Querolus, un défi théâtral de l’Antiquité tardive

    Comme de nombreuses œuvres de l’Antiquité, le Querolus débute par une préface, appelée prooemium, dans laquelle l’auteur anonyme dédie son œuvre à un certain Rutilius, évoque ses intentions littéraires et donne l’argument de la pièce. Outre le titre et la liste des personnages, la préface fait partie de ce que Gérard Genette appelle le « paratexte » dans son ouvrage intitulé Seuils : « cette frange, en effet, toujours porteuse d’un commentaire auctorial […] constitue, entre texte et hors-texte, une zone non seulement de transition, mais de transaction : lieu privilégié d’une pragmatique et d’une stratégie, d’une action sur le public au service […] d’un meilleur accueil du texte et d’une lecture plus pertinente ». Écrite vraisemblablement dans le premier tiers du Ve siècle de notre ère, au moment où les représentations théâtrales sont vivement condamnées par les penseurs chrétiens, ce texte dramatique semble jouer avec les codes génériques du théâtre. En effet, les destinataires du texte sont bien désignés par le substantif spectatores dans le prologus et l’œuvre est ensuite divisée en scènes où s’affrontent notamment Querolus, son voisin et les trois parasites. Or l’auteur semble affirmer dès la préface que son texte n’est pas destiné à la représentation. De plus, si le personnage de Querolus donne son nom à l’œuvre, il apparaît, dès la préface mais plus encore au cours de la pièce, que ce serait finalement Mandrogerus le personnage principal. Ainsi, nous pouvons nous demander comment le texte dramatique et ses « seuils », titre et préface, mettent en place un programme théâtral original et volontairement déroutant pour défier ses détracteurs.

Première partie

Le Querolus : une pièce jouable sur scène ?

    Dans le Prooemium, l’auteur du Querolus affirme : nos fabellis atque mensis hunc libellum scripsimus (« Nous, nous avons écrit ce petit ouvrage pour les causeries et les banquets. »)1. Or, le texte est parsemé d’informations qui donnent des indications de mise en scène. Dans son Dictionnaire du théâtre, Patrice Pavis définit les indications scéniques de la façon suivante : « Nous entendons par didascalies « tout texte […] non prononcé par les acteurs et destiné à éclairer pour le lecteur la compréhension ou le mode de présentation de la pièce ». Elles comprennent le nom des personnages (didascalies initiales), les indications de leurs entrées et de leurs sorties, la description des lieux, la notation pour le jeu (didascalies fonctionnelles) et le discours rapporté (didascalies internes). » Le texte antique étant dépourvu de didascalies externes, hormis la mention du nom des personnages qui parlent, nous ne pouvons nous appuyer que sur les répliques des personnages qui montrent ou désignent des objets ou des lieux de l’espace scénique ou dramaturgique. En explorant les démonstratifs, nous essaierons d’identifier les didascalies internes qui rendent la pièce jouable sur une scène de théâtre. Notre étude s’appuie sur une exploration textuelle grâce à TXM et nous nous limiterons à l’observation du démonstratif iste.

    Dans INDEX, pour rechercher la fréquence des mots, une première requête “(i|I)st.*“, qui tient compte de la casse, nous permet d’identifier 108 occurrences du démonstratif iste avec ou sans renforcement. En effet, parmi les occurrences listées, 28 sont renforcées par la particule -c : il s’agit soit des formes fléchies de l’adjectif ou pronom démonstratif iste, soit d’un des quatre adverbes de lieu istic (question UBI ?), istuc (question QUO ?), istinc (question UNDE ?) et istac (question QUA ?). Seule la forme istic n’apparaît pas dans la liste. 

    Également dans INDEX, pour distinguer la classe grammaticale des différentes occurrences, nous paramétrons le jeu d’étiquettes morphosyntaxiques en choisissant lapos « (i|I)st.* » et nous obtenons ce résultat. Nous constatons une première difficulté : TreeTagger ne distingue pas les emplois adjectivaux et pronominaux du démonstratif iste.

    Si nous examinons les 8 occurrences adverbiales identifiées par TreeTagger, nous constatons que certaines sont bien adverbiales mais d’autres sont soit adjectivales, soit pronominales.

    Si nous regardons plus précisément le contexte d’emploi, nous constatons que l’occurrence istuc est tantôt un adverbe, tantôt un pronom et que istoc est un adjectif.

    De même, si nous observons la répartition DIM. (dimostrativi : pronomi e/o aggettivi) et PRON. (pronomi), nous constatons que TreeTagger répartit les occurrences non renforcées de iste sous l’étiquette DIM. et les occurrences renforcées sous l’étiquette PRON. :

    Afin de repérer des indications scéniques, nous nous intéressons alors plus précisément aux occurrences adjectivales et adverbiales du démonstratif afin d’identifier des groupes nominaux désignant des lieux ou des objets présents sur scène ainsi que des adverbes indiquant les déplacements des personnages.

