La nécessité dans l’Hercule furieux d’Euripide et de Sénèque

Parmi les hypothèses « corpus-based » formulées en début de semestre, l’une d’entre elles était que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces œuvres avec notamment la récurrence remarquée de l’impersonnel χρή  chez Euripide. J’ai cherché ensuite si cette première approche « corpus-based » était confirmée par une approche « corpus-driven » où les hypothèses sont formulées au vu des résultats fournis . La principale raison de ce changement d’approche est que Voyant Tools, que j’ai choisi pour étudier d’abord le texte grec, est un outil dont les données sont quantitatives et non qualitatives car il ne prévoit pas de lemmatisation.

La récurrence de χρή  mais aussi de δεῖ était observée par Voyant Tools, ce qui semblait confirmer l’hypothèse formulée.


A partir ce résultat, je décidai de formuler l’hypothèse suivante : les mots faisant partie du champ lexical de la nécessité, en particulier les verbes, marquent le caractère tragique, inéluctable de l’épisode dans les deux pièces. J’ai donc poursuivi l’analyse pour tout le corpus cette fois sur Voyant Tools mais aussi sur Hyperbase.


Hercule furieux d’Euripide

J’ai d’abord approfondi ma recherche sur le texte d’Euripide avec Voyant Tools. Les deux images correspondent à la répartition du mot δεῖ et au contexte des occurrences de ce mot dans le texte.

Méthodologie : j’ai, à partir des données du nuage, cherché dans Voyant Tools δει*. Ensuite, j’ai pris les mots qui correspondaient à l’impersonnel δεῖ et n’ai trouvé par ce biais que la forme au présent de l’indicatif; j’ai donc exclu δεῖται, une forme au présent moyen-passif de δέω ainsi que
δείξαι et δειξον (une occurrence chacun) , formes de δείκνυμι.

J’ai trouvé 9 occurrences de δεῖ, surtout au début et à la fin de la pièce :

_ δειλίαν Ηρακλεες συν μαρτυσιν θεοις δεῖ μ’απαλλαξαι σεθεν La première occurrence apparait au vers 175 dans une tirade d’Amphitryon, père humain d’Héraclès qui souhaite le défendre face à des accusations de lâcheté. Le mot renvoie donc au devoir.

_ εὖ δρῶν, οὗ φίλων μάλιστα δεῖ; : apparait au vers 266 dans une tirade du chœur composé de vieillards qui veut s’opposer à Lycos parce qu’Heraclès a besoin d’amis, ils lui sont nécessaires à cet instant.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν apparait au vers 283 dans la tirade de Mégare qui répond à celle du chœur pour les remercier et décliner leur aide au motif qu’elle considère qu’il faut accepter la fatalité de la mort. Ici, la nécessité apparait plus clairement renforcée par la présence du participe χρεὼν .

_ Καὶ δεῖ μ’ ὑπὲρ τῶνδ’, εἴπερ οἵδ’ ὑπὲρ πατρός,/θνῄσκειν ἀμύνοντ’· apparait au vers 577 quand Heraclès revenu des Enfers dit dans une violente et délirante tirade contre Eurysthée qu’il doit mourir pour ses enfants. Le mot renvoie donc au devoir.

_ ἔμπνους μέν εἰμι καὶ δέδορχ’ ἅπερ με δεῖ apparait au vers 1089 au moment du réveil d’Héraclès qui est content d’avoir recouvré ses esprits après son délire meurtrier. Il a oublié ses meurtres. Le mot δεῖ renvoie au sens de «ce qu’il est normal » puisque le héros se réjouit de sa vue retrouvée.

_ ἦλθον, εἴ τι δεῖ, γέρον, /ἢ χειρὸς ὑμᾶς τῆς ἐμῆς ἢ συμμάχων. Au vers 1170, δεῖ apparait dans une tirade de Thésée qui arrive pour prêter main [lien article de Sandrine] forte à Héraclès contre Lycos avant d’apprendre le malheur qui vient de toucher la maison. Le mot renvoie au besoin, confirmé par la conjonction de subordination conditionnelle εἴ.

_ μόχθους οὓς ἔτλην τί δεῖ λέγειν; au vers 1270 δεῖ apparait dans une tirade d’Héraclès pour résumer en peu de mots ses exploits connus de tous. Le mot renvoie au besoin.

_ Τί δῆτά με ζῆν δεῖ; Dans cette même tirade, au vers 1301, Héraclès songe à mourir, ne voyant pas l’intérêt de vivre avec une telle infamie. Le mot renvoie au besoin.

