Boris, ou la Tragédie du Brexit

Pastiche savant (inspiré du style de Lucien) :

PEUPLE ANGLAIS : Seigneur, une apparition des hommes politiques ! Les uns les appellent sophistes, les autres les considèrent comme des dieux. Dans tous les cas, ils parlent bien et mon sort dépend d’eux, dans cet état démocratique. Qu’est-ce que ces êtres tout-puissants ont à me dire, je ne le sais pas. Écoutons !

BORIS JOHNSON : Peuple, nous ne pouvons rester plus longtemps sous l’égide de l’Union européenne.

DAVID CAMERON : Que dis-tu, ô Boris ? C’est bien le contraire qu’il faut faire ! Peuple, écoute mes bons conseils.

PA : Je ne sais que faire, et je crains qu’un grand malheur d’une part, le courroux des politiciens d’autre part, s’abattent sur nous si nous ne prenons la bonne décision. Ô Premier Ministre, ô Chef du Parti conservateur, exposez donc votre point de vue. Nous choisirons alors lequel fut le plus convaincant, et certainement alors nous serons préservés.

BJ : Tout d’abord, l’Union Européenne n’est qu’une structure totalitaire de plus. Napoléon et Hitler ont eux aussi tenté de faire une superstructure européenne, l’Union européenne a le même but mais utilise des moyens différents. Napoléon, Hitler, c’est absolument la même situation qui se reproduit dans cette UE dictatoriale. Peuple, ne souhaites-tu donc pas être libre et démocratique, ainsi que le seul souverain du Commonwealth ? As-tu réellement besoin que d’autres décident à ta place ?

PA : En effet, à cause de cela, j’ai le sentiment que l’on ne me respecte pas. Qui a été le rempart infaillible de l’Europe face aux nazis ? Qui a été le grand décolonisateur une fois la guerre terminée, et ainsi le symbole de la liberté, quoiqu’en disent nos anciennes colonies ingrates ? D’abord nous leur apportons la civilisation, puis la liberté, et ils se permettent encore de critiquer le maigre profit que nous en avons tiré. Hélas, malheureux que je suis ! Je suis le seul qui peut prétendre légitimement à la souveraineté, car j’ai toujours offert ce droit inaliénable aux autres.

BJ : Ce n’est pas tout, mon cher peuple. Car, certes, non seulement tu retrouverais ta puissance, mais en plus tu économiserais de l’argent, je le sais. Tu serais ainsi le maître de la taxe sur l’essence. Te faut-il donc encore d’autres arguments ? Oui ? Ne comprends-tu donc pas que l’UE cherche seulement à te faire peur pour continuer à profiter de tes ressources et de ta grandeur ? Voilà pourquoi tu dois t’affranchir pour retrouver toute ta puissance.

PA : Oh oui pardieu, sans aucun doute, il a raison et les arguments qu’il brandit sont bien convaincants ! Je n’ai plus peur, nous avons de la chance que Boris nous guide dans nos vies. Mais voyons quels arguments lui sont opposés.

DC : Ô Peuple, Boris a en effet des arguments convaincants, que je salue. Mais moi-même je n’ai jamais perdu la souveraineté de la Grande-Bretagne de vue. J’ai bien montré, je crois, mon combat permanent pour garder la politique anglaise indépendante par rapport à l’Union Européenne. Peuple, tu restes libre et souverain. Cependant, non seulement nous n’économiserions pas en quittant l’UE, mais en plus nous perdrions notre principal partenaire commercial avec qui nous avons des accords bien avantageux. Si nous quittons l’Europe, la misère nous guette, ainsi qu’une flambée des prix et une humiliation internationale, tu le sais. Peuple anglais, tu ne souhaites donc pas perdre ta prédominance acquise par ta puissance et ton passé glorieux au sein de ce monde ? Crains-tu réellement que quiconque fasse de l’ombre à une nation aussi glorifiée que la nôtre ?

