L’Enfer sur terre

1) Le pastiche

L’inferno sulla Terra

Nel mezzo del cammin di nostra vita,
l’umanità si trovò per una selva oscura,
che la dritta via parea smarrita.

Con gli occhi increduli l’uomo stava lì a guardare:
Il posto che abitava parea di chi trascura.
Plastica e rifiuti ricoprivano Terra e mare.

Non avea coscienza l’uomo di cosa fosse il danno ambientale
Finché un giorno non si arrese e chiese aiuto alla Natura
ma nessun Dio glielo avrebbe potuto spiegare.

Ciò che l’uomo compie coscientemente è follia pura:
Egli pugnala il dolce viso della sua madre Terra
e lo fa senza alcuna paura.

Ogni impeto di soluzione egli aberra
Non importa di chi urli aiuto a gran voce:
lui si prepara e un altro colpo sferra.

Oh, uomo, quando verrà il giorno di luce,
In cui anche il lume della tua ragione ormai sepolta,
Ritornerà a scorrere come un fiume dalla sua foce?

Serve che il mondo si ribelli un’altra volta?
Come puoi non capire che del loco in cui vivi
Non rimarrà nemmeno più la porta?

Poscia tu valutare bene il futuro di cui ti privi:
il capitalismo ti può render duca
ma è grazie all’aria del ciel che sopravvivi.

E se non fosse che, di quel che’l ciel ti dà,
tu meriti ben poco?  Vani ormai son i tuoi tentativi
e come stella in cielo, cader dovrai

Se a tutto questo Inferno non sceglierai di porre fine.

2) Voyant Tools
Analyse de recherche

Mon pastiche est basé sur l’ensemble des trois œuvres de la Divine Comédie, “Inferno”, “Purgatorio” et “Paradiso” de Dante Alighieri. Pour le créer à l’aide du programme Voyant Tools, j’ai téléchargé les trois fichiers et analysé les résultats de la recherche.
Grâce à l’outil Cirrus, j’ai pu trouver les mots les plus récurrents en un coup d’œil des trois œuvres de Dante.
J’ai dû entrer manuellement une série de mots qui n’étaient pas inclus dans les Stepwords italiens, car les trois textes présentent beaucoup de mots de l’italien ancien, aujourd’hui tombés en désuétude.
Les mots les plus fréquents qui sont sortis de la recherce en conséquence sont : yeux (occhi), monde (mondo), terre (terra), Dieu (Dio), maître (maestro), ciel (cielo), esprit (mente), visage (viso), duc (duca), doux (dolce), lumière (lume), nature (natura).

C’est aussi pour cette raison que j’ai choisi comme élément d’actualité à traiter dans mon pastiche l’urgence environnementale, thème qui à moi comme à nous tous est très proche.
J’ai essayé de faire un texte de rime qui respecte autant que possible le style et la structure poétique, plus similaires à ceux de Dante.
Et quel moyen sinon la poésie avec un son aussi important que le chiffre stylistique de Dante pour demander à l’homme de prendre des mesures contre le désastre environnemental? J’ai imaginé pour cela un appel à l’homme directement de l’auteur florentin au sujet du thème.

Dans la dernière strophe de mon pastiche, il y a trois des syntagmes les plus récurrents que j’ai trouvés dans le texte, en particulier: ” di quel che l ciel”, “e come stella in cielo”, “e se non fosse che”. Grâce à cet outil, j’ai pu constater que les syntagmes les plus utilisés ne se répétaient pas plus de deux fois dans les différentes œuvres. 
Mon choix s’est porté sur ces trois syntagmes parce que j’avais déjà décidé de régler le pastiche sur un temps présent, en imaginant le grand poète faire appel aujourd’hui à l’humanité entière, cependant beaucoup de résultats concernaient des synthèses avec des temps au passé.

Autre outil que j’ai trouvé beaucoup utile pour l’analyse du registre et du langage est Tendences; dans mon cas, j’ai dû prendre en considération trois œuvres avec un langage si délibérément différent les uns des autres, étant donné que dans chaque œuvre Dante utilise un langage toujours plus aulique et distinct pour représenter l’élévation de l’âme, cet outil permet d’identifier un fil rouge dans le choix stylistique même dans trois œuvres bien distinctes. 
C’est précisément grâce à ce graphique statistique que j’ai identifié certains des mots fondamentaux à utiliser dans mon pastiche.