_ θεοὶ δ’ ὅταν τιμῶσιν, οὐδὲν δεῖ φίλων· Le mot apparait dans la tirade de Thésée qui répond à celle d’Héraclès et où il lui propose de le suivre à Athènes pour être purifié. Ici, δεῖ renvoie au besoin d’amis. Cette sentence signifie qu’un homme favorisé des dieux n’a pas besoin d’amis, ce qui n’est plus le cas d’Héraclès.


J’ai ensuite fait de même avec la répartition des mots χρή , χρῆν, χρέος et χρεών et leurs contextes d’apparition dans le texte.

Méthodologie : comme précédemment, j’ai cherché χρ* dans Voyant Tools d’après les résultats du nuage. En vérifiant dans le fichier XML de base avec le raccourci Ctrl + F qui permet de rechercher des mots-clés, je me suis rendu compte qu’il y avait deux formes d’imparfait de l’indicatif de
χρή : l’une sans augment χρῆν trouvée par la méthode détaillée ci-dessus et une autre avec augment ἐχρῆν, présente deux fois dans le texte. D’autres formes peuvent par conséquent avoir « échappé » à l’analyse de Voyant Tools.

J’ai trouvé 8 occurrences de χρὴ, 3 de χρῆν, 2 de ἐχρῆν 1 de χρέος et 10 de χρεών :

_ εἰ τι δὴ χρὴ κἄμ’ ἐν ἀνδράσιν λέγειν / γέροντ’ ἀχρει̂ον . Le mot χρή  apparaît au vers 41 dans le monologue d’Amphitryon qui ouvre la pièce et en situe l’action. Le père humain d’Héraclès se dévalorise en tant qu’homme, parce qu’âgé dans une remarque en incise. Le mot a le sens de « si je dois » et renvoie donc au devoir mais au conditionnel.

_ δοκει̂ν δὲ τἀδόκητ’ οὐ χρή, γέρον. Le mot χρή  apparait au vers 92 dans une réplique de Mégare à Amphitryon qui espère que son fils, présumé mort, revienne des Enfers. χρὴ a une valeur de défense puisque l’épouse d’Héraclès dit qu’il ne faut pas croire à l’impossible.

_ Τὸν Ἡράκλειον πατέρα καὶ ξυνάορον, / εἰ χρή μ’, ἐρωτῶ  : le mot χρή  apparait au vers 141 où Lycos qui arrive sur la scène souhaite interroger Mégare et Amphitryon. χρὴ a le sens de « s’il le faut ».

_  χρὴ δ apparait au même vers dans la phrase suivante où Lycos se répond à lui-même pour s’octroyer ce droit qu’il demandait. Le sens est donc : « il le faut » qu’il justifie par son statut de maître.


_ ὅ χρῆν σ᾽ ὑφ᾽ ἡμῶν τῶν ἀμεινόνων παθεῖν le mot χρῆν (imparfait de χρή) apparait au vers 210 où Amphitryon dit à Lycos que c’est ceux qu’il veut lâchement mettre à mort qui devraient le tuer. Il y a une valeur d’éventualité normative (« ce qui devrait être ») et le sens du devoir.

_ ἥν χρῆν νεοσσοῖς τοῖσδε πῦρ λόγχας ὅπλα/ φέρουσαν ἐλθεῖν dans la même tirade au vers 224, Amphitryon juge la Grèce ingrate de ne pas avoir aidé la cité de son fils qui l’ a pourtant sauvée plusieurs fois. Le mot χρῆν a les mêmes sens et valeur que précédemment.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρή apparait dans la tirade de Mégare pour remercier les vieillards de leur aide. Comme nous l’avons vu avec δεῖ, elle explique qu’il faut accepter son destin. Ici, χρή veut dire « ce qui est nécessaire » au sens de la nécessité, contrairede la contingence. Il renvoie donc au destin

_ ἃ σὲ λέγειν πρὸς τόνδ’ ἐχρῆν : au vers 535 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρή) apparait dans une réplique de Mégare à Héraclès qui vient d’arriver où elle s’excuse de prendre la parole à la place d’Amphitryon. Il y a une valeur d’éventualité normative. Le mot renvoie au devoir.

_ Τῷ γάρ μ’ ἀμύνειν μᾶλλον ἢ δάμαρτι χρὴ / καὶ παισὶ καὶ γέροντι; : au vers 574, le mot χρὴ apparait dans la tirade violente d’Héraclès, où l’on trouvait déjà le mot δεῖ.  Pour le héros, c’est sa famille qu’il a le devoir de protéger. C’est donc cette signification qu’il faut voir dans cette occurrence.

