et passant l’information au quartier général de Bentley Priort en moins de quarante secondes, le radar ne pouvant detecter ni l’altitude ni la taille des aéroplanes repérés. Hitler était fort de ses remarquables victoires en Pologne et en Gaule, où il avait pris le dessus sur l’aviation ennemie sans réelles difficultés. Mais la Luftwaffe ignorait que nous pouvions connaître leur arrivée dès qu’il survolaient le Nord de la Gaule.

C’était une manière inusitée et toute nouvelle de faire la guerre, tant pour ce système général de défense, que pour celui d’attaque, les aéroplanes n’ayant jamais eu autant d’importance dans un conflit entre nations.

Six jours avant les ides de juillet, soixante bombardiers germains attaquent nos convois sur la Manche, mais ils sont pris par surprise par cinq escadrilles qui les attendaient. L’attaque frontale, c’est la seule que craignent les pilotes de la Luftwaffe. Nos chasseurs Crache-feu pouvaient en effet rivaliser avec leurs Messerschmitts, qui n’étaient efficaces que s’ils étaient seuls dans les cieux, mais plus difficiles à conduire que nos chasseurs, ils étaient exposés à nos traits. Les bombardiers germains coulent un navire isolé, mais perdent dix aéroplanes.

Malgré l’échec, les préparatifs pour une invasion de la Bretagne continuent. Churchill ayant appris qu’Hitler insiste pour que son armée aérienne écrase la nôtre, ce qu’il appelle l’opération « Jour de l’Aigle », alors qu’il avait nommé son projet d’invasion par mer, toujours retardé, opération « Otarie »,  ordonne aux pilotes de se tenir toujours prêts.

Dans la Manche, des barges converties en navire de débarquement se massent sur la côte gauloise, afin de transporter environ un demi-million d’hommes en Bretagne. Quatorze jours avant les calendes d’août, Hitler fait savoir que si Churchill ne demande pas la paix il en paiera le prix. Churchill refuse l’offre. Ayant appris ces choses, Hitler, afin de rendre plus crédible la menace de l’operation Otarie, intensifie les incursions aériennes.

La Luftwaffe peut aligner quelques trois mille aéroplanes, nous ne pouvons disposer que de quatre cent cinquante chasseurs, mais Churchill ordonne aux lieutenants de construire le plus d’appareils qu’il serait possible et de réparer les anciens et dès la deuxième moitié du mois d’août, nous pouvions opposer à notre ennemi plus de sept cent chasseurs opérationnels et un peu moins de trois cent en réserve.

Les ides d’août, le Kent et l’estuaire de la Tamise sont attaqués, puis le Hampshire, le Dorset et le Wiltshire. Trois de nos aérodromes sont gravement touchés, mais aucun n’abritait de chasseurs. Dans l’operation « Jour de l’aigle », les bombardiers d’Hitler devaient se succéder pour empêcher nos chasseurs de décoller, le but étant de nous faire reculer dans les terres et de prendre le contrôle de la mer. Mais l’attaque est reportée à cause des conditions atmosphériques : à ce qu’il nous semble, certains reçoivent l’annonce, d’autres la reçoivent trop tard pour rentrer et atteignent nos côtes. Notre réaction est très rapide et meurtrière : quarante-sept aéroplanes germains sont abattus. Quatre-vingt-six pilotes sont tués, portés disparus ou capturés. Nous perdîmes treize chasseurs. Cependant Hitler, assez mal informé, voit un succès dans cette attaque : on lui rapporte avoir détruit soixante-dix de nos appareils.

De plus, l’ennemi sous-estimait la vitesse à laquelle nous étions capables de réparer nos aéroplanes et nos pistes. La plupart des bases redeviennent opérationnelles le jour suivant. Notre production aéronautique est accélérée. Une levée de fonds est organisée dans la Communauté des Nations pour construire de nouveaux aéroplanes : en juillet quatre cent quatre-vingt-seize nouveaux appareils sont produits, les Germains, eux, n’en produisent que deux cent quarante.

