Remarques succinctes à propos du site Perseus

Perseus est un projet très complet, contenant des ressources et matériaux abondants pour les études latine et grecque (entre autres études…), y compris des commentaires pour certaines œuvres. À l’ère du numérique, ce genre de site donne une plus grande visibilité et un meilleur accès aux œuvres classiques y dépérissant.
Cette visibilité demeure pourtant amoindrie à cause de la nature même du site. Bien que des sites partenaires soient affichés dans la marge, ils ne renvoient que vers des sites anglo-saxons et allemands, ce qui rend Perseus quasi-inexistant dans d’autres pays, comme si les sciences de l’Antiquité n’étaient l’apanage que d’un cercle restreint binational.

Les sources sont principalement livresques, tirées des œuvres originelles, qu’elles fussent elles-mêmes déjà numérisées, c’est-à-dire simplement copiées sur ce site à partir d’un autre site, ou du support papier. Les commentaires, récents et ayant connu l’informatique, viennent surtout de d’écrits déjà présents sur la toile.

capture_d_ecran_perseus_2

L’apparat du site est austère, froid, tel l’image qu’ont les lettres classiques actuellement. Si ce stoïcisme humble et simple, tiré sans doute des savoirs en rapport avec l’Antiquité vénérée par de tels projets, peut avoir son charme pour les connaisseurs qui ne s’arrêtent pas à ce genre de futilité, son allure manque cruellement de pédagogie. Sans vouloir y inclure couleurs, farfadets et licornes, le site gagnerait sans doute en esthétique à y inclure banderoles, arrière-plans et autres images et photographies de céramiques, de sculptures, de peintures… en accord, éventuellement, avec les sujets abordés par les textes que l’internaute a choisis.

Le public visé est un public averti, érudit. Connaître l’anglais est nécessaire pour un non-anglophone, et même pour ces derniers l’usage d’un tel site n’est jamais anodin. On ne s’y égare que rarement. Il faut donc avoir l’utilité de Perseus ou un réel intérêt personnel ou scientifique pour les sujets traités.

capture_d_ecran_perseus

Sa grande richesse rend ce site complexe à utiliser pour qui ne maîtrise pas suffisamment l’anglais, même s’il s’agit d’un anglais (volontairement?) simple. Il nécessite un temps d’adaptation, d’usage pour être pris habilement en main. Il est utile dès lors d’explorer tous les liens existants pour en connaître la fonction, ce qui peut s’avérer long voire décourageant. Toutefois, les plus déterminés comprendront toutes les possibilités qu’offre le site (recherche de références, titres, auteurs… choix des préférences pour l’Unicode ou la visibilité textuelle, répertoire découpé en plusieurs sous-répertoires pour des retours plus aisés, etc.).

Tels Itinera electronica et Hodoi elektronikai, j’ai pleinement l’utilité de tels sites qui permettent d’accéder gratuitement aux textes étudiés et à des commentaires relatifs. Toutefois, les sites mentionnés étant en français, offrant sensiblement les mêmes services et étant plus simples d’utilisation, je me porterai plus volontiers vers ceux-ci lorsque cela sera nécessaire. Le supplément que possède Perseus, ce sont des rubriques iconographique et archéologique, ce qui le rend plus complémentaire qu’indispensable…

Ce site n’apporte pas vraiment de nouvelles connaissances sur l’Antiquité mais se contente de compiler celles préexistantes et de les mettre à jour si besoin quand de nouvelles études ont été menées, apport toutefois non-négligeable puisque cela épargne de longues heures de recherche parfois vaines pour trouver une étude en rapport avec un thème donné et permet une diffusion des savoirs plus large et moins fastidieuse.