    Le tableau ci-dessous présente les groupes nominaux dont le nom est actualisé par le déterminant démonstratif iste :

    Ainsi, dans cette liste, plusieurs groupes nominaux jouent le rôle de didascalies internes : en effet, le lecteur se figure l’espace scénique avec la maison de Querolus et ses portes d’où entrent et sortent plusieurs personnages : aedes istas (§11), ista domo (§82), domum istam (§95), istam ianuam (§99). De plus, certains objets et accessoires sont évoqués et/ou montrés comme le trident tenu par le Lare (§17) et surtout l’urne et son contenu, objet de toutes les convoitises : thesaurum istum (§44), arcula istaec (§77), lustrum istud (§77), arculam istam (§80).

    Outre les indications relatives au décor et aux accessoires données par les didascalies internes, les propos des personnages inscrivent l’action théâtrale dans un temps resserré : en effet, l’action du Querolus se déroule sur une seule journée et les personnages évoquent aussi les heures qui ont précédé cette action. Par exemple, au début de la scène 3, les trois voleurs sont réunis et chacun raconte successivement un rêve qu’il a fait la nuit précédant le début de la pièce et qui motive le vol envisagé dans les heures à venir. Au cours de cet échange, l’actualisation du substantif nocte se fait tantôt par le démonstratif hac, tantôt par le démonstratif ista. C’est Sycophanta qui narre le premier son rêve : Atqui si scias, Mandrogerus noster , quale egomet somnium nocte hac uidi ! (“Ah, si tu savais, cher Mandrogéronte, ce que j’ai vu en songe cette nuit…”). Mandrogerus l’encourage à poursuivre et Sycophanta ajoute : Nocte hac uidebam thesaurum quem sperabamus nobis uenisse in manus. (“J’ai vu cette nuit le trésor espéré parvenu en nos mains.”). Sycophanta évoque non seulement les pièces d’or (solidos) qu’il a vues mais aussi les petits crochets recourbés (uncinuli, hamati), les colliers (torques) et les petites chaînes (catenulae), non pas bijoux précieux mais instruments visant vraisemblablement à arrêter et à emprisonner les futurs voleurs  : la naïveté avec laquelle Sycophanta décrit le trésor convoité et leur propre arrestation produit à la fois un comique de caractère et un comique de situation. Le démonstratif hac est employé par l’énonciateur pour situer le rêve qu’il raconte dans un passé proche du présent de l’énonciation, à savoir cette nuit précédant le jour du vol. Sardanapalus intervient alors : d’abord dans un bref aparté, il se moque du récit fait par Sycophanta, qualifié de infaustum hominem. La seule chose que le naïf n’a pas vu dans son rêve, c’est la prison (carcerem). Ensuite, Sardanapalus interpelle Sycophanta par une apostrophe ironique Ohe homo prodigiose et prend à son tour la parole pour raconter le rêve qu’il a fait nocte ista, dans le prolongement de celui de Sycophanta : en effet, en racontant qu’il a vu un cadavre (funus), sans doute celui de son naïf compère, Sardanapalus se moque de Sycophanta et de son récit. Nous pourrions alors gloser nocte ista par le groupe nominal enrichi « cette nuit dont tu parles ». Par la variation du démonstratif, nous comprenons alors que Sardanapalus n’a fait aucun rêve mais que le rapide récit qu’il fait achève de discréditer les propos de Sycophanta. Enfin, Mandrogerus intervient pour couper court à cet échange stérile, propose une interprétation positive des signes funestes vus par ses deux acolytes et décide de raconter son propre rêve, celui qu’il a fait à son tour nocte hac : en employant à nouveau le démonstratif hac pour situer son récit dans le temps, Mandrogerus efface le pseudo-songe de Sardanapalus pour mettre en avant celui qu’il a fait lui-même. Dans cette scène 3, Mandrogerus est celui qui s’exprime le plus non seulement par le nombre de ses répliques (19 pour lui, 13 pour Sycophanta et 9 pour Sardanapalus) mais aussi par leur longueur comme en témoignent ses deux tirades au début et au milieu du dialogue. Ainsi, la variation des démonstratifs permet d’évoquer une action qui s’est passée dans le temps qui précède la pièce et révèle également un rapport de force dans le groupe des trois voleurs, trio dans lequel Mandrogerus s’affirme comme la tête pensante. 

    En ce qui concerne les mouvements effectués par les personnages sur l’espace scénique, à la fin de cette même scène 3, les adverbes de lieu employés dans l’échange entre Mandrogerus et Sycophanta rendent compte des déplacements des compères qui se séparent et partent dans des directions opposées pour préparer leur mauvais coup.

MAND. Ego istuc in parte hac deambulatum ibo, illinc obseruabo omnia atque ubi res uel ratio postularit, continuo hic adero. (“Je vais me promener de ce côté et de là, j’observerai tout : quand notre plan ou les circonstances le voudront, j’accourrai aussitôt.”)