PA : Certes non ! Tu parles bien, ô David. Mais que faire, je ne le sais ! L’un sait bien m’exalter, l’autre dit des paroles bien agréables. Cependant, je dois bien me décider… Je choisis donc Boris comme vainqueur ! Ô cher Boris, mènes nous donc vers cette souveraineté si bien vantée.

BJ : Comment ? Je n’ai jamais dit que je serai votre guide hors de l’Union Européenne. D’ailleurs, je démissionne. Ainsi, ma victoire sera parfaite et sans tache.

DC : Quant à moi, ô Peuple, je me sens rejeté. Je démissionne donc aussi, pour voir le malheur que je t’ai prédit s’abattre sur toi puisque tu l’as voulu. Je boude.

PA : Quoi ? Hélas, malheureux que je suis ! Que vais-je faire maintenant que tout le monde s’est détourné de moi ?

Explication :

      Mon exploration de Voyant Tools a été graduelle, et cela s’est ressenti dans mon utilisation des outils. Je les ai utilisés différemment au fur et à mesure que mon projet se précisait. Pour commencer, la première chose qui m’a frappée fut que les mots les plus utilisés dans le corpus de Lucien sont des noms, ce que j’ai pu constater grâce à l’outil Cirrus. Une première conclusion a donc été tirée : je devais mettre en scène plusieurs personnages, et développer leur caractère.

Hermès, Zeus, Ménippe, Lukinos, Agorastès… Tous sont des personnages, et ils occupent une place majeure de façon évidente.

En effet, la seconde catégorie de mots les plus utilisés était formée par des verbes, comme οἰμαι, οἰδα ou ὁράω. Comme l’importance des points de vue se faisait sentir, je me suis dit que je devais mettre en scène plusieurs points de vue qui chacun à leur tour s’exposeraient et s’opposeraient. De Lucien je n’avais lu que les Voyages Extraordinaires, donc j’avais d’abord l’idée de faire une fiction, mais avec ces différentes conclusions je me tournai plutôt vers un dialogue. Toujours en utilisant l’outil Cirrus, j’ai pu aussi constater qu’une bonne moitié, sinon plus, des noms étaient des noms de dieux, en particulier Zeus et Hermès. Lucien aimait donc avoir des dieux pour personnages, qu’il aimait tourner en dérision à travers des discours très ironiques et diffusant subtilement une critique acérée (ce qui est la dimension stylistique la plus connue de Lucien). Je me suis donc demandé comment rendre cette dimension satirique dans mon pastiche : la réponse s’est vite dévoilée, je devais mettre en scène les nouvelles figures d’autorité de notre époque, à savoir les politiciens. Tourner les politiciens au ridicule est certes devenu un topos littéraire, mais le faire avec le style de Lucien tout en imitant le grec atticiste s’avérait être potentiellement une grande source d’amusement.

      Cependant, la caractéristique de Lucien qui m’a fait choisir son corpus étant l’inventivité de sa prose, je me trouvai cependant vite mise à mal par un problème : la diversification de ses registres. Il était difficile de trouver réellement un style. J’ai essayé de continuer à utiliser Cirrus en filtrant de plus en plus de mots : d’abord les stopwords usuels, dans la liste spécifique du grec ancien, puis j’ai filtré les noms, et enfin les verbes. Mais les mots qui apparaissaient étaient juste des verbes ou des noms impossibles à filtrer car étant trop accentués (du moins c’est ce que je crois, il s’agissait de génitifs ou de deuxièmes personnes du singulier en particulier). Cet outil trouvait ses limites.

      J’ai donc décidé, pour trouver un style spécifique au dialogue de Lucien, d’utiliser Voyant Tools avec un seul texte cette fois : Prométhée, qui met en scène des dieux se disputant de façon quelque peu ridicule, avec des arguments contradictoires. À partir de là, j’ai utilisé l’arbre de mots pour trouver des expressions ou des liens entre des termes plus intéressants et que je pouvais mieux choisir. Par exemple, j’ai choisi le terme βιος qui s’est révélé être très lié au registre des émotions, puisqu’il avait des liens très forts avec des termes comme αθυμησας par exemple. Ainsi, je prenais connaissance de deux informations différentes. La première était que la vie était un enjeu important, et que mon dialogue devait mettre en scène un tournant dans la vie de mes personnages.