Le dernier homme…

voyant_tools

L’on pourrait croire qu’une élite intellectuelle et culturelle en puissance a toujours soin, par ses immenses propensions à embrasser tant de savoirs et d’idées qu’elle passe son temps à confronter pour déboucher inévitablement sur les mêmes conclusions jamais tranchées quels que soient les sujets, d’apprendre à tolérer la doxa pédagogique d’universités ne faisant que peu de cas de l’expression créatrice pour laisser place à un scientisme absolu. Dans une volonté très démocratique de justifier tous les goûts et toutes les disciplines existants (sans doute, dans un esprit égalitariste, pour accorder le statut de « professeur » à quelqu’un qui beuglait que sa passion était aussi légitime et transcendante que des études portées par le poids de la tradition, de l’Histoire et et de l’érudition quasi-érémitique telles les lettres classiques), ainsi en est-on réduit à devoir étudier l’informatique, la communication, le management et autres étrons diarrhéiques d’anciennes disciplines plus aristocratiques à l’élégance et à la saveur d’un vin miellé tout droit venus du monde de l’axe du Bien et du « branché », même quand on a tout fait pour ne devoir pas en arriver là: le monde anglo-saxon.
En tant qu’étudiant en lettres classiques et modernes, je méprise profondément toutes ces fausses nouveautés technologique ou ludique provoquant l’hystérie générale mais qu’on retrouve pourtant dans les recherches d’emploi afin d’espérer avoir, pour le malheureux sur-diplômé, ne serait-ce qu’un entretien d’embauche avec un « jeune cadre dynamique kiffant la life » qui n’a pour seul atout de séduction qu’un porte-monnaie s’ouvrant aussi facilement que les jambes d’une prostituée dans un bordel pour marins. Parce que des compétences dans les domaines mentionnés plus haut sont souvent requises, et parce que l’élite intellectuelle a été malencontreusement supplantée par une élite boutiquière qui ne pense qu’avec lesdites jambes (avec l’heureuse collaboration des universités s’accouplant aux entreprises pour survivre, ce qui établit une hiérarchie institutionnelle…), les littéraires ne sont plus des écrivains futurs, les littéraires ne sont plus des penseurs, des novateurs, des créateurs ou même des rêveurs. Les voilà relégués au rang de simples ressources humaines servant les Léviathans entreprenariaux qui ont toutefois, afin de modérer le propos (merci l’université châtrée!), assez de synapses pour reconnaître que nous savons parler en usant d’une diction supérieure à la moyenne, ce qui est pratique pour leur servir de Bescherelle vivant.
J’ai dû être bien naïf pour penser que j’arriverais à changer les choses, au moins à mon échelle, ou à agir à ma guise et que ce genre de discours remporterait nombre de suffrages puisqu’il propose d’inverser, ou plutôt de remettre au bon endroit dans la hiérarchie la plus naturelle qui soit, celle en laquelle l’intellect, l’érudition et la culture se retrouvent au haut de la chaîne alimentaire, ces boutiquiers arrivistes, parvenus et prodigues dans l’anatomie d’un pays : l’estomac… Oui ! les études des lettres et de tout ce qui réclame un esprit curieux, savant et créatif sont bien supérieurs aux dépotoirs médiocratiques car cela mobilise l’usage d’un cerveau qui ne peut qu’échouer dans ces domaines s’il n’a pas commencé à servir depuis sa plus tendre enfance. En revanche, tout le monde sait utiliser son estomac de la même manière et instinctivement sans avoir besoin de se dire « Je digère donc je suis ». De plus, le résultat est toujours le même… L’estomac n’a pas conscience de lui, c’est un outil, non un chef qui détermine les individualités.
Si selon moi de telles études sont bien plus précieuses à l’humanité que tout ce que l’humanité actuelle pourra pondre d’œufs surprises éphémères (pour divertir les enfants!), et c’est ce qui justifie une telle causticité envers la montée en puissance des relents gastriques et une telle tristesse envers les cerveaux grabataires fiers de cette situation, c’est parce qu’elles se définissent par leur intemporalité. Jamais nous ne pourrons les rattacher à une époque en particulier. Elles persistent et persisteront encore. Elles sont seules capables de défier les siècles sans que jamais leur dorure ne ternisse, même sous les lancers de boue des quelques singes carnavalesques criant à l’inutilité économique, sociétale (pour les rares capables d’user de ce terme)… On parle encore de La Princesse de Clèves, dès demain, eux, on les aura oubliés.
Je ne veux pas être eux, c’est tout ce qui (m’) importe…

Ecce numericus

image_pour_billet

L’étude des lettres classiques, toute poussiéreuse qu’elle soit, n’en dégage pas moins le charme que possèdent de vieux livres jaunis, odorants et rongés qu’on retrouverait dans un grenier baigné d’un mince mais précis rai de lumière en direction de ceux-ci. Son ancienne bibliothèque, qui ne défatigue pas à les ranger malgré tout harmonieusement après toutes ces années d’abandon voire de mépris par les résidents en-dessous, n’est rien d’autre que le poids noble et difficilement contestable de la tradition érudite, laquelle, à travers d’illustres noms inscrits sur les étagères voluminiques, a érigé cette étude au rang de connétable des lettres.

Cette bibliothèque demeure oubliée parce que les résidents inférieurs lui ont préféré des reliures noires, froides et plus adaptées aux modes “branchouilles” et “cool” de leur époque souvent très demandées quant à leur utilisation et leur maîtrise par les décideurs récents d’avenir un peu parvenus: les ordinateurs. Cette technologie, tel un aspirateur d’âmes, se contente d’emprisonner le contenu d’un corps livresque séculaire derrière son écran simulant la lumière et en adopte ainsi l’apparence qu’il tente de faire passer pour “moderne”. Ce diable vous regarde presque ironiquement tandis que vous le considérez comme facilitateur de tâches mais ne vous dira pas que sa maîtrise requiert des performances annexes et subalternes que le monde qu’il a créé a rendues indispensables en noyautant les milieux universitaires pour les légitimer par l’esprit.

Le voilà régnant sur les identités par l’immensité d’un réseau englobant facilement notre trop petite planète et sur les notions esthétiques de l’écriture manuelle par le bruit monotone de ses boutons où l’encre est factice et ne peut plus caresser le papier en des langueurs quasiment fétichistes. Le numérique s’est fait Monos et son regard a pardonné Babel d’avoir divisé sa langue et Adam et Eve d’avoir voulu goûter à la Connaissance en rendant à l’humanité son innocence décérébrée.