Churchill avait certes perdu maints appareils, mais pas autant d’hommes et les batailles aériennes ayant lieu sur notre territoire, nous avions un grande avantage sur notre ennemi : nos pilotes étaient prêts à monter sur un nouvel appareil dès le lendemain, tandis que les equipages d’Hitler ne lui reviendraient jamais. Les prisonniers étant interrogés et leurs aéroplanes inspectés de fond en comble, Churchill pouvait mieux connaître les desseins de son ennemi. 

Ayant compris que le sud-est de la Bretagne est bien défendu, Hitler change encore de tactique et décide d’attaquer au nord du Yorkshire. Dix-huit jours avant les calendes de septembre, son armée aérienne effectue plus de cinq cents sorties de bombardiers et mille deux cent soixante-dix de chasseurs, mais nos radars faisaient le tour de l’île : elle se retrouve entourée de toutes parts et perd soixante-quinze appareils, alors que nous en perdons trente-quatre. Ce fut un des plus beaux jours de l’histoire. Le lendemain, l’ennemi s’en prit aux aérodromes, avec un certain succès, mais toujours en subissant plus de pertes que nous.

À cause du mauvais temps, suivit une période de calme plat qui nous permit de réorganiser nos forces et nous préparer à ce qui suivrait. Pendant ce temps, l’ennemi change de stratégie : il abandonne l’utilisation des Stukas, dominés par nos aéroplanes, et se concentre sur des objectifs plus à l’intérieur des terres. Quelques jours après, persuadé que nous avions perdu près de trois cents appareils et que les aéroplanes basés dans le nord avaient été déplacés plus au sud, Hitler lance dans la bataille la cinquième division aérienne, basée en Norvège et au Danemark, qui devait viser des objectifs en Scotie et dans les Terres du Milieu. Ayant appris de leur arrivée grâce à nos radars, nos chasseurs étaient prêts et l’ennemi est battu de nouveau. Les Germains appelèrent ce jour le « Jeudi noir ».

Ayant appris que la production de chasseurs ne compensait pas les pertes et qu’il n’arriverait pas à former assez de pilotes, Churchill comprend qu’à ce rythme, même s’il arrivait à causer des pertes toujours supérieures à la Luftwaffe, la victoire ne serait pas assurée :  jusque-là nous avions perdu deux cent quatre-vingt-six aéroplanes, l’ennemi trois cent quatre-vingts.

Le début de septembre nous fut difficile. Nos pilotes doivent affronter toujours plus de bombardiers, escortés par toujours plus de Messerschmitts. Ce fut alors que les Germains décidèrent d’attaquer une nouvelle cible : notre capitale. Les bombardiers lâchèrent une bombe sur Londres et tuèrent neuf civils. Instruit des événements, Churchill  se détermina, par beaucoup de motifs, d’attaquer Berlin. Voyant les Germains toujours prêts à passer en Bretagne, il voulait principalement leur inspirer des craintes pour leur propre pays, en leur montrant que les aéroplanes bretons pouvaient et osaient bombarder leur capitale. De plus il décida d’intensifier les attaques à leurs ports.

Le bombardement de Londres continue san relâche les jours et les nuits suivants, retenus quelquefois par le mauvais temps ou par la réaction de nos chasseurs. Jamais tant de gens n’ont dû autant à si peu.

Dix-sept jours avant les calendes d’octobre, plusieurs de nos villes sont attaquées en même temps : Londres, Liverpool, Manchester, Bristol. Ils tenaient pour assuré qu’en triomphant de notre armée aérienne ils traverseraient la mer avec leur armée de terre pour porter la guerre en Bretagne. Toutes nos escadrilles étaient engagées, et quelques-unes rentraient déjà pour faire leur plein d’essence. Ce fut pour nous une bien rude journée, mais elle eut cependant pour résultat que ceux qui se croyaient maîtres du ciel perdirent enfin un grand nombre d’aéroplanes, ne pouvant soutenir plus longtemps l’attaque de nos as. À la fin de la journée, nous avions perdu près de quarante appareils, les Germains cinquante-six.