SYCOPH. Nos quoque paululum istac secedamus, ne suspicionem improbitas paret. (“Éloignons-nous un peu par ici, pour qu’on ne vienne pas à soupçonner nos mauvaises intentions.”)

 

    En conclusion, observer l’emploi du démonstratif iste dans le Querolus permet notamment d’identifier des didascalies internes qui donnent des indications scéniques précieuses afin d’imaginer le décor et les accessoires présents sur l’espace scénique en vue d’une représentation devant des spectateurs. Le travail sur les démonstratifs et leurs fonctions dans la théâtralité du texte n’est qu’ébauché : si dans CONCORDANCE on inscrit les requêtes [lalemma=”(i|I)ll.*”] et [lalemma=”(h|H)ic*”], on trouve 135 formes de ille et 223 formes de hic, soit plus de 350 formes à observer. Mais dans l’économie du dialogue de la scène 3 et dans le jeu des démonstratifs hic et iste, nous avons vu aussi que Mandrogerus affirme déjà sa place dans l’action théâtrale. Dès lors, on peut se demander si ce personnage n’est pas le protagoniste du Querolus.

 

Deuxième partie

Mandrogerus ou Querolus, quel héros pour la pièce ?

    Dans le Prooemium, l’auteur du Querolus présente aux spectateurs ses personnages en ces termes : Querolus, qui iam nunc ueniet, totam tenebit fabulam. Ipse est ingratus ille noster : hic felix erit. (“Querolus, qui viendra maintenant, tiendra l’entièreté de la pièce. Celui-ci est un homme ingrat, il sera notre personnage heureux”). E contrario, Mandrogerus aderit fraudulentus et miser (“Face à lui se trouvera Mandrogerus, déloyal et misérable.”). Personnage éponyme de la pièce, Querolus est ainsi présenté comme le personnage principal, le “héros” de l’histoire. Pourtant, peut-on réellement dire que Querolus tient le rôle de protagoniste principal ? En effet, en lisant la pièce, on peut s’apercevoir que la “bonne” fin est destinée à Querolus, tandis que la mauvaise échoit à Mandrogerus. Cependant, c’est par l’intermédiaire de ce dernier que la pièce avance et que l’intrigue se met en place. Dès lors, Mandrogerus semble, à première vue, pouvoir être considéré comme le protagoniste principal car il possède le rôle le plus essentiel dans l’avancée de l’intrigue.  

    A travers la PROGRESSION, on peut s’intéresser à la répartition du nombre de prises de parole entre ces deux personnages. De fait, par la recherche du nombre d’occurrences de “MAND” et de “QVER” qui représente les prises de parole des personnages, on peut remarquer que Querolus prend la parole à plus de reprises que Mandrogerus. Cependant, ce nombre ne permet pas d’obtenir une idée précise du temps de parole effectif des personnages.

     Le texte se divise en deux parties, entre les interventions du Lare au début de la pièce, puis la pièce en elle-même. Dans son « examen littéraire de la pièce », Louis Havet2 écrit ainsi : « ce n’est pas seulement une comédie de salon, c’est une comédie faite pour un certain salon, celui de Rutilius: cette origine artificielle se reconnaît tout de suite à l’incohérence des données. Il y en a deux principales : d’une part une intrigue assez bizarre, par laquelle des fourbes réussissent à voler un trésor, puis sont conduits à le rendre involontairement à son maître ; d’autre part un caractère, celui de Querolus […], le Mécontent, le Frondeur, le Pessimiste, le Grincheux. […] Le premier acte ne fait pas corps avec les suivants : ces deux parties d’une même œuvre ne tiennent l’une à l’autre que par une couture très peu solide ». Pour notre questionnement sur le personnage principal de l’œuvre, nous partons du postulat qu’il convient de s’intéresser à la pièce seulement à partir de la scène 3 dans laquelle se met en place l’intrigue. En effectuant la même recherche, mais cette fois-ci au sein d’un sous-corpus débutant seulement à la scène 3, nous obtenons ainsi ces données :

    A partir de cela, si l’on s’intéresse à la pièce après le début de l’intrigue, soit l’apparition de Mandrogerus et de ses compères, on remarque que c’est ce dernier qui dispose des prises de parole les plus nombreuses, soit 156 contre 116 pour Querolus

     Le sous-corpus constitué nous permet ainsi de nous intéresser plus avant à l’intrigue de l’urne. Si la pièce dans son ensemble est constituée de 14 993 mots, le sous-corpus compte, quant à lui, 9976 mots. Le graphique qui suit commence par conséquent au mot 5227 (nombre indiquant que le mot ouvrant la scène 3 est le 5227eme) et se termine à la fin de la pièce, au mot 14 993.

