PHI Latin texts

Le nom PHI Latin Text est une abréviation de Packard Humanities Institute, une société à but non lucratif dédiée à l’archéologie, la musique, la préservation des films et aux archives historiques” (selon sa propre définition sur son site)

Cette bibliothèque numérique, gratuite, permet d’avoir accès à des textes latins, libres de droits. 

1-La page d’accueil
A l’ouverture du site se trouve une page d’accueil, placée là comme un véritable Cerbère : impossible d’accéder aux données de cette bibliothèque numérique sans accepter la politique du site. Mais comme il s’agit d’accepter de n’utiliser ces textes que pour un usage personnel et de respecter les droits des oeuvres, nous nous empressons d’accepter et de cliquer sur le lien.

Petite précision : il est également possible de poser des questions et faire des remarques grâce au lien placés juste en dessous, qui ouvre directement notre boîte mail.

La page d’accueil

2-Les différentes rubriques
Il a trois quatre rubriques majeures sur cette bibliothèque en ligne : « Authors », « Word Search », « Concordance », « About ».

Il est possible de faire une recherche par auteur, dont les noms sont écrits en latin, ce qui suppose une bonne connaissance de leurs noms complets. En effet, le site présente les tria nomina, le praenomen et cognomen étant présentés en bleu simple, et le nomen en gras pour éviter les confusions.

Nous pouvons également chercher un mot spécial, un groupe de mots, ou encore une phrase, dans tous les textes regroupés sur cette banque de données.
J’ai fait deux tentatives, la première avec le mot « agmen ». Cela m’a donné plus de 845 résultats très peu fructueux : le moteur de recherche ne considère pas le mot « agmen » comme un mot en lui-même et m’a donc donné de nombreux textes ou il est question de « fragmenta ».

Cependant, grâce aux statistiques (indiquées par une sorte de minuscule schéma bleu en haut), j’ai pu observer les récurrences de ce mot dans les textes, en pourcentage et nombre de fois, par auteur. C’est ainsi que le mot « agmen » est utilisé 41 fois dans le corpus de Gaius Iulius Caesar et 37 fois chez Marcus Tulius Cicero (ce qui nous étonne à moitié finalement…

Le plus intéressant, et à mon avis très utile reste la possibilité de faire des concordances : le site permet de retrouver toutes les occurrences d’un mot, d’une phrase, parfois même d’un paragraphe dans plusieurs textes différents. Cela facilite beaucoup les études comparatives entre autres.
Il est même possible d’obtenir des résultats en grec (bien qu’ici ce ne soit pas du tout concluant…)

3-Utilisation des données
Le site est exclusivement en anglais. Il n’est pas possible de sélectionner une autre langue, ni d’obtenir une traduction. Il seul seulement possible d’obtenir des définitions (en anglais toujours), une fois la page de texte ouverte, en cliquant sur PHI Latin Text en haut à droite.

Petit bémol : la plupart des textes recensées dans cette bibliothèque numérique datent d’avant 200av JC, ce qui exclut une part importante de la production littéraire latine en restant toutefois extrêmement riche.

4-L’esthétique et l’ergonomie
Simplifié à l’extrême, c’est un site efficace et direct, qui présente la plupart de ses données sous forme de listes.
Les couleurs sont très simples : jaune papyrus pour le fond, bleu clair pour la bibliothèque numérique en elle-même, écriture bleue plus foncée ou grise. Pas de fioritures, pas d’images, le texte s’offre au regard à l’état brut. 

Les textes sont mis en ligne, directement sur le site, et ne sont pas téléchargeables. Ils peuvent être copiés, mais sous forme de tableau, ce qui est très peu pratique.

Assez étonnement, il est possible de lire les textes en Betacode ou en Unicode, et passer facilement de l’un à l’autre en cliquant sur le petit lien en bleu en haut à droite.




Premières impressions

Je m’appelle Kassandre Fradelin et je suis actuellement inscrite en M1 Humanités Classiques et Humanités numériques (en EAD). Avant la découverte (agréable pour l’instant) de la faculté, j’étais en classe préparatoire littéraire à Claude Monet dans le 13ème arrondissement. 

Ce sont bien sur les langues anciennes (le latin et le grec) qui m’ont attirée, mais également l’idées “d’humanités”, qui nous ouvre un champ de réflexion plus vaste en nous faisant étudier la linguistique, la littérature, l’édition de textes anciens et la tradition des humanités. 

En ce qui concerne plus précisément les humanités numériques, j’avoue être un peu sceptique, ou plutôt étrangement intriguée et je ne sais pas encore à quel point cela pourra me servir plus tard. En revanche, je peux affirmer dès maintenant que ce croisement “classiques et numériques” me semble très pertinent et surtout très riche : il y a tant à apprendre dans les deux !

Achille et Ajax jouant aux dés, Exékias