Les incursions de l’ennemi continuèrent les semaines suivantes, avec toujours Londres comme cible privilégiée. Dans les mois qui suivirent il y eut toujours moins d’attaques, jusqu’à ce que la Fortune, qui a tant de pouvoir en toutes choses, et principalement à la guerre, joua en notre faveur : Hitler avait violé son pacte avec la Russie en l’envahissant. Par conséquent, la guerre se déroulait aussi sur le front est. Pour ne pas être entouré de toutes parts, il préféra d’abandonner ses desseins et mit fin à la bataille. Ayant appris ces choses, Churchill vit la Bretagne un peu plus tranquille.

Utilisation de Voyant Tools

Choix du corpus

Ce pastiche se base sur le style de César. Dans un premier temps, j’avais choisi le Bellum civile, mais j’ai ensuite élargi l’analyse au Bellum gallicum, non seulement pour avoir un cadre plus complet, mais aussi, et surtout, parce que j’avais finalement décidé de raconter un épisode particulier de la seconde guerre mondiale, la guerre aérienne entre les Anglais et les Allemands. Or, d’un coté le Bellum gallicum, narrant de la guerre entre deux peuples différents se prêtait mieux au pastiche, de l’autre côté, dans le livre V de ce même ouvrage, César nous parle justement de la Britannia et de son expédition dans ce pays.

En ce qui concerne les textes utilisés, j’avais d’abord téléchargé le fichier .xml du Bellum civile proposé par Perseus, mais j’ai tout de suite remarqué que, d’un côté, la longueur moyenne des phrases, d’après Voyant Tools, était de 61,3 mots, ce qui me semblait excessif pour César :

De l’autre côté, il n’y avait pas de véritables expressions (il n’y avait que des syntagmes de deux mots :

J’ai fait part à M. Berra de mes perplexités, notamment me demandant si le fait d’avoir des phrases aussi longues était dû à une ponctuation particulière de cette édition. Il m’a confirmé le diagnostic et m’a fait remarquer que dans l’édition du Bellum civile utilisée par Perseus les phrases ne commencent par des majuscules qu’en début de section (contrairement, par exemple, à l’édition du Bellum Gallicum de la même bibliothèque) et que les abréviations posaient un problème à Voyant Tools. Ne sachant pas exactement comment le logiciel procède pour définir ce qu’est une phrase (qui est d’ailleurs une définition théorique moderne, de même que la ponctuation), M. Berra m’a proposé d’utiliser un autre fichier prétraité, sans abréviations où les majuscules au début des phrases avaient été rétablies.

Quant au Bellum gallicum j’ai utilisé l’édition proposé par Perseus qui, comme dit précédemment, ne présentait pas les mêmes inconvénients.

Le Vocabulaire

Pour pouvoir disposer d’une liste significative des mots les plus utilisés par César, j’ai dû supprimer les stopwords ou « mots vides », c’est-à-dire les mots qui ne permettent pas de définir le style d’un auteur : il s’agit généralement des mots les plus fréquents, tels que, pour le Bellum gallicum : « in » (1248), « et » (989), « ad » (793),  « cum » (643),  « ex » (496), « atque » (469), « quod » (449), « se » (440), « ut » (442) et « qui » (386), pour ne citer que les dix premiers mots. La situation est à peu près la même dans le Bellum civile : « et » (669) « in » (664), « ad » (523),  « ex » (367), « atque » (358), « cum » (323), « ut » (322), « se » (255), « quod » (214), « ab » (210)

Sous conseil de M. Berra, j’ai utilisé la liste de stopwords que l’on trouve dans la Dropbox du Master. Voici les vingt mots les plus utilisés dans les deux textes, après avoir éliminé les mots vides   :

Bellum gallicum

Bellum civile

Ce qui saute aux yeux est, sans surprise, la similarité du lexique entre les deux œuvres : le champ lexicale de la guerre. Au moins une dizaine de mots sont communs aux deux textes. Par ailleurs, il ne surprend pas que l’on retrouve des termes comme « hostes » dans un texte qui raconte la guerre contre un peuple ennemi et pas dans la Guerre civile ou, vice-versa, que l’on retrouve parmi les mots les plus utilisés « Pompeius » dans le récit d’une guerre contre les armées de Pompée.