_ ἃ χρῆν σε μετρίως, κεἰ κρατεῖς, σπουδὴν ἔχειν. : au vers 709, le mot χρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique d’Amphitryon à Lycos qui est sur le chemin pour tuer la famille d’Héraclès, ignorant son retour providentiel et le piège qui l’attend. Amphitryon lui dit qu’il aurait être plus mesuré. Il y a une valeur d’éventualité normative (« comment il aurait dû agir ») et le sens du devoir.


_ τὸ χρή νιν ἐξέσῳζεν : au vers 828, le mot χρή apparait substantivé dans la tirade d’Iris, la servante et messagère des dieux accompagnée de Lyssa sur le point de rendre Héraclès dément, après sa victoire sur Lycos. Cette expression signifie le destin qui selon la déesse, protégeait le héros le temps de ses travaux. Le destin est donc personnifié au moment même où son action semble se terminer.

_ Τότε θανεῖν σ’ ἐχρῆν : au vers 1078 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique du chœur à Amphitryon après le massacre d’où il réchappé de justesse. Le chœur lui dit qu’il aurait dû mourir avant s’il voulait éviter un sacrilège supplémentaire à son fils dont il craint le réveil. Il y une valeur d’éventualité normative dans cette occurrence. Ce n’est pas au sens de destin, de nécessité absolue ou encore de devoir qu’il faut le comprendre.

_ Ὦ πρέσβυ, τοιόνδ’ ἄνδρα χρὴ κτᾶσθαι φίλον. : au vers 1404, le mot χρή apparait dans une réplique d’Héraclès qui apprécie le soutien de son ami Thésée. Le mot renvoie à la nécessité personnelle d’avoir un tel ami.


_ Le mot χρέος (substantif au nominatif singulier) apparait une fois au vers 530 au sens de malheur.


_ εἴτε τοῦ χρεών μέτα. : au vers 20, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable, au génitif singulier) apparait dans la tirade introductrice d’Amphitryon qui suppose que le destin pourrait s’être retourné contre Héraclès, le supposant mort. Il renvoie au destin.

_ εἰ θανεῖν ὑμᾶς χρεών : au vers 147, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Lycos qui méprise les lamentations d’Amphitryon et de Mégare. Il renvoie à la nécessité, au destin.

_ τῶνδ᾽ ἄρ᾽ οὕνεκα / τούς Ἡρακλείους παῖδας οὐ θνῄσκειν χρεών. : dans cette même tirade, au vers 156, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au sens de devoir. Lycos méprise les exploits d’Héraclès comme raison pour épargner ses enfants.

_ ῶν φίλων γὰρ οὕνεκα /ὀργὰς δικαίας τοὺς φίλους ἔχειν χρεών· au vers 276 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Mégare où elle remercie les vieillards. Elle dit que les amis se doivent de s’insurger des injustices faites. Le mot renvoie au devoir.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν dans cette même tirade apparait au vers 283 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) au sens de nécessité, de devoir comme nous l’avons vu avec δεῖ.

_ φεύγειν σκαιὸν ἄνδρ’ ἐχθρὸν χρεών au vers 299, Mégare, dans la même tirade, dit qu’il est impossible de changer l‘avis d’un homme mauvais, en l’occurrence Lycos. Le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au devoir.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) a le sens de « étant nécessaire » avec la particule de négation subjective μή, pour souligner le caractère irréversible de la situation. Il renvoie donc au destin.

_ Τί δ’ ἐστὶ τῶνδε θᾶσσον ἢ χρεών, πάτερ; : au vers 587, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une réplique d’Héraclès à Amphitryon au sens de devoir. Il interroge son père qui lui enjoint de ne pas agir trop vite.

_ Σὺ δ’ οὖν ἴθ’, ἔρχῃ δ’ οἷ χρεών : au vers 726, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable) apparait au début d’une tirade d’Amphitryon à Lycos qui entre dans le palais et est sur le point d’être tué par Héraclès. Il a le sens de destin.

_ λάζυσθαι χρεών / μοχλούς δικέλλας au vers 943, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) dans la longue tirade du message qui décrit l’accès de folie d’Héraclès et le massacre qu’il commet dans le palais. Ici, le messager le cite au style direct au moment où il demande ses armes dans l’intention de tuer Eurysthée. Le mot renvoie au besoin.