βιος est un terme très fréquemment utilisé car présent dans le Cirrus, et les principaux termes attachés à son syntagme (article et nom) désignent le fait de mourir, avec le verbe τελευτάω notamment, qui signifie “finir”.

La deuxième information était que l’importance du champ lexical des émotions, ce qui suggérait, dans la perspective d’un dialogue satirique, une tendance à l’hyperbole et à l’exagération des émotions. J’ai décidé de donner un côté dramatique et un peu ridicule à mon pastiche, qui était accentué par le lien de οἰμαι avec le verbe επισεισαι (« brandir »), lien assez faible puisqu’il y avait moins d’une dizaine d’occurrences, mais qui me permettait de donner une tonalité faussement épique et donc d’autant plus comique à mon pastiche.

      Peu à peu, mon projet se précisait. Je devais mettre en scène des politiciens, dans un dialogue satirique, avec pour cadre un grand tournant dans la vie politique, tout en choisissant une situation qui prêtait au rire par ses rebondissements inattendus, comme on peut parfois le voir dans le monde politique. C’est pourquoi j’ai choisi le contexte du Brexit. Pour peu que l’on aime se divertir sur Internet, le florilège de caricatures, d’images drôles et de blagues sur le thème du Brexit m’ont encouragée à me tourner vers ce sujet.

      Finalement, il me fallait encore choisir quelques syntagmes à utiliser. J’ai choisi trois expressions qui revenaient régulièrement : καὶ νὴ τὸν Δία (« oui, par Zeus », que j’ai remplacé par « oui pardieu »), οὐ μόνον ἀλλὰ καὶ (« non seulement… mais en outre »), et οὐκ οἶδ ὅπως (« je ne sais comment »). Cette dernière expression démontre une certaine incompréhension, ce qui m’a poussée à donner un rôle secondaire au peuple anglais dans le cadre du Brexit, qui, comme le reste du monde, reste parfois abasourdi devant la tournure de la situation sans avoir l’impression d’avoir le contrôle sur elle.

      Pour conclure, mon utilisation de Voyant Tools s’est précisée au fur et à mesure que mon projet prenait forme, ce qui m’a permis de modéliser ce dernier à mon gré grâce à une bonne connaissance des termes récurrents, des liens entre eux et de leurs occurrences. J’espère qu’il vous aura autant amusé que sa création m’a amusée moi-même.

Et pour finir…

Voici un exemple de “meme”, qui montre que le peuple anglais a perdu son contrôle mais n’a pas perdu son humour.

TLG : découverte et commentaires

Bonjour à tous,

Parmi les différentes bibliothèques numériques proposées, j’ai choisi le TLG à cause de la récurrence de son utilisation dans le milieu universitaire des lettres classiques. Et je n’ai pas été déçue. Voici les quelques remarques que j’ai pu faire.

Tout d’abord, j’ai été impressionnée de constater le parti que le TLG prend des outils numériques. Chaque helléniste sait qu’il peut être parfois long de consulter dictionnaires, grammaires, textes et j’en passe. Le TLG propose de multiples outils réunis sur une seule plateforme, ce qui fait non seulement gagner du temps mais permet aussi l’accès à des outils divers. Ceux proposés sur la page d’accueil lorsque n’importe qui y accède sont : le corpus des textes, un version abrégée de ce corpus, un canon qui contient toutes les références des textes contenus dans le corpus, et un lexique.

Voici la page d’accueil du TLG.

Mais un premier bémol apparaît immédiatement aux yeux d’un utilisateur novice de la plateforme, bémol qui en réalité n’en est pas un. Pour accéder à tout le corpus de textes que le TLG propose, il faut y être autorisé en étant dépendant d’une institution qui permet cet accès. Mais si l’on suit le vieil adage d’Internet selon lequel si quelque chose est gratuit, c’est que nous en sommes le produit, un accès restreint est peut-être le signe rassurant d’une plateforme plus sécurisée sur le plan de la collecte des données ? Cependant, mon vieux rêve d’un accès gratuit et illimité à des connaissances si enrichissantes pour tous n’en est pas moins quelque peu frustré.