La fréquence du nom « César » sous différentes formes, ne surprend pas non plus, vu l’habitude du général de parler de lui-même à la troisième personne. Mais justement, j’ai pensé que si ces formes du même nom étaient regroupées sous un même lemme, le résultat aurait été different, et cela pas seulement pour « César », mais pour n’importe quel mot, vu la structure de la langue latine.

Cela m’a donné à réfléchir sur l’utilisation de Voyant Tools pour ce qui concerne les langues à déclinaisons et les langues anciennes en particulier : l’absence de lemmatisation est un obstacle selon les objectifs que l’on se propose. Certes, il est possible d’effectuer des recherches plus complexes à l’intérieur des différents panneaux (par exemple en tapant « Caesar* », mais la morphologie de la langue latine, et encore plus celle du grec ancien, ne permettent pas toujours d’atteindre le résultat espéré.

Heureusement, grâce au tutoriel sur Voyant Tools de M. Berra, j’ai pu télécharger une version déjà lemmatisée du Bellum gallicum, où tous les mots sont reconduits à leur forme base. Voici le début du fichier pour comprendre de quoi il s’agit :

Gallia sum omnis divido in pars tres qui unus incolo Belgae alius Aquitani tertius qui ipse lingua Celtae noster gallus appello.

De même qu’ils se présenteraient dans un dictionnaire en tant que lemmes, tous les noms  sont au nominatif singulier, tous les adjectifs au nominatif singulier masculin et tous les verbes à la première personne du singulier du présent de l’indicatif. Voici donc les vingt lemmes les plus utilisés dans le Bellum Gallicum :

Ne disposant pas du texte lemmatisé pour le Bellum civile et étant donné, comme je l’ai dit plus haut, la grande similarité du lexique pour les deux textes, je me suis fié à cette liste pour mon pastiche. Liste que je repropose sous la forme Cirrus (ici de 55 mots) qui permet d’apprécier les mots les plus fréquents sous un autre aspect :

Les expressions les plus fréquentes

Grâce à l’onglet « Phrases », Voyant Tools nous montre quels sont les syntagmes les plus utilisés par l’auteur. J’ai modifié les critères de recherche pour n’afficher que les expressions d’au moins trois mots (bien entendu, pour ce faire, j’ai utilisé le texte non lemmatisé du Bellum gallicum ! ).

Bellum gallicum

Bellum civile

Les deux textes présentent des résultats assez variés, néanmoins la tournure de quatre mots la plus utilisée dans les deux textes est pratiquement la même : « his rebus cognitis caesar », utilisée quatre fois dans le Bellum gallicum et « quibus rebus cognitis caesar », trois fois dans le Bellum civile. De même on retrouve cinq fois « qua re cognita » dans le Bellum gallicum et  deux fois « cognitis iis rebus » dans le Bellum civile. C’est pourquoi l’expression « Ayant appris ces choses » revient autant de fois dans mon pastiche. 

Les autres tournures n’étaient pas directement utilisables dans mon pastiche, d’autant plus qu’il s’agit de syntagmes qui sont répétés maximum deux fois dans l’ensemble d’un ouvrage ou de l’autre. Pas assez pour être caractéristiques. 