En plus de ceux déjà mentionnés outils que j’ai utilisés pour créer mon pastiche, en explorant Voyant Tools, j’ai remarqué deux fonctions très intéressantes d’un point de vue philologique : Mandala et Dreamscape.
Mandala est une fonction qui, suivant la structure des mandalas réels, simplifie dans un schéma circulaire les liens entre les différentes œuvres et leurs mots les plus pertinents dans le texte, de manière à simplifier toujours à première vue la prépondérance de certains mots par rapport à l’œuvre considérée.

Dreamscape m’a semblé très intéressant comme outil : il est possible à travers celui-ci, d’afficher sur une carte géographique les lieux mentionnés dans le texte. Dans l’écran que j’ai ajouté en bas, Voyant Tools identifie deux villes qui émergent dans l’œuvre dantesque à savoir Pise et Ravenne.
Ce qui m’a stabilisé, c’est que je n’ai pas trouvé la ville de Florence représentée sur la carte et la raison de cet inconvénient est simple : Dante parle de sa ville natale exclusivement pour des métaphores ou d’autres figures rhétoriques (ainsi que pour d’autres villes). Ce phénomène peut être une limite dans l’utilisation de l’outil pour les textes poétiques, mais il reste en tout cas très intéressant à analyser et utile.

3) Conclusions

L’aspect schématique et interactif de la plateforme permet un accès facile aux données, il est facile de trouver une information même en donnant un premier coup d’œil aux graphiques avec l’outil Tendences ou avec Cirrus grâce aux différentes couleurs et grandeurs attribuées aux mots les plus récurrents dans le texte.
Personnellement, je trouve la plate-forme une excellente rencontre entre l’occasion de la recherche linguistique et l’analyse plus détaillée concernant les traits récurrents des textes.

 

Welcome to Project Gutenberg

Le Projet Gutenberg est une initiative lancée par l’informaticien Michael Hart en 1971 dans le but de constituer une bibliothèque de versions électroniques librement reproductibles de livres imprimés, aujourd’hui appelés e-book.
Le projet tire son nom du pionnier allemand de l’impression à caractères mobiles du XVe siècle Johannes Gutenberg. 

La vue initiale du site initial présente certains des livres qui peuvent être téléchargés sous forme de ebook et de livres audio.
Après cet écran d’accueil, le site explique comment télécharger des fichiers si vous rencontrez des problèmes de téléchargement en ajoutant qu’il n’est pas nécessaire de s’inscrire car étant un site gratuit et accessible à tous, aucune inscription n’est requise.
Graphiquement, la barre de recherche en haut est simple et intuitive et est accompagnée par quelques mots-clés à travers lesquels on peut lire en quoi consiste le projet, rechercher des informations sur le site, demander de l’aide ou simplement faire un don via paypal pour soutenir la cause de rendre accessibles des livres sous forme numérique pour tous.
Les sources utilisées sont rendues accessibles par les utilisateurs qui ont volontairement numérisé des livres assez vieux pour avoir des copyrights expirés. Le format des livres est disponible soit en EPUB soit en pdf ou directement en ligne sur le site. Il est possible de copier n’importe quel contenu dans les livres et en plus, en bas de la page, les icônes Facebook, Twitter et Mastodon permettent le partage via d’autres plateformes sociales.
L’ergonomie du site est certainement facile à utiliser car très linéaire et simple, très intuitif et facile à utiliser. Le tout affecte évidemment l’esthétique du site qui semble un peu obsolète, même dans le choix des styles et des couleurs des titres, il pourrait certainement être amélioré mais bien sûr cela ne retombe pas sur l’utilité du site qui a un but noble bien supérieur.

Coup de théâtre !

Je m’appelle Laura, j’ai 25 ans et je viens d’Italie, plus precisément de la ville de Milan. Je suis étudiante erasmus à Paris alors qu’à Milan je fréquente l’Université des sciences humaines pour la communication.
Mon intérêt principal est lié au monde du théâtre, le but de cette expérience est d’élargir mes connaissances grâce à des cours qui peuvent m’aider à élargir mon bagage culturel artistique-historique et social, mais aussi informatique et pour cette raison là le cours d’Humanités Numériques semblait faire l’affaire. Goffman disait que la vie quotidienne n’est rien d’autre qu’une représentation théâtrale et en m’appuyant sur sa vision du monde, j’attends impatiemment les prochains actes et rebondissements !

Mosaïque représentant des masques grecs
Mosaïque représentant des masques grecs
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search