On voit donc que les mots δεῖ, χρή, χρῆν χρέος et χρεών, certes bien présents dans le texte, ne renvoient pas systématiquement à une nécessité tragique, c’est-à-dire le destin, mais évoquent aussi le besoin, le devoir, l’éventualité normative (χρή à l’imparfait), ce qui sort du cadre de la nécessité. On ne peut donc affirmer qu’Euripide utilise ce vocabulaire pour souligner seulement la tragédie. On remarque cependant une concentration des occurrences notamment dans une tirade de Mégare (v. 275-311).

En violet se trouvent les passages contenant un ou plusieurs mots du vocabulaire de la nécessité/ Capture d’écran de la table des matières de la page Perseus de la pièce d’Euripide

Après cela, j’ai utilisé l’outil AFC (analyse factorielle) d’Hyperbase pour savoir si ces occurrences étaient significatives par rapport au corpus des tragédies d’Euripide déjà présentes sur cette plateforme.

Les mots δεῖ, χρή, χρῆνet χρέος sont sous-représentés et le mot χρεών n’est pas représenté de façon significative dans le corpus. Ces mots ne sont donc pas utilisés pour souligner la nécessité ou la tragédie dans l’Héraclès en particulier. D’ailleurs, seuls les mots χρεών dans la tragédie Iphigénie en Aulis et χρή dans le Rhésos (peut-être apocryphe) peuvent prétendre être significatifs, puisqu’ils dépassent le seuil de 2,5.


 J’ai cherché enfin les occurrences du mot ἀνάγκη qui signifie « nécessité, contrainte, destin » qui a 4 occurrences.

_ ἐπεί δ᾽ ἀνάγκην προστίθης ἡμῖν θανεῖν / στέργειν ἀνάγκη :  aux vers 710 et 711, les mots ἀνάγκην et ἀνάγκη apparaissent dans une réplique d’Amphitryon qui feint de se soumettre à Lycos pour qu’il tombe dans l’embuscade d’Héraclès. Ils ont le sens de contrainte ou de destin.

_ ὅταν δέ κρηπίς μή καταβληθῇ γένους / ὀρθῶς ἀνάγκη δυστυχεῖν τούς ἐκγόνους : au vers 1262, le mot apparait dans la tirade d’Héraclès qui explique que sa lignée est maudite. Le sens est donc destin.

_ Ἥκω δ’ ἀνάγκης ἐς τόδ’ : dans la même tirade, au vers 1281, le mot ἀνάγκης a le sens de contrainte puisqu’Héraclès estime qu’il est obligé de s’exiler de Thèbes, après son triple forfait.


Hercule furieux de Sénèque

J’ai ensuite cherché à savoir si cette récurrence du vocabulaire de la nécessité, certes à relativiser, se trouvait aussi dans l’Hercule furieux de Sénèque.

D’abord, en cherchant les verbes impersonnels oportet, necesse est, decet sur Hyperbase. Mais les résultats furent peu probants avec une seule occurrence de necesse est, et 2 de decet.


Puis, grâce au conseil de M. Bortolussi, j’ai cherché les occurrences du mot fatum,i qui veut dire « destin ». J’ai trouvé 3 occurrences de fatum et 4 de fata le pluriel. Elles se trouvent en général dans des sentences.

Malgré un faible nombre d’occurrences, j’ai utilisé l’outil AFC d’Hyperbase pour fatum et fata.


Il apparait que le mot fatum n’est pas significatif quand fata est même sous-représenté. Donc, on ne peut pas dire, bien que le lemme fatum signifiant « destin » soit relativement présent, qu’il est placé de sorte à souligner particulièrement la nécessité tragique dans cette pièce.


En conclusion, si le vocabulaire de l’Héraclès d’Euripide m’a fait supposer que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces pièces tragiques, l’analyse textuelle à l’aide d’outils numériques et statistiques (Voyant Tools, Hyperbase) a permis de comprendre que la nécessité n’était pas forcément tragique dans le contexte des occurrences et que la présence de ces termes n’était pas significative à l’échelle du corpus. Il serait intéressant de se demander si ce vocabulaire ne renvoie pas plutôt à l’idéal de conduite athénienne selon Euripide.

Pour François Fillon

Suite à sa mise en examen le 14 mars 2017 pour « détournement de fonds publics », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de bien sociaux », et « manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », personne n’a déploré l’échec de l’avocat de l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2017. Mais s’il y a un bien un homme qui l’eût sauvé, c’est Cicéron. Voici sa plaidoirie en exclusivité.