D’ailleurs, je me suis dit que puisque le pastiche serait en français, je devais analyser aussi les traductions françaises des deux textes, pour voir comment ces syntagmes avaient été rendus. J’ai donc téléchargé sur Voyant Tools les textes traduits en français de la Collection Nisard (fondus en un seul fichier .zip) et c’est sans grande surprise que j’ai constaté que les expressions les plus utilisées ne correspondaient presque en rien à celles latine :

Mis à part les deux « modifier 1 césar » et « modifier 1 les » (je n’ai pas nettoyé le texte avant de le télécharger), on constate tout de suite que l’expression la plus utilisée en latin « quibus rebus cognitis caesar » n’apparait pas, même si l’on modifie les critères de recherche.

Pour ma recette j’ai donc utilisé les deux ingrédients, latin et français.

Pour mieux me rendre compte des relations entre les mots, j’ai exploré d’autres outils. Je n’ai pas trouvé très utile le TermsBerry, qui permet de visualiser les mots les plus frequents en tant que « baies » et, en sélectionnant un mot donné, il montre quels sont les mots qui se trouvent proches de lui dans le texte :

En revanche j’ai trouvé très utile l’onglet Contexts qui, pour un mot donné, affiche les mots qui le précèdent et ceux qui le suivent.  C’est l’outil que j’ai utilisé le plus, à la fois pour les textes latins et français. Il s’agit, je pense, de la meilleur façon pour se rendre compte de comment l’auteur utilise tel ou tel mot et surtout dans quel contexte. Car en cliquant sur le terme choisi, la phrase en question est affichée dans le texte original. Cela m’a permis dans un premier temps d’avoir une idée générale de quand et comment les mots étaient utilisés et, ensuite, éventuellement, de lire le passage dans lequel le mot en question était utilisé, chose qui n’aurait pas été possible dans un simple logiciel de traitement de texte qui n’aurait proposé, à chaque fois, que le mot dans son contexte, sans vision globale :

Comment j’ai procédé

Bien que Voyant Tools offre des moyens très efficaces pour un certain type d’analyse, on ne saurait pas reproduire le style d’un auteur en n’utilisant que cet outil. La lecture du texte reste incontournable. Voyant Tools, peut confirmer ou démentir ce qui a été observé. 

J’ai procédé de la façon suivante : j’ai recueilli plusieurs information sur le sujet que je voulais aborder et j’ai fait un brouillon sans trop me préoccuper du style, l’important dans ce premier temps, était de construire un récit cohérent. Ensuite j’ai relu quelques passages de César pour m’imprégner du style de l’auteur et j’ai commencé à réécrire de mon texte, tout en sachant qu’il y avait des mots incontournables que je devrais utiliser : d’abord « Churchill » (qui correspondrait à « César »), ainsi que tous les mots faisant partie du champ lexical de la guerre, notamment « guerre », « bataille », « soldat », « ennemi », etc. Certes, vu la nature aérienne de la bataille d’Angleterre, j’ai utilisé  « aéroplanes » (et non « avions », pour utilisé un nom plus latin), « pilotes », etc. au lieu de « naves », « milites », etc. 

Ensuite, pour la plupart des mots et des tournures que j’avais utilisé, je vérifiais si César ou son traducteur avaient utilisé des mots ou des tournures similaire (c’est ici, surtout que j’ai utilisé l’outil Contexts).

Finalement, j’ai téléchargé mon propre texte sur Voyant Tools pour vérifier si j’avais respectés les tendances de César. Et je suis plutôt satisfait :

Mots les plus utilisés

Phrases les plus utilisées
De plus j’ai essayé d’éviter tout mot anglais pour garder une apparence plus ancienne. Pour la même raison, quoique bien conscient qu’il s’agit d’un anachronisme, j’ai utilisé autant que possible, les noms latins ou latinisés des nations et des peuples. Comme le fait César, Churchill dit « nous » quand il parle des Anglais et « l’ennemi » quand il parle des « Germains ». Toutes ces choses-là n’apparaissent pas dans Voyant Tools.