    Quand nous nous intéressons à une progression globale des prises de parole de l’ensemble des personnages de la pièce, nous pouvons cependant remarquer que nos deux sujets de questionnement sont ceux qui semblent s’exprimer le plus souvent, et cela de manière continue tout au long de la pièce. Nous pouvons donc en conclure qu’ils sont les deux protagonistes principaux de l’œuvre. 

     Au chapitre 6, entre les mots 8839 et 10 010, on relève également qu’aucun personnage ne semble prendre la parole. Or il s’agit en réalité d’un monologue de Pantomalus Servus. Aussi ne prend-il la parole qu’une seule fois, au début de la scène. 

     Mais il ne faut pas confondre le temps de parole et le nombre de prises de parole. En effet, on a remarqué précédemment que Mandrogerus prend plus souvent la parole que Querolus (156 contre 116). Si on s’intéresse au nombre de mots prononcés dans le sous-corpus, on aboutit à un résultat de 2 352 mots prononcés par Mandrogerus contre 1 393 par Querolus sur les 9 766 que constitue le segment.

   Au moyen de l’INDEX, nous avons pu obtenir le nombre de références internes à chaque personnage. Ce sont les lemmes de ces deux personnages qui apparaissent le plus souvent dans la pièce. Le tableau suivant met en comparaison les formes fléchies de Querolus et de Mandrogerus face à celles des autres personnages.

   Avec ce tableau comparatif, il apparaît clairement que les formes fléchies de Mandrogerus et Querolus sont beaucoup plus nombreuses que celles des autres personnages. Cela appuie l’idée qu’ils sont tous deux bien les protagonistes principaux, ou majeurs, de la pièce, puisque c’est à eux que l’on s’adresse ou que l’on fait référence le plus souvent. 

     L’intrigue principale de la pièce tourne autour de l’importance accordée par Mandrogerus à une pseudo urne funéraire remplie en réalité d’or. De fait, c’est par l’arrivée de Mandrogerus chez Querolus que démarre l’intrigue. Elle en est l’élément déclencheur. Si l’on examine les mots les plus utilisés pour s’y référer, on remarque que ce sont les termes aula, ou sa forma archaïque olla, ainsi que le terme orna qui sont les plus employés.

   Il semblerait ainsi intéressant de chercher à savoir lequel des deux personnages y fait le plus référence. Pour ce faire, nous avons tout d’abord fait un tableau à partir de l’outil CONCORDANCE afin de référencer toutes les occurrences de ces deux noms et de les rattacher au personnage qui les prononce.

   Sur les 19 occurrences relevées ici, il apparaît que Mandrogerus fait référence à l’urne 7 fois de façon directe par opposition à Querolus qui n’y fait référence que 5 fois et le plus souvent pour affirmer son ignorance à son sujet. De plus, Sardanapalus est également l’un de ceux qui utilise ces termes. Or on connaît son lien avec Mandrogerus dans cette cabale. Le fait qu’un des complices de Mandrogerus fasse également référence à cette urne met en avant l’importance qu’elle possède à ses yeux.

   En conclusion, Mandrogerus semble apparaître comme le personnage principal de la pièce car c’est par ses interventions que celle-ci avance et progresse. C’est d’ailleurs aussi par son biais que la pièce s’ouvre et se clôt à travers sa présence dans la demeure de Querolus. Il est bien plus au courant des événements que Querolus, qui semble, d’une certaine façon, seulement les subir et, de fait, il ne connaissait pas l’existence de l’urne et ne se trouve être qu’une victime chanceuse du plan développé par Mandrogerus.

Billet rédigé par Léa Morel et Frédéric Mellet.

Notes :

1. Querolus. Comédie latine anonyme. Le Grincheux (comédie de la petite marmite), texte établi et traduit par Catherine Jacquemard, Les Belles Lettres, Paris, 1994.

2. Louis Havet, Le Querolus, comédie latine anonyme : examen littéraire de la pièce. Texte en vers restitué d’après un principe nouveau, et traduit pour la première fois en français (Thèse, Lettres, Paris, 1880), Paris, F. Vieweg, coll. « Bibliothèque de l’École des hautes études. Sciences philologiques et historiques, 41 »,1880.

La textométrie : pour une autre lecture du latin et du grec

Présentation du cours : objectifs et enjeux

      Le billet qui suit présente notre travail du semestre réalisé dans le cadre du séminaire consacré aux principes et méthodes des humanités numériques. Comme les années précédentes, l’un des versants de ce séminaire consiste en l’étude d’une œuvre grecque et d’une œuvre latine au moyen d’outils numériques. Cette année, les œuvres à l’étude étaient la Vie d’Alexandre de Plutarque, issue des Vies parallèles, et le Querolus, une comédie d’un auteur latin anonyme. Il s’agissait plus précisément de s’initier à la méthodologie de la linguistique de corpus et à sa démarche expérimentale, au logiciel d’analyse textométrique TXM, mais surtout de s’interroger sur les moyens d’appréhender la structure d’un texte par les humanités numériques.