Par Julien DJIBA et Kévin FRAIR.

Je remarque, juges, que sont réunis pour la cause qui nous retient aujourd’hui des hommes et des femmes qui ont su user de leur raison par le passé. Mais, cette cause est ardue, non par le crime lui-même, qui à vrai dire n’ébranle pas la justice mais par son retentissement, qui a suscité des craintes démesurées pour l’État. Je ne vous ferai pas, juges, l’affront d’un rappel de l’importance de la République ni sur les hommes et femmes qui l’ont fondée et affermie, et parmi lesquels l’on peut certainement vous compter. Mais je vous dirai que son unique salut ne se trouve que dans la vérité, et en ce lieu, qu’elle ne peut que surgir, loin du peuple séduit par les chants mensongers et funestes quand vient le temps de se rendre aux urnes. Il convient donc de se mesurer dans le jugement, ce qui, je n’en doute pas, sera votre priorité dans l’affaire qui met en cause M. François Fillon aujourd’hui. Il est vrai que je sens que le jugement a déjà été fait par la caste médiatique, mais je suis certain que le bon sens se trouve ici plutôt qu’ailleurs.

Il convient d’abord de revenir sur l’infortune d’un homme que tout destinait à présider la France. François Fillon, dit-on, a permis que sa femme et compagne de toujours, Pénélope reçoive entre 1998 et 2007, près de 4 talents (900 000 euros) en tant qu’assistante parlementaire de la part de l’État. Cependant, on lui reproche un gain indu de cette somme parce qu’elle n’aurait pas effectué ce travail. Or, citoyens, je montrerai que les passions politiques ont troublé ce qui n’était qu’une collaboration conjugale et familiale, et somme tout légale, qu’il faudrait au contraire saluer pour sa modernité !
Imaginez, juges, vos enfants ! Oui, les vôtres ! Se rencontrant et s’aimant alors qu’ils apprennent comme vous le droit. C’est donc ainsi qu’un fils de notable manceau et une barbare de Bretagne se rencontrèrent et ne se quittèrent plus. Elle fut donc présente à chaque étape de son cursus honorum, s’occupant de la famille qui se construisait comme toute matrone qui se respecte. Mais vous savez mieux que tous les bouleversements qui ont permis l’arrivée des femmes dans la vie publique et vous comprendrez d’autant plus l’envie de Madame Fillon de s’impliquer davantage dans la carrière de son époux.

Monsieur Fillon, lui, recevait les honneurs jusqu’à devenir le Premier Ministre du Président de la République Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. Remarqué par un visage qui inspirait la sévérité et par une constance rare à son poste, il fut naturellement envisagé comme un prétendant viable à la tête de l’Etat en 2017, lors d’une période de troubles d’où ne sommes toujours pas sortis. C’est alors que la délation et la calomnie ont surgi pour contraindre le pauvre homme à abandonner purement et simplement la politique.

Citoyens, la vérité est que le crime n’a pas été commis par François Fillon mais bien commis à son encontre. Je tiens à rappeler le caractère prompt de l’enquête avec la nomination d’un juge dont la très grande sévérité n’est plus à prouver. Mais plus accablantes encore sont les déclarations formulées par un certain Robert Bourgi, « ami » de longue date de M. Fillon qui a prononcé sur le Forum : « J’ai décidé de tuer François Fillon pour diverses raisons ». Il est vrai, juges, qu’il s’agit là d’un meurtre et que cet homme prononce cette phrase avec le nom de notre homme ne fait plus aucun doute sur l’innocence de M. Fillon. Doit-on rappeler le parcours du sinistre Bourgi ou simplement évoquer son commerce dans les terres au-delà de l’Afrique ?

Je récuse donc, juges, cette accusation de « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits ». On raconte que Mme Fillon et ses enfants, Marie et Charles Fillon, eux aussi jetés à la foule, auraient volé le bien public guidés par un homme avare. La vérité est que François Fillon est avant tout un paterfamilias. Et son destin lui donne raison. En effet, tous l’ont abandonné, tous oui ! Sauf sa famille. La partie adverse présente Madame Fillon comme une profiteuse là où je ne vois qu’une épouse qui n’oublie pas sa place selon la coutume des Anciens tout en accordant son rôle à la vie moderne. Rappelez-vous, juges, d’une épouse loyale qui attendit des années le retour de son mari à Ithaque! Il convient plutôt de reconnaître le courage d’une femme aux multiples qualités. Il serait donc injuste de lui retirer son salaire et d’ainsi la traiter pire qu’une esclave et ce, malgré ses origines. Je récuse aussi les prétendus multiples témoignages d’élus contestant son rôle effectif auprès de son mari, car il ne s’agit là que d’ennemis ou d’incompétents.