 

Perseus Digital Library

Présentation

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique de langue anglaise qui a comme but d’enregistrer toutes les humanités. Quoique la plupart de ses ressources concerne les humanités grecques et latines, elle propose aussi des collections de textes arabes, germaniques (vieux norrois et vieil anglais), anglais (d’Amérique et de Grande Bretagne), ainsi que de textes latins de la Renaissance italienne.

Voici la page d’accueil :

Le site présente une série de menus, mais seulement les onglets Collections/Texts et l’encadré Search en haut à droite permettent d’accéder aux textes. Les autres onglets donnent des informations sur la mission de la bibliothèque, sur comment contribuer au project (avec des donations, en tant que chercheur, etc.) et sur l’histoire du site. L’onglet Persus Catalog ouvre un autre site qui permet de remonter aux éditions originales en papier qui ont été numérisées.

Les textes sont proposés en langue originale et en traduction (anglaise). Pour y accéder, on peut naviguer le catalogue à partir de l’onglet Collections/Texts déjà évoqué ou faire une recherche utilisant la barre de recherche, en insérant le titre de l’œuvre, le nom de l’auteur ou même n’importe quel mot dans n’importe laquelle des langues supportées. Ainsi faisant, Perseus nous propose une liste de résultats en rapport avec la recherche.

Exemple de recherche

Par exemple, en rentrant le mot « Poenulus » on obtient les deux versions du texte, latine et anglaise :

En rentrant « Plautus » on obtient toutes les œuvres de Plaute numérisées par le site (en l’occurrence toutes les pièces qu’on a conservées intégralement ) ainsi qu’une étude sur la syntaxe plautinienne.

Mais on peut aussi rechercher n’importe quel mot : l’outil nous fait alors une recherche de toutes les occurrences de ce mot dans tous les textes numérisés. Par exemple, en rentrant le mot  latin « mihi », que l’on retrouve au premier vers du Prologue du Poenulus, on se retrouve avec une longue liste comptant plusieurs pages :


Cependant, il ne s’agit que de résultas en anglais, et en effet on ne peut pas y retrouver le texte du Poenulus, et ce parce que lorsque la recherche comporte un nombre très élevé de résultats, le site effectue un premier tri par langue, comme on peut le voir dans le cadre en haut à droit. En changeant la langue de « English » à « Latin », on n’aura que des résultats en langue latine et, par conséquent, aussi le Poenulus, parmi plein d’autres :

En revanche, le corpus n’a pas dû être entièrement indexé , car en rentrant le mot « Achillem », premier mot du Poenulus, on n’a qu’un résultat, en latin (mais d’ailleurs on n’a même pas la possibilité de changer la langue) :

Les textes

Une fois qu’on a trouvé l’œuvre qui nous intéresse, le site offre une fonctionnalité très intéressante, qui a l’air de bien fonctionner pour tous les mots et dans tous les textes : la possibilité de cliquer sur n’importe quel mot du texte, qui devient alors un lien ouvrant une autre page où le mot est analysé : sa traduction (en anglais), sa classe grammaticale et, selon le type de mot, on en donne le genre, le cas, la personne, le mode, le temps verbal, etc., et, bien entendu, sa forme de base s’il s’agit d’une forme fléchie.

Par exemple en cliquant sur le premier mot « Achillem », on se retrouve dans la page suivante :

Le site nous indique bien qu’il s’agit d’une forme fléchie (en l’occurrence l’accusatif masculin singulier : sg masc acc) du nom (noun) Achilles. Mais on peut aller plus loin, car en dessous du lemme on retrouve des  hyperlien qui nous donnent la possibilité d’ouvrir le lemme dans un dictionnaire (le Lewis & Short’s Latin Dictionary et le Lewis Elementary Latin Dictionary pour le latin ; plusieurs pour le grec, parmi lesquels le Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon et le Autenrieth’s Homer Dictionary). Par exemple :

D’ailleurs, on peut utiliser cette page comme un véritable dictionnaire, mais avec en plus la possibilité de rentrer (presque) n’importe quelle forme fléchie de n’importe quel mot. Le moteur de recherche se chargera de retrouver le lemme correspondant. Cet outil est disponible dans  toutes les langues susmentionnées. Voici à titre d’exemple la page pour le grec.