Les textes et leurs traitements

  Nous avons effectué nos investigations avec TXM. Ce logiciel d’exploitation, un des fruits de l’émergence de la textométrie, développé par une équipe du laboratoire IHRIM (UMR 5317) de l’ENS de Lyon, permet l’exploration de textes lemmatisés. Aussi avons-nous utilisé des versions annotées de nos deux œuvres.

      La Vie d’Alexandre a bénéficié, comme 820 autres textes grecs de la collection numérique  « Diorisis Ancient Greek Corpus », d’un vaste travail d’étiquetage de données morpho-syntaxiques. C’est cette version numérique du texte que nous avons utilisée. Pour être compatible et exploitable par le logiciel TXM, le texte a fait l’objet d’un reformatage TEI : nous remercions Serge Heiden, de l’ENS de Lyon, qui en est à l’origine. La lemmatisation, bien que performante et utile en de nombreux endroits, nous a posé problème, notamment pour établir et distinguer ce qui relevait du discours direct et du discours indirect. En effet, l’éditeur a trouvé bon de ne faire figurer que les guillemets fermants, les guillemets ouvrants étant remplacés par des verbes d’énonciation ou n’apparaissant pas dans le cadre d’un dialogue. Par ailleurs, nos analyses morpho-syntaxiques ont, par moment, heurté certaines défaillances de l’outil analysis avec une ambiguïté entre verbes et adjectifs numéraux cardinaux : ainsi « τρεῖς » est considéré comme une deuxième personne du présent ou de l’imparfait de l’indicatif. Enfin, il convient de noter que toute étude sur TXM doit tenir compte des multiples possibilités de flexions pour un lemme donné. Ainsi faut-il adapter ses recherches en formulant des demandes adéquates au moteur de recherche CQP.

    La pièce de théâtre latine a été éditée par Les Belles Lettres, en 1994, et son texte a été établi et traduit par Catherine Jacquemard-Le Sao. Nous avons utilisé une version numérique provenant de cette édition, qui est disponible sur le site de la « Digital library of latin – antique latin texts ». Cette version a été lemmatisée et dotée d’étiquettes morphosyntaxiques par TreeTagger. C’est l’Institut de linguistique computationnelle de l’Université de Stuttgart, dans le cadre du projet « Textual corpora and tools for their exploration », qui a développé l’outil TreeTagger. Intégré dans le logiciel TXM, cet outil permet l’annotation des textes et réalise, pour chaque mot du texte, sa lemmatisation et son étiquetage morpho-syntaxique. Cela signifie que, pour un mot donné, il lui attribue à la fois son lemme, c’est-à-dire la forme qui fonctionne comme entrée de dictionnaire et sous laquelle sont regroupées toutes les formes fléchies correspondantes, et sa partie du discours (avec si nécessaire indication des traits flexionnels). Par exemple, si l’on considère le mot latin « sollicitudinum », TreeTagger nous indique non seulement son lemme, ici « sollicitudo » (le lemme d’un nom en latin est sa forme au nominatif singulier) mais aussi sa partie du discours : ici le logiciel précise la classe grammaticale (nom) et une indication de flexion (génitif). Si TXM nous permet d’apporter une correction à l’annotation automatique, il permet aussi d’ajouter une nouvelle annotation, par exemple une annotation sémantique.

Vie d’Alexandre de Plutarque

     Plutarque est un auteur grec du Ier-IIe siècle ap. J.C, entre autres philosophe et biographe. Il a écrit les Vies, son œuvre la plus célèbre, au début du IIe siècle ap. J.C. Il s’agit d’un ensemble de portraits de grands hommes ayant la particularité d’être regroupés par paires. Plutarque associe la biographie d’une figure de l’histoire grecque et celle d’une figure de l’histoire romaine afin de souligner leurs similitudes. Le texte que nous avons choisi pour ce projet, la Vie d’Alexandre, fait partie du diptyque Alexandre-César, deux figures de conquérants très importantes dans la culture gréco-latine. Alexandre le Grand est un roi Macédonien, fils de Philippe II, qui règne de 336 à 323. Il est surtout connu pour avoir bâti un grand empire s’étendant jusqu’aux portes de l’Inde et pour avoir diffusé la culture grecque dans ces régions orientales. Naturellement, l’élément le plus intéressant de son histoire est sa conquête de l’”Asie”, dont le récit constitue la majorité de sa biographie. Mais Plutarque se plaît également, en mélangeant le récit de ses aventures à diverses anecdotes, à peindre son caractère et son évolution au fil des ans. À la lecture de la Vie d’Alexandre, la conduite du récit nous a paru assez remarquable : elle imposait par conséquent de s’essayer à une étude approfondie du style d’écriture. Alexandre et ses proches prenant, à vue d’œil, régulièrement la parole, l’analyse du discours direct nous a paru pertinente. Plus encore, la structure générale du récit de Plutarque faisant l’objet de nombreuses analyses, nous avons décidé de réaliser une étude des éléments qui en composent le squelette, c’est-à-dire ici les connecteurs logiques et les adverbes. Cependant, le rythme étant aussi marqué par d’autres groupes de mots, qui déroulent des fils conducteurs parallèles, nous nous sommes également interrogés sur la place des noms propres de lieux et de personnages dans ce récit. Enfin nous nous sommes penchés sur un élément récurrent de la vie d’Alexandre, à savoir son rapport aux oracles dans les différentes étapes de son parcours et de la construction de son caractère.