Mais une fois cet obstacle dépassé, on découvre que le TLG offre les outils habituels de l’helléniste, mais en offre aussi certains qui sont inédits et qui ouvrent de nouveaux horizons à la recherche. En effet, on peut chercher à retrouver un texte à partir d’une citation grâce à l’outil “brower”, ou même trouver une sélection de textes à partir d’un mot. Cela permet une approche nouvelle du texte : celui-ci devient un support utilisable bien plus “rapidement” si l’on peut dire, puisqu’il ne contraint plus à une lecture purement linéaire.
 On peut aussi utiliser l’outil “N-Gram” qui calcule la récurrence de certaines associations de mots, dans un texte ou dans un corpus de texte, et peut comparer l’utilisation de ces combinaisons entre plusieurs textes.

Un exemple d’utilisation du “N-Gram” : j’ai comparé l’Iliade d’Homère et les œuvres de Plutarque.

Finalement, il devient vite évident que le TLG est très intéressant d’un point de vue des Humanités numériques. C’est d’autant plus le cas lorsqu’on utilise l’outil “Statistics” qui permet de calculer la fréquence d’utilisation de certains mots selon les siècles et les auteurs par exemple. Ainsi, le TLG permet la “distant reading”, donc une autre manière d’aborder les textes qui m’enthousiasme tout particulièrement puisqu’elle apporte un renouveau dans une série de réflexions entamée il y a plusieurs millénaires.

Exemple de statistiques accomplies par le TLG

Pour finir, j’ai une dernière remarque à faire sur les quelques failles que peut présenter le TLG d’un point de vue extérieur et abstraction faite de tout le travail déjà fourni par ses créateurs au fil du temps. Par exemple, l’ergonomie peut laisser à désirer, et le site manque parfois de clarté : on ne peut pas toujours choisir exactement les modalités de comparaison entre les textes par exemple, ou on nous dit que le TLG est “worldwide” avec une carte sans légende qui nous laisse perplexe. Mais ce ne sont que de menus défauts qui mettent en valeur, selon moi, le renouveau continuel du TLG : en attendant de pouvoir offrir de meilleures informations, le site redirige vers d’autres plateformes spécialisées dans d’autres domaines (comme l’iconographie avec le site Diotima par exemple).

Voici comment y accéder à partir de la page d’accueil

En outre, un onglet “news” annonce très régulièrement les innovations faites par les administrateurs de la plateforme, comme les agrandissements de corpus par exemple.

En somme, ce site pourtant connu fut un plaisir à explorer.

Découverte des Humanités classiques et numériques

Après avoir fait le choix en Première de me diriger vers la filière littéraire, choix déjà risqué à l’époque, j’ai fait le choix en prépa littéraire de me spécialiser en lettres classiques, et plus particulièrement en grec. Après trois ans de prépa à Fustel de Coulanges (Strasbourg), je suis venue ici car on m’avait dit que le département de philologie de Nanterre est le plus dynamique, selon mes anciens professeurs. Le terme d’humanités “numérique” m’est donc d’abord resté indifférent. Lorsque j’ai compris qu’il recouvrait l’apprentissage d’outils aussi obscurs au premier abord que le code, j’ai perdu mon assurance pour me demander si j’avais fait le bon choix. Après tout, mes seules connaissances dans le domaine provenaient d’articles sordides sur le hack, ou de la série excellente mais néanmoins angoissante Mr Robot. A présent, je suis non seulement heureuse à l’idée d’apprendre à utiliser des outils inconnus de beaucoup de chercheurs dans le domaine des lettres classiques, mais je suis aussi soulagée de pouvoir continuer à apprendre quelque chose de fondamentalement nouveau, même au niveau du master qui suppose une spécialisation approfondie dans un domaine déjà un peu connu.