Conclusion

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique qui offre plusieurs possibilités à qui travaille dans les humanités, soit qu’il s’agisse de quelqu’un d’expérimenté (on y retrouve presque n’importe quel texte de la littérature antique avec la possibilité de faire des recherches par titre, par auteur ou par mots) soit qu’il s’agisse de grands débutants ou même de novices (notamment la fonction de pouvoir rechercher n’importe quelle forme fléchie pourrait s’avérer très utile lorsqu’on se retrouve dans une impasse).

Le seul inconvenient est, peut-être, l’interface, austère et un peu vieillie, et qui pourrait s’avérer de difficile utilisation au premier abord, notamment à cause des plusieurs liens dont seulement deux permettent d’accéder aux textes. Il n’y a pas non plus (ou du moins je ne l’ai pas trouvé) un accès direct aux dictionnaires. Peut-être que tout cela va être résolu dans la mise à jour du site qu’ils sont en train de préparer : Scaife Viewer (qu’on peut déjà utiliser), la première phase de la nouvelle version de la bibliothèque. Scaife Viewer offre une experience de navigation plus claire et fluide, ainsi qu’une experience de lecture plus agréable, grâce à une interface plus aérée et plus ordonnée. Par exemple, depuis la page accueil, on comprend tout de suite où pouvoir effectuer une recherche. Pour l’instant Scaife Viewer ne propose que des textes latins et grecs.

Hic et nunc

Bonjour à tous,

Je m’appelle Filippo Giovannini et je viens d’intégrer le Master Humanités Classiques et Numériques, après un parcours un peu particulier : j’ai obtenu un baccalauréat professionnel en Art Graphique publicitaire, vu ma grande passion pour les arts visuels et le cinéma en particulier, en effet j’ai toujours aimé écrire et réaliser des films, spécialement des films historiques avec une attention toute particulière à la langue utilisée ; c’est pourquoi au lieu de m’inscrire à une Université de cinéma, j’ai opté pour une faculté littéraire pour combler mes lacunes quant à l’histoire et la littérature. J’ai choisi la faculté de Lettres Modernes à l’Université de Bologne, où j’ai commencé l’étude du latin, matière qui m’a tellement plu que j’ai décidé de faire mon mémoire en littérature latine. Pendant mes études j’ai aussi commencé, en autodidacte, l’étude du grec ancien, sans pour autant passer aucun examen.
Après mon Master 2 en Lettres Modernes, afin de ne pas négliger mon deuxième intérêt, j’ai suivi plusieurs cours de cinéma en Italie et surtout en Angleterre, auprès de la London Film Academy et de la London Film School. J’ai ensuite travaillé plusieurs années dans ce domaine sans jamais négliger la lecture et l’écriture.

En 2011 j’ai décidé de perfectionner mon français (puisque je voulais pouvoir lire les grands chefs-d’œuvre de la littérature française y compris les romans médiévaux en langue ancienne), j’ai donc déménagé en France et dès que j’ai pu, je me suis inscrit à un Master MEEF pour préparer le concours du CAPES de lettres Modernes, que j’ai obtenu en 2014 et grace auquel j’enseigne depuis au collège comme professeur certifié.
Dès l’obtention du concours, je me suis mis sérieusement à l’étude du grec ancien, notamment en suivant des formations auprès des établissements suivants : l’Institut universitaire Saint-Pie-X, à Paris, l’Académie des Langues Anciennes, à Digne-les-Bains, et à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati (Italie) dans lesquels j’ai perfectionné ma connaissance de cette langue.
C’est dans cette logique que j’ai décidé de m’inscrire à ce Master, afin de poursuivre et d’approfondir mon apprentissage des langues grecque et latine autant que leurs cultures.
Mon projet est me préparer à l’agrégation de Grammaire et ensuite da faire un doctorat.