Querolus

    L’auteur du Querolus, une comédie du Bas-Empire romain, nous est inconnu. Cependant, dans la préface, l’auteur apostrophe un certain Rutilius, qui pourrait bien être Rutilius Namatianus, un homme politique du début du Vème siècle. Il serait alors légitime de penser que l’auteur ait gravité dans l’entourage de ce dernier. La pièce s’ouvre par un prologue et se déroule en quinze scènes, dans lesquelles on voit Mandrogerus essayer de récupérer une partie de l’or qui lui a été promis par Euclion, le père de Querolus, avant sa mort. Il apparaît d’abord au lecteur que le personnage de Querolus se caractérise par sa mauvaise humeur. Mais, d’emblée, c’est surtout le statut paradoxal de ce dernier qui a retenu notre attention. En effet, s’il est le personnage éponyme de la pièce, son statut de protagoniste principal pose question au vu de la place de premier plan qu’occupe le parasite Mandrogerus dans l’intrigue. Outre le statut et les caractéristiques des personnages, le statut même de l’œuvre comme pièce de théâtre a également suscité notre intérêt : même si la pièce semble ne pas avoir été jouée, elle a été écrite pour l’être. Ainsi les études qui suivent permettent de renouveler, au moins de façon modeste, les approches qui ont pu être faites de ce texte dans le passé, tout en permettant de saisir un peu plus son originalité.

Sitographie :
 
– Vie d’Alexandre (texte grec) :
 
– TXM : Heiden Serge, Magué Jean-Philippe, & Pincemin Bénédicte. (2010). TXM : Une plateforme logicielle open-source pour la textométrie – conception et développement. In JADT 2010 : 10th International Conference on the Statistical Analysis of Textual Data (pp. 12 p.). Rome, Italie. 

 

Billet rédigé par Benoît C., Hugo Caveriviere, Chrysa Maria Kofina, Inès Le Guillou, Frédéric Mellet, Léa Morel, Axelle Penture et Evie Roussel.

Tristesse illyrienne

Lorsque je revois en pensée l’extrême tristesse de cette journée
Qui fut le dernier moment de notre existence sans grises nuées,
Lorsque je repense à cette matinée qui a vu notre destin basculer,
De mes yeux maintenant encore coulent des larmes salées.
Le jour venait de se lever, où avec lui le Kanun se réveillait
Et allait sans délai ordonner notre départ précipité.
Du fond des âges revenait une cruelle tradition
Qui demandait une injuste justice par sa loi du talion.
Pour un crime d’amour était exigée une vengeance de mort.
Pour la faute d’un seul, c’était le destin de tous soumis au sort.
Ils sont venus, insultes à la bouche, pour salir ma maison,
Ils sont venus, haine dans les yeux, pour réclamer la rançon,
Ils sont venus, colère sur les joues, pour perdre la raison,
Ils sont venus, armes à la main, pour tuer mon garçon.
Les dieux ont permis que mon fils ne soit que blessé
Et m’ont laissé le temps de le faire soigner.
Désormais nous étions rongés par la peur
De les voir revenir pour acter notre malheur.
Désormais nous ne pensions qu’à fuir notre patrie
Pour aller trouver un refuge sous le ciel de l’Italie.
Mais il fallait tout laisser derrière nous,
Partir sur les routes, sur la mer, sans un sou.
Et après l’Italie, nous rêvions de la France
Qui était le pays de toutes les espérances.
Alors nous avons rassemblé dans la précipitation
Les morceaux de notre vie vouée à la désolation.
Lorsque, la terreur passée, mes membres sidérés reprirent vie,
Lorsque j’eus enfin repris mes esprits après la tragédie,
Je m’adressai pour la dernière fois aux lieux de ma naissance :
« Cité qui a vu s’épanouir les jeux de mon insouciante enfance,
Je te laisse derrière moi avec mille regrets amers.
Hélas ! Bientôt je ne te verrai plus car je serai sur la mer.
Hélas ! Bientôt je ne vivrai plus car j’aurai perdu ma citadine compagne.
Rivières dont j’ai vu l’eau printanière couler des montagnes,
Aujourd’hui ce sont mes yeux qui sont ruisseaux de larmes !
Forêts où le vent automnal a soufflé son vacarme,
Aujourd’hui c’est ma bouche qui expire son alarme !
Murs de pierre que le soleil estival chauffait de ses rayons,
Aujourd’hui c’est la fièvre des adieux qui accable mon front !
Terres chéries que la neige hivernale recouvrait de sa blanche douceur,
Aujourd’hui c’est la douleur du départ qui glace mon triste cœur !
C’est la loi ancestrale qui m’ordonne de quitter le séjour de mes ancêtres.
C’est la dette du sang qui exige du fautif qu’il quitte les siens.
Puisses-tu, Kanun, apaiser ta colère pour un jour à nouveau nous admettre !
Puisses-tu oublier les maux pour qu’un jour nous retrouvions nos biens ! »
Déjà c’était le moment de quitter la maison familiale,
Déjà c’était le moment de fuir pour une fuite infernale.
J’emportai avec moi seulement dans mon cœur
Un sac de souvenirs pour adoucir mon malheur.
Pour protéger mes fils, je laisse mes parents, mes frères, mes sœurs.
Je pars avec femme et enfants sur les chemins du déshonneur.
Sur le bateau où j’embarquais au port de la Dyrrachium antique
Je regardais s’éloigner les côtes illyriennes au paysage idyllique.
J’adressai alors cette dernière prière au moment de l’exil :
« La colère du Kanun t’ordonne de quitter ta chère patrie,
Les querelles des hommes déchaînent les orgueils virils,
Les traditions empêchent les familles de vivre leur vie.
Mais au Pays des Aigles je fais cette solennelle promesse :
Un jour je reviendrai pour que tout cela enfin cesse.  »