Il serait facile pour tout homme ou toute femme de se laisser guider par la passion et les fausses preuves surtout quand l’avenir de l’État est en jeu. Mais, juges, la cause qui nous retient aujourd’hui mérite que le bon sens l’emporte. Le crime n’est pas celui que vous jugerez mais celui qui vous y a poussé. L’argent est invoqué quand bien pire menace la République. En vérité, d’honnêtes citoyens sont traînés devant les juges car ils ont essayé de concilier la tradition et la modernité. Des ennemis déclarent publiquement qu’ils sont la cause du méfait et ne sont pas inquiétés quand la justice se fait prompte et sévère contre la gens Fillon. Une matrone, une épouse courageuse est calomniée pour le plaisir de la multitude ignorante. Mais je sens qu’au milieu du trouble qui envahit notre époque, vous, juges, saurez faire preuve de bon sens.

Utilisation de Voyant Tools

Nous avions d’abord décidé de faire le pastiche du Pro Cluentio, plaidoyer le plus long et le plus fameux dans l’Antiquité, connu surtout pour la difficulté du cas jugé.

Cependant, un seul texte ne suffisait pas à établir un “style”, c’est-à-dire dans notre cas, faire apparaître assez de syntagmes intéressants chez Cicéron. Nous avons donc décidé sur les conseils de M. Berra de choisir d’analyser tous les plaidoyers de Cicéron disponibles sur Mnémosyne, au nombre de 13 :

Malheureusement, la déception fut grande de ne découvrir parmi les 30 syntagmes par terme proposés par Voyant Tools qu’une majorité de syntagmes composés de deux mots seulement. Il a donc fallu passer par d’autres outils.

D’abord, le cirrus (ici, un nuage des termes les plus utilisés) a été très utile mais seulement après qu’on a étoffé la liste des stopwords ou mots-vides avec des éléments d’apparat critique ou des lettres grecques. Mais nous n’avons pas pu tout retirer tant ils étaient présents. On s’est donc contentés des 100 premiers  termes de la liste.

Le vocabulaire est très simple et général. Il est donc intéressant pour tout aborder.

On a remarqué les nombreuses apostrophes aux juges ou aux citoyens, l’usage régulier du nom des protagonistes, l’adjectif au féminin singulier à plusieurs cas publica qualifiant le substantif res,rei,f faisant partie des mots-vides, ce qui souligne l’importance de l’État dans les plaidoiries de Cicéron.

Ensuite, l’outil arbre de mots nous a permis de former quelques syntagmes et précise merveilleusement l’analyse présentée avec l’outil grappe de termes.

Nous n’avons utilisé que les termes qui semblaient adaptés au contexte.

 

 

La grappe est interactive et permet de voir les mots qui sont liés.

 

Les phrases chez Cicéron sont longues avec des moyennes de mots par phrase selon les textes du corpus entre une vingtaine et une quarantaine. Cependant, nous avons préféré avoir une moyenne plus basse car le texte devenait incompréhensible (n’est pas Proust qui veut !).

Concernant la structure, si le Pro Cluentio est trop court pour déceler assez d’éléments intéressants dans Voyant Tools, il est trop long pour être pastiché dans sa totalité sur le blog. Nous avons décidé de suivre la structure rhétorique classique composée de cinq parties :l’exorde, la narration, la division, la confirmation et la réfutation.

Enfin concernant l’affaire Fillon, que nous n’avons fait qu’esquisser, nous avons utilisé des articles de presse (comme celui-ci , celui-là ou encore cet article) et des articles de Wikipédia (la page de l’affaire, celle de M. Fillon et celle de son épouse Penelope (d’origine britannique) au cœur de l’affaire).

 

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®)

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®) possède un titre doublement “trompeur”. En effet, il est en latin mais le TLG® est constitué d’un corpus de textes en grec ancien. De plus, il s’appelle Thesaurus mais ce n’est pas un trésor au sens de dictionnaire comme le Trésor de la Langue Française informatisé.