Analyse du pastiche

En écrivant ce pastiche, j’ai souhaité donner la parole à ceux qui quittent leur pays et que l’exil condamne souvent à des situations très précaires. J’ai eu l’occasion de recueillir un témoignage dont je me suis très librement inspiré pour écrire cette élégie à la manière d’Ovide. J’ai donné la parole à un père albanais dont la famille est victime du Kanun, qui est un code juridique fixé vers le milieu du XVe siècle et qui admet, en Albanie, l’assassinat pour venger la mort d’un membre de la famille.

La première étape de mon travail a consisté à insérer les cinq livres du recueil des Tristes dans Voyant Tools. Le site propose une profusion d’outils qui sont parfois déroutants. L’outil TERMES est sans doute le plus intéressant car il fait apparaître la fréquence des mots les plus employés par l’auteur.

A partir de la liste des mots latins, j’ai ainsi identifié plusieurs réseaux lexicaux qui définissent les thèmes ou les motifs de l’élégie ovidienne. Il faut prendre en considération la variation morphologique des mots aux différents cas de la déclinaison : tout d’abord l’élégie est le poème de la plainte douloureuse comme en témoigne le lexique des sentiments et des émotions : dolor ; mala ; ira ; poena ; lacrima. Ensuite un autre réseau lexical décrit l’espace géographique dans lequel s’exprime cette douleur : urbs, patria, mare, terra, orbe, tellus, unda, aqua, caelum. Le champ lexical de l’existence qui est soumise à la providence tente de trouver soit une explication, soit un réconfort dans la tourmente : dies, tempus, vita, mors, deus, fortuna, fatum. Enfin Ovide a dû quitter précipitamment Rome à la suite d’un ordre d’Auguste : non seulement il a quitté les lieux qu’il aimait mais aussi les êtres qu’il chérissait. C’est pourquoi le champ lexical des liens familiaux et amicaux sillonne le texte : pater, natus, nata, puer, uxor, frater.

Les Tristes sont des poèmes épistolaires et souvent le poète s’adresse à Auguste directement ou indirectement pour réclamer sa clémence. Le nom Caesar est un des mots les plus employés avec une quarantaine d’occurrences. Grâce à l’outil SYNTAGMES, j’ai constaté que le génitif Caesaris apparaît 14 fois, dont 7 fois en fonction de complément du nom ira. Dans OUTILS de CORPUS puis MICRO SEARCH, on peut voir que la forme Caesar est présente à travers les cinq livres. Pour mon pastiche, j’ai décidé de personnifier le rude Kanun pour en faire en partie le destinataire intraitable du locuteur qui doit s’exiler de sa terre natale.

La deuxième partie de mon travail a consisté à choisir une élégie précise que je souhaitais imiter : j’ai choisi la troisième élégie du livre I dans la très belle traduction de Danièle Robert aux éditions Actes sud. Dans cette élégie, Ovide fait le récit de son départ précipité. J’ai essayé de suivre la structure du récit. Pour donner une couleur poétique à mon pastiche, j’ai non seulement utilisé des rimes mais aussi des structures anaphoriques afin de recréer la musicalité de la plainte. Seuls les vers ne respectent pas un schéma métrique précis.