Avant d’être un site internet, le TLG® est un programme de recherche de l’Université de Californie à Irvine fondé en 1972 par la chercheuse antiquisante Marianne McDonald dont l’objectif était de produire un vaste corpus numérique de textes littéraires en grec ancien. Son inspiration se trouve dans le Thesaurus Graecae Linguae, un dictionnaire de la langue grecque du philologue et helléniste français du XVI° siècle, Henri II Estienne dit Stephanus (cf Url du site). Le projet a connu deux directeurs : Theodore F. Brunner entre 1972 et 1998 et Maria Pantelia de 1998 à nos jours.

Les supports des textes ont évolué en parallèle de l’informatique. Ainsi, au moment de sa création, les textes se trouvaient sur des bandes magnétiques à lire avec le système Ibycus, créé par David Woodley Packard pour relire et corriger les textes numérisés, puis sur des CD-ROM A, C et D entre 1985 et 1992 avec l’aide technique de l’association à but non lucratif Packard Humanities Institute (PHI) connue pour son site PHI Latin Texts. En 2000, sort le TLG® E, le premier CD-ROM à être produit par l’équipe interne du projet. Il suit le transfert du corpus du système Ibycus à l’environnement Unix. C’est enfin depuis 2001 que le corpus est accessible en ligne.

La navigation dépend de l’autorisation donnée. Ainsi, The Abridged TLG® est une version restreinte du TLG® accessible au public sans abonnement mais avec une inscription (identifiant et mot de passe à fournir). Le corpus est limité aux auteurs classiques comme Homère, Hésiode, Platon, Aristote ou encore des tragédiens et orateurs étudiés habituellement durant le cursus universitaire mais aussi à des textes patristiques, des Pères de l’Église pour un total d’environ 1000 textes de 70 auteurs. Les textes de la période byzantine (330-1453 après J-C) par exemple ne sont donc pas inclus. Ce choix se défend. En effet, seuls les chercheurs ont intérêt à consulter ces textes, moins les étudiants et encore moins les élèves et les non antiquisants. Pour avoir accès au corpus complet, il faut souscrire un abonnement payant d’un ou trois ans pour les personnes et une licence pour les institutions (Universités, bibliothèques, etc.) dont le prix varie en fonction de la demande (taille de l’institution, largeur estimée de l’audience, etc.). Les textes sont consultables en ligne mais pas téléchargeables car ils ne sont pas dans le domaine public, étant des versions numériques d’éditions papier. On ne peut pas les copier en théorie mais rien n’empêche d’utiliser le classique CTRL + C / CTRL + V, contrairement à d’autres sites où sélectionner le texte avec la souris est impossible. On peut cependant modifier la police de caractères des textes

La page d’accueil est une présentation du projet dans sa globalité avec des liens vers des informations d’utilisation, d’extension du corpus, sur l’équipe en fonction, sur l’histoire du TLG®. On peut aussi les contacter. Il mentionne aussi l’existence de pages Facebook et Twitter, qui donnent des informations sur les ajouts récents de textes. Aux couleurs des céramiques grecques, cette page est composée de sept rubriques.

La recherche d’un texte ou d’un corpus se fait dans les rubriques TLG Canon, Full Corpus et Abridged TLG qui renvoie toutes à la même page mais avec des autorisations différentes : Full Corpus et Abridged TLG en accès ouvert et Full Corpus avec un abonnement. On peut faire une recherche par domaine : Author (Auteur), Editor (Éditeur), Work Title (Titre de l’œuvre), Publication Title/Year (Année ou titre de publication) ou Series. En complément, on peut inclure ou exclure des termes vernaculaires et/ou diplomatiques. On peut préciser le(s) siècle(s) voulu(s) (Date) en cochant les propositions du VIII° siècle av. J-C au XX° siècle de notre ère, le genre (Generic Epithet), le lieu (Geographic Epithet) ou encore des expressions particulières (Non-Standard Gen. Epith.).

Quand on cherche un auteur, c’est avec son nom latin. Par exemple, il faut écrire Lucianus pour trouver le rhéteur et satirique du II ap. J-C, Lucien (absent de la version gratuite). Des informations chronologique et géographique sont données avec en rubriques annexes, une carte et une frise qui situent l’auteur. Des liens vers des ressources externes (Wikipédia, Jstor, l’Année philologique, etc), la traduction sur Perseus et des références croisées le concernant sont juxtaposés.  En cliquant sur un petit livre rouge à côté du nom de l’auteur, la liste de ses œuvres apparaît. Une petite icône nous mène vers le texte désiré. Si on ne le sait pas, on risque de ne pas pouvoir trouver tout de suite, surtout si on est habitué à cliquer sur du texte et non sur des icônes comme aux premier jours du Web. L’édition papier d’origine est indiquée, ce qui souligne un travail de numérisation. Les textes sont ainsi disposés par « pages » comme dans l’édition papier d’origine. Ils sont affichables en Unicode mais aussi en Beta Code, son système de représentation des caractères et de la ponctuation développé par David W. Packard.