Pour finir, en insérant une traduction française des Tristes dans Voyant Tools, j’ai identifié l’emploi du subjonctif exprimant un souhait avec les formes Puisse / Puissent . Dans le texte latin, ces souhaits sont exprimés par la forme latine utinam et surtout le verbe precor. En effet, au fil des poèmes, Ovide multiplie les prières pour voir un jour sa peine s’assouplir. C’est ce qui m’a permis de conclure sur une note positive… en espérant que les Albanais n’attendront pas 2000 ans pour revoir leur patrie comme Ovide qui, depuis les Champs-Élysées, a peut-être reçu la nouvelle de sa réhabilitation symbolique par le Conseil municipal de Rome en 2017 !

Gallica, une bibliothèque gauloise

Ouverte à tous avec un accès libre depuis 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la BNF et de près de 300 partenaires de l’ensemble du territoire, ce qui en fait une bibliothèque partagée. En 2023, elle offre à ses usagers plus de dix millions de ressources.

Les documents sont nombreux et on trouve aussi bien des manuscrits que des livres, des journaux, des revues, des images ou encore des enregistrements sonores et des vidéos. Les ouvrages sont souvent au format PDF mais certains sont téléchargeables dans d’autres formats comme les formats EPUB, TXT ou JPG.

La plupart des documents sont des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public depuis 70 ans et plus. S’ils sont réutilisés sans but lucratif, ces contenus sont libres et gratuits à condition d’indiquer leur source, par exemple «Source gallica.bnf.fr / BnF». Les chercheurs peuvent utiliser ces ressources gratuitement dans le cadre de leurs publications à caractère scientifique. Quelques contenus sont soumis à des conditions d’utilisation particulières comme les «documents protégés par un droit d’auteur appartenant à un tiers» ou les «documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires de la BNF.»

Lorsque l’usager souhaite faire une recherche, trois modalités s’offrent à lui : soit faire une recherche simple ou une recherche avancée pour obtenir des résultats plus précis, soit consulter des sélections qui proposent des contenus déjà bien classés par types de documents, thématiques ou aires géographiques.

Par exemple, pour rechercher un manuscrit des Tusculanes de Cicéron, on peut multiplier les champs de recherche en précisant l’auteur ou le contributeur ainsi que le titre…

… ou restreindre le champ de recherche en sélectionnant un type de documents parmi sept propositions.

Après avoir lancé la recherche, on obtient une liste de résultats.

Pour les manuscrits, le chargement de la page est parfois long, voire très long. Quand la page s’affiche, une fonction zoom permet au lecteur d’agrandir le texte, ce qui est pratique pour un travail de transcription.

Les documents numérisés en mode TXT offrent un module de recherche plein texte. Dans la barre d’outils à droite du visualiseur de documents, le bouton « loupe » permet de rechercher un mot dans le document et le résultat s’affiche ensuite à gauche.

Gallica souhaite être ouverte à tous. Mais son usage pédagogique me semble très limité non seulement par la densité des informations qui se présentent à l’œil du lecteur mais aussi par la complexité rédactionnelle inadaptée à un jeune public de collégiens et encore moins d’écoliers. Si l’on fait une recherche « par thématiques » et que l’on sélectionne le thème « littérature », puis « littérature jeunesse » et enfin « classiques de la littérature pour la jeunesse », les éditions des romans sont peu attractives pour le public du XXIème siècle, ce qui est logique vu que les éditions ont plus de 70 ans. Cependant elles offrent souvent de nombreuses illustrations comme celles de Gustave Doré ou de Benjamin Rabier pour les Fables de Jean de La Fontaine. C’est cette richesse iconographique qui peut nourrir le cours de littérature au collège.

Du rêve à la réalité

Originaire de « la petite Rome des Gaules », j’ai eu la chance d’être élève dans un collège qui était situé entre l’amphithéâtre et le théâtre antiques arlésiens. Tous les jours, les vestiges romains étaient sous mes yeux et me fascinaient tout en rendant plus concrets les cours de latin.

Plus tard, pendant mes études universitaires de lettres modernes, je n’ai cessé d’être attiré par les lettres classiques, validant des UV (UE d’une autre époque) de littérature latine et grecque dès que j’en avais la possibilité. Après l’obtention du CAPES à la session toute ronde de l’année 2000, je suis devenu professeur de français et j’ai été muté en ligne droite à la frontière entre la Savoie et l’Italie. Un voyage scolaire m’a permis de découvrir avec enchantement l’Urbs et la ville de Pompéi.

Et ce n’est qu’en août 2022 que j’ai osé faire le premier pas vers mon rêve : reprendre des études de langue et littérature ancienne. Le DUCLA – option latin a été la première marche. Avec ce master, j’ai envie de gravir quatre à quatre les marches qui conduisent aux « humanités classiques et numériques ». J’ai choisi ce master car il permettait de faire des études classiques sans être helléniste. La charge de travail est lourde en travaillant à plein temps au centre de la Gaule. Mais je suis heureux de faire partie de cette communauté apprenante et humaniste pour cette année universitaire 2023 – 2024 !

Frédéric

Les Cryptoportiques de la ville d’Arles, avril 2022
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search