J’ai décidé de flouter le texte pour être conforme au copyright.

Il existe une large palette d’outils d’analyse des textes qui fonctionnent à la fois à l’intérieur d’un texte donné ou du canon entier du TLG. D’abord le moteur de recherche lexicologique dans la rubrique Lexica où l’on peut taper une chaîne de caractères ou des mots pour trouver leur occurrences dans les passages des textes du Canon. Dans un texte, on peut sélectionner la rubrique Lexica pour faire une recherche lexicale ou trouver la ou les occurrences d’une expression dans le canon du TLG.. Les lemmes rares sont surlignés en vert clair tandis que les plus courants sont en vert foncé.  Ensuite, ce montre un effort de classement. Le modèle de langage probabiliste N.gram est un outil de recherche intertextuelle, c’est-à-dire, qu’il permet comparer les similitudes stylistiques, la présence de citations ou d’hommage entre deux auteurs.  Enfin, il y a une rubrique de statistiques diverses sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus utilisés, les moins utilisés, des auteurs les plus productifs, etc.

On peut choisir d’écrire le mot recherché en sélectionnant un mode d’entrée de données (Input) qui est l’Unicode, le Betacode ou la translittération qui est une manière d’écrire le grec ancien avec des lettres latines.

Quatre dictionnaires de langue grecque sont intégrés au projet :

_ Le Cunliffe, un dictionnaire anglo-saxon de du vocabulaire homérique ;

_ Le Powell, spécialisé dans le vocabulaire d’Hérodote ;

_ Le LSJ (Liddell-Scott-Jones) , dictionnaire grec ancien-anglais ;

_ Enfin le LBG (Lexikon zur byzantinischen Gräzität), dictionnaire du vocabulaire grec de l’époque byzantine.

Cette diversité des dictionnaires utilisés qu’ils soient généraux ou spécialisés renforce l’efficacité de l’analyse. Mais ce corpus est majoritairement anglophone ce qui exclut les non-anglophones.

Enfin, il y a une rubrique de statistiques de lemmes sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus ou les moins fréquents, etc.

Comme nous l’avons vu, le Thesaurus Linguae Graecae est un outil de recherche précieux pour les chercheurs avec son large corpus et ses diverses fonctionnalités d’analyse. Cependant, on pourrait lui reprocher une certaine forme d’exclusion avec l’anglais comme langue et sa technicité qui peut sembler opaque pour un néophyte. Sans parler de l’accès financier. L’esthétique peut aussi paraître vieillotte mais c’est relatif à l’ancienneté du site et aux habitudes de l’utilisateur.

Des chiffres pour sauver les Lettres ?

Bonjour,
Je m’appelle Kévin FRAIR et cette année j’ai décidé de faire un Master Humanités classiques et Humanités numériques après trois années de CPGE AL en option Lettres classiques au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre, en Guadeloupe.
Je ne suis donc habitué qu’à une seule partie de ce cursus et si j’utilise mon ordinateur portable et mon smartphone quotidiennement, mes connaissances de la culture numérique sont au mieux… superficielles.
Cependant, je ne trouve pas ces deux éléments opposés. Au contraire, je pense que ces deux disciplines s’enrichissent. En effet, les papyri ne seraient-il pas en train de pourrir loin des philologues du monde entier si on ne les avait pas numérisés ? Et comme le dit Properce :

Quantum oculis, animo tum procul ibit amor

(Elégies, III, 21)

Curieusement, c’est donc un amour des Lettres qui pousse les chercheurs vers les moyens de communication contemporains, car, quels que soient l’époque ou le support, ce que nous, les humains, cherchons à faire, c’est communiquer, trouver un moyen de nous lier pour exister. Ainsi, plutôt que de se méfier derrière des volumes poussiéreux, ne vaudrait-il pas mieux s’y intéresser pour permettre la sauvegarde, l’étude de ces textes voire, leur transmission au plus grand nombre ? Je trouve que cet usage des nombres ne déplairait pas aux Pythagoriciens. En tout cas, je suis intéressé de savoir ce que j’apprendrai cette année.

Le Tetrakys, symbole important dans la philosophie pythagoricienne.